fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

Partir au Québec : Région de la Capitale-Nationale

Le Journal des Français à l’étranger passe en revue les 17 régions administratives du Québec. Aujourd’hui, zoom sur la région de la Capitale-Nationale en partenariat avec Quebec International.

Publié

le

Capitale-Nationale

Présentation générale

Cette région qui inclut l’actuelle ville de Québec est le berceau de la Nouvelle-France. C’est à l’île d’Orléans et sur la côte de Beaupré par exemple que se sont établies plusieurs des familles fondatrices du Québec. Ce sont ces mêmes familles qui, par besoin d’espace, ont essaimé entre autres sur la Côte-du-Sud et dans Charlevoix, désormais rattaché à la région.

Très active en recherche et développement, la région de la Capitale-Nationale compte de nombreux centres de recherche qui emploient du personnel spécialisé dans les hautes technologies telles les techniques biomédicales, l’optique-photonique, la géomatique et les technologies de l’information. Elle est aussi le deuxième pôle d’attraction des immigrants au Québec.

Au-delà de son rôle administratif, la ville de Québec offre une réelle qualité de vie. Au plan touristique, elle est la seule en Amérique du Nord dont les fortifications – joyau du patrimoine mondial de l’UNESCO – sont encore pratiquement toutes intactes. En leur sein se trouvent notamment le superbe château Frontenac et le parc des Champs-de-Bataille, lieu de mémoire des épisodes militaires marquants de l’histoire de l’Amérique.

Parmi ses autres atouts, il convient aussi de noter que la ville de Québec se situe au quatrième rang des villes les plus sûres dans le monde, selon la dernière étude de la plateforme participative Numbeo ainsi qu’au deuxième rang des meilleures villes pour les familles selon Movinga (2020).

Non loin du centre-ville de Québec, la chute Montmorency et ses 86 mètres de hauteur, à l’embouchure de la rivière éponyme et partagée administrativement entre la ville de Québec et la commune de Boischatel, fait aussi partie des visites incontournables.

Toutefois, la plus grande partie du territoire de la Capitale-Nationale est forestière. À une centaine de kilomètres de la capitale provinciale, la sous-région de Charlevoix, au relief impressionnant entre fleuve et montagne, illustre de la beauté de la nature environnante. De fait, l’offre culturelle et touristique est très importante dans cette région.

Au plan administratif, la région de la Capitale-Nationale est divisée en sept municipalités régionales de comté (MRC) : l’agglomération de Québec, Charlevoix, Charlevoix-Est, la Côte-de-Beaupré, la Jacques-Cartier, L’Île-d’Orléans et Portneuf.

> Repères

Population région Capitale-Nationale (2019) : 757. 065 hab. (8,85% du Québec)

Superficie terrestre : 18.643 km2 (1,4% du Québec)

Sources : Institut national de la statistique du Québec.

Les secteurs d’activité en devenir

Dans sa stratégie de développement 2018-2022, le gouvernement du Québec a défini un certain nombre d’actions qui visent à renforcer la vitalité économique des régions. En conséquence, et avec les partenaires de terrain, les autorités québécoises ont ciblé des priorités régionales. Celles-ci permettent de faire ressortir des secteurs d’activité qui font l’objet d’un soutien particulier. Voici quelques grands axes pour la région de la Capitale-Nationale.

L’agroalimentaire occupe une part importante de l’activité économique régionale, ceci à tous les niveaux de la chaîne : production, transformation, jusqu’aux lieux de vente. La politique régionale vise d’ailleurs à la remise en production des terres agricoles inexploitées, au développement des marchés, au soutien à l’entrepreneuriat et à l’emploi dans ce secteur.

Les hautes technologies présentent un potentiel de croissance très important, la région se distinguant dans plusieurs secteurs de pointe, notamment les techniques biomédicales, l’optique-photonique, la géomatique et, d’une manière plus générale, les technologies de l’information et de la communication.

Par ailleurs, la région de la Capitale-Nationale présente des disparités dans l’accès au numérique (internet et réseau cellulaire). Par conséquent, cette activité présente une importante marge de développement.

L’activité forestière fait également l’objet de projets de valorisation, particulièrement dans le domaine de la biomasse, largement disponible compte tenu des superficies disponibles, avec le projet à terme de valoriser le recours à cette énergie renouvelable qui présente l’avantage d’une assez faible empreinte carbone.

Le tourisme, ancré dans les propositions de découverte de la nature et une offre culturelle très diversifiée, est un autre axe important de l’activité régionale.

C’est le cas également au niveau des transports, notamment publics, compte tenu de l’évolution démographique attendue et de la concentration des services dans les pôles urbains.

Le marché de l’emploi

L’attractivité de cette région en termes d’employabilité est considérable, avec un taux de chômage sous la barre de 5% depuis 2006, et même sous la barre des 3,5% en 2019, soit une situation de plein-emploi. Si les conséquences économiques de la crise sanitaire amènent aujourd’hui à pondérer ces taux, il n’en demeure pas moins que l’attractivité de la région est appelée à se poursuivre. La région de Québec est actuellement l’une des plus résilientes au Canada avec un taux de chômage de 4,7% (janvier 2021).

Pour autant, il est bon de rappeler que l’accès à l’emploi en tant qu’immigrant, dans cette région comme dans l’ensemble de la province, suppose un bon niveau de qualification, universitaire, et plus encore, professionnel (voir article d’ouverture du dossier sur les conditions d’immigration). (NB : texte à venir, NDLR).

Le manque de main-d’œuvre concerne un nombre croissant d’entreprises. En cause, la conjonction de la baisse de la population active, le vieillissement de la population et le dynamisme économique de ces dernières années.

Les emplois à pourvoir se trouvent dans de multiples domaines, mais certains secteurs présentent un potentiel évident. C’est le cas de l’agroalimentaire, du bioalimentaire, de l’hébergement et de la restauration, du commerce de gros et de détail, des technologies liées à la problématique du développement durable, mais aussi des soins de santé et de l’assistance sociale compte tenu du vieillissement de la population.

Par ailleurs, le secteur des assurances et des services financiers connaît un essor particulier dans la ville de Québec qui accueille quelque dix sièges sociaux de sociétés pour un ensemble de 17.000 postes.

Il en va de même pour les différents segments d’emploi qui constituent le secteur des technologies de l’information et de la communication. L’électronique occupe aussi une part importante, avec quelque 540 entreprises présentes, à la source de 19 500 emplois.

Des compétences dans le service à la clientèle et les métiers de la montagne sont aussi recherchées, boostées notamment par le développement du massif de Charlevoix, un projet récréotouristique majeur.

> Les sites incontournables

  • Emploi Québec, le site de référence du ministère du Travail québécois (marché du travail, perspectives, formation…)
  • Un bel Avenir pour vous au Québec. Cet excellent site du gouvernement du Québec est une très précieuse boîte à outils pour comprendre le marché de l’emploi, mais aussi tous les aspects qui peuvent intéresser le futur immigrant dans la province : formalités administratives, entrepreneuriat, découverte des régions, etc.
  • Qualifications Québec (informations par professions, sur les salaires, perspectives d’emploi et leur localisation au sein de la province…)
  • Informations générales sur le travail au Québec
  • Guichet Emploi, site du gouvernement du Canada
  • Le site Québecentête.com, plateforme de l’agence de développement économique de la ville de Québec et sa région, nommée Québec International. La plateforme Québecentête.com est un portail d’informations destiné à orienter et à informer les personnes ayant un projet d’établissement dans la région, ainsi que les nouveaux arrivants dans la ville de Québec et ses environs.

Entreprendre

Les raisons sont nombreuses pour bâtir ou investir dans un projet entrepreneurial dans la région de la Capitale-Nationale et celle de Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec. D’une part, l’emplacement géographique de la province offre une proximité avec les marchés porteurs d’Amérique du Nord. Ajoutons les infrastructures de transports de qualité, une main-d’œuvre locale très qualifiée, la souplesse administrative et une fiscalité qui fait partie des plus intéressantes en Amérique du Nord.

Quelle que soit la pertinence du projet porté et après avoir vérifié ses possibilités de réalisation (voir notamment le prochain paragraphe : « programme gens d’affaires »), il est important de noter que le gouvernement du Québec a défini des créneaux d’excellence pour chaque région de la province. En ce qui concerne la région de la Capitale-Nationale, ils sont au nombre de quatre :

> Aliments Santé

en pleine croissance, ce créneau vise à développer les offres alimentaires les plus respectueuses de la santé humaine, dans un contexte où l’industrie bioalimentaire génère près de 9% des emplois de l’ensemble du secteur agroalimentaire québécois.

Pour en savoir plus :

> Québec BVI

Véritable réseau d’affaires structuré, Québec BVI regroupe les acteurs du domaine du bâtiment vert et intelligent, qu’ils soient concepteurs, manufacturiers ou autres, autour d’un objectif commun : imaginer et façonner le futur de l’industrie du bâtiment. En mettant en place des initiatives novatrices et des projets de développement concrets, ce regroupement soutient l’expertise distinctive que possède la région de Québec et la positionne comme pôle d’excellence en matière de : bâtiments à faible empreinte écologique; bâtiments à faible consommation énergétique; produits architecturaux responsables; technologies innovantes pour les bâtiments.

Pour en savoir plus :

> Québec EPIX

Québec EPIX est un grand regroupement d’entreprises et d’acteurs technocréatifs en jeu vidéo, en animation et en expériences immersives de la région de Québec. Ce haut lieu de collaboration et de mobilisation est propulsé par une volonté de contribuer à l’innovation, à la croissance et au positionnement de l’industrie des technologies créatives de la grande région de Québec. Par ses projets et activités, Québec EPIX permet aux entreprises de toutes tailles d’unir leur vision et leurs compétences dans la mise en place d’initiatives de collaboration, d’échanges et de partenariat pour : stimuler leur compétitivité ; positionner l’industrie technocréative de Québec sur la scène internationale ; favoriser l’innovation et la R-D. Ce faisant, Québec EPIX vise à propulser la reconnaissance internationale et les retombées économiques de l’industrie régionale, ainsi qu’à accroître les synergies d’affaires et d’innovation avec les partenaires de l’écosystème.

Pour en savoir plus : 

> Québec VITAE

Québec VITAE est un regroupement voué à l’essor et à la croissance de l’écosystème des sciences de la vie et des technologies de la santé (SVTS) de la région de Québec. Grâce à ses projets et à ses activités, Québec VITAE met en place les leviers nécessaires au développement d’une industrie plus forte, plus compétitive et encore plus performante. Ce regroupement mobilise des acteurs du domaine des affaires, des finances, de la recherche ainsi que des décideurs publics, tous ayant à cœur le développement du secteur des SVTS de la grande région de Québec. Les enjeux prioritaires identifiés collectivement par les membres du regroupement guident la stratégie et les actions de Québec VITAE. De plus, Québec VITAE contribue au rayonnement des forces de l’écosystème SVTS de la région en mettant de l’avant sa capacité à : transformer la recherche en succès commerciaux; attirer des capitaux; développer des infrastructures de pointe; assurer la création et la croissance d’entreprises innovantes et prospères.

Pour en savoir plus :

> Le programme d’immigration pour les gens d’affaires

La voie privilégiée pour concrétiser un projet entrepreneurial dans la région de la Capitale-Nationale, comme dans toutes les autres régions de la province du Québec, consiste à solliciter l’accès à un « programme d’immigration pour les gens d’affaires ». Au nombre de trois, ces programmes sont destinés à celles et ceux qui sont déjà dotés d’une expérience en tant qu’entrepreneur, travailleur autonome ou investisseur (toutefois, ce dernier programme est actuellement suspendu jusqu’au 1er avril 2021, en attente de refonte).

D’une manière générale, tous les candidats au programme « gens d’affaires » – entrepreneur, travailleur autonome ou investisseur – doivent démontrer qu’ils ont les moyens de s’établir économiquement dans la province, avec l’intention de s’y installer. Il est à noter que le programme « entrepreneurs » comprend deux volets différents d’attribution.

Pour en savoir plus :

Voici trois étapes importantes pour s’informer et accéder à ce programme gens d’affaires :

> Les sites incontournables

  • Portail gouvernemental des entreprises au Québec
  • Le site Québecentête.com, plateforme de l’agence de développement économique de la ville de Québec et sa région, nommée Québec International. La plateforme Québecentête.com est un portail d’informations destiné à orienter et à informer les personnes ayant un projet d’établissement dans la région, ainsi que les nouveaux arrivants dans la ville de Québec et ses environs.

Étudier

Bonne nouvelle, les études au Canada font partie des moins onéreuses en Amérique du Nord ! Au Québec, on estime à environ 40.000 le nombre d’étudiants étrangers qui y poursuivent un cursus. En fonction des établissements, il est possible d’étudier en français, même si le bilinguisme s’impose évidemment ici comme une opportunité pour l’étudiant français. Bon à savoir : l’accès au régime de l’assurance-maladie du Québec et à un permis de travail après l’obtention de leur diplôme.

> Les diplômes d’études collégiales

ils valident un niveau post-secondaire, dans la perspective de se former à une profession particulière. On dénombre au Québec plus de 100 programmes d’études supérieures techniques et pré-universitaires dispensés dans une cinquantaine de Collèges d’enseignement général et professionnel (Cegep).

Pour en savoir plus : 

> Les diplômes d’études professionnelles

ils valident un niveau post-secondaire, dans la perspective de se former pour un métier spécifique. On dénombre au Québec plus de 90 programmes d’études professionnelle dans une quarantaine de centre de formation professionnelle (CFP).

Pour en savoir plus : 

> Les diplômes universitaires

l’ensemble de la province du Québec dispose de dix-huit universités, principalement francophones, mais trois d’entre elles sont anglophones. La région de la Capitale-Nationale compte quant à elle quatre universités :

  • L’Université Laval, à la réputation internationale, accueille 48 000 étudiants et plus de 1 000 professeurs répartis dans 17 facultés. Elle propose 500 programmes tous cycles confondus, 6 formules d’enseignement flexibles, plus de 1 000 cours à distance, mais aussi une importante offre de formation continue.
  • L’Université TÉLUQ, quant à elle, a la particularité d’être une université d’enseignement à distance affiliée au réseau de l’Université du Québec. Elle propose des cursus du premier au troisième cycle et comprend quatre départements : sciences de l’administration ; éducation ; sciences et technologies ; sciences humaines, lettres et communication.
  • L’INRS. L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) accueille environ 700 étudiants par an, dont 60 % sont internationaux. Il offre des programmes multidisciplinaires de 2e et 3e cycles visant à former la relève scientifique dans des secteurs stratégiques comme les sciences de l’eau, de la terre, de la santé, des matériaux ou encore dans les télécommunications. L’établissement peut s’appuyer sur quatre centres de recherche, dont un est situé à Québec : le Centre Eau Terre Environnement.
  • L’ENAP. L’École nationale d’administration publique (ENAP) offre des programmes d’études en 2e et 3e cycles en administration publique. Elle accueille plus de 1 700 étudiants et forme les futurs hauts fonctionnaires au Québec et au Canada : gestion municipale et régionale, diplomatie, administration publique, gestion de la santé et des services sociaux, etc.

> Les sites incontournables

Remerciements

Ce dossier a été réalisé avec Québec International, l’agence de développement économique de la ville de Québec et ses environs, via sa plateforme destinée aux personnes souhaitant y immigrer : Québecentête.com

Contribution: la rédaction du Journal des Français à l’étranger remercie la délégation générale du Québec à Paris  pour sa précieuse collaboration.

Sources : État d’équilibre du marché du travail à court et moyen termes, gouvernement du Québec (2019). Occupation et vitalité des territoires, gouvernement du Québec (2018-2022). Emploi-Québec. Site officiel du gouvernement du Québec. Portail du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Un bel Avenir pour vous au Québec, site du gouvernement du Québec. S’installer, étudier et travailler au Canada, Guide Desjardins (2019).

QCentete_logo_Bleu264x46

Le portail unique pour travailler, vivre, entreprendre ou étudier dans la région de Québec.

En savoir plus

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Partir au Québec : Région de la Capitale-Nationale -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR