fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 6 au 11 février

Le site Français à l’étranger couvre, en partenariat avec International SOS, une dizaine d’évènements à travers le monde nécessitant une vigilance accrue.

Didier Bras

Publié

le

Sans Titre 27

Afrique

> Cameroun

9 février. Les élections législatives et municipales sont attendues ce jour avec la crise anglophone en toile de fond. Une situation qui a conduit le principal parti d’opposition (MRC) à boycotter ce scrutin, fustigeant le pouvoir en place et notamment son incapacité à résoudre cette crise. Les deux régions anglophones en question, dites du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (à la frontière avec le Nigeria), sont en effet le lieu d’affrontements violents réguliers entre les forces de sécurité de l’État central (à grande majorité francophones) et des groupes sécessionnistes anglophones. Ce conflit, qui a déjà fait plus de deux mille victimes et quelque cinq cent mille déplacés en interne, impacte aussi des centres urbains tels que Bamenda (région du Nord-Ouest, à majorité anglophone) et Bafoussan (région Ouest, à majorité francophone). Dans ce contexte électoral, le risque de violences demeure – particulièrement dans ces deux régions anglophones où le gouvernement a déployé d’importants contingents sécuritaires – et les militants de l’Ambazonian Ground Zero ont annoncé leur intention de perturber le scrutin.

> Malawi

Jours à venir. Vilipendée par l’opposition politique qui dénonçait des fraudes durant le scrutin de mai 2019, l’élection de Peter Mutharika à la présidence du pays a finalement été invalidée par la Cour constitutionnelle le 3 février dernier. En conséquence, de nouvelles élections devraient être organisées dans les cinq prochains mois. Dans ce climat de tension et face à un pouvoir fragile, la capitale Lilongwe et les principales villes du pays pourraient connaître de nouveaux rassemblements partisans, avec des risques de heurts violents avec les forces de l’ordre, à l’image de ceux qui ont  été constatés précédemment dans ce même cadre.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Région

Jours à venir. Présenté le 28 janvier dernier, le plan de paix proposé par le président américain Donald Trump divise le monde arabe. Censé définir une issue négociée au conflit israélo-palestinien, il est toutefois dénoncé comme privilégiant les intérêts israéliens – particulièrement sur la question du statut de Jérusalem – comme en témoignent les importantes manifestations qui se sont déroulées dans la région dès son annonce, notamment au Liban, en Jordanie ou encore en Turquie. De son côté, le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rompu toute relation diplomatique avec les États-Unis et Israël. Nonobstant l’absence de heurts dans le cadre de ces manifestations d’opposition au plan du président américain, le prudence reste de mise, particulièrement aux abords des représentations diplomatiques américaines.

Amériques

> Mexique

Jours à venir. Le bilan sécuritaire de l’année 2019 fait apparaître un terrible constat en matière de criminalité : ce dernier exercice aura été l’un des plus violents recensés dans le pays. Le pays paye un lourd tribut aux trafics de drogue et à l’activité des cartels, et les ressortissants étrangers peuvent aussi être victimes de crimes violents et demandes de rançon. Cet état des lieux de 2019 indiquerait d’ailleurs une hausse de 37% des enlèvements au Mexique ; une situation dont a d’ailleurs été victime un ressortissant français dans le centre du pays en novembre dernier et à l’endroit duquel une demande de rançon avait ensuite été exigée par les malfaiteurs.

Asie-Pacifique

> Australie

Jours à venir. Si l’état d’urgence a bien été levé au sein de l’Australian Capital Territory-ACT (territoire où se situe la capitale fédérale australienne), l’état d’alerte, lui, reste en vigueur à une cinquantaine de kilomètres de cette capitale, Canberra, au sud-est du pays. En effet, l’incertitude continue de prévaloir et la vigilance s’impose en suivant localement les bulletins d’actualité. Au-delà de la capitale fédérale australienne, les feux de forêts sont encore susceptibles de causer d’importantes perturbations dans les aires urbaines de Sydney et Melbourne, toujours dans la partie sud/sud-est de l’île.

> Inde

8 février. Les principaux partis politiques indiens sont mobilisés dans la perspective des élections législatives locales qui auront lieu ce jour dans la capitale New Delhi. En dépit des dispositifs sécuritaires conséquents, des affrontements entre militants des partis rivaux restent possibles dans le cadre des nombreux rassemblements attendus, et ce au moins jusqu’au 11 février, date du dépouillement des votes.

> Pakistan

Jours à venir. Le 5 février faisait l’objet de toutes les attentions au Pakistan avec un événement très attendu par la population, le jour de la solidarité du Cachemire. Pour rappel, ce territoire est partagé de fait entre le Pakistan qui possède les territoires de l’Azad Cachemire et du Gilgit-Baltistan au nord et à l’ouest, l’Inde qui administre le Jammu-et-Cachemire au sud, et la Chine qui dispose de la vallée de Shaksgam et l’Aksai Chin, à l’est. Or, le contexte régional est d’autant plus sensible que l’Inde a mis fin il y a quelques mois au statut d’autonomie dont bénéficiait sa province du Cachemire, une décision qui a provoqué le courroux du côté pakistanais.

Europe

> Géorgie

Jours à venir. Amorcé durant l’été 2019 puis prolongé en novembre, le mouvement de contestation antigouvernemental va de nouveau s’exprimer cette semaine avec des rassemblements prévus dans la capitale Tbilissi, devant le Parlement géorgien. Avec les élections législatives en point de mire en octobre prochain, il est probable que ces manifestations – dont certaines se sont traduites par des heurts, à l’image de celle du 3 janvier dernier – soient reconduites tout au long de l’année.

Monde

> Coronavirus : restrictions d’accès

Jours à venir. La propagation du Novel Coronavirus au-delà des frontières de la Chine – avec près de deux cents cas répertoriés et deux premiers décès constatés aux Philippines et à Hong Kong (en date du 4 février) – a conduit de nombreux pays à mettre en place des restrictions d’accès, sur fond de directives sanitaires et douanières et une diminution du nombre de vols émis par les compagnies aériennes sur ces destinations. En conséquence il convient toujours de respecter à la lettre les réglementations en vigueur, de planifier en amont tout projet de déplacement et, le cas échéant, de prendre en compte de possibles annulations de vols.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR