fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Tour d’Europe de l’emploi : Norvège

Cette destination offre de belles perspectives d’emploi. Avec un taux de chômage relativement bas et un climat social serein, le pays reste à la pointe dans de nombreux domaines.

Publié

le

Tour-dEurope-de-lemploi-norvege

La maîtrise du norvégien est de plus en plus déterminante dans les processus de recrutement. Des entreprises peuvent même demander de suivre des cours de langue si vous êtes embauché. Certains types de visa requièrent également des cours de langue. Un visa de résident permanent, par exemple, vous oblige à suivre 300 heures de cours de norvégien, même si une très bonne maîtrise de l’anglais peut suffire dans certains secteurs (énergie, informatique…).

Où travailler

Les secteurs dans lesquels vous aurez des chances de trouver un emploi sont ceux du tourisme, de la pêche, de la médecine (médecins, dentistes, infirmières, aides-soignants…) ou encore de l’informatique. Toutes les compétences liées à l’exploitation des hydrocarbures (ingénieurs, géologues et géophysiciens…) et au développement de l’énergie verte ainsi que les mécaniciens et les techniciens sont également assez recherchés.

Comment trouver un emploi

Si vous êtes déjà sur place, l’agence norvégienne pour l’emploi et les services sociaux (NAV), née de la fusion de trois grandes administrations norvégiennes, ainsi que les agences d’intérim peuvent vous aider dans vos recherches et vous prodiguer des conseils. Vous trouverez également des offres d’emploi sur les sites suivants :

Pour les jeunes

Le statut d’un stage est peu reconnu en Norvège et il est difficile de trouver des offres. Vous pouvez toutefois essayer de contacter les entreprises internationales ou la Chambre de commerce franco-norvégienne (CCFN) qui propose chaque semestre, pour son bureau d’Oslo, un stage de six mois, sous convention en marketing-communication. Il est également possible de contacter le réseau international IAESTE pour des stages techniques.

Entreprendre

La Norvège s’appuie sur une économie forte. La main-d’œuvre est qualifiée et polyglotte, les secteurs bancaires et financiers robustes, mais aussi la stabilité politique et le bon fonctionnement des services publics en font un pays idéal pour investir ou créer son entreprise. Les investissements dans les biens de consommation, les technologies de l’information, la construction ou encore les services offrent également de belles opportunités. Une mise en garde s’impose toutefois : les coûts salariaux sont élevés et la situation géographique isolée du pays peuvent générer des coûts importants (pour la logistique, les transports ou encore les télécommunications). Si vous avez besoin d’aide pour créer votre entreprise, la ville d’Oslo dispose d’un centre d’information destiné aux créateurs d’entreprise.

Pour vous aider dans votre implantation, n’oubliez pas non plus de faire appel à la Chambre de commercer franco-norvégienne.

Contexte administratif

Vous n’aurez besoin ni de visa ni de permis de travail en tant qu’Européen. Il vous faudra tout de même vous enregistrer auprès de la police de votre commune, ce qui vous permettra d’obtenir un numéro d’identification permanente (fødelsnummer) ou temporaire (D-nummer). Ils s’obtiennent auprès du centre pour les travailleurs étrangers et sont indispensables pour la plupart des formalités (ouvrir un compte bancaire, s’acquitter de ses impôts…). Il faut compter environ quatre semaines pour les obtenir. Le système d’imposition est un peu complexe. La Chambre de commercer franco-norvégienne peut vous renseigner ou vous mettre en relation avec l’un de ses membres pour vous accompagner.

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Tour d’Europe de l’emploi : Norvège -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR