fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Français du Canada : Jean-Baptiste Lemoyne et Roland Lescure répondent à vos questions 3/5

Sans filtre, les Français du Canada interpellent leur ministre et leur député

Publié

le

Francais-du-Canada-3-5

Français à l’étranger a organisé à la fin de l’année dernière une réunion publique virtuelle destiné aux Français du Canada. Pour répondre à leurs questions, un ministre et un député. Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, s’était prêté au jeu, tout comme Roland Lescure, élu de la première circonscription des Français de l’étranger (Amérique du Nord), également président de la commission des Affaires économiques. Devant le succès de ces échanges, en particulier sur les réseaux sociaux, Français à l’étranger publie toute le semaine un best of de cette heure de dialogue direct.

Episode 3, sur les relations entre la France et les provinces maritimes.

Thierry, Nouveau-Brunswick :

Thierry : Qu’en est-il des relations avec le Canada Atlantique (provinces du Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador). Je suis intéressé par les domaines de la coopération économique, scientifique et culturelle. Étant professeur de biologie marine, je suis également intéressé par l’aquaculture des poissons, mais aussi des algues et des invertébrés, ainsi que la gestion durable face au changement climatique et à l’acidification des eaux côtières. Nous aimerions, quand les choses iront mieux, que les missions françaises s’arrêtent aussi au Canada Atlantique.

J.-B. L. : Je suis très heureux de cette question et je veux saluer votre engagement. Vous êtes consul honoraire, ce qui veut dire que vous prenez de votre temps pour participer à faire rayonner la France et à aider des compatriotes au côté de nos consuls généraux que j’associe, ainsi que l’ambassadrice, à ces remerciements. J’ai hâte de venir en Acadie car c’est une région considérable dans la francophonie. L’Acadie, souvenons-nous, c’est une histoire tragique. Ce sont des Français qui ont été déportés en 1755 lors du Grand Dérangement. Ils ont fondé aussi une part de ce fait francophone en Amérique du Nord. C’est pourquoi je me suis beaucoup mobilisé pour préserver ce consulat général de Moncton qui était menacé de fermeture, décision qui me paraissait contraire à nos intérêts et à l’histoire. Le Général de Gaulle a été très mobilisé à l’époque pour créer ces liens avec l’Acadie. J’ai à cœur de perpétuer cela. Cette relation doit être densifiée dans tous les volets : culturel, économique et recherche.

R. L. : Bien que je ne puisse pas à présent dans ma circonscription, j’ai quand même eu la chance, lorsque le Ministre a annoncé vouloir préserver le consulat de Moncton, de pouvoir m’y rendre. J’ai rencontré les Français qui résident là-bas, ils ne sont pas très nombreux mais ils sont très actifs. Nous pouvons intensifier les relations, notamment économiques, car elles sont déjà très fortes culturellement. Par exemple, tous les ans, il y a des fêtes des deux côtés de l’Atlantique dans la ville de Dieppe chez nous et dans son homonyme du Nouveau-Brunswick, qui sont extrêmement proches et font des échanges culturels réguliers. Cela a été dit par Thierry, le sujet de la biologie marine, des nouvelles technologies dans l’aquaculture, de la préservation des océans dans lesquels nous excellons tous deux font partie de sujets très concrets dans lesquels on pourrait faire plus et mieux, avec à la fois des échanges universitaires, et pourquoi pas des échanges économiques.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR