fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

Le Québec aussi manque de bras

A l’instar de la Thaïlande, des Émirats ou du Royaume-Uni, la province canadienne fait face à une profonde pénurie de main d’œuvre liée à la reprise de l’activité post-pandémie. Un accord pour faciliter l’accès des étrangers au marché du travail québécois vient d’être signé avec Ottawa.

Publié

le

Le quebec aussi manque de bras

Le Québec s’engage avec le gouvernement fédéral canadien sur un programme pilote visant à accroître le nombre de travailleurs étrangers temporaires accueillis dans la Belle province. En vigueur jusqu’à la fin de l’année 2023, cette nouvelle initiative permettra aux employeurs du Québec de bénéficier :

  • d’une hausse de 10 à 20 % du nombre maximal de travailleurs étrangers temporaires occupant des postes à bas salaire et employés dans certains secteurs économiques désignés par le Québec suite à une consultation des partenaires du marché du travail ;
  • d’une exemption des exigences en matière d’annonce de postes et de recrutement pour un plus grand nombre de professions désignées par le Québec ;
  • d’une exemption de la politique sur le refus de traiter des demandes d’évaluation de l’impact sur le marché du travail dans certaines régions géographiques désignées par le Québec suite à une consultation des partenaires du marché du travail.

Permis de travail supplémentaires

L’entente permettra également de délivrer annuellement 7 000 permis de travail supplémentaires aux titulaires d’un certificat de sélection du Québec.

Le gouvernement fédéral a enfin autorisé une mesure qui permettra à certains travailleurs étrangers temporaires qui séjournent au Québec d’y occuper un emploi de leur choix en attendant l’obtention de leur résidence permanente.

Pour pouvoir bénéficier du permis de travail ouvert transitoire, ces travailleurs devront détenir un CSQ (Certificat de sélection du Québec) dans la catégorie des travailleurs qualifiés et avoir reçu un accusé de réception régulier de leur demande de résidence permanente de la part du gouvernement fédéral. Au Québec, 11 000 emplois ont disparu en août et le taux de chômage a reculé à 5,8 %, après avoir été de 6,1 % en juillet.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR