fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 4 au 8 juin

Français à l’étranger couvre chaque semaine, en partenariat avec International SOS, plusieurs événements à travers le monde nécessitant une vigilance accrue et les impacts sécuritaires de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Didier Bras

Publié

le

Afrique

> Algérie 

Jours à venir. Le mouvement du Hirak, initié en février 2019 pour dénoncer la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel, s’est trouvé suspendu en raison du contexte sanitaire et du confinement prolongé jusqu’au 13 juin. Néanmoins, alors que le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, élu en décembre dernier, maintient son projet de réforme constitutionnelle, des opposants au régime sont régulièrement arrêtés et des journalistes font également l’objet d’une répression. Autant de signes qui confirment la défiance de la population à l’endroit du pouvoir en place et qui laissent présager une reprise du mouvement de contestation au lendemain des restrictions sanitaires. Le changement du système politique algérien reste au cœur des revendications du Hirak et les petits rassemblements qui ont été constatés dans les provinces de Béjaïa, Tizi-Ouzou, Bouira et Sétif sont appelées à s’amplifier dans les semaines à venir.

> Burkina Faso

Jours à venir. Les attaques perpétrées par des activistes djihadistes les vendredi 29 et samedi 30 mai se sont soldées par la mort d’une cinquantaine de personnes sur le territoire burkinabé. C’est à Kompienga, dans l’est du pays, non loin des frontières du Bénin et du Togo, que le plus grand nombre de victimes est à déplorer alors qu’avait lieu ce samedi le marché au bétail. Le même jour, dix personnes ont été tuées dans la région Centre-Nord suite à l’attaque d’un convoi humanitaire. Ces assassinats, qui s’inscrivent dans une multiplication d’actes criminels commis par des groupes islamistes et que les forces de l’ordre semblent incapables d’endiguer, continuent de faire peser un lourd climat d’insécurité dans la région. 

> Mali

Jours à venir. Le quartier Sikoroni, dans la partie nord de la capitale Bamako, a été durant ces derniers jours le lieu de mouvements de protestation contre les autorités gouvernementales, vilipendées pour leur incapacité à répondre aux problèmes socio-économiques du pays. Une fronde relayée par l’influent imam et opposant politique Mahmoud Dicko qui a appelé à une mobilisation nationale contre le président Ibrahim Boubacar Keïta. La date du 5 juin sera surveillée attentivement, avec des risques d’affrontements entre civils et forces de sécurité dans le cadre de la manifestation prévue sur le rond-point de la place de l’Indépendance, à Bamako.

Amériques

> États-Unis 

Jours à venir. Entre manifestations pacifistes et mouvements d’émeute, le pays est en ébullition face aux violences policières et aux démons du racisme après le meurtre de George Floyd le 25 mai dernier lors d’une arrestation par la police. La ville de Minneapolis (Minnesota, nord du pays) où cet Afro-américain de 46 ans a trouvé la mort, a été le lieu de plusieurs jours de pillages et d’émeutes, déclenchant des affrontements avec les forces de sécurité. Les villes de Los Angeles (Californie), New York (État éponyme) Philadelphie (Pennsylvanie) et la capitale fédérale Washington DC n’ont pas été en reste, avec des manifestations similaires. La tension qui prévaut actuellement laisse augurer une poursuite de la mobilisation dans les jours à venir.

Asie-Pacifique

> Hong Kong

Jours à venir. Malgré les interdictions, des rassemblements sont attendus le 4 juin, date commémorative des événements de la place Tiananmen en 1989, ainsi que les 6 et 7 juin dans le cadre des manifestations antigouvernementales. Dans cette Région administrative spéciale où très peu de cas de Covid-19 ont été dénombrés depuis deux mois, les restrictions de rassemblement tardent néanmoins à être levées et les autorités hongkongaises procèdent toujours à de très nombreuses arrestations pour non-respect des règles sanitaires. Quelque 360 personnes ont ainsi été appréhendées pour cette raison dans la seule journée du 27 mai. Par ailleurs, la date du 9 juin marquera le premier anniversaire du mouvement d’opposition à la loi d’extradition décidée par le pouvoir central chinois. Là encore, des affrontements sont à craindre entre manifestants et forces de l’ordre.

> Inde

Jours à venir. Les nombreux travailleurs migrants bloqués en raison des restrictions de déplacement prolongées jusqu’au 30 juin continuent d’exiger un assouplissement de ces mesures afin de pouvoir regagner leur région d’origine. Cette revendication, qui s’ajoute à celles corrélées aux retombées socio-économiques de la crise du Covid-19, se traduit par bon nombre de manifestations à petite échelle sur l’ensemble du territoire indien.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR