fbpx
Suivez nous sur

Nos partenaires

Bienvenue au Canada : les étapes d’une installation en sol québécois

Le Canada… des grands espaces, possibilités multiples, la « Belle Province », une langue commune, un taux de chômage faible… Auriez-vous « le goût » de vous installer dans le pays « des cousins québécois » ? La France et le Québec peuvent sembler très similaires, grâce aux liens historiques et à une langue commune, mais attention, vous pourriez être surpris.

Publié

le

L’arrivée et les premières démarches administratives : quel accompagnement ?

Vous venez de débarquer et la liste des tâches à accomplir s’annonce longue.

Trouver un logement, comprendre comment fonctionne le système de santé, faire l’inscription des enfants à l’école, trouver une crèche ou plutôt une garderie pour bébé, ouf!

Et que dire de ce numéro unique à chaque individu et nécessaire pour travailler, le NAS (numéro d’assurance sociale) ? Et le permis de conduire, la carte d’assurance maladie et la panoplie des cartes bancaires : carte de crédit, débit ? Dès l’ouverture de votre compte en sol québécois, vous constaterez que le système bancaire est bien différent de celui de la France.

Pour éviter de vous perdre dans ce tourbillon, il existe des organismes communautaires pour vous renseigner. Il y a par exemple la CITIM (Clef pour l’intégration au travail des immigrants), située en plein centre-ville de Montréal. Un de ses atouts est la bonne connaissance de la culture française, car la CITIM a vu le jour il y a 34 ans sous la forme d’un club de recherche en emploi pour les ressortissants français. Aujourd’hui, l’OBNL continue à innover et diversifier ses services en desservant gratuitement toutes les personnes qui viennent d’arriver au Québec avec un visa de résident permanent (un grand nombre de PVTistes français), un permis de travail temporaire ou un permis d’étude.

Au sein de cette grande famille de professionnels en conseils, vous allez bénéficier d’un accompagnement personnalisé et de sessions de groupe pour mieux gérer vos démarches indispensables.

Êtes-vous familiarisés avec les valeurs démocratiques et québécoises, les codes culturels en emploi et le cadre légal dans le monde du travail ? Si ce n’est pas le cas, rien de plus utile que de suivre les sessions Objectif Intégration offertes en partenariat avec le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI). De plus, selon votre admissibilité, vous pourriez être éligible à une allocation de participation à la totalité de la session.

Et au cas où vous auriez des questionnements liés à des permis et des statuts, les webinaires avec des professionnels en droit de l’immigration répondront à vos besoins. Pour les dates à venir, veuillez consulter régulièrement l’agenda de la CITIM.

La recherche d’emploi, bien plus qu’un CV !

Une fois bien installée, la quête d’un emploi peut commencer. Qui dit « recherche d’emploi » pense spontanément au CV. Peut-on « importer » le CV à la française au Québec ? Pas vraiment. « Adieu » photo, date naissance et autres informations personnelles, « bonjour » présentation des compétences et description des tâches effectuées dans les différents postes. Avoir un diplôme ne suffit pas pour convaincre qu’on sait accomplir les tâches. L’expérience de travail est primordiale. Le CV est un outil de vente, qui permet de démontrer qu’on a l’expertise et les qualités nécessaires pour le poste visé. Les employeurs recherchent une personnalité, une attitude et des compétences techniques. Faire un CV qui retient l’attention des recruteurs est tout un art, heureusement vous pouvez être accompagné pour le faire, durant des ateliers de groupe dédiés et par le biais d’un(e) conseiller(ère) qui pourra vous guider !

Munis d’un CV à la québécoise, vous démarrez la recherche de la « job » rêvée. Mais comment s’y prendre ? Répondre à des offres d’emploi, est-ce suffisant ?

Marché caché et réseautage, tout un réseau pour vous aider !

Où et comment trouver des offres d’emploi ? La CITIM vous propose un atelier sur les ressources et une banque d’offres d’emploi affichées sur son site. Sachez que les offres d’emploi publicisées sur différents sites et plateformes représentent environ 20% des possibilités d’emploi disponibles, 80% sont dans le « marché caché ».

Mais comment trouve-t-on du travail alors ? Le réseautage est un moyen puissant. Mais attention, le réseautage n’est pas du piston. C’est une façon de communiquer par personnes interposées pour obtenir de l’information sur notre domaine, apprendre l’existence de possibilités d’emploi, se faire connaître par les employeurs et se démarquer. Comment faire, par où commencer quand on vient juste d’arriver dans le pays ? Des organismes comme la CITIM vous font découvrir l’art du réseautage, en participant à des ateliers thématiques. La CITIM facilite également votre accès au marché caché par l’entremise d’un réseau d’entreprises.

L’entrevue ou comment bien se « vendre »

Avec persévérance, vous allez certainement décrocher une entrevue. Mais à quoi ressemble-t-elle cette entrevue en sol québécois ? Globalement, c’est relaxe, on vous tutoie, on vous sert à boire, on essaie de vous mettre à l’aise pour vous connaître à votre meilleur. Mais ne baissez pas la garde, tout n’est pas gagné. Vous devez démontrer à l’employeur que vous êtes la personne idéale pour son poste. Pour réussir ce défi, la préparation est indispensable et on est là pour vous aider. Atelier de groupe, accompagnement individuel et simulation d’entrevue filmée, à la CITIM, on met tout en œuvre pour assurer votre succès en entrevue.

Vos premiers pas en entreprise au Québec

Une fois votre emploi décroché, l’intégration se poursuit. Les codes culturels en entreprise sont différents et parfois surprenants : des contrats de travail écrits qui sont inexistants ou très sommaires ; la relation et la proximité qu’entretiennent un patron et son employé, les heures supplémentaires parfois mal perçues, etc. Autant de situations qui peuvent vous dérouter, mais à la CITIM nous avons une ressource dédiée pour répondre à toutes vos questions au fur et à mesure de votre cheminement en entreprise.

Et puis, si vous êtes installés dans la métropole en recherche d’un emploi dans des domaines comme le tourisme, la restauration, les TI, les employeurs exigeront probablement une connaissance de la langue anglaise. En cas de besoin, la CITIM vous offre des cours de conversation en anglais en soirée à seulement 2,50$/h. Ce service est une exception à l’offre gratuite et un investissement pour votre intégration.

Ça y est, vos valises se remplissent et votre bagage de connaissances en installation et employabilité est maintenant un peu plus complet. Destination Canada, installation à Montréal ? La CITIM vous attend. Vous serez toujours les bienvenus pour rencontrer du monde, vous informer et être soutenus dans la réalisation de votre rêve en sol québécois.

Voir plus loin pour votre intégration : la CITIM est aussi reconnue pour son expertise concernant les ingénieurs diplômés à l’étranger et les PVTistes.

Avec la collaboration de Ariane Gingras, conseillère aux entreprises à la CITIM

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Bienvenue au Canada : les étapes d’une installation en sol québécois -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR