fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Entreprendre en ASEAN : Malaisie

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) constitue le cinquième bloc économique mondial et participe pour 8% du commerce mondial. Son modèle de croissance est caractérisé par une intensification des échanges internationaux, l’appel à des capitaux étrangers et la recherche de débouchés extérieurs. Aujourd’hui, présentation de la Malaisie, classée cinquième pays au monde où investir en 2021 selon le classement US News.

Publié

le

entreprendre en asean malaisie

Année d’adhésion à l’Asean : 1967
Français inscrits au registre consulaire : 2 758 (2021)
Population : 32,6 millions d’habitants (2021)
Taux de croissance PIB : -5,6 % (2020)
Taux d’inflation : 2,5 (2021)
Taux de chômage : 4,7% (2021)

Répartition secteurs d’activité :

dans le PIB : (chiffres 2020)

  • Agriculture : 8,1%
  • Industrie : 35,9%
  • Services : 54,7%

dans l’emploi : (chiffres 2019)

  • Agriculture : 10,2%
  • Industrie : 27,1%
  • Services : 62,7%

Comment créer son entreprise ?

Le pays attire depuis plusieurs années de considérables investissements étrangers, en particulier dans la fabrication des composants électroniques. La majorité des investissements proviennent de Chine, de Suisse, de Singapour, des Pays-Bas et d’Allemagne. Comme le gouvernement souhaite faire de la Malaisie la porte d’entrée sur le marché de l’ASEAN, de nombreux avantages sont octroyés aux investisseurs, avec notamment des réductions fiscales.

La première étape pour créer son entreprise en Malaisie est de tout d’abord choisir une forme juridique parmi les trois plus courantes :

–        La Sendirian Berhad ou SDN BHD (société privée à responsabilité limitée) compte entre 2 et 50 actionnaires et demande au moins deux actions ordinaires de 1 ringgit minimum (monnaie locale, 1 ringgit équivaut à 0,21 €).

–        La Berhad (société anonyme) compte 2 actionnaires au minimum et demande au moins deux actions ordinaires de 1 ringgit minimum.

–        La Perkongsian Liabiliti Terhad ou PLT (partenariat à responsabilité limitée) compte entre 2 et 20 actionnaires au maximum et ne demande pas de capital minimum.

Une fois cette étape passée, il faudra choisir un nom et l’enregistrer auprès du Registre du commerce malaisien (SSM), ce qui aura pour effet de le réserver pour une durée de trente jours, le temps de faire la création administrative de l’entreprise. Ensuite, il faudra transmettre l’acte constitutif, les actes de nominations des actionnaires ou associés, le certificat de conformité et une copie de la pièce d’identité de chacun des directeurs nommés au SSM. Puis, vient le moment d’ouvrir le compte bancaire de l’entreprise. Quand tout cela est fait, l’entreprise existe alors administrativement. La dernière étape sera d’obtenir une licence ou un permis en fonction du secteur d’activité choisi, ce qui permettra de réaliser une activité ou bien d’engager des employés.

Dans quels secteurs investir ?

Sur place, la Chambre de commerce et d’industrie France-Malaisie peut être d’une aide précieuse pour la création d’entreprise : elle peut assister les candidats grâce à sa proximité avec ses entreprises-membres, mais aussi à travers sa connaissance de l’ensemble du marché.

Un des secteurs clés pour l’entrepreneuriat en Malaisie est la construction. De 2019 à 2024, on estime sa croissance à près de 4,7% dans le PIB malaisien et le gouvernement cherche par conséquent à attirer des investisseurs, notamment pour les infrastructures.

La Malaisie souhaite améliorer ses réseaux de transport et encourage les projets de construction dans le but de développer son attractivité touristique. De plus, l’industrie aéronautique malaisienne a su enrichir son offre notamment avec de nombreux vols à bas coûts. Si toutes les conditions sont réunies, le « pays sous le vent » deviendrait alors une importante destination touristique.

La Malaisie veut maintenir son attrait pour les investisseurs étrangers. C’est ainsi que le secteur de la sécurité fait partie des secteurs porteurs d’avenir dans le pays. Il a été la cible de menaces transfrontalières. Mais le gouvernement renforce chaque année la sécurité et recherche des investisseurs pour développer encore plus ce secteur.

Comme dans la plupart des pays de l’ASEAN, la population de la Malaisie est de plus en plus âgée. Pour des investisseurs étrangers cela se traduit par une plus grande demande dans le secteur médical. Le pays a un besoin croissant de soins médicaux et de médicaments. Ainsi entre 2018 et 2019, ce marché a crû de près de 10%. Rien ne laisse à penser que ce secteur ne prendra pas une place d’autant plus prépondérante dans le paysage. Ce secteur est extrêmement prometteur dans le paysage économique malaisien.

Enfin, la Malaisie possède aussi une richesse souterraine. Elle est aujourd’hui le deuxième producteur de pétrole brut en ASEAN et le troisième plus grand exportateur mondial de gaz GNL. Ce secteur attire chaque année de nombreuses entreprises internationales et le pays recherche des ingénieurs étrangers pour contribuer à cette partie de son économie. Il permet aussi au pays de développer chaque année son ingénierie relative au forage et aux plateformes off-shore. Le gouvernement tient à sécuriser ces installations. Ces énergies fossiles seront encore exploitables pour plusieurs décennies, c’est donc un secteur d’avenir.

> Contacts utiles

Chambre de commerce France-Malaisie

Ambassade de France en Malaisie

Tout ce qu’il faut savoir sur la Malaisie

Lire la suite
Publicité
1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR