fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Comment travailler… en Finlande ?

Grâce à son implantation numérique à la pointe et à sa fiscalité très avantageuse, la Finlande est un pays qui recèle de nombreux atouts économiques. Le Journal des Français à l’étranger vous donne les conseils clés pour y réussir votre installation.

Antoine Maffray

Publié

le

Comment travailler... en Finlande ?

Malgré des conditions climatiques relativement rudes et la difficulté de compréhension du finnois, la Finlande propose de hauts salaires et de bonnes conditions de travail qui peuvent attirer nombre de candidats. Le pays abrite un écosystème de PME reconnues pour leurs innovations dans le secteur de l’économie digitale, des jeux vidéos, des centres de données pour le cloud.

L’économie finlandaise est fortement dépendante de ses échanges extérieurs qui représentent 40% du PIB. 60% de ses échanges sont orientés vers les pays de l’UE, dont un quart pour la Suède et l’Allemagne. Les secteurs à fort potentiel sont ceux de la santé et des services à la personne.

Ce pays compte de grandes multinationales très actives sur les marchés tiers, parmi lesquelles Kone, Konecranes, Metso, Nokia, Stora Enso, UPM ou encore Wärtsilä.

Comment trouver un emploi ?

Comme dans bien d’autres pays du nord de l’Europe, la Finlande va devoir faire face à une pénurie de main-d’œuvre lorsque toutes les générations de baby-boomers seront parties à la retraite. Le manque de personnels dans le secteur des services à la personne et de la santé se fait d’ores et déjà sentir.

Les sites Business Finland et te-palvelut sont remplis de conseils sur la marche à suivre pour trouver un emploi en Finlande

Les sites tyomarkkinatori et workinfinland sont les principales plateformes d’offres d’emploi, sans oublier le réseau européen Eures.

Enfin, on peut faire une reconnaissance d’équivalence de diplômes sur ce site gouvernemental.

À noter que la culture de travail finlandaise a certaines spécificités, qu’il conviendra de maîtriser rapidement. Les entreprises finlandaises sont, par exemple, peu hiérarchisées, les collègues s’interpellent rapidement par leur prénom et les collaboration franche et ouverte ont une réelle importance. L’apprentissage du finnois est souvent pris en charge par les employeurs pour les immigrants.

Entreprendre

La Finlande a aussi besoin d’entrepreneurs. Si vous avez une bonne idée commerciale et êtes prêt à travailler dur, monter votre propre entreprise peut s’avérer judicieux. Le pays a obtenu une honorable 20e place (sur 190) au classement 2020 du site Doing Business, soit 12 rangs devant la France.

La Finlande dispose de nombreux points forts à même d’attirer les entrepreneurs. Sa main d’œuvre est peut-être chère mais hautement qualifiée, son économie est basée sur l’innovation et son contexte politique et social est stable. Un de ses autres facteurs d’intérêt est sa position stratégique au centre de la zone dynamique formée par la Russie, la Scandinavie et les pays baltes, ainsi que son penchant pour la haute technologie, la recherche et le développement.

Même s’il date un peu, ce guide très complet financé par l’Union Européenne peut guider les entrepreneurs dans leur aventure. Le bon réflexe à avoir est également de prendre contact avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Finlandaise.

Pour les jeunes

En Finlande, la pratique des stages en entreprise se fait dans le cadre d’échanges entre les établissements d’enseignement supérieurs, d’accords bilatéraux ou de programmes, comme le programme d’échange IAESTE qui organise des stages pour les étudiants scientifiques.

Le pays est ouvert au programme Erasmus +, et les universités locales proposent de nombreuses formations qualifiantes et reconnues en Europe. Néanmoins, les conditions d’accès sont plutôt drastiques, et il faudra compter sur un compte en banque fourni pour passer une année là-bas (minimum 6720 euros)

Le site Infofinland comporte une rubrique fournie concernant les possibilités d’études en Finlande.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA), pour les jeunes de 18 à 30 ans sont validées par Bercy et Business France. En Finlande, plus d’une centaine d’entreprises françaises sont installées dans le pays.

Conditions légales pour travailler en Finlande

Pour séjourner moins de trois mois en Finlande en étant citoyen d’un pays de l’Union européenne (UE), il suffit  d’avoir en sa possession un passeport ou une carte d’identité valide.

Pour rester en Finlande sur une période plus longue, la procédure s’avère plus ardue. Il faut en effet posséder un logement pour se déclarer résident mais ce n’est pas suffisant. Il faut également disposer soit d’un contrat de travail, soit de ressources suffisantes pour subvenir à ses besoin, soit d’une autorisation pour regroupement familial.

De plus, il est également nécessaire de faire une demande d’enregistrement du droit de séjour pour le citoyen de l’UE à l’Office national pour l’immigration Migri. Cette demande doit être déposée dans les trois mois suivant votre arrivée dans le pays.

Et si vous venez résider en Finlande pendant plus d’un an, vous devez aussi vous faire enregistrer en tant que résident au guichet de l’Agence du numérique et de la démographie, afin d’obtenir votre numéro d’identification personnelle finlandais

L’économie Finlandaise face au Coronavirus

La Finlande n’a pas été touchée de plein fouet par la pandémie. Un peu plus de 8000 cas confirmés ont été dénombrés à l’heure où nous écrivons, pour 33 décès.

Le pays subit, comme partout en Europe, la crise économique qui découle de la crise sanitaire. Mais l’UE ne prévoit qu’une chute de croissance modérée pour 2020, à -6,3 points. La récession a été amortie par le gouvernement, qui a introduit plusieurs budgets supplémentaires pour 2020. La valeur totale des mesures de soutien devrait s’élever à environ 23,8 milliards d’euros (10 % du PIB).

Néanmoins, l’UE pense que la Finlande sera le pays dont le rebond sera le plus compliqué en 2021, avec une croissance estimée à seulement 2,8%, loin de la moyenne européenne, estimée elle à 6,1%.

Fiscalité

La Finlande est loin de ce qu’on peut considérer comme un paradis fiscal. La pression fiscale sur les particuliers en Finlande est de 44,5 % du PIB, ce qui classe ce pays au 5ème rang des pays de l´OCDE où l’imposition est la plus forte.

Le gouvernement prélève un impôt progressif sur le revenu,de 6% à 31,25% du salaire.

L´impôt sur les sociétés est de 26 % et la TVA s´établit à 22 %, avec des taux réduits à 17 % pour les produits alimentaires et 8 % pour les livres, médicaments, évènements culturels et sportifs.

Quelques liens utiles

Si vous souhaitez en savoir plus sur le pays, vous pouvez consulter la fiche sur la Finlande du Journal des Français à l’étranger qui fournit de nombreux conseils.

Il existe également de nombreux groupes Facebook regroupant les Français installés en Finlande. Parmi eux, le groupe Les Français de Finlande compte environ 4000 membres. Ces derniers partagent régulièrement des bons plans pour visiter ou découvrir le pays.

Le dossier pays du site France Diplomatie peut également fortement vous intéresser. Ce dernier aborde de façon très détaillée de nombreux aspects des coutumes et habitudes de vie finlandaises.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR