fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Coronavirus : les derniers conseils aux voyageurs du Quai d’Orsay

Français à l’étranger partage les informations mises à jour les 20 et 21 juin par le Quai d’Orsay concernant l’évolution des mesures prises dans de nombreux pays pour faire face à la crise sanitaire liée au coronavirus et les contacts utiles dans ces pays.

Français à l'étranger

Publié

le

Ces informations concernant chaque pays, publiées sur le site diplomatie.gouv.fr, sont classées par ordre alphabétique :

> Bulgarie

Depuis le 15 juin, l’accès au territoire bulgare est autorisé sans restriction aux personnes en provenance d’un autre Etat membre de l’Union européenne, du Royaume-Uni, des pays de l’espace Schengen (y compris de Saint-Marin, Andorre, Monaco et du Vatican), ainsi que de Bosnie-Herzégovine, du Monténégro et de Serbie. Les voyageurs en provenance de France ne sont plus soumis à quarantaine.

Dans le cas d’un déplacement en Bulgarie en provenance d’un Etat tiers, l’accès est autorisé seulement pour les personnes suivantes :

• les ressortissants bulgares, les membres de famille des citoyens bulgares, ainsi que les personnes en situation de concubinage avec des ressortissants bulgares, les étrangers ayant le statut de résident permanent ou de long terme en Bulgarie et les membres de leur famille ;
• les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des pays de l’espace Schengen, en transit vers leur pays de résidence ;
• le personnel médical, les chercheurs en médecine, les travailleurs sociaux et leurs dirigeants, lorsque le déplacement est lié à l’exercice de leurs activités ;
• les travailleurs qui participent à la livraison de médicaments, d’équipements de protection individuelle et d’appareils médicaux, y compris pour l’installation et l’entretien de ces appareils ;
• les transporteurs de marchandises, le personnel navigant et autres équipages, le cas échéant ;
• les personnalités officielles étrangères (chefs d’État, membres de gouvernement, etc.) et les membres de leurs délégations, ainsi que les diplomates, les agents d’organisations internationales, les militaires, les agents des services de sécurité et de l’ordre public, et les travailleurs humanitaires, dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions ;
• les personnes en déplacement pour des motifs humanitaires ;
• les représentants des activités commerciales, économiques et d’investissement et les personnes directement liées à : la construction, l’entretien, l’exploitation et la sécurité des infrastructures stratégiques de la Bulgarie, la mise en œuvre de projets certifiés au titre de la loi sur l’encouragement des investissements, les analyses des projets d’investisseurs potentiels et autres activités importantes pour l’économie du pays, à condition que cela soit attesté par une lettre du Ministre de l’Économie ou d’un autre ministre responsable du secteur en question, ainsi que des personnes impliquées dans la construction et la réparation de navires ;
• les travailleurs agricoles saisonniers et les travailleurs dans le domaine du tourisme ;
• les travailleurs frontaliers.

Restent soumis à une période de quarantaine de 14 jours à domicile, les voyageurs en provenance de plusieurs autres Etats membres de l’Union européenne ainsi que de tous les pays tiers à quelques exceptions. Plus d’informations sur le site de l’ambassade de France en Bulgarie.

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, les pharmacies et les hôpitaux. Une amende pouvant aller jusqu’à 5 000€ est prévue pour toute personne qui ne respecte pas les mesures antiépidémiques (25 000€ si personne morale), et jusqu’à 5 ans de prison. La géolocalisation des personnes en confinement obligatoire est mise en place.

Contacts utiles :

Le ministère bulgare des Affaires Etrangères a mis en place deux lignes d’urgence joignables 24/24  : +359 2 948 24 04 ; +359 2 971 38 56 / crisis@mfa.bg.

> Chili

Depuis le 18 mars, la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes. Les étrangers de passage peuvent sortir du pays mais uniquement par voie aérienne.

Néanmoins, les ressortissants chiliens et les étrangers avec un statut de résident au Chili peuvent entrer dans le pays mais devront, quelle que soit leur provenance, se soumettre à un confinement obligatoire de 14 jours. Ils doivent informer l’Autorité sanitaire de l’adresse de la mise en isolement. A leur arrivée au Chili, ils ne peuvent pas prendre de moyens de transports collectifs (avion, bus,…) pour rejoindre leur résidence habituelle à leur arrivée au Chili. Les autres moyens de transport sont obligatoires (taxi, location de voiture à l’aéroport, proche qui vient les chercher en voiture individuelle…).

• Un couvre-feu national a été instauré sur l’ensemble du territoire, y compris l’Ile de Pâques, de 22 heures à 5 heures.

Les autorités chiliennes ont par ailleurs rendu obligatoire le port du masque dans :
o Tous les transports publics ou privés
o Les lieux qui reçoivent du public
o Tout lieu fermé où se trouvent réunies 10 personnes ou plus

Contacts utiles :

Dans ce contexte, il est demandé aux Français de passage encore présents au Chili de s’inscrire sur Ariane, de consulter le site de l’ambassade de France et de se signaler auprès de l’ambassade par mail.

> Hongrie

Le gouvernement hongrois a annoncé la levée des restrictions, dont la quarantaine, pour tous les citoyens européens entrant en Hongrie en provenance des pays de l’Union et de Serbie, Suisse, Liechtenstein, Norvège et Islande.

L’entrée en Hongrie de Français en provenance de pays autres que ceux sus-mentionnés reste interdite. Ceux-ci doivent se conformer aux dispositions précédentes : demande de dérogation pour l’entrée sur le territoire et demande de dérogation de quarantaine.

Certaines mesures sanitaires restent en vigueur, telles que porter un masque dans les transports publics et dans les commerces.

Malgré la reprise des liaisons aériennes, les annulations de vols restent fréquentes. Il convient par conséquent de s’informer régulièrement du statut de son vol auprès de sa compagnie aérienne.

Il est recommandé de s’informer sur l’évolution de la situation sanitaire et les consignes des autorités locales et de consulter le site de l’ambassade de France en Hongrie.

> Jamaïque

Le gouvernement jamaïcain a annoncé une réouverture des frontières à compter du 15 juin 2020.

Toute personne désirant entrer en Jamaïque est tenue d’obtenir au préalable une autorisation de voyage, sous peine d’être refusée à l’embarquement.

A l’entrée en Jamaïque, des protocoles sanitaires sont mis en place de manière différenciée selon les catégories de voyageurs et les facteurs de risque identifiés par les autorités sanitaires.

Les touristes sont autorisés à se déplacer uniquement à l’intérieur d’un couloir s’étirant le long de la côte nord entre Negril et Port Antonio.

En l’absence de vol direct, il convient de se renseigner sur la faisabilité de la correspondance envisagée au regard des restrictions en vigueur dans le pays de transit.

Dans ce contexte, il est conseillé de reporter tout projet de voyage en Jamaïque. Il est aussi recommandé aux Français qui se trouvent actuellement en déplacement temporaire en Jamaïque de prendre les mesures nécessaires pour un retour en France.

Contacts utiles :

D’autres mesures pourraient être mises en œuvre sans préavis. Il est préconisé de suivre les recommandations des autorités locales (ministère jamaïcain de la Santé) et de consulter le site Internet de l’ambassade de France en Jamaïque ainsi que son compte Instagram france_in_jamaica pour obtenir plus d’informations.

> Pérou

Les autorités péruviennes ont décidé l’imposition d’une mesure d’auto-isolement obligatoire à domicile (ou à l’hôtel) de 14 jours pour les voyageurs ayant séjourné et/ou transité par la France, l’Espagne, l’Italie et la Chine

• la suspension, depuis le 16 mars 2020, des vols en provenance et à destination d’Europe et d’Asie ;
• l’état d’urgence depuis le 16 mars ;
• un couvre-feu instauré dans l’ensemble du pays de 21 heures à 4 heures. Dans les régions Tumbes, Piura, Lambayeque, La Libertad, et Loreto, le couvre-feu est en vigueur de 18 heures à 4 heures ;
• l’interdiction des déplacements le dimanche.

Toute violation de ces mesures expose les contrevenants à des sanctions (pouvant aller jusqu’à des peines d’emprisonnement).

Contacts utiles :

Dans ce contexte, il est conseillé de différer tout voyage au Pérou. En cas de difficultés, il est possible de contacter l’ambassade :
• par courriel ambafranceperou@gmail.com en précisant pour chaque personne concernée, le nom et le prénom, la date de naissance, le numéro de passeport, le lieu de séjour au Pérou, ainsi qu’un contact téléphonique et mail pour être joint ;
• par téléphone au 01 215 84 00 (appel du Pérou) ou 0051 1 215 84 00 (appel depuis l’étranger), en composant le 1.

Pour en savoir plus sur les consignes des autorités locales, consulter le site du Ministère péruvien de la santé (@Minsa_Peru ; www.minsa.gob.pe).

> Qatar

Les étrangers ne sont plus admis sur le territoire qatarien depuis le 16 mars 2020.

Les autorités qatariennes ont indiqué le 8 juin que, par exception, les étrangers qui résident au Qatar sur le fondement d’un titre de séjour régulier (« Q ID ») et uniquement ces derniers, pourront être ré-admis sur le territoire qatarien à compter du 1er août, après qu’ils en seront sortis, sous réserve qu’ils proviennent d’un pays à risque sanitaire contenu (« low risk country ») et qu’ils effectuent à leurs frais une quarantaine de quatorze jours dans l’un des hôtels de leur choix figurant sur une liste d’établissements arrêtée par les autorités. La quarantaine à domicile est dans tous les cas exclue.

D’ici la fin du mois de juin, les autorités feront connaître la liste des pays à risque sanitaire contenu et les références des deux sites par lesquels les demandes pourront leur être présentées :

– demande d’autorisation de ré-entrée à la date ou aux dates sollicitées ;

– puis, en fonction de la réponse apportée dans les vingt-quatre heures, demande d’enregistrement sur le ou les vols vers Doha pour la date considérée et demande de réservation d’un hébergement dans l’hôtel de son choix, parmi ceux proposés, pour la période de quarantaine obligatoire.

Dans l’attente de la mise en ligne de ces deux derniers sites, le site discoverqatar.qa de Qatar Airways (https://www.discoverqatar.qa/welcome-home/), sous la forme d’un jeu de questions-réponses, est le plus précis et le plus complet.

Le départ de Doha et le transit via Doha restent possibles sous réserve du maintien des vols, ce dont il convient de s’assurer auprès des compagnies concernées. Les passagers en transit par Doha (zone internationale de l’aéroport) peuvent poursuivre leur voyage normalement vers leur pays de destination finale sous réserve des éventuelles restrictions appliquées par ce dernier.

Les résidents sont invités à n’envisager de voyage impliquant une ré-admission ultérieure au Qatar qu’en la connaissance de tous les éléments d’information qui, dans le meilleur des cas, ne seront donc communiqués qu’à la fin du mois de juin. En revanche, un départ sans retour au Qatar n’exige aucune autorisation préalable.

Mesures prises localement :

Le 17 mai, les autorités qataries ont décidé de rendre le port du masque obligatoire dans l’espace public.

Par ailleurs, depuis le 22 mai, l’installation de l’application EHTERAZ sur son téléphone portable est obligatoire et doit être activée à chaque sortie de son domicile. Le non-respect de ces mesures est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 200.000 riyals qatariens (environ 50.000 euros), et d’une peine d’emprisonnement d’une durée pouvant aller jusqu’à trois ans.

Contacts utiles :

Il est conseillé de suivre les recommandations des autorités locales, de consulter le site du Ministère de la santé MOPH et de consulter le site internet de l’ambassade de France au Qatar.

> Roumanie

Les liaisons aériennes commerciales directes entre la France et la Roumanie sont toujours suspendues. Pour voyager entre la Roumanie et la France, il est possible d’utiliser des vols avec escale. Des vols directs existent aussi avec l’aéroport de Bâle-Mulhouse, considéré comme suisse par les autorités roumaines.

L’état d’urgence instauré en Roumanie le 16 mars a pris fin le 14 mai. Depuis le 15 mai, le pays se trouve en état d’alerte :

• il est désormais autorisé de se déplacer dans l’ensemble du pays sans restriction ni justification ;
• les regroupements restent limités (plus d’informations sur le site de l’ambassade de France en Roumanie) ;
• le port d’un masque couvrant le nez et la bouche est obligatoire dans tous les lieux publics fermés (magasins, transports en communs, administrations publiques, etc.) ;
• les écoles et universités sont fermées jusqu’à la rentrée de septembre 2020 ;
• les parcs, hôtels, musées, salles de sport et la plupart des commerces ont rouvert leurs portes. Les bars, cafés, restaurants restent fermés jusqu’à nouvel ordre, tout comme les cinémas et théâtres.

L’entrée sur le territoire roumain demeure interdite aux personnes qui ne sont pas citoyennes de l’Union européenne. Des exceptions sont prévues pour les titulaires d’un titre de séjour en Roumanie, les familles de citoyens roumains ou de citoyens européens résidents en Roumanie, les personnes se déplaçant pour des raisons professionnelles dûment justifiées, ou les passagers en transit.

La voie terrestre est ouverte : les déplacements en voiture personnelle sont permis et les liaisons par autobus ont repris. Certains postes frontières roumains sont fermés pour concentrer les ressources sur les principaux points de passage. D’autres ne sont ouverts pour les voyageurs qu’entre 07h00 et 01h00, et il peut y avoir plusieurs heures d’attente.

Toute personne arrivant en Roumanie depuis un pays étranger doit s’isoler pendant 14 jours après son arrivée. Cette mesure est appliquée à condition de ne présenter aucun symptôme. Des mesures spécifiques additionnelles pourront être prises par les autorités sanitaires au cas par cas pour les personnes présentant des symptômes.

Des exemptions à cette obligation d’isolement sont prévues pour :

les personnes ayant passé au moins 14 jours précédant leur entrée en Roumanie dans un pays considéré comme peu touché par le coronavirus (liste « zone verte »). Cette liste, réactualisée tous les lundis par les autorités roumaines, compte actuellement plusieurs pays européens, mais pas la France ;

les personnes qui ne font que traverser la Roumanie par la route en suivant un couloir de transit autorisé ;

les représentants d’entreprises étrangères possédant des filiales ou succursales en Roumanie et pouvant justifier de leur voyage professionnel ;

les étudiants poursuivant leurs études en Roumanie, si leur retour est justifié par des examens ou des démarches liées à leur fin d’études. Pour bénéficier de cette exemption, les étudiants doivent pouvoir justifier à leur entrée sur le territoire roumain de l’objet de leur séjour : il est donc vivement recommandé qu’ils soient en possession d’une attestation de leur université ou établissement d’enseignement certifiant leur inscription et précisant que l’étudiant doit se rendre sur place dans le cadre de ses études.

Contacts utiles :

Il convient de se tenir informé sur l’évolution de la situation sanitaire et les consignes des autorités locales (notamment sur le site des autorités sanitaires locales, en roumain), et le site de l’ambassade de France en Roumanie.

> Singapour

Le 20 mai, les autorités singapouriennes ont annoncé la reprise progressive des transits, sous conditions, à l’aéroport de Changi à compter du 2 juin pour les personnes non résidentes. Les voyageurs effectuant un transit doivent contacter au préalable leur compagnie aérienne afin de vérifier s’ils ont la possibilité d’effectuer un transit.

Le gouvernement singapourien a présenté le 19 mai son plan de déconfinement en 3 phases dont la première est entrée en application le 2 juin. La phase 2 débutera le 19 juin et verra la reprise quasi totale des activités économiques, toujours soumise à des règles de distanciation (port du masque, respect de distances de sécurité…). La liste des activités autorisées se trouve à l’adresse suivante : https://covid.gobusiness.gov.sg/permittedlist/

Les personnes résidant à Singapour qui se trouvent à l’étranger doivent impérativement obtenir l’autorisation des autorités singapouriennes avant de pouvoir revenir à Singapour, sous peine de lourdes sanctions allant jusqu’à l’annulation du titre de séjour suivie d’une expulsion, dans les cas suivants :

• Les détenteurs d’un permis de travail (Employment Pass, S-Pass, Work Permit, Work Holiday Pass, etc.) et leur famille (Dependant Pass, Long Term Social Visit Pass) doivent obtenir l’autorisation auprès du ministère du Travail singapourien (MOM) à travers les employeurs qui doivent en faire la demande en ligne : https://form.gov.sg/#!/5e3cbabee41f590012014e91.

Le MOM restreint fortement, à l’heure actuelle, le nombre d’autorisations de retour accordées : il est donc déconseillé à tous les détenteurs d’un permis de travail ainsi qu’à leur famille de voyager hors de Singapour. Les personnes qui voyageraient après le 27 mars rencontreront des difficultés supplémentaires pour obtenir l’autorisation du MOM. Leur demande sera classée comme non prioritaire et pourra entrainer des retards de traitement conséquents, reportant de fait leur possibilité de retour à Singapour.

• Les étudiants en Student’s Pass (STP) ainsi que ceux qui ont obtenu un accord de principe (In-Principle Approval) pour un STP, doivent obtenir l’autorisation auprès du ministère de l’Éducation singapourien (MOE) en soumettant une demande à leur université ou école qui la transmettra au MOE.
• Les personnes en Long-Term Visit Pass (LTVP) délivré par l’Immigration and Checkpoints Authority (ICA) ainsi que celles qui ont obtenu un accord de principe (In-Principle Approval) pour un LTVP, doivent obtenir l’autorisation auprès de l’ICA en soumettant une demande par email à ICA_nCoV_request@ica.gov.sg.

Toutes les personnes résidant à Singapour et de retour de l’étranger doivent effectuer une quarantaine à leur retour (Stay-Home Notice). La Stay-Home Notice (SHN) est une mesure de confinement d’une durée de 14 jours assortie d’obligations très strictes (interdiction de sortie sous peine de révocation du titre de séjour singapourien, amende et peine d’emprisonnement). Plus de détails ici. Les personnes résidentes de retour de l’étranger doivent effectuer leur Stay-Home Notice dans des hôtels et lieux spécifiques, dont la liste est établie par le gouvernement, afin de minimiser les risques de transmission éventuelle à la famille. À compter du 18 juin, les personnes ayant séjourné au moins 14 jours consécutifs avant leur arrivée à Singapour en Australie, Brunei, Corée du Sud, Chine continentale, Hong Kong, Japon, Macao, Nouvelle-Zélande, Taiwan et Vietnam pourront effectuer leur SHN à leur domicile ou dans un hôtel de leur choix . Les autres voyageurs devront effectuer leur SHN dans hôtels et lieux spécifiques, dont la liste est établie par le gouvernement singapourien, et à leur frais. L’autorisation de retour préalable pour les titulaires de titre de long séjour reste obligatoire.

Depuis le 27 mars, les voyageurs autorisés à revenir à Singapour (voir ci-dessus) devront soumettre une déclaration de santé. Cette déclaration doit se faire via le service en ligne “SG Arrival Card” au maximum 3 jours avant l’arrivée prévue ou bien, à défaut, aux points de contrôle à l’arrivée. Toute fausse déclaration expose à des poursuites pénales en vertu de l’Infection Diseases Act. À partir du 18 juin, toute personne entrant sur le territoire singapourienne devra subir un test de dépistage, à ses frais, au cours de sa quarantaine (Stay-Home Notice).

Contacts utiles :

Il est recommandé de suivre les recommandations des autorités locales et de consulter le site internet et les réseaux sociaux de l’OMS, du Ministère singapourien de la Santé et de l’ambassade de France à Singapour.

> Suriname

Fermeture totale de l’espace aérien ; aucun vol n’est opéré au départ et à l’arrivée du Suriname, fermeture des frontières terrestres entre le Suriname et la Guyane française, ainsi qu’entre le Suriname et le Guyana ; aucun voyageur n’est autorisé à entrer ou quitter le territoire surinamais.

Depuis le 2 juin, d’autres mesures sont mises en œuvre :
• fermeture de la route Paramaribo / Albina dans les deux sens au niveau du pont de Stolkertsijlver ;
• un couvre-feu total est instauré limitant désormais les sorties pour effectuer des achats de première nécessité (nourritures) à un seul jour par semaine et par personne ;
• rassemblements limités à 5 personnes ;
• fermeture des marchés, crèches, écoles, restaurants et casinos ;
• recommandation du port du masque ou d’un tissu permettant de couvrir la bouche et le nez lors des déplacements.

Ces mesures sont reconductibles et d’autres mesures pourraient être mises en œuvre.

Dans ces conditions, il convient d’éviter les voyages vers le Suriname en attendant que la situation se rétablisse.
La situation des résidents au Suriname qui seraient bloqués en dehors du territoire est en cours d’examen par les autorités locales.

En cas d’apparition de symptômes liés au coronavirus, il est possible de contacter les numéros de téléphone suivants : 178 ou via WhatsApp le +597 8836643.

> Turquie

La principale compagnie aérienne du pays a repris ses vols internationaux depuis le 11 juin (et depuis le 15 juin vers Paris et Lyon). Il convient de bien vérifier le statut des vols auprès de chaque compagnie aérienne concernée. Les vols actuellement disponibles à la réservation sont toujours susceptibles d’être reportés.

Les mesures en vigueur en Turquie continuent d’évoluer. À ce stade :
• le calendrier de reprise effective des vols internationaux au départ et à destination de la Turquie demeure, à ce stade incertain.  ;
• les vols intérieurs ont, eux, repris depuis le 1er juin ;
• les Français et les ressortissants des pays tiers sont autorisés à entrer en Turquie depuis le 11 juin par les frontières terrestres, maritimes et aériennes à l’exception des postes frontières avec l’Iran. Ils seront soumis à un contrôle sanitaire à leur arrivée et à un test PCR gratuit s’ils présentent des symptômes. Il est vivement conseillé de vérifier le régime en vigueur dans les autres pays voisins de la Turquie avant d’envisager un franchissement des frontières terrestres ;
• des contrôles de police (avec caméras thermiques) aux frontières administratives des provinces ;
• fin des couvre-feux permanents pour certaines tranches d’âge, les personnes âgées de plus de 65 ans étant dorénavant autorisées à sortir tous les jours de 10 heures à 20 heures, les jeunes de moins de 18 ans n’étant pas astreints à ces limites ;
• instauration de couvre-feux partiels dans les 81 provinces du pays, pour les journées des 20 juin (09h-15h), 27 juin (09h30-15h) et 28 juin (09h30-18h30).
Les épiceries, supermarchés, commerces de bouche pourront rester ouverts, pour des courses d’appoint, à pied et à proximité du domicile. Les stations-essence, hôtels, hôpitaux, pharmacies et cliniques vétérinaires seront également ouverts ;
• l’obligation de respecter la distanciation physique et de porter des masques dans l’espace public notamment à Ankara, Istanbul et Bursa (voir la liste des provinces concernées sur la page https://tr.ambafrance.org/Infection-pulmonaire-Coronavirus-Covid-19-4273) ;

Les personnes qui ne se conformeront pas aux mesures susmentionnées sont passibles d’une contravention, voire de poursuites judiciaires.

• Les écoles (maternelles, primaires, collèges et lycées) sont fermées depuis le 16 mars et pratiquent désormais l’enseignement à distance. La reprise des cours a été annoncée pour le mois de septembre ;
• les universités sont fermées depuis le 16 mars pour tout le semestre, les cours se font à distance. Le 4 mai, les autorités turques ont annoncé la reprise des cours au 15 juin ;
• les centres commerciaux, coiffeurs et barbiers, fermés depuis la mi-mars, ont rouvert depuis le 11 mai ;
• les cafés, restaurants, pâtisseries, musées, librairies, garderies, ainsi que des parcs, des plages et des aires de repos sur les autoroutes sont ouverts depuis le 1er juin ;
• réouverture à compter du 1er Juillet des théâtres et salles de cinéma et autres lieux de divertissement ;
• les salles de concerts, bars et discothèques demeurent fermés, seuls les concerts en plein air étant autorisés à compter du 1er juin ;
• depuis le 21 mai, pour les déplacements interurbains en Turquie, un code HES (du nom de l’application mise en place « Hayat Eve Sığar  ») est exigé pour embarquer dans un avion, dans un train ou dans un bus. Pour les étrangers de passage en Turquie et ne disposant pas d’un titre de séjour turc, ce code sera exigé à partir du 06 juin, en utilisant le numéro de passeport. Ce code peut être obtenu en envoyant un SMS au “2023” :
Pour les citoyens turcs titulaires d’un numéro d’identité nationale turque (T.C. Kimlik) : en tapant « HES  » espace « numéro de kimlik  » espace « 4 derniers chiffres du numéro de série de la kimlik » espace «  nombre de jours de déplacement ». ex : HES 1234567890 1234 15 (dans ce message type, le code sera valable 15 jours).
Pour les étrangers titulaires d’une carte d’identité turque (Yabancı Kimlik) et dont le numéro d’identité nationale commence par 97, 98 et 99  : en tapant « HES  » espace « numéro de kimlik  » espace « année de naissance  » espace « nombre de jours de déplacement  ».

Les personnes qui ne disposent pas d’un numéro d’identité nationale turque (T.C. Kimlik) ou de numéro de carte étrangère (Yabancı Kimlik Numarası qui commence par 99,98 ou 97) peuvent voyager sans code HES mais devront prochainement obtenir eux aussi un code HES par envoi d’un SMS au 2023. À ce jour, le dispositif n’est pas encore opérationnel pour les étrangers dépourvus de carte de séjour.
Les enfants de moins de deux ans n’ont pas l’obligation d’obtenir un code.

Les mesures mentionnées sont susceptibles d’être révisées en fonction de l’évolution de la situation en Turquie.

Compte tenu de ces mesures, il convient de reporter tout déplacement en Turquie.

Contacts utiles :

D’autres mesures pourraient être mises en œuvre. Il est recommandé de suivre les recommandations des autorités locales et de consulter le site internet et de l’ambassade de France en Turquie et du Consulat général de France à Istanbul.

> Ukraine

Depuis le 15 juin, il est de nouveau possible d’entrer sur le territoire ukrainien à la condition de justifier d’une assurance permettant de couvrir, le cas échéant, les coûts afférents au traitement du Covid-19.

Il est en principe possible de souscrire à une telle assurance à l’arrivée à l’aéroport de Kiev. Une mesure de quarantaine obligatoire de 14 jours est maintenue pour les personnes en provenance d’un pays où la circulation du virus est jugée significative. La France fait, à ce stade, partie de cette catégorie. Cette mesure peut prendre la forme d’un auto-isolement de 14 jours à domicile à condition de télécharger l’application dédiée Дій вдома. Cette application devant être téléchargée sur un téléphone doté d’un numéro ukrainien, il pourrait être nécessaire d’acquérir une carte SIM ukrainienne à l’entrée sur le territoire.

Les autorités ukrainiennes ont mis en place des mesures restrictives jusqu’au 22 juin mais qui font l’objet d’assouplissements successifs en fonction des indicateurs épidémiologiques par région.

Dans ces conditions, il convient de prendre en compte ces contraintes avant d’envisager un déplacement vers l’Ukraine.

Contacts utiles :

Il est recommandé de suivre les consignes des autorités locales (notamment sur le site du ministère de la Santé et du Cabinet des ministres, en ukrainien) et de consulter le site de l’ambassade de France en Ukraine.

 

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR