fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Entreprendre en ASEAN : Thaïlande

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) constitue le cinquième bloc économique mondial et participe pour 8% du commerce mondial. Son modèle de croissance est caractérisé par une intensification des échanges internationaux, l’appel à des capitaux étrangers et la recherche de débouchés extérieurs. Aujourd’hui, présentation de la Thaïlande, dixième destination mondiale où créer son entreprise.

Publié

le

entreprendre en asean thailande

Année d’adhésion à l’Asean : 1967
Français inscrits au registre consulaire : 13 117 (2021)
Population : 69, 5 millions d’habitants (2020)
Taux de croissance PIB : -6,1 % (2020, estimé +0,9 pour 2021)
Taux d’inflation : -0,8% (2020)
Taux de chômage : 2,25 % (2020)

Répartition secteurs d’activité :

dans le PIB : (2017)

  • Agriculture : 8,2%
  • Industrie : 36,2%
  • Services : 55,6%

dans l’emploi : (2019)

  • Agriculture : 31,43%
  • Industrie : 22,84%
  • Services : 45,73%

Comment créer son entreprise ?

La Thaïlande a décroché le dixième place mondiale du classement US News pour la création d’entreprise : le pays apparaît idéal pour réaliser des investissements malgré une certaine instabilité politique. Toutefois, il y est moins simple de créer son entreprise seul. Un étranger ne pourra pas être actionnaire majoritaire ou unique dans la plupart des cas : il ne pourra détenir que 49 % des actions de l’entreprise. Il faudra alors chercher à s’associer à un ou des investisseurs thaïlandais. Pour les choisir en toute confiance il est conseillé de se faire seconder par un cabinet d’avocat, afin de trouver des actionnaires « fiables ».

Plusieurs statuts d’entreprises existent :

  • La Private Limited Company est la forme standard de société. Elle s’approche de la SARL française : doit réunir trois actionnaires au moins, un administrateur et doit avoir un capital minimum de 15 bahts. La responsabilité des associés se limite au montant des apports. Elle doit justifier d’une adresse professionnelle, qui déterminera par la suite la juridiction territoriale dont l’on dépendra. Il est obligatoire également de déposer les comptes de la société auprès d’un comptable agréé par l’administration, tous les ans.
  • La Public Limited Company doit compter 15 actionnaires au minimum mais ne demande pas de capital pour sa création.
  • La Registered Ordinary Partnership ou partenariat avec 2 associés minimum et aucun capital exigé
  • La Trading Branch et le Bureau de représentation : ce sont deux types de succursales. Elles portent le même nom que la société mère et engagent sa responsabilité. La Trading Branch peut facturer et permet de réaliser des projets définis sur le territoire thaïlandais. Le Bureau de représentation, lui, ne peut pas facturer et sert essentiellement à effectuer des actions de prospection dans le pays.

Après avoir choisi la forme juridique de l’entreprise il est temps de choisir son nom. Celui-ci prend en général entre 1 et 3 jours à être approuvé. Il faut ensuite présenter l’acte constitutif qui doit inclure le nom de l’entreprise, le nom des associés, la localisation de l’entreprise ainsi que ses objectifs financiers et commerciaux.

Ensuite vient le tour de l’assemblée statuaire afin de nommer les associés à leurs différents postes. Lors du jour d’enregistrement de l’acte constitutif, il faut en même temps enregistrer l’entreprise auprès du ministre du Commerce. L’assemblée statutaire et la demande d’enregistrement ne doivent pas être espacés de plus de 90 jours. Enfin, une fois l’entreprise créée administrativement, il est temps de s’enregistrer auprès des autorités fiscales et d’ouvrir le compte bancaire de l’entreprise dans une banque thaïlandaise.

Attention, certains secteurs d’activités sont restreints pour les étrangers, c’est le cas des industries portuaires et aéroportuaire, de la production d’électricité, des centrales nucléaires, de l’eau de consommation, des services ferroviaires et de certains services médicaux. Tous les trois ans, le gouvernement révise sa Negative Investment List qui citent les secteurs restreints aux investissements étrangers. Tous les secteurs n’étant pas nommés dans cette liste sont généralement ouverts à 100% aux étrangers. 

Dans quels secteurs investir ?

Une grande partie de la population thaïlandaise sera âgée de plus de 65 ans d’ici à quelques années. Cela induit forcément des besoins particuliers en termes de soins. La Thaïlande est d’ailleurs une importante destination du tourisme médical. De nombreux établissements de santé thaïlandais bénéficient de la norme de qualité JCI (organisme d’accréditation américain) attirant des patients venant du Moyen-Orient, des États-Unis, du Royaume-Uni ou bien encore du Japon. Ceci a entraîné un véritable développement des services de recherche et de développement ainsi que de des services médicaux.

La Thaïlande est aussi le premier atelier d’assemblage d’automobiles de la zone ASEAN, le septième exportateur et onzième producteur mondial. Le pays est devenu une véritable base d’assemblage pour la plupart des grands constructeurs mondiaux. Il est important de noter que ce secteur a connu une légère baisse depuis quelque temps mais devrait bientôt repartir de plus belle face à la volonté des constructeurs de diversifier leur offre d’automobiles durables.

Enfin la population du pays tend à augmenter. Afin de mieux accueillir cette population, le gouvernement souhaite améliorer la capacité de ses infrastructures. Il a notamment présenté plusieurs projets de transport ayant pour but de redynamiser la circulation, et plus largement le commerce avec le monde.

> Contacts utiles

Chambre de commerce France – Thaïlande

Ambassade de France en Thaïlande

Tout ce qu’il faut savoir sur la Thaïlande

Lire la suite
Publicité
1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR