fbpx
Suivez nous sur

Actualités

Alertes sécurité du 7 au 12 novembre, avec International SOS

Nathalie Laville

Publié

le

Vous pouvez bénéficier, en exclusivité, des informations de notre partenaire International SOS, qui couvre pour la semaine du 7 au 12 novembre les événements nécessitant une vigilance accrue.

Afrique

Justice

Côte d’Ivoire. Jours à venir. Le gouvernement ivoirien a émis une requête le 25 octobre dernier suite à l’acquittement de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son ex-adjoint Charles Blé Goudé par la Cour pénale internationale (CPI) quant à leur responsabilité dans les violences post-électorales perpétrées en 2010-2011. Quatre jours plus tard, une cour d’Abidjan a condamné à une peine de vingt ans d’emprisonnement Laurent Gbagbo, accusé d’un retrait de fonds illégal auprès de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Alors que l’ancien président et son ex-adjoint seront jugés prochainement en Côte d’Ivoire pour « crimes contre des prisonniers de guerre », les militants proches de Laurent Gbagbo pourraient se rassembler prochainement, notamment à Abidjan et Bouaké, considérant que ces décisions de justice témoignent de la volonté de l’actuel chef d’État, Alassane Ouattara, d’écarter un possible rival dans la perspectives du scrutin présidentiel de 2020.

Guinée. 7 novembre. Une manifestation est attendue ce jour dans la capitale Conakry pour protester contre le gouvernement et la volonté du président Alpha Condé de briguer un nouveau mandat, alors que de nouveaux incidents macabres sont survenus ces derniers jours.

Kenya. 7 novembre. La circonscription de Kibra, qui comprend le quartier défavorisé de Kibera au sein de la capitale Nairobi, sera ce jour le lieu d’élections partielles. Celles-ci suscitent des tensions au niveau de Jubilee, le parti au pouvoir, tout comme à l’encontre du Mouvement démocratique orange (ODM), le parti d’opposition. Des risques d’affrontements existent donc dans ce contexte, ainsi que dans les districts proches de Kilimani et Upper Hill.

Mozambique. Jours à venir. Au terme de la réélection du président Filipe Nyusi avec 73% des suffrages, le parti au pouvoir du Frelimo est accusé par l’opposition mozambicaine de violences, d’intimidations et de trucage des votes. Ce parti a en outre remporté la majorité des sièges dans le cadre des assemblées législatives aux niveaux national et provincial, ce qui constitue une remise en questions des fiefs traditionnels de l’opposition, particulièrement du parti Renamo.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

Irak. Jours à venir. Le gouvernement central irakien fait l’objet d’une très vive contestation, marquée par des rassemblements quotidiens qui ont lieu depuis le 25 octobre dernier à Bagdad, où un couvre-feu est instauré la nuit de 2h à 6h. Dans la province de Bassorah, et notamment à Umm Qasr, les tensions qui ont cours bloquent notamment les activités portuaires. Dans un tel contexte, et malgré l’appel au calme des autorités religieuses, le recours à la force des autorités de sécurité représente un risque réel. Par ailleurs, les déplacements dans le sud du pays supposent une planification en amont et l’assistance d’une société de sécurité confirmée.

Liban

Liban. Jours à venir. En dépit de la démission du Premier ministre Saïd Hariri le 29 octobre dernier, les risques de troubles et de violences demeurent dans le pays compte tenu de la revendication de la population d’un changement profond au sein de la structure gouvernementale. Ce mouvement de contestation concerne l’ensemble des grands centres urbains libanais, même si son épicentre reste situé dans la capitale Beyrouth. Dans un tel contexte, les déplacements au Liban sont déconseillés, au moins jusqu’au 8 novembre.

Amériques

Bolivie. Jours à venir. Le président Evo Morales, réélu au terme des élections générales du 20 octobre dernier, est accusé de fraude par son principal opposant, Carlos Mesa, qui était arrivé en seconde position lors de ce scrutin. Dans le même temps, Luis Fernando Camacho, président de l’influent Comité Pro-Santa Cruz, a demandé la démission d’Evo Morales. Dans ce contexte, les manifestations contre le gouvernement se poursuivent, sur fond de grève générale et de blocages de routes dans les grands centres urbains, notamment à La Paz, Cochabamba et Santa Cruz. Deux personnes sont décédées et cent quarante ont été blessées lors de ces manifestations qui ont amené le chef de l’État réélu à décréter l’état d’urgence et à renforcer les dispositifs de sécurité autour des lieux de rassemblement et aux abords des sites gouvernementaux.

Chili. Jours à venir. Le changement profond de Constitution chilienne, élaborée sous l’ère de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, est au centre des revendications populaires qui ont cours dans le pays. Parallèlement, une partie de la population exige la démission de l’actuel président, Sebastian Pinera. Si les manifestations violences ont baissé en intensité depuis le 18 octobre dernier, le bilan de ce mouvement de contestation s’est jusqu’alors traduit par la mort de 20 personnes ; 1 000 manifestants ont également été blessées et 3 500 ont été arrêtés. Le cœur de la contestation, qui se déroule à Santiago, Valparaiso et Concepcion, touche aussi d’autres grands centres urbains du pays.

Haïti. Jours à venir. Les manifestations sont quasi quotidiennes en Haïti, alors que la démission du président Jovenel Moïse est toujours exigée. Ce mouvement se traduit par des blocages de routes, des affrontements avec les forces de l’ordre, mais également des attaques perpétrées par des bandes criminelles qui font peser un important climat de tension. Dans ce cadre, les déplacements à l’intérieur du pays, y compris dans la capitale Port-au-Prince, sont à limiter.

Asie-Pacifique

Chine Macron Suite

Chine. Jours à venir. La deuxième édition du salon international Import Expo de Shangaï accueille près de trois mille entreprises étrangères ainsi que des chefs d’État et différents VIP. Dans ce cadre, la ville et l’aéroport international d’Hongqiao (SHA) font l’objet d’un important dispositif de sécurité jusqu’au 10 novembre.

Hong Kong. Jours à venir. Après les manifestations des 31 octobre et 2 novembre dernier qui se sont soldées par de nombreux affrontements violents avec les forces de l’ordre, notamment dans le quartiers de Mong Kok et Central, de nouveaux rassemblements pourraient avoir lieu les 9 et 10 novembre ; les élections de district étant prévues le 24 novembre.

Europe

Azerbaïdjan. Jours à venir. En dépit du risque d’interdiction par les autorités, l’opposition du NCDF a prévu de se rassembler à Bakou, la capitale du pays. Après les précédents des 8, 19 et 20 octobre dernier, des actes violents et de possibles arrestations sont à craindre.

Espagne. 10 novembre. Les élections générales de ce jour risquent devraient se dérouler dans un contexte de tension exacerbé notamment par la crise en Catalogne, attisée par le jugement de neuf leaders pro-catalans, ce qui suscite l’ire des soutiens de cette cause. De nombreux rassemblements politiques devraient avoir lieu à l’approche de ce scrutin dans les principales villes d’Espagne.

France. 9 novembre. Le mouvement des Gilets jaunes a prévu ce jour de nouveaux rassemblements dans les principaux centres urbains du pays.

Russie et Ukraine. 7 novembre. Ce jour correspond à la commémoration de la révolution d’Octobre 1917, ce qui donne lieu à différents rassemblements. Dans ce cadre et comme chaque année, des affrontements localisés entre participants et forces de l’ordre ne sont pas à exclure.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR