fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

Jacques Attali : « La crise ne fait que commencer »

Invité le 20 avril par la CCI France Italie, Jacques Attali, président de la Fondation Positive Planet, livre son point de vue sur les conséquences sanitaire, économique et politique de la crise liée au coronavirus.

Nora Litoussi

Publié

le

Sans Titre 166

Selon vous, quelles tendances humaines, économiques et sociales pourraient se dégager de cette crise sans précédent ? Quelles leçons pouvons-nous en tirer ?

S’interroger maintenant sur les leçons que nous pourrions tirer de cette crise c’est un peu comme si on s’était demandé en 1940 « Quelles leçons peut-on tirer de la guerre ? ». Nous ne pouvons pas tirer de leçons d’un crise qui ne fait que commencer. Bien entendu, il est important de préparer l’après-guerre pendant la guerre, comme l’ont fait plusieurs pays durant la seconde guerre mondiale. Mais préparer l’après-guerre n’avait de sens que si l’on gagnait la guerre. Il faut donc bien comprendre que la crise n’est pas fini, ni sur le terrain thérapeutique, puisqu’elle ne fait que débuter ni sur le plan économique, où elle n’a pas encore commencé. Tant que nous n’aurons pas réalisé cela, nous ne pouvons rien faire pour préparer l’après. 

Quelle est votre analyse de la situation sur le plan thérapeutique ?

La crise ne sera terminée sur le terrain médical que lorsque nous aurons découvert un vaccin et un  médicament, ce qui à ma connaissance, n’est pas encore le cas. Tout ce que fait magnifiquement le système médical pour l’instant est d’aider les patients atteints à trouver en eux-même la force de résister en les aidant comme ils le peuvent avec des systèmes respiratoires par exemple. Si nous essayons de ralentir l’épidémie par le confinement ce n’est pas pour soigner les malades, mais pour éviter d’avoir à choisir entre des malades qui auront besoin de respirateurs, d’outils ou de compléments comme cela a pu être le cas en Italie. Nous sommes dans une situation où en matière sanitaire, nous n’avons fait que créer les conditions pour ne pas avoir à choisir qui allait mourir. Malgré que nous avancions chaque jour d’avantage, que les techniques s’améliorent et que le degré de progrès soit considérable, nous ne sortirons pas de cette crise tant que nous n’aurons pas de vaccin ou de traitement. Le confinement et la distance sociale restent alors nécessaires et toute activité qui exige des foules, soit au travail soit en tant que consommateur, est une activité qui reste extrêmement dangereuse. En l’absence de traitement et de vaccin, ce qui vraisemblablement n’arrivera pas avant deux ans, il n’y a aucune chance que nous retournions à l’ordre antérieur. Pendant deux ans, nous allons devoir vivre avec des besoins de protection contre une maladie contre laquelle on ne peut rien faire de plus que de réduire le nombre de cas à la capacité hospitalière du pays. C’est précisément ce à quoi sert le confinement, il permet simplement d’avoir moins de malades et moins de morts et non de régler un quelconque problème lié directement à la maladie. 

Quel est votre regard sur la situation économique ?

Sur le plan économique, la situation ne fait que commencer à être grave. Pour la première fois dans l’histoire humaine, nous avons décidé d’arrêter une économie mondiale parce qu’on ne voulait pas risquer la vie des gens. Au cours des épidémies précédentes, c’est une chose que nous n’avons pas fait puisque des gens sont morts, parfois dans l’indifférence, parfois dans la souffrance. Il y a eu en 1968, une épidémie qui mondialement a fait 1 million de morts dont personne n’a jamais entendu parler et qui n’a arrêté l’économie de personne. Aujourd’hui, nous l’avons arrêtée, pour un nombre de morts qui semble devoir atteindre le même ordre de grandeur. Cet arrêt a déjà eu des conséquences considérables en terme de perte de richesse à l’échelle planétaire qui est de l’ordre de 10 à 15% du PIB mondial. Cela veut dire que le pic mondial cette année sera autour de 85% de ce qu’il était l’année dernière pour un PIB mondial de l’ordre de 10 trillions. Même si nous reprenions l’année prochaine, ce qui est peu vraisemblable, il sera plus facile de reprendre 4% ce qui nous mènerait à 89%. Fin 2021, nous serions alors à -10% de ce que nous étions en 2019. C’est ceci qu’il faut comprendre. Nous sommes dans des économies qui sont extrêmement et profondément touchées dans lesquelles nous vivons pour l’instant à crédit. A cette situation s’offre à nous deux options. La première, la procrastination de gens sidérés par l’événement qui ne veulent pas le comprendre qui croient qu’il suffit de donner de l’argent pour attendre et que nous allons finir par nous réveiller de ce cauchemar. La deuxième, donner de l’argent intelligemment pour mettre en oeuvre les conditions qui nous permettront d’éviter ce -15% d’ici à 2021 et revenir à une meilleure situation plus tôt. 

Pour y parvenir, il faut agir sur plusieurs plans.  Tout d’abord, il faut donner beaucoup plus d’argent à la recherche médicale qui contrairement à ce que l’on peut entendre, n’en a pas. Ensuite, il faut donner beaucoup plus de moyens aux secteurs économiques qui sont concernés par les enjeux de cette crise. C’est ce que j’appelle pour ma part l’économie de la vie, qui dans certains pays représente 50% du PIB parfois 60%. Dans l’intérêt de tous, il faut que nous montions au plus vite ce pourcentage à 70 ou 80% du PIB. Il faut investir de façon ciblée par l’Etat, les collectivités territoriales et par l’Europe sur ces secteurs. L’économie de la vie c’est d’abord l’économie de la santé. Il convient évidemment de mettre beaucoup plus de moyens dans les hôpitaux, l’industrie pharmaceutique, l’industrie de matériel médical et dans l’hygiène. Mais également dans l’alimentation, l’agriculture, l’éducation et la recherche, le numérique, la distribution, la sécurité, le système d’assurance et de placement de l’épargne, l’énergie propre, l’eau, le digital, la culture. Il n’est pas normal que nous ne mobilisions pas toutes les compétences d’ingénieurs de tous les secteurs. L’industrie mécanique et automobile pourrait, si on la réoriente, produire du matériel médical, du matériel de santé d’éducation ou de digitale. Pendant la guerre, on avait converti beaucoup de secteurs vers la production d’armement. Tous ces secteurs nécessitent, pour fonctionner, que nous y mettions beaucoup plus de moyens financiers. Grâce à  eux nous trouverons les moyens de vivre dans une économie dans laquelle l’épidémie sera toujours là mais aussi nous créerons les conditions pour que l’épidémie s’en aille le plus vite possible. 

Il faut prendre conscience que cette crise est longue, que, si nous ne faisons rien, nous allons simplement procrastiner et accumuler des dettes qu’un jour ou l’autre nous ne pourrons plus payer et qui vont faire exploser tous les systèmes financiers mondiaux. Nous devons comprendre que la croissance ne repartira pas toute seule. La fin du confinement c’est la garantie d’une augmentation du nombre de cas qui ne sera tolérable que parce que nous aurons davantages de respirateurs, mais qui ne changera rien au fait que cette maladie restera mortelle, tant que nous n’aurons pas mis les moyens nécessaires dans l’économie de la recherche de traitement, de vaccin et dans l’économie de la vie en générale. 

Pensez-vous que l’Europe puisse s’illustrer comme puissance géopolitique pendant cette crise ?

Je pense que la place de l’Europe dans le monde aujourd’hui peut être meilleure que jamais. D’une part parce que la puissance géopolitique des Américains est en déclin. Les Etats-Unis eux-mêmes ne veulent plus jouer un rôle géopolitique, ils sont en train de se discréditer. Nous ne voyons pas d’Américains débarquer en Europe, pour nous apporter l’industrie médicale dont ils pourraient disposer, et encore moins en Afrique ou en Amérique latine qui auront pourtant besoin d’aide.

D’autre part, la Chine qui, sans polémique excessive, est à l’origine de tout ça, parce qu’elle n’a pas obéi aux règles internationales d’hygiène, ne sera pas le grand vainqueur géopolitique mondial. Sa seule préoccupation est selon moi de s’assurer d’avoir les moyens de nourrir sa population et non pas de dominer idéologiquement ou politiquement le reste du monde. 

Par contre, l’Europe peut se défaire dans cette crise. Lorsque le chômage explosera d’ici un an ou deux à cause de notre manque de gestion, nous verrons peut être M. Salvini en Italie, Mme. Le Pen en France ou l’AFD en Allemagne prendre le pouvoir en disant « c’est l’Europe qui est la cause de tout ça, c’est la faute de la globalisation, il faut tout arrêter et défaire ce que nous avons construit. ». Cependant, l’inverse est non seulement souhaitable mais possible. Tout d’abord, l’Europe n’a pas si mal réagi, la Banque Centrale fait très bien son travail et  met tout l’argent qu’il faut en terme de trésorerie. De plus, jusqu’à présent, la santé n’était pas la compétence du Conseil Européen. Il est donc naturel qu’il n’ait pas agit. 

Je pense que si elle réussit sa réversion industrielle, l’Europe peut être à la hauteur. Nous bénéficions du meilleur système de santé du monde, ou du moins le moins mauvais comparé aux autres. Nous avons aussi le meilleur système de règles de droit : le rule of law européen. Si vous comparez le chaos entre le gouvernement fédéral et les états aux Etats-Unis ou le désastre de l’absence de transparence chinoise, notre modèle est de loin un des moins mauvais. Bien sûr, nous n’avons pas d’armée et notre capacité en intelligence artificielle est moindre que celle de la Chine mais une telle crise peut accélérer les choses. Je pense donc que l’Europe peut apparaître comme le grand vainqueur géopolitique de cette crise.

De ce que nous savons, la Chine semble s’en sortir compte-tenu de sa population alors que d’autres pays tels que les Etats-Unis s’effondrent. Peut-on voir par là une réussite du modèle autoritaire face à la démocratie dans la gestion d’une telle crise ?

Non, absolument pas. Les Chinois ne veulent pas exporter leur modèle. La dictature peut apparaître provisoirement comme une bonne solution comme cela a été le cas dans les années 30. Les premiers régimes soi-disant « sauveteurs-démocrates » étaient l’Italie de Mussolini et l’Union Soviétique de Lénine. Il y a eu un passage totalitaire avant d’aller vers la démocratie. Mais le totalitarisme n’est pas un régime durable parce qu’il ne créé pas les conditions d’adaptabilité par la discussion, la prise en compte des erreurs, des changements, des points de vue différents. Je ne crois pas que le modèle totalitaire l’emporte. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas de contraintes à la liberté.  Nous allons de plus en plus prendre conscience que le respect de soi et des autres suppose une restriction de la liberté, qui peut être parfaitement compatible avec la démocratie. La démocratie ce n’est pas la juxtaposition d’anarchies et de la liberté individuelle. C’est la juxtaposition de personnes qui se respectent et respectent les autres, qui passe par des restrictions conscientes, lucides et volontaires de la liberté. 

Selon vous, certaines décisions doivent elles revenir à des scientifiques plutôt qu’à des politiques élus ?

Aujourd’hui, beaucoup de décisions reviennent déjà à des comités médicaux. Mais les médecins ne peuvent fournir que des avis médicales, ils ne tiennent pas compte de toutes les dimensions. C’est pourquoi aujourd’hui, par exemple, si nous n’écoutons que les médecins nous ne déconfinerions pas avant qu’on ait le vaccin et le traitement et ce serait probablement une bonne décision. La  réelle interrogation que pose plus largement cette question est de savoir si la démocratie est un système capable de prendre des décisions de long termes. C’est une grand débat. Aujourd’hui, on peut avoir le sentiment que la démocratie n’est pas un très bon système puisqu’elle ne prend que des décisions immédiates en fonction du sondage d’opinions qui rapporte à l’homme politique. Dans le cadre de notre fondation Positive Planet, nous pensons qu’il faudrait avoir ce qu’on appelle une « démocratie positive ». Une démocratie qui donne le droit de vote aux générations futures et qui décide en fonction aussi de leur intérêt. Peut-être avons nous tort, mais ce que fait chaque être humain lorsqu’il a un enfant, il prend des décisions concernant sa propre vie en fonction de l’intérêt de ses enfants. Il faudrait que dans la démocratie, on considère que toutes les générations futures sont nos enfants à nous tous et que nous décidons en fonction de leur intérêt et pas seulement du nôtre, ce qui nous amènerait à restreindre les décisions qui sont dans notre intérêt. La grande question de demain est de savoir si la démocratie est compatible avec l’intérêt du long terme. Je crois que oui, mais peut-être nous devrons passer par une phase dictatoriale où nous laisserons des hommes politiques et/ou des scientifiques, eux-même dictateurs, prendre des décisions à la place de la démocratie, ce que je ne souhaite pas.

 

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR