fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

La CCI France-Suisse, le premier réseau d’affaires franco-suisse

Durant deux mois, le Journal des Français à l’étranger vous propose un grand dossier sur les nombreux aspects des échanges frontaliers. Entretien avec Romain Duriez, directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Suisse (CCIFS)

Publié

le

Suisse prendre le temps de comprendre le marché et la culture

Français à l’étranger : Quelles sont les missions de la CCI France-Suisse?

Romain Duriez : Nous sommes une association de droit suisse à but non lucratif, fondée en 1894, qui s’attache à deux grandes missions. La première est l’animation et le développement de notre réseau dans le but d’informer, défendre, fédérer et animer la communauté d’affaires franco-suisse. Cela passe par l’organisation d’une soixantaine d’événements par an, en digital ou en présentiel. Nous produisons aussi une quarantaine de publications chaque année à l’intention de nos 850 entreprises membres et agissons auprès d’eux au travers de nos bureaux à Genève, Bâle et Zurich. Ceci représente environ 40% de notre activité. Notre seconde mission consiste à accompagner les entreprises françaises et suisses dans leur développement afin de faciliter leur accès, leur développement et leur implantation sur chacun des deux marchés. Ainsi, nous fournissons environ 1200 prestations de service par année, depuis la première information sur le marché jusqu’à l’implantation, clés en main, de filiales de part et d’autre de la frontière, en passant par tous les services de développement commercial.

FAE : Comment s’exerce concrètement votre action sur le territoire ?

R.D. : Nous organisons un certain nombre d’événements sur des thématiques ou des secteurs d’activité particuliers. Une information de qualité est apportée dans de nombreux domaines. En présentiel, nous organisons par exemple des roadshow dans différentes villes de France telles que Paris, Strasbourg, Lyon, Nantes ou Marseille. Ces événements ont pour thématique générale l’implantation et le développement des entreprises en Suisse.

Lorsqu’une entreprise désire franchir le pas, nous mobilisons des équipes opérationnelles pour l’accompagner. Selon les besoins, nous réalisons par exemple une première approche du marché et une étude d’implantation sur le marché suisse pour créer une filiale ou racheter une société par exemple. Nous répondons aussi aux questions connexes relatives à la fiscalité, au social, à la comptabilité, aux ressources humaines, au financement du développement, etc. Ces actions permettent de rendre plus facile, rapide et lisible l’accessibilité au marché pour les entreprises.

FAE : Quels sont les secteurs porteurs ?

R.D. : C’est à l’image de l’économie du pays, il n’y a pas de secteur prédominant et cette diversité, c’est aussi la force de l’économie suisse. En revanche, on note des secteurs dans lesquels la part de l’emploi frontalier est importante. C’est le cas dans les domaines du médical, du bâtiment et de la restauration. À Genève notamment, 60% du personnel soignant est constitué de travailleurs frontaliers.

En outre, la Suisse compte moins de 3% de chômage au niveau national. C’est une situation de quasi-plein emploi. Un certain nombre de secteurs tel que l’ingénierie souffrent aussi d’une pénurie de personnel.

FAE : Les entreprises françaises montrent-elles une motivation particulière à s’installer en Suisse ?

R.D. : Il y a effectivement un attrait des entreprises françaises pour la Suisse qui ne se dément pas. Ceci malgré la crise sanitaire que nous vivons actuellement et les incertitudes que cela engendre. Néanmoins le flux d’investissements croisés de la France vers la Suisse et de la Suisse vers la France est toujours intense. Sur l’année 2020, 48 projets suisses ont été réalisés en France, ce qui fait de la Suisse le second investisseur étranger dans l’hexagone, qui plus est assez largement dans le secteur industriel.

On compte également 1400 filiales d’entreprises françaises implantées en Suisse, ce qui représentent 70.000 emplois.

FAE : Avez-vous des attentes particulières au titre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne ?

R.D. : Nous pouvons espérer que cela soit une opportunité pour relancer le dialogue traditionnel entre la Suisse et la France puisqu’il s’agit d’amis de longue date. Cependant, la présidence française étant de six mois, le délai pour agir est relativement court et le temps politique est souvent différent de celui de l’économie.

 

Lire la suite
Publicité
1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR