Suivez nous sur

Portrait de la semaine

Les jeunes francophones entre de bonnes mains à Toronto

Français à l'étranger

Publié

le

Marc Cormier a passé la moitié de sa vie dans la capitale de l’Ontario. Natif de Saint-Pierre-et-Miquelon, le Français anime une équipe de profs francophones.

Au Canada, on appelle ça le «clavardage». Marc Cormier dirige une équipe de 18 enseignants francophones chargés de dépanner, que ce soit par chat, téléphone ou texto, les élèves après leurs heures de cours, en maths ou en chimie. «On ne fait pas leurs devoirs à leur place, on les aide simplement. C’est comme Acadomia, mais c’est gratuit, résume le Français. Les profs sont payés par l’État. La constitution canadienne prévoit en effet que dans chaque province, les francophones aient accès aux mêmes ressources que les anglophones.» Sur les 13,6 millions d’habitants que compte l’Ontario, 500 000 environ sont francophones. «Ils sont moins connus que les Acadiens ou les Québécois, détaille Marc Cormier, mais ce sont de très vieux Franco-ontariens de souche présents ici depuis le XVIIème siècle. Beaucoup d’immigrants africains sont venus ensuite, du Rwanda ou du Cameroun.» Résultat, Toronto est une ville multiculturelle qui joue de ses différences avec ses quartiers chinois, italien, somalien ou grec. On change de pays en traversant la rue !

Lui écrire marcalbertcormier@gmail.com

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE