fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Les secteurs qui recrutent au Québec : zoom sur le cadre administratif

Si les opportunités d’emploi sont réelles au Québec, il convient néanmoins d’inscrire sa candidature dans un cadre administratif bien défini. Toutefois, compte tenu des pénuries de main-d’œuvre, la tendance va vers un assouplissement des conditions d’immigration, notamment pour les résidents temporaires.

Publié

le

Les secteurs qui recrutent au Québec Zoom sur le cadre administratif

Après les affres de la pandémie et en dépit des conséquences de l’invasion russe en Ukraine, l’économie mondiale tend à rebondir et le Canada, le Québec en particulier, n’échappe pas à la règle. Pourtant, la Belle Province reste aux prises avec cette particularité d’un marché de l’emploi attractif, mais aussi d’une difficulté à pourvoir des postes dans de nombreux domaines d’activité. Comme nous l’indiquions dans une précédente édition sur ce thème, selon les prévisions d’Emploi-Québec, organisme qui dépend du gouvernement québécois, près de 1,5 million d’emplois pourraient être à pourvoir dans cette province canadienne d’ici 2028 ! Toutefois, ne nous y trompons pas, si nul n’est exclu a priori, le Québec recherche surtout des profils précis et bien formés professionnellement.

Des critères définis par le Québec

Ce dossier spécial va s’attarder sur les secteurs les plus prometteurs en termes de recrutement. Pour autant, il convient tout de même d’être un peu au clair sur le cadre administratif qui pourra guider votre immigration. Rappelons un point important, la province du Québec (le Canada en compte dix) définit ses propres critères d’immigration. Par conséquent, il convient de s’adresser préalablement au Bureau d’immigration du Québec plutôt qu’à l’ambassade du Canada pour effectuer cette démarche. Le site du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration explique en détail ces différentes modalités.

Ici le modèle anglo-saxon prédomine. Autrement dit, le marché du travail québécois se distingue par sa flexibilité, avec des opportunités pour trouver un emploi, mais sans la sécurité de celui-ci telle qu’on l’associe en France, quoique que cette notion soit de moins en moins réelle dans l’Hexagone… Le nouvel arrivant aura souvent l’occasion de commencer par des «petits jobs», un préalable qui participe de cette fameuse «expérience québécoise» et qui rassurera votre futur employeur, celui qui vous proposera ensuite le job de vos rêves.

Pour les salariés, reste la question du permis de travail dont l’obtention nécessite d’avoir trouvé un emploi avant son départ. C’est à son futur employeur d’en faire la demande, ce dernier devant prouver qu’aucun travailleur canadien n’est en mesure de remplir le poste.

Facilitation de l’immigration temporaire

Le gouvernement du Canada a annoncé début avril 2022 un ensemble de mesures pour faciliter l’accès des étrangers au programme de travailleurs étrangers temporaires (PTET) via un traitement simplifié de leur dossier, un dispositif jusqu’alors réservé aux professions spécialisées. Or, cet assouplissement va précisément en direction des professions peu spécialisées (65 d’entre elles seront ainsi concernées au Québec). En l’état, sept secteurs sont concernés : hébergement et restauration, produits du bois, meuble et produits connexes, fabrication d’aliments, construction, et établissements hospitaliers. La mesure, qui entre en vigueur le 30 avril 2022 pour une durée d’un an, permet d’embaucher jusqu’à 30% de ces travailleurs étrangers temporaires au lieu des 20% actuellement. D’autre part, dans les industries saisonnières, les employeurs pourront embaucher sur une période annuelle de 270 jours, au lieu de la précédente limitation de 180 jours par an. Précisions aussi que la durée d’emploi maximale des travailleurs dans les volets des postes à haut salaire et des talents mondiaux passera de deux à trois ans, de façon à accéder plus aisément à la résidence permanente.

En outre, comme le précisait le quotidien québécois Le Devoir dans son édition du 5 avril 2022, «l’étude d’impact sur le marché du travail qu’un employeur doit faire faire avant de recourir au programme verra la durée de sa validité passer de neuf à dix-huit mois, de façon temporaire», rappelant que cette étude d’impact «vise à garantir que l’entrée d’un travailleur étranger n’aura pas d’effet négatif sur le marché du travail canadien et que l’employeur et l’offre d’emploi sont légitimes». D’aucuns espèrent d’ailleurs que le champ de ces mesures soit encore élargi, comme François Vincent, vice-président pour le Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) qui, cité par nos confrères de Radio Canada le 1er avril 2022, espérait que «que le Programme des travailleurs étrangers temporaires soit accessible à tous les types d’emploi, à tous les secteurs et dans tout le pays».

Des voies d’accès pour les jeunes

Ce statut de résident temporaire est particulièrement adapté aux jeunes qui veulent appréhender le marché du travail québécois. Au-delà des nouvelles mesures citées précédemment, il y a différentes manières d’obtenir ce statut. C’est le cas notamment du Permis-Vacances-Travail (PVT). Pour les Français, il concerne les jeunes âgés de 18 à 35 ans. Il permet de vivre et de travailler  pendant deux ans sur tout le territoire canadien. Important : le Canada impose des quotas (variables selon les nationalités) et il est nécessaire d’avoir des économies pour subvenir à ses besoins en début de séjour (au minimum 2 500 $CA ou son équivalent dans une autre devise).

Le Volontariat en entreprise (VIE) est une autre option intéressante. Il permet, sous certaines conditions, d’exercer une mission (scientifique, technique, commercial, humanitaire…) dans une entreprise française à l’étranger. Il faut avoir entre 18 et 28 ans pour s’inscrire. Le volontaire reçoit une indemnité.

Autre solution avec le programme «Stages de perfectionnement» de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), mené en partenariat avec Pôle emploi. Il permet à de jeunes demandeurs d’emploi entre 18 et 35 ans de réaliser un stage de deux à douze mois au Québec, ou plus largement au Canada. En plus de la gratification que propose l’entreprise d’accueil, l’OFQJ dispose de solutions de financements (maintien des indemnités chômage pour les demandeurs d’emploi indemnisés ou des bourses de mobilité). C’est souvent une belle opportunité pour tester ses compétences professionnelles outre-Atlantique.

> Pour en savoir plus

PVT

V.I.E

Stages OFQJ

Le programme régulier des travailleurs qualifiés du Québec (PRTQ)

Ce programme constitue le plus important volet de l’immigration économique du Québec. La sélection pour ce programme se fait à partir d’une grille constituée de facteurs et de critères auxquels un pointage est associé. Les critères pris en compte sont le niveau et le domaine de formation, l’expérience professionnelle, l’âge, les connaissances en français et en anglais, les précédents séjours au Québec, les liens de parenté avec un citoyen canadien ou un résident permanent au Québec, la possession d’une offre d’emploi permanent validée par le ministère québécois, les caractéristiques liées au conjoint, le nombre d’enfants et la capacité d’autonomie financière.

> Pour en savoir plus

 https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/travailleurs-permanents/conditions-requises/index.html

Les programmes pilotes d’immigration permanente

Depuis mars 2021, trois programmes pilotes ont été mis en place par le gouvernement du Québec pour attirer et encourager la rétention des personnes dont les compétences répondent à des besoins spécifiques du marché du travail québécois. Ces programmes sont prévus pour une durée de cinq ans. Les membres de la famille qui accompagnent la personne qui fait la demande reçoivent également des Certificats de sélection du Québec dans le cadre de ces programmes pilotes. Les secteurs concernés sont : la transformation alimentaire ; la santé (préposées et préposés aux bénéficiaires) ; ainsi que l’intelligence artificielle, les technologies de l’information et les effets visuels.

> Pour en savoir plus

Programme Préposé aux bénéficiaires

Programme  intelligence artificielle, les technologies de l’information et effets visuels

Programme Transformation alimentaire

Le Programme de l’expérience québécoise (PEQ)

Il s’adresse en particulier aux étudiants étrangers qui ont obtenu un diplôme admissible d’un établissement universitaire du Québec et aux travailleurs qualifiés avec une expérience de travail au Québec. Depuis le 26 janvier 2021, les candidats au PEQ doivent présenter leur demande de sélection permanente, transmettre les documents à l’appui de leur demande et payer les droits exigibles exclusivement via le système électronique Arrima (voir chapitre suivant).

> Pour en savoir plus

 http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/informations/arrima/individus/programme-experience-quebecoise/index.html

Le portail Arrima

Toutes les personnes qui souhaitent immigrer au Québec dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ), du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) ou des trois Programmes pilotes d’immigration permanente doivent obligatoirement passer par ce portail Arrima. L’accès à cette plateforme est entièrement gratuit.

> Pour en savoir plus

Accéder au portail Arrima 

La fiscalité des particuliers

Le régime fiscal du Québec est semblable à celui du Canada. Généralement, un employeur déduit les impôts et les cotisations de votre salaire. Cet excellent site, édité par Revenu Québec, détaille parfaitement les différents régimes d’imposition

> Pour en savoir plus

 https://www.revenuquebec.ca/fr/citoyens/votre-situation/nouvel-arrivant/regime-fiscal-du-quebec/

Les sites incontournables

Emploi Québec, le site de référence du ministère du Travail québécois (marché du travail, perspectives, formation…)

Un bel Avenir pour vous au Québec. Cet excellent site du gouvernement du Québec est une très précieuse boîte à outils pour comprendre le marché de l’emploi, mais aussi tous les aspects qui peuvent intéresser le futur immigrant dans la province : formalités administratives, entrepreneuriat, découverte des régions, etc.

Qualifications Québec (informations par professions, sur les salaires, perspectives d’emploi et leur localisation au sein de la province…)

Informations générales sur le travail au Québec

Guichet Emploi, site du gouvernement du Canada

Le site Québecentête.com, plateforme de l’agence de développement économique de la ville de Québec et sa région, nommée Québec International. Cette plateforme est un portail d’informations destiné à orienter et à informer les personnes ayant un projet d’établissement dans la région, ainsi que les nouveaux arrivants dans la ville de Québec et ses environs.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR