fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

AEFE : « Pas de tension particulière dans le budget » selon Bercy

Alors que le Quai d’Orsay avait promis un plan d’urgence pour soutenir l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, le ministère des finances a rejeté le 17 avril deux amendements visant à renforcer son budget pendant la crise. Des sénateurs, qui examineront le projet de loi de finances rectificative demain, s’insurgent.

Pénélope Bacle

Publié

le

Sans Titre 77

« Pour le moment, nous ne constatons pas de tension particulière dans le budget de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger – AEFE –, sans doute parce qu’il a fait l’objet d’un abondement de 25 millions d’euros dans la loi de finances initiale pour 2020 » a affirmé à l’Assemblée Nationale le 17 avril Olivier Dussopt. En plein débat concernant le projet de loi de finances rectificative, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’action et des comptes publics a ainsi décidé de retirer les deux amendements déposés par les députées des Français de l’étranger LREM, Anne Genetet et Samantha Cazebonne, qui réclamaient des crédits supplémentaires pour aider l’AEFE à faire face à la crise sanitaire. Anne Genetet demandait en particulier de « relever de 10 % le budget des aides sociales et de l’aide à la scolarité auxquelles nos compatriotes à l’étranger dans le besoin peuvent prétendre », une aide déjà jugée insuffisante par plusieurs élus d’opposition.

> Les sénateurs de l’opposition sur le front

Face à cette décision de Bercy, plusieurs sénateurs des Français établis hors de France, qui doivent à leur tour examiner ce projet de loi de finances le 21 avril prochain, ont immédiatement manifesté leur désaccord. 

Damien Régnard, sénateur Les Républicains a ainsi déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook « Monsieur Dussopt, pas de tension? Vous avez bien dit pas de tension? Je crains fort que, pour les familles, les enseignants, les comités de gestion, les directions de ces établissements qui représentent quelques 522 écoles à travers plus de 132 pays, qui scolarisent plus de 370 000 élèves, ces propos soient fort mal perçus. Monsieur le Secrétaire d’Etat, il n’est jamais trop tard pour agir avec intelligence ». 

Mêmes réactions pour le sénateur centriste, Olivier Cadic, et la vice-présidente socialiste du Sénat, Hélène Conway-Mouret, qui ont exprimé leur mécontentement sur Twitter :

 

Image 20 04 2020 à 10.43

 

Image 20 04 2020 à 10.46

> Bercy et le Quai d’Orsay en contradiction?

Cette décision d’Olivier Dussopt a d’autant plus surpris les élus que le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait assuré devant la Commission des affaires étrangères du Sénat le 15 avril qu’il se préoccupait tout particulièrement de la question de l’AEFE. Un plan de soutien était même en cours d’élaboration selon lui : « Nous allons mettre en place dans les jours qui viennent, à la demande du président de la République, un plan d’urgence pour assurer un soutien massif à tout le réseau pour qu’il puisse être assuré dans la continuité. C’est une manière aussi de répondre à la sécurisation de nos concitoyens à l’étranger » avait ainsi assuré le ministre.

> Et les bourses scolaires ?

Concernant les bourses scolaires, Olivier Dussopt ne s’est, une fois de plus, pas montré enclin à rajouter des crédits supplémentaires : « Quant aux bourses, leur budget est sous-exécuté depuis plusieurs années, ce qui nous permet de faire face aux demandes plus importantes lorsqu’elles se manifestent. Le recours à la soulte de l’AEFE est également envisageable pour assurer leur financement. Sur le plan pratique, les délais de réunion des conseils consulaires ont été prolongés afin que l’ensemble des dossiers puissent être examinés, certains ayant été reçus de manière plus tardive compte tenu des difficultés rencontrées par les familles dans la période actuelle » a-t-il déclaré.

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    VILLARD

    20 avril 2020 at 13 h 52 min

    Curieuse affirmation qui va à l’encontre des propos affirmations du directeur de l’AEFE, quant à cette fameuse ”soulte” elle est de l’ordre de 15 a 18 millions , a pekune cde quoi , et encore . financer les mesures exceptionnelles mises en place par l’AEFE dont les recours gracieux et les bourses exceptionnelles … pour mémoire il y a environ 23 000 boursiers dans le réseau de l’Enseignement Francais à l’Etranger ….IL faut peut être être un peu plus attentif aux remontées de terrain …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR