fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Eures, un sésame pour l’emploi en Europe

Durant deux mois, le Journal des Français à l’étranger vous propose un grand dossier sur les nombreux aspects des échanges frontaliers, notamment en termes de possibilités d’emploi et d’étude. Aujourd’hui, zoom sur Eures, le portail européen sur la mobilité de l’emploi.

Publié

le

Eures, un sésame pour l'emploi en Europe

Plus de 3,5 millions d’offres à pourvoir ! C’est en moyenne ce que propose quotidiennement Eures (EURopean Employment Services), le réseau européen de services de l’emploi qui couvre les 27 États membres de l’Union européenne ainsi que la Suisse, l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein.

Pourtant, il n’est pas rare de rencontrer des candidats à la mobilité internationale qui ignorent l’existence de ce dispositif de la Commission européenne (la branche exécutive de l’UE), créé en 1994 pour favoriser la libre circulation des travailleurs. Une méconnaissance regrettable, d’autant que le portail Eures, qui propose aussi des stages et des apprentissages, ne se réduit pas à un simple « annuaire d’emplois ». C’est en effet une large gamme de services accessibles gratuitement, avec une base de données pratiques qui répond aux nombreuses questions que peuvent se poser les candidats à l’expatriation (postes les plus recherchés, comparaisons des qualifications, formation linguistique, conditions de vie et de travail, logement, scolarité, fiscalité, législation sociale, etc.).

Notons que la partie Programme de mobilité ciblée (Eures Targeted Mobility Scheme) peut aussi proposer une assistance sous la forme d’allocations ciblées. Les cours de langues, la reconnaissance des qualifications, les frais de voyage et de séjour peuvent ainsi potentiellement être financés. D’autre part, tous les ans, des Journées européennes de l’emploi, organisées par les services d’Eures et de la Commission européenne, mettent en relation des demandeurs d’emploi avec des employeurs d’autres pays européens. Les participants obtiennent également des conseils pratiques pour vivre et travailler à l’étranger. Des centaines de Journées de l’emploi ont lieu chaque année dans les 31 pays liés à Eures.

Simplicité d’accès

Que l’on soit demandeur d’emploi ou employeur, il suffit simplement, après avoir créé son compte personnel, de déposer son CV ou son offre d’emploi sur le portail. La recherche se fait par pays ou par qualification. À noter, pour les candidats, l’onglet « Truc et Astuces », dans la rubrique « Créez/éditez votre CV », qui prodigue d’excellents conseils, notamment pour les étudiants en fin de cursus qui souhaitent entamer une carrière à l’étranger.

Pour autant, rien ne remplace le contact humain. Près de 1.000 conseillers sont disponibles pour informer sur toutes les questions ayant trait au marché européen de l’emploi. Pour contacter un conseiller dans son pays de résidence, coordonnées et adresses se trouvent sur la page d’accueil du portail Eures. Ces conseillers présentent des profils très variés car le réseau est constitué d’une grande diversité de partenaires : services privés de l’emploi, syndicats, organisations d’employeurs et d’autres acteurs pertinents du marché du travail.

Eures Transfrontaliers

Sur le portail Eures, c’est de loin l’Allemagne qui propose le plus grand nombre d’offres d’emploi (plus de 800.000 en moyenne à l’automne 2021), devant la France (740.000) et la Belgique (250.000). Un constat qui rappelle l’importance des échanges frontaliers européens dans ce domaine : quelque 1,5 million de personnes vivent dans un pays de l’Union européenne tout en travaillant dans un pays voisin. Eures, qui a développé un service spécialement dédié aux travailleurs frontaliers, n’est pas en reste sur cette question. Le réseau soutient plusieurs partenariats transfrontaliers spécifiques sous l’égide de l’EaSI, programme de l’UE pour l’emploi et l’innovation sociale. En 2020 et 2021, huit partenariats transfrontaliers impliquant quatorze pays ont reçu un financement de cette instance. Toutefois, rappelons que d’autres partenariats sont actifs sans le soutien de l’EaSI.

En ce qui concerne les frontaliers français, les deux partenariats concernés par ces dispositifs spécifiques sont Eures-T Oberrhein-Rhin Supérieur, qui implique la France, l’Allemagne et la Suisse. Ce programme informe en français et en allemand sur la recherche d’emploi, l’apprentissage transfrontalier en alternance et les études transfrontalières, les possibilités de formation de part et d’autre du Rhin, et donne accès à un outil interactif sur l’évolution du marché du travail dans cette région frontalière.

L’autre partenariat, de grande ampleur, concerne la Grande Région. Cet espace représente le plus grand marché de l’emploi transfrontalier de l’Union européenne et le second après la Suisse. Il permet une coopération entre l’Allemagne (Sarre et Rhénanie-Palatinat), la Belgique (Wallonie-Bruxelles), le Grand-Duché du Luxembourg et la France (Grand Est). Dans la Région Grand Est, l’association Frontaliers Grand Est est une ressource précieuse pour trouver un emploi, travailler en intérim, découvrir un métier en Allemagne, en Belgique ou au Luxembourg, ainsi que sur tous les aspects du travail frontalier dans la Grande Région.

 

Pour en savoir plus :

 

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR