fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 29 septembre au 4 octobre 2021

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 29 septembre au 4 octobre.

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 29 septembre au 4 octobre 2021

Afrique

Burundi

Six personnes ont perdu la vie et des dizaines d’autres ont été blessées les 19 et 20 septembre lors d’attaques à la grenade à Bujumbura et à Gitega (nouvelle capitale depuis 2018). Deux jours auparavant, l’aéroport de Bujumbura avait déjà été visé par une attaque au mortier au moment où le président Evariste Ndayshimiyé ralliait New York pour participer à un sommet de l’ONU. Si ces forfaits ont été imputés au groupe rebelle RED Tabara, actif dans le pays depuis une dizaine d’années, d’autres allégations évoquent d’éventuelles tentatives d’intimidation émanant de personnalités proches du gouvernement, potentiellement mises en cause dans une enquête anti-corruption menée par l’actuel président. En attente de confirmation, cette rumeur risquerait engendrer une purge au sein de l’équipe dirigeante au Burundi.

Éthiopie

Le référendum du 30 septembre pourrait déboucher sur la création d’une onzième Région administrative au sein de la république fédérale d’Éthiopie. Ce sont les votes des populations des zones de Bench, Dawro, Konta, Sheka et West Omo qui décideront de son possible avènement. Cette nouvelle Région – South West – sortirait par conséquent de celle des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SNNPR) dont elle fait actuellement partie. Ce scrutin s’annonce sans risque sécuritaire particulier, même si cette Région SNNPR est parfois le théâtre de revendications violentes de groupes ethniques qui exigent un développement économique plus équitable une meilleure représentation politique.

Mali

Attendues en février 2022, les prochaines élections présidentielles et législatives risquent d’être reportées sine die selon l’annonce du ministre de la Refondation de l’État en date du 26 septembre, au terme de plusieurs concertations politiques. Ce scrutin de février prochain devait marquer la fin du processus de transition, dix-huit mois après le coup d’État d’août 2020. Ce report est dénoncé par l’opposition qui le considère comme un moyen du gouvernement militaire de transition de conserver les rênes du pouvoir, tandis que l’environnement sécuritaire général au Mali pourrait pâtir à nouveau de cette période d’incertitude institutionnelle.

Soudan

Le gouvernement de transition – composé de civils et de militaires depuis la destitution par l’armée du président Omar el-Béchir en avril 2019 – a été victime d’une tentative de coup d’État le 21 septembre dernier. Ce sont précisément les soutiens du président déchu qui ont été accusés de ce forfait par le Premier ministre Abdalla Hamdok, considérant qu’ils souhaitaient empêcher la transition politique démocratique du pays prévue au mois de novembre. De fait, cette situation exacerbe très fortement les tensions entre les forces civiles et militaires qui se partagent actuellement le pouvoir au Soudan.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

Israël/Territoires palestiniens

Cinq Palestiniens ont été tués et deux soldats israéliens ont été grièvement blessés le 26 septembre lors d’échanges de tirs dans le cadre d’une opération conduite par les forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie, à proximité de Ramallah et Jénine. Les forces de sécurité israéliennes ont justifié cette opération par leur volonté de «démanteler un réseau terroriste et d’éviter un attentat», l’Autorité palestinienne dénonçant pour sa part un «crime odieux». Ce nouvel épisode de violences vient s’ajouter aux heurts qui se multiplient dans la région ces dernières semaines.

Tunisie

Après avoir révoqué le chef du gouvernement Hichem Mechichi et suspendu les activités du Parlement le 25 juillet, le président Kaïs Saïed a annoncé le 22 septembre dernier de nouvelles mesures qui renforcent son pouvoir. En dépit de son discours prononcé deux jours plus tôt à Sidi Bou Saïd – berceau de la révolution de 2011 – dans lequel il évoquait des mesures de transition et un nouveau code électoral, le chef de l’État a indiqué qu’il légiférerait par décret, tout en confirmant la levée de l’immunité des députés et la poursuite de la suspension du Parlement. Dans le même temps, un nouveau rassemblement de protestation contre ces mesures d’exception s’est tenu dimanche dernier à Tunis, réunissant quelque deux mille personnes.

Amériques

Brésil

Le mouvement d’opposition à Jair Bolsonaro fera entendre sa voix dans plusieurs villes brésiliennes le samedi 2 octobre. L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (de 2003 à 2010) doit se joindre à la manifestation qui aura lieu à São Paulo. Si la popularité du président Bolsonaro est en berne, il peut néanmoins compter sur des soutiens qui font également entendre leur voix dans ces manifestations, avec des risques d’affrontements toujours réels entre groupes pro et anti-gouvernementaux.

États-Unis

Les incendies qui font rage en Californie depuis le mois de juillet ne sont pas encore complètement maîtrisés, laissant planer le risque de nouvelles progressions. Le feu le plus ravageur, le Dixie Fire, est actuellement contenu à 90% mais la conjonction des températures élevées, d’une faible humidité et de vents forts suppose la poursuite d’une vigilance extrême. Les conséquences demeurent aussi au plan des déplacements, à l’image des évacuations et blocages de routes encore opérés la semaine dernière.

Asie-Pacifique

Inde

Le gouvernement du Premier minsitre Narendra Modi fait l’objet de nombreuses critiques qui s’expriment au sein de diverses manifestations dans le pays. C’est notamment la question de la corruption qui est mise en avant par ses opposants qui dénoncent aussi la volonté gouvernementale de déployer des dispositifs illégaux de surveillance de la population. Le 27 septembre, fermiers indiens et opposants politiques ont continué de vilipender les réformes agricoles controversées adoptées par le gouvernement fédéral en septembre 2020. Au plan local, des rassemblements ont également lieu pour demander des élections anticipées dans la région de Jammu et Cachemire.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR