Suivez nous sur

Islande

Français à l'étranger

Publié

le

Terre de contraste, l’Islande a été confrontée très brutalement à la crise de 2008. Elle en est sortie en choisissant des solutions innovantes, tant par le choix de sa constitution 2.0 que par son investissement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Son énergie abondante et renouvelable, avec la géothermie, l’hydroélectricité et ses réserves de pétrole et de gaz, lui assure une indépendance et des revenus importants. Mais le secteur le plus dynamique est aujourd’hui celui du tourisme et, pour répondre à la demande d’hébergement, avec un BTP en pleine croissance. Les secteurs de la pêche et de l’aluminium représentent toujours une part importante de l’économie. Tous les signaux sont au vert. L’Islande est d’ailleurs en tête des pays les plus heureux dans les classements internationaux…

L'essentiel

Capitale

Reykjavik

Dirigeant

Katrín Jakobsdóttir (Premier ministre)

Population

348 450 hab.

Superficie

103 125 km²

Langues

islandais, anglais, langues nordiques, allemand

Monnaie

couronne islandaise

Croissance du PIB

3,6 %

Chômage

3,3 %

Français

589

Indicatif téléphonique

+354

 Contacts utiles

Ambassade de France : www.ambafrance-is.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Nul besoin de visa ou de permis de travail pour s’installer en Islande lorsqu’on est citoyen européen. En revanche, il vous faudra un numéro d’identité islandais. Si vous restez moins de 3 mois, c’est votre employeur qui effectuera les démarches, au-delà vous devrez vous enregistrer au bureau national (www.skra.is) ou à l’office municipal du lieu du domicile.

Le pays a une législation du travail très égalitaire, pour preuve, depuis le début 2018 il est désormais illégal de payer un homme plus qu’une femme. L’Islande est d’ailleurs classé comme étant le pays le plus paritaire au monde.

› Trouver un emploi

La recherche sur place est souvent la méthode la plus payante : il suffit de se présenter chez les employeurs et de leur montrer votre CV. Cela fonctionne surtout pour les emplois peu ou pas qualifiés : c’est l’avantage du quasi plein-emploi ! Mais quoiqu’il en soit, il vous sera difficile de trouver un emploi depuis la France, les Islandais privilégiant le contact. Vous trouverez plus facilement si vous pouvez être recommandé : le pays est petit, les employeurs sont rassurés par vos contacts sur place.

Certaines municipalités mettent des annonces en ligne comme www.reykjavik.is ou www.akureyri.is. Eures (www.ec.europa.eu). L’agence pour l’emploi publie des offres www.vinnumalastofnun.is, tout comme les journaux : www.mbl.is ou www.visir.is.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Les emplois dans le tourisme et l’hôtellerie en particulier sont les plus faciles à trouver, puisque ces secteurs souffrent même d’un déficit de personnels. Les artisans sont en nombre insuffisant, comme les charpentiers, les mécaniciens et les maçons. Mais il existe aussi un besoin croissant de travailleurs formés dans plusieurs domaines, comme la biotechnologie et l’informatique, ainsi que de spécialistes des technologies de la santé et des services sociaux. Le pays peut accueillir d’importants data center, en raison notamment de ses énormes capacités de production d’énergie et de son climat. Les 3 principaux data centers étrangers sont Verne Global, Advania Thor (Mjölnir) et Boréalis. Son énorme potentiel dans les énergies renouvelables est, pour une grande part encore inexploité, et est donc un réservoir d’emplois amené à se développer. Certaines production agricoles, durables, sont également pourvoyeuses d’emplois (dans l’aquaculture, les serres…).

› Créer son entreprise

Les conditions fiscales faites aux entreprises sont très attractives. L’impôt sur le revenu des sociétés est seulement de 20 % et les procédures comme la création d’entreprises sont simplifiées : il faudra compter 1 journée seulement pour en créer une. Les entreprises non-résidentes sont taxées uniquement sur leurs revenus islandais et selon les même taux que les compagnies nationales.

Pour en savoir plus sur les aides, contacter l’agence de promotion des investissements : www.invest.is

L’Islande ambitionnant de devenir le premier pays « vert » en 2050, le secteur du développement durable (tant dans l’agriculture que dans les énergies) a un bel avenir devant lui.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

L’école primaire est obligatoire et gratuite. La plupart des enfants fréquentent l’école publique. Tous les élèves de langue maternelle autre que l’islandais peuvent suivre deux heures par semaine de cours d’islandais pour se familiariser avec la langue. A Reykjavik, certaines écoles proposent aux jeunes étrangers de suivre des cours pour renforcer leur islandais avant d’être scolarisés.

› S’inscrire à la fac

Il existe 7 universités dans le pays. Les points forts des universités islandaises sont les énergies renouvelables, la géothermie, les sciences de la Terre, l’aquaculture, l’agroalimentaire (conserveries de poissons…). Les formations en anglais sont peu nombreuses, il est donc indispensable de parler islandais. Pour s’inscrire, il faut contacter directement l’établissement concerné, sauf dans le cas de l’Université d’Islande où il faut passer par le Bureau de l’Éducation Internationale OIE. Il faudra aussi passer un test de langue.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Le stage est une pratique courante en Islande, il est donc très bien encadré : nombre d’heures travaillées, rémunération, durée, conditions de travail… Mais si ces stages sont fréquents dans le cadre de la formation professionnelle, ils le sont moins au niveau de l’enseignement supérieur. Ainsi, si vous effectuez un stage dans le cadre de vos études, vous devrez négocier les conditions. En général, les employeurs recherchent des stagiaires qui parlent l’islandais en plus de l’anglais. Vous aurez davantage de chances du côté des entreprises franco-islandaises : www.fris.is. Un répertoire des entreprises vous permet de cibler directement votre demande auprès des employeurs : www.infoiceland.is

Enfin, l’agence pour l’emploi (www.vinnumalastofnun.is) ou Eures (www.ec.europa.eu/) sont de bonnes sources d’informations.

› V.I.E.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire en Islande, ainsi que le barème des indemnités, www.civiweb.com

Il vous faudra tout d’abord avoir participé à la journée d’appel à la Défense puis créer votre profil sur Civiweb (www.civiweb.com/) en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

 Coût de la vie

› Logement

L’Islande est un pays où le coût de la vie est relativement élevé et où le logement, difficile à trouver, est cher. Pour un studio à Reykjavik, il vous en coûtera en moyenne 1 500 € ! Pour trouver des contacts de propriétaires qui mettent directement en location : www.fs.is/en/student-agency

Vous pourrez aussi trouver des colocations ou des chambres chez l’habitant sur le site Rentmate : www.fs.is/en/student-agency.

› Transports

Il y a 3 grandes compagnies de bus en Islande, www.straeto.is, www.re.is, www.sternatravel.com. Le bus reste le moyen le plus économique de voyager, même si le prix des billets est tout de même élevé. La majorité des bus ne circulent qu’en été. A l’exception de la route circulaire qui fait le tour de l’île et qui est presque partout asphaltée, il reste un réseau secondaire de piste important. L’hiver, le moyen le plus sûr et le plus efficace de circuler est l’avion. L’Islande dispose aussi d’un réseau de ferry assez fourni, qui dessert ses nombreuses îles.

 Santé

Les personnes venant de l’UE peuvent bénéficier de soins médicaux avec leur Carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Cette carte vous assure un accès facile aux hôpitaux et aux centres médicaux de l’Islande. Le pays est divisé en régions de soins de santé, dotées de leur propres centres de soins. Ils sont ouvert à tous, même si l’on ne bénéficie pas d’une assurance santé. Selon l’étude du Lancet, c’est l’Islande qui offre la meilleure qualité des soins du monde ! Leurs médecins partent souvent une dizaine d’années à l’étranger après l’obtention de leur diplôme pour parfaire leur expérience avant de revenir exercer en Islande. Attention cependant, l’offre de soins est moins étoffée en dehors des grandes villes.

L’hospitalisation est gratuite dans un hôpital public, quand elle est prescrite par un médecin.

 Fiscalité

Si vous travaillez en Islande, vous paierez des impôts avec votre carte des taxes. Ce système est appelé « PAYE » pour « Pay-As-You-Earn ». La carte de taxe doit être présentée à l’employeur pour obtenir des réductions de prélèvement. Sinon, ce dernier est obligé d’opérer le prélèvement maximal.Pour se renseigner sur cette carte et pouvoir l’obtenir : www.rsk.is. Le pourcentage d’impôt est de 36,94 % d’un revenu (mensuel) de 0-834 707 ISK et de 46,24 % pour un revenu supérieur à 834 707 ISK.

 Retraite

Attention, si l’Islande est l’un des pays où les gens sont les plus heureux, c’est aussi l’un des plus chers au monde. Avec votre retraite en euros, vous risquez d’être perdant, d’autant que le taux de la couronne est assez fluctuant. En qualité de ressortissant européen, vous n’aurez aucun difficulté à vous installer durablement en Islande. Il vous faudra juste vous inscrire auprès du bureau du registre national . Et, comme ailleurs dans les pays de l’UE, vous pourrez rester à la condition de posséder une assurance maladie complète ainsi qu’un revenu suffisant pour y vivre sans demander d’aide financière.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE