fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Immigrer au Canada: le Nouveau-Brunswick et l’île-du-Prince-Edouard

Le Canada cherche à attirer les étudiants et les travailleurs qualifiés francophones pour accélérer sa croissance. Français à l’étranger décrypte les opportunités d’immigration au Canada, province par province.

Français à l'étranger

Publié

le

Le Nouveau-Brunswick

Comptant parmi les provinces fondatrices du Canada, le Nouveau-Brunswick est la plus grande des trois provinces maritimes. La province est bordée à l’ouest par l’État du Maine et au nord-ouest par le Québec. Elle accueille des immigrants de tous les coins du monde. Aujourd’hui, la province s’enorgueillit d’une population variée et de plus en plus multiculturelle. Le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue du Canada. On trouve des communautés francophones et anglophones dans toute la province. Il est donc possible de vivre et de travailler en français, en anglais, ou les deux! Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a mis en place une stratégie de croissance démographique  pour la période 2019-2024 afin d’attirer (et de retenir) une main d’oeuvre qualifiée.

> La politique d’immigration du Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick a l’une des populations les plus petites et les plus âgées au Canada. Une migration élevée vers d’autres provinces (surtout chez les jeunes) et un faible taux de natalité limitent sa capacité de croissance démographique. De plus, la population vieillissante entraîne un changement démographique sans précédent qui continuera d’avoir une incidence sur l’économie et la main-d’œuvre du Nouveau-Brunswick. À cela s’ajoute la diminution de la croissance démographique naturelle, qui se poursuit de façon constante. En 2015, pour la première fois de l’histoire, les décès ont commencé à dépasser les naissances au Nouveau-Brunswick.

Face à cette situation, la province a mis en place une stratégie est axée sur l’atteinte de trois objectifs au cours des cinq prochaines années et au-delà, à savoir :

  • Favoriser une augmentation régulière du nombre d’immigrants qui s’installent dans la province chaque année. L’objectif est d’accueillir jusqu’à 7 500 nouveaux arrivants annuellement d’ici 2024. Cela portera la part annuelle de l’immigration au Nouveau-Brunswick à environ 1 % de la population provinciale.
  • Appuyer la rétention des nouveaux arrivants au NouveauBrunswick en portant le taux de rétention à 85 % d’ici 2024. Cela permettra de consolider le succès des efforts visant à accroître la population en encourageant plus de personnes à s’établir dans des collectivités au Nouveau-Brunswick, à y rester.
  • Le Nouveau-Brunswick continue de viser une augmentation annuelle de 2 % des candidats francophones désignés afin d’atteindre 33 % d’ici 2024.

Pour atteindre ces objectifs, la province veut:

  •  Attirer une main-d’œuvre qualifiée qui correspond aux besoins du marché du travail
  • Recruter des entrepreneurs qui appuient une croissance économique durable
  •  Créer un environnement où les nouveaux arrivants et leur famille peuvent s’établir au Nouveau-Brunswick et y réussir
  • Encourager les collectivités à bâtir une province plus diversifiée et accueillante.

> Comment immigrer ?

Le Programme des candidats du Nouveau-Brunswick (PCNB), administré par le ministère de l’Éducation post-secondaire, de la Formation et du Travail (EPFT), est un programme d’immigration qui permet au gouvernement du Nouveau-Brunswick de désigner les personnes qui ont la plus grande capacité à réussir leur établissement économique au Nouveau-Brunswick. Ce volet d’immigration fait partie d’un programme d’immigration économique et il n’a pas pour but de réunir des familles ni de protéger des personnes; il n’est pas fondé non plus sur des considérations d’ordre humanitaire.

Le volet Entrée express du Nouveau-Brunswick s’adresse aux travailleurs qui possèdent les compétences, l’éducation et l’expérience de travail nécessaires pour contribuer à l’économie du Nouveau-Brunswick et qui sont prêts à vivre et à travailler au Nouveau-Brunswick en permanence. Ce guide fournit des renseignements complets sur les exigences du programme ainsi que sur les critères d’admissibilité pour tout éventuel candidat. Le volet Entrée express du Nouveau-Brunswick est harmonisé avec le système d’admission rapide d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). Le demandeur principal devra créer un profil d’inscription express dans le système d’inscription express en ligne du CRIC. Lorsque vous présentez une demande à tout volet d’immigration du Nouveau-Brunswick, vous devez être prêt à obtenir la résidence permanente (RP).

Il y a des exigences à chaque étape du processus du volet Entrée express du Nouveau-Brunswick, dont l’inscription, la soumission de la demande et la nomination. Si vous réunissez toutes les conditions d’admissibilité, les autorités évalueront votre demande à la lumière des six facteurs de sélection suivants : 

  • l’âge (vous devez avoir entre 22 et 55 ans)
  • la scolarité
  • la maîtrise du français et/ou de l’anglais
  • l’expérience professionnelle
  • le fait d’avoir en main une offre d’emploi valide 
  • la faculté d’adaptation (dans quelle mesure vous êtes susceptible de bien vous intégrer au Nouveau-Brunswick).

Ces facteurs font partie d’une grille de 100 points utilisée pour évaluer l’admissibilité au volet Entrée express du Nouveau-Brunswick. La note de passage actuelle est de 67 points. Vous devez réunir les conditions d’admissibilité à la date d’inscription, de soumission de la demande et de la désignation. Le fait de réunir les conditions d’admissibilité ne garantit pas votre désignation. L

> Attirer les entrepreneurs

Le Nouveau-Brunswick est un endroit très intéressant pour les immigrants entrepreneurs et leur famille. L’économie diversifiée en pleine croissance, l’emplacement géographique, la main-d’œuvre instruite et l’esprit d’innovation constituent une combinaison gagnante pour les nouvelles entreprises. Certaines entreprises de renommée mondiale ont choisi d’y installer chez  leur siège social. Cependant, le Nouveau-Brunswick compte surtout des petites et moyennes entreprises.

Il peut être difficile d’exploiter une entreprise dans un nouveau pays, et vous devez vous y préparer. Le ministère de l’Éducation post-secondaire, de la Formation et du Travail s’applique à offrir des programmes qui aident les nouveaux arrivants à faire des affaires au Nouveau-Brunswick. Il offre de nombreuses ressources pour les entrepreneurs nouvellement arrivés, dont  :

  • Trois guides d’affaires pour les nouveaux arrivants
  • Des programmes de mentorat destinés aux immigrants et les incubateurs d’entreprises d’immigrants La Ruche/Hive (en partenariat avec les organisations d’affaires locales), offerts à Fredericton, à Moncton, à Bathurst, à Saint John et à Edmundston.

> Les métiers recherchés

Les travailleurs spécialisés sont en demande au sein de la main-d’œuvre du Nouveau-Brunswick. Et on s’attend à ce que le Canada connaisse une pénurie de travailleurs spécialisés au cours des dix prochaines années. Il est donc opportun d’explorer une carrière dans l’une des professions désignées de la province.

Les professions cibles  :

  • Technologie : analystes et consultants/consultantes en informatique, Techniciens/techniciennes de réseau informatique, ingénieurs/ingénieures et concepteurs/conceptrices en logiciel, analystes de bases de données et administrateurs/administratrices de données, programmeurs/programmeuses et développeurs/développeuses en médias interactifs
  • Comptabilité et finance : techniciens/techniciennes en comptabilité et teneurs/teneuses de livres, analystes financiers/analystes financières et analystes en placements
  • Gestion : cadres supérieurs/cadres supérieures – services financiers, communications et autres services aux entreprises, directeurs/directrices de la restauration et des services alimentaires, directeurs/directrices des soins de santé, Superviseurs/superviseures des ventes – commerce de détail
  • Autres : adjoints administratifs/adjointes administratives, adjoints/adjointes de direction, éducateurs/éducatrices et aides-éducateurs/aides-éducatrices de la petite enfance, acheteurs/acheteuses des commerces de détail et de gros, agents/agentes aux achats, agents/agentes d’administration, traducteurs/traductrices, terminologues et interprètes, cuisiniers/cuisinières.

Les autres secteurs qui sont en recherche de main d’oeuvre sont les assurances, le tourisme et la manufacture.

> Les opportunités pour les étudiants

En 2017, près de 3 000 étudiants étrangers étaient inscrits dans les établissements post-secondaires publics du Nouveau-Brunswick, et ce nombre continue d’augmenter. Une grande majorité de ces étudiants étrangers disent qu’ils aimeraient rester dans la province ou devenir citoyens canadiens. 

Les étudiants étrangers sont des candidats particulièrement souhaitables pour la résidence permanente en raison de leur formation et de leurs titres de compétences canadiens, de leur maîtrise d’une ou des deux langues officielles, de leurs compétences entrepreneuriales et de leur familiarité avec la culture locale. Ces facteurs facilitent l’intégration dans la communauté et sur le marché du travail, ce qui entraîne une croissance démographique et économique, ainsi que la création d’emplois. En attirant et en retenant davantage d’étudiants étrangers, le Nouveau-Brunswick veut développer ses entreprises et enrichir ses communautés.

Les employeurs du Nouveau-Brunswick ont la possibilité d’accueillir des étudiants et des diplômés dans leurs entreprises et dans leurs communautés : il existe des programmes de mentorat, d’apprentissage et de placement coopératif. 

La plupart des permis d’études canadiens permettent aux étudiants internationaux de travailler à temps partiel (20 heures/semaine) pendant les périodes d’études normales et de travailler à temps plein (min. 30 heures/semaine) pendant les périodes où les cours ne sont pas en cours (par exemple pendant les mois d’été). Les conjoints des étudiants internationaux peuvent également bénéficier d’un permis de travail ouvert pour conjoint.

Les étudiants internationaux inscrits dans des institutions post-secondaires publiques canadiens désignées ont généralement droit à un permis de travail post-diplôme (PTPD) à la fin de leurs études. Ces permis de travail ouverts peuvent être valables de 1 à 3 ans.

Parmi les programmes provinciaux d’immigration économique du Nouveau- Brunswick, le volet des travailleurs qualifiés du Nouveau-Brunswick et le Programme des diplômés étrangers du Canada Atlantique  sont les voies les plus accessibles vers la résidence permanente pour les diplômés internationaux du Nouveau-Brunswick et des provinces de l’Atlantique.

> Comment le Nouveau-Brunswick aide les nouveaux arrivants ?

Les organismes d’aide aux immigrants fournissent un éventail de services qui peuvent varier selon la région de la province: 

  • Les séances d’orientation offrent aux nouveaux arrivants une brève introduction à la vie au Nouveau-Brunswick, dont un aperçu du système d’éducation, du transport, des soins de santé, etc. Des séances d’information sont organisées pour les nouveaux arrivants au sujet de divers sujets importants pour les nouveaux arrivants comme l’imposition, l’emploi, etc.
  • Le Programme d’établissement des immigrants offre une aide générale dans tous les aspects de l’établissement au Nouveau-Brunswick et du début d’une nouvelle vie au Canada. Des cours d’anglais sont offerts dans le cadre de la formation en anglais langue seconde. Ils vont du niveau de débutant au niveau 6 (mesuré par les Niveaux de compétence linguistique canadiens)
  • Les programmes de garderie offrent des services de garderie sur place aux enfants des étudiants des cours de langue.
  • Les groupes de conversation offrent la possibilité aux personnes apprenant l’anglais de pratiquer leur conversation ensemble.
  • Le Cours de langue pour les immigrants au Canada (CLIC) – études à domicile est un programme qui s’adresse aux immigrants qui sont incapables de suivre des cours de langue réguliers et qui, par le programme, peuvent suivre une formation linguistique chez eux à l’aide d’ordinateurs, de livres et de CD.
  • Les services de counseling d’emploi offrent une aide aux nouveaux arrivants avec la rédaction d’un CV, la reconnaissance des titres de compétences et la recherche d’un emploi rémunéré ou bénévole.
  • Reconnaissance des titres de compétences étrangers. Les organismes d’aide aux immigrants peuvent fournir de l’information et un soutien aux nouveaux arrivants concernant l’évaluation et la reconnaissance des titres de compétences étrangers.
  • Évaluation et reconnaissance des acquis (ÉRA)  : Les organismes d’aide aux immigrants offrent une aide au montage d’un portfolio aux nouveaux arrivants dans le cadre de son processus ERA.
  • Des centres d’accès informatique offrent un accès public aux ordinateurs et à Internet, gratuitement.
  • Santé et bien-être des immigrantes est un programme éducatif et social à l’intention des immigrantes.
  • Le programme Formation et perfectionnement des compétences pour les femmes offre une formation en leadership, la préparation à un emploi rémunéré et bénévole, et des programmes de perfectionnement des compétences pour les immigrantes.
  • Le groupe de soutien aux parents immigrants offre des ateliers aux groupes de parents d’immigrants basés sur le programme de formation sur le rôle de parent de Développement social.
  • Le groupe de jeunes nouveaux arrivants est un groupe social et éducatif offert aux jeunes nouveaux arrivants.
  • Le club d’aide aux devoirs est un groupe dirigé par des bénévoles locaux, qui tient un club d’aide aux devoirs chaque semaine afin d’aider les enfants et jeunes nouvellement arrivés à faire leurs devoirs.
  • Les agents de liaison avec les immigrants sont les représentants d’un organisme d’aide aux immigrants qui vont dans les écoles pour aider les nouveaux arrivants avec l’inscription à l’école, à s’orienter dans le système d’éducation, etc.
  • Les camps d’été sont des programmes qui offrent des activités et des possibilités sociales aux enfants durant l’été (les enfants nouvellement arrivés et les enfants locaux participent aux programmes).
  • Le groupe d’hommes est un groupe social et sportif pour les nouveaux arrivants. Le groupe offre des activités hebdomadaires comme les films, la natation, etc.
  • Les centres de jour pour aînés offrent des programmes dans le cadre desquels les citoyens aînés sont invités à socialiser, faire de l’exercice et savourer un léger goûter.
  • Le programmes de bénévolat est un programme qui apparie les bénévoles de la collectivité et les familles de nouveaux arrivants pour les aider à s’intégrer plus facilement dans la collectivité.

L’île-du-Prince-Edouard

L’île du Prince Edouard a connu un taux d’accroissement de la population de 6 % entre 2015 et 2018, soit le taux le plus élevé au Canada. L’immigration internationale constitue le facteur qui contribue le plus  à la croissance démographique de l’île. Cependant, au cours des dernières années, la province n’a pas réussi à attirer beaucoup d’immigrants francophones  : sur les 10  000 immigrants vivant à l’Île-du-Prince-Édouard, seulement 225 ont le français comme langue maternelle (francophones). Ceci ne représente que 2,1% de tous les immigrants qui y vivent.Les possibilités sont donc nombreuses à l’Île-du-Prince-Édouard pour les immigrants francophones.

En plus d’attirer des travailleurs, la province doit également attirer plus d’entrepreneurs au cours des prochaines années. Selon Statistique Canada, il y avait 7 970 personnes travaillant à leur compte en 2016. Plus de 3 500 d’entre elles (ou 44 pour cent) étaient âgées de plus de 55 ans. Alors que ces propriétaires d’entreprises se tournent vers la retraite, la province aura besoin de jeunes ou nouveaux entrepreneurs pour les remplacer d’où le potentiel d’acquisition d’une entreprise établie pour un repreneur.

> Les opportunités d’emploi

Le tourisme, la construction, la fabrication du secteur primaire et les services sont les principales industries de l’Île-du-Prince-Édouard. Si l’île est petite à l’échelle canadienne, elle est une géante sur le plan des exportations. En effet, la valeur totale des exportations internationales de marchandises en provenance de l’Île-du-Prince-Édouard a augmenté de 29% au cours des cinq dernières années, soit le deuxième taux de croissance en importance parmi les dix provinces canadiennes. Pour ce qui est des principales exportations, elles comprennent les frites congelées, l’équipement pour moteurs et turbines, le poisson et les fruits de mer, les pièces du secteur de l’aérospatiale, les pommes de terre et les produits pharmaceutiques.

Plusieurs industries ont un potentiel de croissance future, notamment la production à valeur ajoutée, les technologies de l’information, la production de médias numériques et le tourisme. Précisons que le tourisme est l’une des industries les plus importantes de l’Île-du-Prince-Édouard Plus d’une centaine de petites entreprises fournissent divers services aux touristes en provenance de tous les coins du monde et elles y tirent une grande partie de leur revenu. Il faut aussi préciser que plus de 5 000 personnes œuvrent dans le domaine touristique.

Les emplois sont également en croissance dans une multitude d’industries dont celles de l’agriculture, la construction, la fabrication, les services professionnels, l’éducation, l’hébergement et les services alimentaires.

Les immigrants sachant parler le français et l’anglais peuvent bénéficier d’un salaire plus élevé à l’Île-duPrince-Édouard. En 2016, les travailleurs bilingues gagnaient 15% de plus en moyenne que les personnes qui ne parlaient pas le français et l’anglais. À Charlottetown, la prime pour le bilinguisme était plus élevée (20%) et à Summerside, les travailleurs bilingues gagnaient en moyenne 17% de plus que d’autres travailleurs.

> Pour les étudiants

L’Université de l’Île-du-Prince-Édouard à Charlottetown est la seule université à l’Île-du-Prince-Édouard. Elle offre les frais de scolarité les plus bas au Canada, et le plus bas dans les Maritimes.

Programmes distinctifs:  Enseignement, Nutrition, Médecine vétérinaire, Science informatique.

L’Université de l’Île-du-Prince-Édouard adhère au protocole pancanadien de la transférabilité des crédits universitaire, ce qui veut dire que tous les cours complétés par les étudiants des deux premières années d’université au Canada (incluant la dernière années des études collégiales au Québec permettant d’obtenir un diplôme d’études collégiales et les programmes de transfert offerts par les collèges communautaires et les universités collèges de Colombie-Britannique et d’Alberta) seront reconnus et pleinement crédité dans le but d’obtenir un diplôme.

Le Holland College est reconnu internationalement pour sa part pour ses excellents programmes de métiers professionnels notamment dans les domaines culinaire et maritime.

Programmes distinctifs:  Institut culinaire du Canada, Centre de formation maritime, Sciences appliquées et Génie technologique, affaire, École des arts de la scène.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR