fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Coronavirus : quels sont les foyers épidémiques dans le monde

Tous les jeudis, le Journal des Français à l’étranger, en partenariat avec la Caisse des Français de l’Etranger, fait un point sur la pandémie de coronavirus à travers le monde

Publié

le

Coronavirus : quels sont les foyers épidémiques dans le monde

Le coronavirus aujourd’hui dans le monde :

Environ 313 millions de personnes contaminées

Plus de 5,5 millions de décès

Afrique

Le variant Omicron du coronavirus continue de se propager sur le continent africain, confirmant sa grande contagiosité, mais aussi le fait qu’il provoque beaucoup moins de formes graves de la maladie. Les cas d’infections se multiplient à une vitesse vertigineuse, mais le nombre de décès reste faible et stable. La vaccination demeure à un taux très bas dans de nombreux pays africains, parfois à cause d’un accès limité aux vaccins, mais aussi en raison d’une certaine réticence des populations envers les injections  proposées.

L’épidémie poursuit son recul en Afrique du Sud où le couvre-feu n’est plus en vigueur depuis le 31 décembre. Si certains grands rassemblements sont encore limités et que le port du masque est fortement encouragé, la plupart des autres restrictions ont été assouplies. Par ailleurs, l’Union européenne a annoncé le 10 janvier, rouvrir ses frontières aux voyageurs de sept États d’Afrique d’australe : l’Afrique du Sud, le Botswana, l’Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie et le Zimbabwe, mettant fin à la suspension décidée fin novembre des voyages en provenance de ces pays pour tenter d’endiguer la progression du variant Omicron. En effet, les taux d’incidence sont en nette baisse au Lésotho au Zimbabwe, en Namibie, en Angola,  mais également en République démocratique du Congo (RDC). En Zambie et au Mozambique, une décrue de l’épidémie s’amorce également.

Face au Mozambique, dans l’Océan Indien, le nombre de cas de Covid-19 ne cesse d’augmenter ces dernières semaines à Madagascar. Les centres de dépistage n’arrivent plus à suivre la demande. À la Réunion aussi, le nombre de contaminations est au plus haut et un couvre-feu est en vigueur de 21 heures à 5 heures, jusqu’au 23 janvier. D’autres mesures plus strictes pourraient être prises… L’île Maurice et les Seychelles, ne sont pas épargnées, le virus y circule à nouveau plus activement.

Les chiffres liés à la pandémie de coronavirus sont en baisse au Kénya et au Soudan du Sud et stables en  Ethiopie (où la guerre fait rage dans la région du Tigré), ainsi qu’en Somalie. L’Egypte semble préserver une courbe épidémique à peu près stable et les chiffres communiqués indique une diminution des infections quotidiennes en Libye. Le Tchad aurait atteint un pic de contamination, mais les chiffres restent très bas (184 morts du coronavirus déclarés depuis le début de la crise sanitaire). Au Niger, le taux d’incidence augmente (Omicron y a été détecté fin décembre), mais le pays a été plutôt épargné par la pandémie et les chiffres demeurent incroyablement faibles (280 mort du Covid recensés depuis le début de l’épidémie…). Au Nigéria, comme en Afrique du Sud, le pic d’infections provoqué par le variant Omicron est passé et une décrue rapide et durable paraît s’installer. Au Cameroun, où se déroule la Coupe d’Afrique des Nations (du 9 janvier au 6 février), la situation sanitaire est stable (pour le moment, et d’après les chiffres communiqués). Un passe sanitaire et un test négatif sont obligatoires pour accéder aux stades et de nombreux postes de vaccinations ont été installés sur les sites des tournois. Au Gabon, après l’annulation de deux décrets par la Cour constitutionnelle, un troisième décret du gouvernement impose finalement un passe sanitaire ou un test PCR payant pour accéder aux lieux publics. La société civile accuse les parlementaires de ne pas tenir compte de la détresse des populations. (Par ailleurs, il est reproché aux autorités de ne pas avoir publié le rapport parlementaire sur la gestion des fonds alloués à l’épidémie de Covid-19, rédigé en 2020). Au Gabon, le nombre de contaminations au Covid-19 semble avoir atteint un pic fin décembre et commencer à diminuer, le taux de létalité reste très faible (295 morts déclarés depuis le début de la pandémie).

En Afrique de l’Ouest, au Bénin ou au Burkina Faso, le nombre de nouveaux cas de Covid recensés chaque jour augmente, sans impacter de manière notable les courbes des décès déclarés. Même chose au Togo où, malgré la situation, mais face à la réticence de la population envers le vaccin, certains employeurs ont décidé d’imposer la vaccination à leurs salariés. Une situation qui visiblement se généralise, depuis que le gouvernement togolais a rendu obligatoire le “pass sanitaire“ pour l’accès aux bâtiments publics (le Togo a déclaré 254 décès depuis le début de l’épidémie de coronavirus). La Côte d’Ivoire enregistre également ces derniers jours une forte hausse des cas de Covid-19, sans que cette hausse ne semble, non plus, provoquer une augmentation du nombre de décès dus au virus et à son nouveau variant. Au Sénégal, à Diamniadio, ville située à une trentaine de kilomètres de Dakar, la première usine de fabrication de vaccins du pays va voir le jour. Ce projet est piloté par l’Institut Pasteur de Dakar et a pour objectif de lutter contre les pandémies et la dépendance vaccinale de l’Afrique. Ces dernières semaines, le virus se propage rapidement au Sénégal. Le taux d’incidence est également en hausse au Mali et en Mauritanie.

En Algérie, on constate une recrudescence du nombre de cas, Omicron se répand et les autorités de santé veulent tenter de relancer la campagne de vaccination. Le Variant Omicron est également présent au Maroc, où un rebond de l’épidémie est incontestable, malgré la fermeture des frontières. Certains établissements scolaires sont contraints de fermer leurs portes, les cours sont dispensés à distance. Omicron impose aussi sa loi en Tunisie, le pays se prépare à une cinquième vague. L’utilisation du “passe vaccinal“, en vigueur depuis le 22 décembre, a finalement été abandonné dans les transports et les universités, faute de moyens de contrôle suffisants.

  • Le Centre africain pour le Contrôle et la Prévention des Maladies met régulièrement à jour les informations disponibles concernant la pandémie de coronavirus en Afrique,
  • et les publications du site  “Our World in Data“, dirigées par l’Université d’Oxford et rédigées par Max Roser (historien social et économiste du développement) fournissent des indications sur le taux de vaccination par continent, puis par pays.

Amériques

La courbe épidémique s’affole toujours au Canada. Le Québec, une des provinces  fortement touchée par la vague Omicron, veut mettre rapidement en place une nouvelle taxe réservée aux adultes non vaccinés, nommée  “contribution santé ». Le premier ministre québécois  justifie cette mesure en déclarant que les personnes non-vaccinées représentent « un fardeau financier pour tous les Québécois ». Depuis le 30 décembre, des restrictions pèsent à nouveau sur les québécois, un couvre-feu a été instauré. Pourtant le Canada trouve peu fondé que les États-Unis, qui dénombrent plus de cas de Covid-19 par habitant que n’importe quel autre pays, déconseillent désormais tout voyage au Canada, en raison de la virulence de la pandémie au nord de la frontière. Les mesures en vigueur, qui diffèrent selon les provinces, sont détaillées sur le site du gouvernement Canadien

Les États-Unis atteignent un record du nombre de personnes hospitalisées atteintes du Covid-19. L’épidémie, portée par le variant Omicron, ne faiblit pas.   Plus d’informations précises, par États, sur le Covid-19 aux USA, sur le site “Johns Hopkins, University &Medecine“ 

Au Mexique, comme dans de nombreux autres territoires, le taux d’incidence grimpe en flèche, sans que la courbe des décès ne l’imite. Le président mexicain est contaminé pour la deuxième fois par le coronavirus (il ne présente que de légers symptômes). Les autorités mexicaines ne nient en rien un rebond de l’épidémie, mais écartent l’idée d’imposer toute nouvelle restriction. 

Mis à part au Nicaragua où les cas de Covid sont signalé en baisse, et au Honduras ou au Salvador où le rebond épidémique demeure peu important, les autres pays d’Amérique centrale font face à une reprise évidente de l’épidémie de Covid. Le Costa Rica, le Panama ou encore le Guatemala subissent la vague “Omicron“.

Les Iles des Caraïbes sont également dans la tourmente “Omicron“,  avec des courbes de nouvelles contaminations quotidiennes qui repartent en hausse de façon fulgurante et une courbe des décès qui demeure quasiment sans sursaut.

Le même schéma dessiné par le variant Omicron, d’une reprise de l’épidémie sans qu’elle ne cause un nombre de décès trop important, se retrouve dans les pays d’Amérique du Sud. Le nombre de cas se multiplie au Brésil,la campagne de vaccination des 5-11 ans devrait débuter mi-janvier, après l’arrivée des premières doses de version pédiatrique du vaccin Pfizer/BioNtech (les premières doses seront réservées aux enfants atteints de comorbidités). Le président Jaïr Bolsonar n’est pas du tout d’accord avec l’approbation de cette mesure par les services de santé de son pays.   Le CNRS en Amérique du sud a classé  des informations détaillées sur la situation liée au Coronavirus dans cette région du monde.

Asie

En Chine, à quelques semaines de l’ouverture des jeux Olympiques de Pékin (début prévu le 4 février), Omicron a été détecté sur le territoire et des foyers épidémiques surgissent de façon éparse. Ils sont sévèrement et rapidement contenus. La politique “zéro Covid“ se poursuit, impitoyable, et les moyens utilisés par les autorités pour garder l’épidémie sous contrôle continuent d’exaspérer une partie de la population chinoise. En Inde, l’épidémie reprend. À l’origine de cette recrudescence, le variant Omicron, qui fait rage dans les grandes villes comme New Delhi, Calcutta ou Bombay. Les restrictions se multiplient, confinements le week-end et couvre-feux nocturnes font leur retour. Bien qu’Omicron entraine beaucoup moins de formes graves de la maladie, les centres de santé sont submergés par l’afflux de demandes d’aides et de soins. Au Népal, après un pic de cas de Covid-19, les grands rassemblements publics sont de nouveau interdits et les écoles vont fermer pendant près de trois semaines. Une hausse importante des cas est signalée également au Bangladesh. Au Myanmar (Birmanie), la situation sanitaire semble sous contrôle, c’est un des rares pays de la région où le nombre de cas de Covid est en baisse. Le Laos, qui affichait déjà une augmentation des cas d’infections, vient de détecter le variant Omicron sur son territoire il y a quelques jours. La Thaïlande, où le taux d’incidence est aussi en augmentation (sans que les décès soient plus nombreux), a décidé d’instaurer une taxe d’entrée pour les vacanciers étrangers, afin d’aider au redressement de son secteur tourisme ravagé par la pandémie. Cette taxe s’élèverait à 300 bahts par touriste, soit un peu moins de 8€. La mesure doit entrer en vigueur en avril, les frais seront ajoutés au prix des billets d’avion. Au Cambodge, où une nette amélioration de la situation sanitaire s’était installée, Omicron commence à circuler activement. Les autorités exhortent la population à renforcer les mesures de prévention et à un respect encore plus vigilant des gestes barrières. Le ministère de la Santé  a annoncé le lancement d’une campagne de quatrième dose de rappel pour les travailleurs prioritaires, en utilisant le vaccin Pfizer. Le Vietnam atteint un nombre record de cas quotidien. Hanoï reste la localité le plus touché en nombre de nouvelles contaminations.

En Malaisie, la courbe épidémique repart doucement vers le haut, mais le pays dit ne pas pouvoir se permettre, du point de vue économique comme social, de mettre en place un confinement pour freiner la propagation du virus. À Singapour, l’épidémie reprend aussi de la vigueur et les frais médicaux des malades atteints du coronavirus ayant refusé de se faire vacciner ne sont plus pris en charge.

. L’Indonésie n’annonce qu’une très faible recrudescence des infections au Covid-19 sur son sol, mais certains experts ont toutefois déclaré que « le variant Omicron était beaucoup plus répandu dans la population que ne le montrent les données officielles, ajoutant qu’une troisième vague d’infections pourrait arriver en Indonésie à court terme ». Aux Philippines, où les infections atteignent un niveau record, les restrictions ont été renforcées à Manille, la capitale, jusqu’au 15 janvier. Lors d’une allocution télévisée, le président de l’archipel Philippin a déclaré que les personnes non vaccinées contre le Covid-19 seraient arrêtées si elles contreviennent aux règles d’isolement (environ 50% de la population des Philippines est entièrement vaccinée).

Au Japon, le courbe des cas recensés quotidiennement est en hausse et les restrictions frontalières mises en place pour enrayer la propagation du variant Omicron vont être maintenues jusqu’à fin février (au moins). La vaccination des enfants de moins de 12 ans va débuter dans l’archipel. En Corée du Sud, le pic d’infection lié à Omicron paraît s’apaiser, une baisse des cas s’amorce. Des restrictions sont en vigueur.

Les courbes épidémiques sont ascendantes dans de nombreux pays du Moyen Orient : Chypre, le Liban, l’Irak, l’Arabie Saoudite ou encore le Koweït déclarent des chiffres en hausse. En Israël, malgré la “vague Omicron“, le pays a assouplie de nombreuses restrictions et rouvert ses frontières. Israël a donc changé sa stratégie, et se résout à ce que le Covid-19 se propage dans la population courant un moindre risque puisque vaccinée. Comme ailleurs Omicron scircule à toute allure, mais sans entrainer un trop grand nombre de formes sévères de la maladie.

Europe

L’Europe entière fait face à un rebond épidémique important. Les obligations et les restrictions de toutes sortes s’intensifient, surtout envers les personnes non vaccinées. D’après l’OMS, si le variant Omicron poursuit son “oeuvre“, 50 % des Européens seront touchés par Omicron d’ici 2 mois.

Bien que l’on constate que les personnes entièrement vaccinées puissent être infectées et transmettre le variant Omicron, en Grèce, les personnes qui n’auront pas reçu leur dose de rappel contre le Covid-19 d’ici au 1er février ne pourront plus accéder aux lieux réservés aux personnes vaccinées et la Finlande a fermé ses frontières aux étrangers non vaccinés. En Allemagne, les cafés, les restaurants et autres lieux de loisirs sont totalement interdits aux non-vaccinés, la liste est longue et s’enrichit chaque jour… Au Royaume-Uni, pourtant, les contaminations semblent  ébaucher un reflux, et les hospitalisations sont en très légère baisse pour la première fois depuis la fin du mois de décembre. La Russie, la Biélorussie et la Slovaquie annoncent aussi des chiffres en baisse depuis au moins 2 semaines. Pour connaître plus en détail les mesures mises en place dans les pays d’Europe, le site touteleurope.eu  fait régulièrement un point sur chaque pays de l’Union.

Océanie

En Australie, les cas de Covid-19 ont bondi dans plusieurs États et territoires ces dernières semaines. Des restrictions sont prises un peu partout à travers le pays. Le Victoria annonce de nouvelles mesures et le Queensland a déjà pris la décision de retarder le début de l’année scolaire, la déplaçant du 24 janvier au 7 février. En Nouvelle-Galles du Sud, par contre, la rentrée ne sera pas retardée.

Omicron est présent en Nouvelle-Zélande, mais le nombre de nouvelles contaminations reste très bas.

Une assurance santé unique pour les soins liés au virus !

En savoir plus

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR