Suivez nous sur

Malte

Français à l'étranger

Publié

le

Malte est le plus petit pays de l’Union européenne dont il est membre depuis mai 2004. L’Archipel maltais, composé de trois îles principales : Malte, Gozo et Domino, se situe au centre de la méditerranée, au sud de la Sicile et à moins de 300km à l’est de l’Afrique. Le climat est donc très chaud l’été et tempéré en hiver et l’économie maltaise est l’une des économies les plus dynamiques de la zone euro.

L'essentiel

Capitale

La Valette

Dirigeant

Marie Louise Coleiro Preca (présidente)

Population

436 947 hab.

Superficie

320 km²

Langues

maltais et anglais

Monnaie

euro

Croissance du PIB

5%

Chômage

4,5%

Français

environ 750 inscrits, estimés: 1 000

Indicatif téléphonique

+ 356

 Contacts utiles

Chambre de commerce :www.mfccmalta.com

Ambassade de France :  www.ambafrance-mt.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

A partir de 3 mois de présence à Malte, il faut obtenir une carte de résident pour continuer à y vivre. Cette carte permet de simplifier de nombreuses démarches administratives sur L’île. La procédure est souvent longue, c’est pour cela qu’il convient de bien se renseigner à l’avance sur les pièces utiles au dossier.

L’inscription se fait par courrier au « Department for Citizenship and Expatriate Affairs » à la Valette, ou en se présentant directement dans leurs bureaux. Quelques semaines plus tard, vous recevrez un courrier pour y retirer votre carte de résident.

Si vous avez des enfants mineurs, ils doivent être munis de leur propre carte d’identité sécurisée (pays de l’Union européenne) pour entrer dans le pays, il n’est pas possible qu’ils figurent simplement sur le passeport d’un de leurs parents.

L’obtention d’un visa ou permis de travail permet aux ressortissants étrangers d’accéder à l’emploi dans tous les secteurs professionnels de Malte, aussi bien dans le domaine public que privé. Pour l’obtenir, le futur travailleur doit d’abord trouver un emploi puis adresser une demande auprès du ministère de l’intérieur au : Citizen and Expatriate Affairs Departement. Une fois le permis obtenu, la signature du contrat de travail peut s’effectuer et le travailleur est désormais soumis à la réglementation et aux conditions de travail en vigueur dans le pays.

Le temps de travail est en général de 40 heures par semaine et ne peut excéder un total de 48 heures. Il y a 25 jours de congé par an ainsi que le droit aux divers arrêts légaux tels que le congé maternité ou le congé de repos maladie.

› Trouver un emploi

Afin de pouvoir trouver un emploi à Malte, il faut s’inscrire auprès des services publics de l’emploi (Employment and Training Corporation-ETC) à Hal Far, l’équivalent du Pôle Emploi Français, ou dans l’un des centres pour l’emploi de Malte et Gozo : La Valette (Zachary Street), Mosta (St Anne Street), Vittoriosa (Access Complex, St Edward Street) et Victoria Gozo (St Francis Square). Les recherches par internet et dans les journaux aident aussi.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Un bon niveau anglais est un atout primordial pour trouver du travail à Malte, mais certains profitent aussi de leur séjour à Malte pour progresser dans cette langue. Parmi les emplois disponibles avec un faible niveau d’anglais, on peut citer les nombreuses compagnies de jeux en ligne (e-gaming) ayant leur service client français basé à Malte. Betclic (paris sportif, turf, poker en ligne), par exemple, emploi une centaine de Français. Les employés français sont bienvenus aussi dans le secteur de la restauration. Les salaires sont plus bas qu’en France, un serveur gagne à peu près 700 euros par mois, le salaire pour un poste standard en service client se situe autour de 1300 euros par mois. Il est cependant possible de progresser au sein des différentes entreprises et de tenter donc, d’augmenter son niveau de vie.  L’île est aussi réputée pour la construction navale, l’industrie textile, la fabrication de chaussures ou encore la production de tabac. Le secteur de l’informatique n’est pas en reste.

› Créer son entreprise

Le positionnement géographique stratégique de Malte, privilégiant l’accès aux marchés de l’Europe du sud et de l’Afrique du nord, son appartenance à l’UE, ses coût compétitifs, l’économie de niche propice aux investissements (notamment dans le domaine pharmaceutique), sa main d’oeuvre qualifiée et maitrisant l’anglais, tout cela fait de ce pays un endroit attractif pour les investissements directs étrangers.

Les IDE ont cependant décliné du fait de la crise économique internationale puis de la guerre en Libye.

Malte offre des avantages dans de nombreux secteurs pour attirer des investissements directs étrangers, en particulier dans les domaines de la production, du transbordement et des industries des services, notamment la fabrication de produits pharmaceutiques génériques, les technologies de l’information et les services financiers. Le gouvernement offre des avantages fiscaux pour l’investissement dans des projets industriels.

Malte dispose d’une zone franche ( le port franc de Malte : www.maltafreeport.com ) qui offre aux sociétés opérant en son sein une imposition réduite et des crédits de taxe sur les investissements.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

L’éducation est obligatoire de 5 à 16 ans.

Le système éducatif est divisé en trois cycles: l’enseignement élémentaire, de 5 à 11 ans, l’enseignement secondaire, de 11 à 16 ans, et l’enseignement supérieur.

Il est possible d’inscrire les enfants dans des écoles publiques (avec une dérogation si l’enfant n’est pas maltais, l’enseignement est en maltais),  ou privées (enseignement en anglais jusqu’en CM2« YEAR 6 », le maltais étant enseigné seulement dans le secondaire) et les écoles confessionnelles (enseignement bilingue maltais-anglais) qui sont réservées normalement aux enfants catholiques et dont l’un des parents, au moins, est maltais. Les écoles publiques d’enseignement élémentaire et secondaire se trouvent dans toutes les régions principales de Malte. Les écoles confessionnelles et privées sont très recherchées. L’admission dans les écoles confessionnelles est soumise à un vote. L’admission dans les écoles privées (assez coûteuse) nécessite d’anticiper l’inscription quelques mois, voire plusieurs années à l’avance.

Il n’y a pas d’école primaire ou secondaire de langue française à Malte. Le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) peut être une solution pour assurer la continuité par correspondance de la scolarité « à la française » de ses enfants. Pour des cours sans inscription, rendez-vous sur le site www.academie-en-ligne.fr

› S’inscrire à la fac

L’entrée à l’Université se fait avec les « A levels » (équivalent du baccalauréat) et les frais d’inscription sont moyennement élevés.

Il existe aussi le  « Malta College of Arts, Science & Technology » ou MCAST  qui est dédié à l’enseignement technique. Le MCAST est en charge de tout l’enseignement technique et propose par le biais d’instituts répartis sur tout le territoire, l’enseignement de l’informatique, du commerce, des métiers d’arts (vitrail, la joaillerie, la couture, la coiffure), le dessin industriel, l’électronique, les métiers du bâtiment (maçonnerie, électricité, plomberie), ainsi qu’un Institut maritime pour les métiers de la mer. De son côté, le « International Tourism Studies » ITS préparent les élèves aux métiers de la restauration et de l’hôtellerie : www.mcast.edu.mt

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Avec un taux de chômage particulièrement bas, Malte est une île florissante, spécialisée dans le tourisme mais aussi les cours d’anglais, les jeux en ligne, la finance et l’informatique.

Il y a donc des possibilités de stage dans les domaines de l’informatique, de l’assistance téléphonique (hot line) et toujours dans l’industrie du jeu en ligne qui est en pleine croissance. Il est également possible de chercher un stage dans l’une des nombreuses écoles de langue présentes sur l’île (en marketing ou relations clients). Sont porteurs aussi : le transport maritime , les grands groupes pharmaceutiques installés dans le pays. Le domaine des cosmétiques et des soins est aussi en pleine expansion.

Plusieurs programmes de stages  ont été mis en place par le gouvernement maltais à l’adresse de toutes sortes de public.  Le “Student Placement Programme” pour les étudiants par exemple, comprend 11 semaines de stage, à raison de 30h par semaine, avec une rémunération de 6,02€ de l’heure (2017) : www.mita.gov.mt

› V.I.E.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires. Pour s’inscrire en V.I.E ou V.I.A à Malte  : www.civiweb.com

Pour obtenir le barème des indemnités : https://www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

On trouve assez facilement à se loger à Malte, l’offre et la demande sur le marché de la location augmentent  et l’on trouve des logements meublés ou non, selon son choix. Malgré tout, il faut savoir que l’habitat dans le centre des villes les plus recherchées est plutôt coûteux. Très prisées, Sliema, Saint Julian’s et La Valette sont les villes où la vie est plus chère que dans le reste du pays, elles représentent le cœur touristique de l’archipel et permettent à ses habitant de tout avoir à proximité (magasins, entreprises, mer, vie nocturne, écoles…). Les loyers peuvent être divisés par 2 si vous vous installez dans une zone plus excentrée.

En général, les prix restent abordables s’ils sont comparés à ceux pratiqués dans les grandes villes d’Europe. Il faut compter au minimum 350 €/mois pour un studio, sans les charges.

Il est préférable de vérifier que le propriétaire possède bien une autorisation de location, il n’est pas dans l’illégalité absolue s’il ne la possède pas, mais c’est la garantie pour la signature d’un bail en bonne et due forme.

Pour acquérir un bien immobilier, en tant que ressortissant de l’UE, vous serez limité à l’achat d’un seul bien et à condition de vivre à Malte depuis cinq ans minimum.

› Transports

A Malte, le réseau routier accuse un retard important de développement par rapport à la moyenne européenne. On roule à gauche, il y a beaucoup d’embouteillages et il est préférable d’être vigilant en conduisant ! Malgré un niveau d’urbanisation élevé, Malte compte moins de 100 km d’autoroutes.

Le permis de conduire (valide) d’un citoyen venant d’un pays de l’UE est valable à Malte comme ailleurs en Europe, toutefois, il faut vérifier que ce permis respecte bien les exigences éventuelles du nouveau pays où l’on réside, par exemple en ce qui concerne une durée de validité plus brève ou le fait qu’un examen médical soit requis.

Les bus sont les moyens de transports publics principaux de l’île. Ils proposent un service bon marché et fréquent depuis différentes parties de Malte et Gozo.

Les taxis sont aussi très utilisés et relativement bon marché.

Il n’y a plus de train à Malte, le réseau ne fonctionne plus, par contre la route maritime propose des ferries reliant les îles les unes aux autres.

Pour les connexions avec d’autres pays, Malte propose un excellent système de transport aérien.

 Santé

Les citoyens européens possédant une carte européenne d’assurance maladie (CEAM) recevront des soins médicaux gratuits dans tous les pays d’Europe, y compris à Malte. Pour obtenir cette carte il faut contacter la sécurité sociale de votre pays.

Les lois sont claires à Malte, tout étranger qui vient travailler ou résider dans l’archipel  pour une durée de plus de trois mois est obligé de demander un permis de résidence. Ce permis de résidence ouvre les droits à une couverture sociale dont il faut faire la demande à la « Sigurtà Socjali », situé à La Valette.

Grâce aux contributions sociales hebdomadaires prises sur tous les salaires des employeurs et employés (les dépendants sont couverts par les membres de la familles qui sont salariés), tous les résidents de l’archipel maltais peuvent recevoir des soins complets et gratuits dans les centres de santé gouvernementaux et les hôpitaux. Le financement couvre la plupart des services médicaux et aussi les traitements de spécialistes, l’hospitalisation, les ordonnances, la grossesse, l’accouchement et la rééducation. Les personnes en situation de précarité ou atteintes de maladie chroniques graves ont accès aux soins et aux médicaments gratuitement. La qualité de soin est donc élevée, même si l’attente pour accéder à certains de ces soins peut parfois être longue.

 Fiscalité

Dans l’Archipel maltais, le taux d’imposition sur les revenus est beaucoup plus bas que celui pratiqué en France. Ce taux d’imposition des personnes physiques varie entre 0 et 35 %. Il augmente progressivement selon la tranche du revenu imposable. L’impôt sur les sociétés est fixé à 35 %. Les entreprises réalisant un faible chiffre d’affaires bénéficient d’un dégrèvement partiel ou total de l’impôt sur les sociétés.

Ce taux d’imposition attractif concerne particulièrement les personnes vivant à Malte avec un statut d’indépendant (freelance).

Le taux de TVA sur la plupart des biens et services s’élève à 18 % (7% pour l’hôtellerie). Toute activité économique est assujettie à la TVA.  Les personnes exonérées : médecins, compagnies d’assurance ou petites entreprises dont l’activité est inférieure au seuil fixé par la loi sont aussi imposables, même si elles ne sont pas tenues d’appliquer et de récupérer la TVA.

 Retraite

Le soleil et les avantages fiscaux font de ces petites îles un véritablep aradis pourl es retraités. D’ailleurs, les Anglais, les Allemands et les Suédois affectionnent particulièrement l’île de Gozo où ils vivent généralement dans des farmhouses, d’anciennes fermes rénovées.

Un séjour de plus de trois mois à Malte, que l’on soit retraité ou non, implique obligatoirement de se procurer un permis de résidence au ministère de l’Intérieur Maltais. La demande peut se faire par courrier pour les ressortissants de l’UE, sinon par ce site en anglais du ministère de l’Intérieur maltais : http://mhas.gov.mt.

Il faut ensuite s’inscrire au Registre des Français établis hors de France, Section consulaire- formalités administratives www.ambafrance-mt.org

Cette inscription permet de vous faire connaître de l’ambassade et facilite l’obtention des documents administratifs.

Si l’on désire passer sa retraite à Malte, il faut être en possession d’un passeport valide et être affilié à une assurance santé valable dans l’UE. Votre casier judiciaire doit être vierge (extrait de casier à l’appui), et une fois sur place, il faudra vous enregistrer auprès du Citizenship and Expatriate Affairs Department, afin de légaliser votre statut de retraité à Malte, documents à l’appui.

Un dépense minimum est exigée pour le logement que ce soit pour l’achat ou la location d’un bien immobilier.

Depuis quelques années il existe un programme fiscal de retraite destiné aux ressortissants de l’UE : les retraités sous ce régime bénéficient d’une exonération totale d’impôts sur les revenus non rapatriés à Malte. Les revenus de source étrangère rapatriés à Malte sont quant à eux imposés au taux de 15 %. Les revenus de source locale sont imposés à un taux progressif jusqu’à 35 %.

Il n’existe pas d’impôt sur la succession à Malte ni d’impôt sur la fortune.

Pour en savoir plus : http://www.malte-conseils.com

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE