Suivez nous sur

Estonie

Français à l'étranger

Publié

le

Le gouvernement en place depuis fin 2016 a fixé des priorités plus sociales (réforme fiscale, politique familiale plus active, hausse des droits d’accise, lutte contre l’alcoolisme, politique de grands travaux). Ce petit pays balte connaît une croissance régulière même si elle n’est pas très importante, en partie portée par les investisseurs étrangers. Le principal problème du pays est aujourd’hui de faire face à une population vieillissante et à une jeunesse qui s’expatrie. Ce qui offre de réelles opportunités à celles et ceux qui souhaitent vivre à l’étranger.

L'essentiel

Capitale

Tallinn

Dirigeant

Kersti Kaljulaid (Président)

Population

1 315 635 hab.

Superficie

45 339 km²

Langues

Estonien, russe

Monnaie

couronne estonienne

Croissance du PIB

4%

Chômage

9%

Français

287

Indicatif téléphonique

+372

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccfe.ee

Ambassade de France :www.ambrafrance-ee.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Aucun besoin d’un permis de travail quand on est citoyen européen. Pour un séjour de plus de trois mois, il convient sur place de faire, en personne, une demande de carte de séjour auprès de l’office de la citoyenneté et des migrations. Un permis de séjour est délivré au citoyen de l’Union européenne s’il souhaite y travailler, y investir, y étudier.
La durée journalière normale du travail ne peut excéder 8 heures, et la durée hebdomadaire normale, 40 heures. La durée des congés peut varier selon l’activité professionnelle. le niveau minimal du salaire horaire est de 2,78 euros et celui du salaire mensuel est de 470 euros.

› Trouver un emploi

Des postes disponibles pour la main d’œuvre expatriée sont disponibles sur www.workinestonia.com, www.tootukassa.ee. Sinon, la caisse estonienne d’assurance-chômage publie des offres et donne des conseils : www.tootukassa.ee. Les portails de recrutement les plus connus sont www.cvkeskus.ee, www.ej.ee, www.riigiteataja.ee… Les salons sont aussi des lieux où les entrepreneurs recrutent, le plus important étant celui  de Teeviit à Tallinn: www.teeviit.ee

L’estonien est indispensable pour travailler dans le pays, le russe et l’anglais étant un vrai plus.

› Les secteurs porteurs d'emploi

Le numérique est réellement porteur de croissance et d’emploi. Ainsi, ici 99 % des démarches administratives se font en ligne, une entreprise se crée en quelques heures, c’est ici que Skype a vu le jour, la cybersécurité est en développement… Parallèlement à cela, le secteur énergétique durable est en plein boom, même si le schiste bitumineux reste l’une de ses principales sources d’approvisionnement en électricité. Le transport et la logistique, la biotechnologie et les services financiers sont des secteurs qui recrutent.

A l’avenir, et compte tenu du vieillissement de la population, les secteurs de l’aide sociale et des soins de santé seront amenés à se développer.

En règle générale, les managers, quels que soient leurs profils, sont recherchés en Estonie. Presque tous les secteurs enregistrent des besoins accrus en personnel spécialisé.

› Créer son entreprise

En 2014, l’Estonie a été le premier pays au monde à créer une « e-résidence », qui donne à des ressortissants de pays tiers accès à certains des services en ligne proposés par l’État estonien à ses citoyens (création d’entreprises, opérations bancaires, signature numérique sécurisée, etc.).  Le pays développe ses relations avec les autres pays baltes et la Pologne. Le pays est très développé en matière de technologies de l’information, de biotechnologie et d’industries vertes, secteurs qui attirent les investisseurs. Le pays est classé 12e sur 190 pays dans le rapport de la Banque mondiale Doing Business 2017. L’impôt sur les sociétés est de 20%, ce qui est inférieur à la moyenne européenne. Pour se faire aider dans ses démarches, le Fice : www.fice.ee.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

L’école est obligatoire de 7 à 17 ans en Estonie. L’enseignement se fait en Estonien, parfois, dans quelques écoles, en russe. Depuis 2002, les écoles estoniennes se sont dotées d’une interface virtuelle dite « e-kool », un espace en ligne où enfants (et parents) disposent des données essentielles à leur scolarité : emploi du temps, classes suivies ou manquées, bulletins scolaires, devoirs… des cours d’encodage sont aussi donnés dans certaines écoles. L’Estonie ne dispose pas d’établissements scolaires affiliés au réseau de l’AEFE. Une école européenne à Tallinn possède une section française, et l’Association des Petits francophones de Tallinn permet aux petits francophones de suivre des cours extrascolaires en français.

› S’inscrire à la fac

Il y a 6 universités publiques et 2 privées. L’informatique, l’ingénierie, l’architecture sont des secteurs attractifs pour une poursuite d’études supérieures en Estonie. Les universités ont adopté la candidature en ligne sur le site www.estonia.dreamapply.com. On peut postuler à 2 programmes par université pour un maximum de 5 universités soit un total de 10 vœux. Plus d’informations sur le site Study in Estonia. Tous les étudiants de l’Union européenne et également de Suisse doivent demander un permis de séjour temporaire auprès du Bureau de Migration et Citoyenneté (CMB), dans un délai de trois mois après l’entrée dans le pays : www.politsei.ee

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Les secteurs où vous trouverez le plus facilement un stage sont ceux des nouvelles technologies, des services, de l’ingénierie, de la mécanique et de l’électronique, de l’artisanat, de la logistique, du bois, du jeu vidéo. Mais la pratique du stage n’est pas très développée en Estonie, il est plus facile de partir via Erasmus. La législation n’encadre que les stages liés aux formations professionnelles mises en place dans le pays.

› P.V.T.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule V.I. ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Pour s’inscrire au V.I.E ou V.I.A en Estonie : www.civiweb.com

Pour obtenir le barême des indemnités : www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

Les quartiers résidentiels se trouvent dans la vieille ville de Tallinn, agréable mais chère et bruyante, à Kristiine, dans la presqu’île de Kakumäe à 10 km à l’ouest de la ville ou encore à Pirita, au bord de la mer, à 5 km à l’est de Tallinn.  Les loyers sont bien plus abordables qu’en France et comprennent les charges (chauffage, eau, assainissement, électricité, gaz et ordures ménagères). Ils peuvent aller jusqu’à 1 000 €/mois pour un 3-pièces à Tallinn, moitié moins dans une ville de province. Pour trouver, il est possible de chercher dans les journaux (www.soov-ee.postimees.ee, www.kuldnebors.ee), ou sur des sites comme www.city24.postimees.ee/, www.kinnisvaraportaal-kv-ee.postimees.ee/, www.fr.arkadia.com

› Transports

Dans chaque grande ville, vous trouverez des bus pour vous déplacer, ainsi que des trolleybus et des tramways à Tallinn. Il existe des liaisons régulières par ferry ou par bateau pour les principales îles du pays, les autocars étant le moyen de déplacement le plus fréquemment utilisé en Estonie. Les trains sont peu intéressants, car ils sont peu fréquents et le réseau vieillissant.

 Santé

Les soins prodigués en Estonie sont de qualité. Les résidents permanents et les personnes vivant en Estonie sur la base d’un permis de séjour ou d’un droit de séjour temporaire ont droit à une couverture de l’assurance maladie. Un système de médecins de famille a été mis en place, il faudra en choisir un à côté de votre domicile ; il faut lui en faire la demande par écrit.

 Fiscalité

La France et l’Estonie ont signé le 28 octobre 1997 une convention fiscale en vue d’éviter notamment les doubles impositions pour leurs ressortissants installés dans l’autre Etat. Le système est complètement informatisé, et simplifié à  l’extrême avec la flat tax où tout le monde est au même taux d’imposition, 20%.

 Retraite

Les retraités résidents en Estonie paieront un impôt qui peut être intéressant si leur pension est élevée. La vie y est moins chère qu’en France, et comme il fait partie de l’UE, le pays vous accueille sans problème ni tracasserie administrative. Mais attention, ici, l’hiver est rigoureux !

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE