fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 30 juin au 5 juillet

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 30 juin au 5 juillet.

Publié

le

Afrique

> Burkina Faso

Les régions du nord, du centre et de l’est du pays restent soumises à une intensification de la violence djihadiste après l’attaque qui a provoqué la mort de plus de 130 civils dans le village de Solhan (au sein de la zone dite des «trois frontières» entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger) les 4 et 5 juin derniers. Le 21 juin, c’est une embuscade visant des forces de sécurité qui a tué au moins onze personnes sur la route entre Barsalogho et le village de Foubé. Deux jours plus tard, deux soldats ont perdu la vie suite à l’explosion de leur véhicule près de la ville de Baramiougou.

> Éthiopie

Les élections législatives du 21 juin, dont les résultats sont attendus le 5 juillet, se sont déroulées dans le calme. Pour autant, des tensions sociales sont toujours susceptibles de ressurgir dans la capitale Addis-Abeba et dans la région d’Oromia où des rassemblements sont prévus le 29 juin pour commémorer l’assassinat, l’année dernière, du chanteur populaire Hachalu Hundessa. Au moins 239 personnes avaient été tuées lors des violents affrontements qui étaient advenus après de la mort de cette figure de la communauté oromo. Par ailleurs, la crise humanitaire qui découle du conflit au Tigré entre l’armée éthiopienne et le Front de libération du peuple du Tigré (FLPT), dans l’extrême nord du pays, est accentuée par la recrudescence des combats entre les belligérants.

> République démocratique du Congo

Deux bombes artisanales ont explosé le 27 juin dans la ville de Béni (dans la région du Nord-Kivu, non loin de la frontière ougandaise), dont l’une d’entre elles à l’intérieur d’une église. C’est la première fois qu’un édifice catholique est ainsi visé dans cette zone où opèrent notamment les Forces démocratiques alliées (ADF) affiliées à l’État islamique.

> Sénégal

La refonte du code pénal et du code de procédure pénale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme a provoqué de nouvelles manifestations à Dakar le 25 juin dernier, à l’appel des groupes d’opposition rassemblés au sein du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D). Au-delà de ce projet de loi jugé liberticide, ce sont aussi les revendications socio-économiques et celles du mouvement étudiant qui attisent la tension sociale.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Algérie

La poursuite du mouvement du Hirak ne faiblit pas au lendemain des législatives qui ont vu l’arrivée en tête de l’historique parti du FLN (Front de libération nationale). Les manifestants continuent de vilipender la corruption et l’inaction du gouvernement.

> Cisjordanie

La mort du militant de l’opposition Nizar Banat le 24 juin, quelques heures après sa violente arrestation par les forces de sécurité palestiniennes, a suscité la colère dans les rues de Ramallah. Le décès de cet ancien membre du Fatah, le parti nationaliste fondé par Yasser Arafat, met à mal la crédibilité déjà compromise de Mahmoud Abbas, notamment après le récent report des élections législatives. Dans cette période sensible, des rassemblements d’opposants et partisans du chef de l’Autorité palestinienne sont attendus prochainement à Bethléem, Hébron, Jéricho, Naplouse, Ramallah ainsi qu’à Jérusalem.

> Égypte

La date anniversaire du coup d’État qui a renversé l’ancien président Mohamed Morsi le 30 juin 2013 est susceptible d’engendrer quelques troubles. Un renforcement de la sécurité est prévu ce jour au Caire.

> Liban

Corruption endémique, pénuries parfois prolongées de carburant et d’électricité et taux de change prohibitifs continuent d’alimenter l’exaspération de la population qui se rassemble régulièrement à Beyrouth pour dénoncer ces maux.

> Maroc

En marge du procès de deux journalistes critiques du pouvoir, Soulaimane Raissouni et Omar Radi, emprisonnés pour accusation d’agression sexuelle, des rassemblements de soutien étaient attendus le 29 juin à Rabat et Casablanca.

> Tunisie

La mort d’un jeune homme après son interpellation par la police le 8 juin dernier suscite toujours la fronde de la population à l’endroit des forces de sécurité, avec des manifestations dans plusieurs quartiers de Tunis.

> Turquie

Fin mars, le président Recep Tayyip Erdogan décidait de retirer son pays de la convention d’Istanbul, traité européen contre les violences faites aux femmes. Alors que cette décision turque doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain, des rassemblements de groupes d’opposition visant à dénoncer ce retrait sont attendus dans les jours à venir à Istanbul, Ankara, Antalya, Bursa, Gaziantep, Hatay, Izmir et Mersin, dans la continuité de ceux qui ont cours depuis le mois de mars.

Amériques

> Colombie

L’hélicoptère qui transportait le président Iván Duque a été touché par des tirs le 25 juin dans le département de Norte de Santander, au nord-est du pays, dans la région andine. Si aucune revendication n’est parvenue à ce jour, ces tirs rappellent la permanence de l’insécurité aux environs de la frontière avec le Venezuela. Dans le même temps, le pouvoir colombien continue d’être défié par des manifestations régulières dans la capitale Bogotá, à Medellín, Bucaramanga et Cali, malgré l’arrêt officiel provisoire de la campagne de mobilisation sociale, le 14 juin dernier.

> Pérou

Les électeurs péruviens sont toujours dans attente de la proclamation officielle de la victoire de Pedro Castillo face à Keiko Fujimori lors de la présidentielle du 6 juin. Cette période d’incertitude est propice à de nouveaux heurts entre partisans des deux camps, notamment dans la capitale Lima, ainsi qu’à Cuzco et Ayacucho.

Asie-Pacifique

> Chine

La célébration du centième anniversaire de la création du parti communiste chinois (PCC) aura lieu ce 1er juillet. Un renforcement général de la sécurité est à prévoir dans ce contexte, notamment dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (RAS) dont le retour sous domination chinoise depuis 1997 a suscité bon nombre de résistances.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Tadjikistan/Kirghizistan

Les zones frontalières entre ces deux pays, soumises à des tensions géopolitiques de longue date sur fond d’accès aux ressources énergétiques, connaissent un important regain de violence depuis le 28 avril dernier. Les combats qui ont alors éclaté ont causé la mort d’au moins 50 personnes et provoqué l’évacuation de près de 58.000 résidents de ces zones. Le cessez-le-feu signé quelques jours après ce regain de violences n’a pas empêché la persistance d’affrontements sporadiques dans les provinces de Sughd, la plus septentrionale du Tadjikistan, et de Batken, au sud-ouest du Kirghizistan. Ces incidents concourent à l’évaluation d’un risque sécuritaire élevé dans un rayon de trente kilomètre de part et d’autre de la frontière entre les deux pays.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR