Suivez nous sur

Costa Rica

Français à l'étranger

Publié

le

Le Costa Rica affiche toujours une croissance dynamique grâce à sa stabilité et ses infrastructures de qualité. Le pays applique une politique attractive à l’égard des investisseurs étrangers et son économie est très dépendante de ses exportations. Le Costa Rica possède une biodiversité impressionnante ce qui en fait une destination touristique attractive. Le pays est leader en matière de politique environnementale : il est le seul pays au monde à avoir stoppé, voir inversé la déforestation sur son territoire !

L'essentiel

Capitale

San José

Dirigeant

Luis Guillermo Solís (Président)

Population

4,93 millions

Superficie

51 100 km²

Langues

Espagnol

Monnaie

colón costaricien

Croissance du PIB

3,9 %

Chômage

9,3%

Français

2 704

Indicatif téléphonique

+506

 Contacts utiles

Chambre de commerce :www.camarafranco-cr.org

Ambassade de France: www.ambafrance-cr.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Il faut être en possession d’un visa pour travailler au Costa Rica, et il s’obtient soit depuis un consulat à l’étranger, soit dans le pays. Mais attention, la préférence nationale existe ici et votre employeur devra prouver qu’il ne peut pas recruter de locaux au poste qu’il vous propose.

La durée maximum de travail est de huit heures par jour et de six jours par semaine. Les congés payés sont de deux semaines par an et il y a 11 jours fériés légaux. Le salaire minimum varie selon les métiers et varie autour de 200 € par mois. Le 13e mois (aguinaldo) est obligatoire.

› Trouver un emploi

Pour vous aider à trouver un emploi, passez par le site du ministère du Travail : www.mtss.go.cr, ou optez pour le service public de l’emploi (www.buscoempleocr.com). Un autre site très consulté :  www.elempleo.com

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

En 2016, en moyenne, 95 % de l’énergie étaient issus de ressources renouvelables. Le pays possède la plus grande centrale géothermique de la zone (Miravalles). Le secteur environnemental est donc particulièrement dynamique.

Plusieurs projets d’énergies renouvelables sont d’ailleurs en construction afin de doubler sa capacité de production. Ce sont quelque 635 millions d’USD qui devraient être investis entre 2015 et 2025 dans le cadre de son Plan d’Expansion sur ce secteur.

Le tourisme est également un secteur qui recrute, mais pour exercer le métier de guide, il faut passer un diplôme sur place. On trouve des opportunités dans les secteurs concernent les infrastructures (ponts, transports publics, eau et déchets, …), l’agro-industrie, le secteur médical.

Si vous maîtrisez bien l’anglais, vous aurez plus de chances d’être recrutés, le pays recherchant une main d’œuvre multilingue trop rare.

› Créer son entreprise

Le Costa Rica attire des investisseurs étrangers dans les secteurs de la haute technologie et du bâtiment, des sciences de la vie ou encore de l’industrie avancée. Les services, comme les télécoms sont ouverts aux capitaux étrangers. Il faut savoir que dans ce secteur géographique, le Costa Rica est le premier partenaire de la France. On y trouve donc des entreprises françaises dans les secteurs des hydrocarbures, l’hôtellerie-restauration et le tourisme médical.

L’Agence de promotion de l’investissement (La Coalición Costarricense de Iniciativas de Desarrollo – CINDE) est très efficace pour conseiller celles et ceux qui souhaitent investir dans le pays. Les zones franches sont des endroits favorables pour y implanter son entreprise. La chambre de commerce franco-costaricaine aident aussi les Français qui cherchent à s’installer dans le pays.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Pour la scolarité au Costa Rica, il y a des écoles privées avec d’excellents résultats scolaires. Leur enseignement est souvent bilingue espagnol-anglais. Les écoles semi-privées sont le plus souvent catholiques, la moitié d’entre elles est bilingue. Enfin, les écoles publiques ont un enseignement de qualité mais elles affichent des effectifs plus chargés. Il faut compter entre 400 et plus de 1000 $ par mois pour scolariser scolariser son enfant dans le privé.

› S’inscrire à la fac

L’éducation est gratuite et obligatoire depuis 1870. L’année scolaire est calquée sur la période de la récolte du café, soit de début février à décembre. La scolarité débute par la Kinder garden pour les enfants de moins de 6 ans, qui sont ensuite accueillis à l’école primaire, du premier au sixième grade, de 6 à 12 ans, puis au colegio ou lyceo, désignant le secondaire, du septième au onzième grade (le troisième cycle allant de 12 à 15 ans et le quatrième cycle allant de 15 à 17 ans ce qui correspond aux deux années de bac).

Pour étudier au Costa Rica, il faut posséder un visa approprié. Organisée sur le modèle américain, les facs proposent des programmes en anglais-espagnol, en pariculier dans les filières scientifiques.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Pour faire un stage au Costa Rica, il faut un visa de stagiaire, ne pas dépasser de 35 ans, posséder un billet aller-retour, avoir des économies et un casier judiciaire vierge. Les secteurs qui recherchent le plus de stagiaires sont : l’éducation, l’environnement, la santé, le développement social, la protection des animaux. La chambre de commerce franco-costaricaine publie des offres de stages et d’emplois.

› V.I.E.

Beaucoup de parcs nationaux recherchent des volontaires, tout comme de nombreux éco-sites. Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Pour s’inscrire au V.I.E ou V.I.A au Costa Rica : www.civiweb.com/FR/index.aspx

Pour obtenir le barême des indemnités : www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

Dans les lieux touristiques, il est parfois difficile de trouver à se loger à des prix raisonnables. A San José, les quartiers résidentiels se situent à l’ouest et à l’est de la ville. Sinon, les tarifs sont plutôt abordables, puisqu’il faut compter environ 250 $ pour un studio dans un quartier chic ou au moins 1 000 $ par mois pour une maison très bien située. Les baux durent généralement 3 ans durant lesquels le propriétaire ne peut augmenter le loyer s’il est payé en dollar, et ne peut l’augmenter de plus de 15 % s’il est réglé en monnaie locale. Le locataire doit donner un préavis de 3 mois avant de quitter le logement.

› Transports

Le pays étant petit, les transports les plus utilisés sont le car et la voiture. Pour des parcours hors agglomération, il y a des « collectivo ». Le réseau routier au Costa Rica est bien développé, mais insuffisamment entretenu, et la route interaméricaine (Carretera Interamericana), ou Panaméricaine, est très utilisée.

 Santé

L’inscription à la sécurité sociale costa-ricienne est obligatoire (Caja Costarricense de Seguro Social) pour recevoir sa carte de résident. La protection sociale universelle instaurée au Costa Rica repose sur une cotisation de l’employeur, du salarié mais également de l’Etat.

Les soins sont de bonne qualité, tant dans le privé que dans le public. Il y a des hôpitaux dans tout le pays, dont un grand centre à San José. Les soins étant moins onéreux qu’en Europe ou qu’aux Etats-Unis, on voit de plus en plus de touristes venant spécialement pour se faire soigner, en particulier pour recevoir des soins dentaires, oculaires ou pour la chirurgie esthétique.

 Fiscalité

Les impôts sont prélevés à la source, mais le 13e mois n’est pas imposable.  De 323 001 à 485 000 colónes, l’impôt est de 10 % des revenus, au-delà de 485 000 colónes, à 15 %. La TVA est pour la plupart des produits à 13 %.

 Retraite

La demande de résidence en tant que retraité doit être faite directement au Costa Rica. Là, est prévu un statut particulier pour les retraités étrangers qui ont un statut de « résident retraité ». Il s’obtient sous réserve d’un revenu minimal de 1 000 $/mois. La vie y est agréable, le système de santé performant, la qualité de vie y est excellente. En outre, vous ne payerez pas d’impôt sur votre retraite versée par la France. Les retraités doivent régler 10 % à la Sécurité Sociale locale. Seul bémol : les risques sismiques importants.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE