fbpx
Suivez nous sur

Actualités politiques

Roland Lescure, le député des deux rives

Un pied à Montréal, un autre à Paris, de chaque côté de l’Atlantique, Roland Lescure, élu à l’Assemblée en 2017 à la faveur de la vague Macron, pourrait bien rempiler pour un second mandat en juin.

Publié

le

ROLAND LESCURE

Quand Roland Lescure dresse le bilan de ces près de cinq années de mandat, il met en avant la scolarisation des enfants et la qualité de l’enseignement : «c’est une priorité pour chaque famille qui vit à l’étranger. Nous avons mobilisé des moyens supplémentaires avec 1M€ dédié au réseau d’enseignement FLAM (français langue maternelle), 25M€ pour améliorer la formation des enseignants et permis à 1000 titulaires supplémentaires d’être détachés.» Le député des Français d’Amérique du Nord évoque aussi l’amélioration de la lisibilité de la fiscalité qui reste encore d’une grande complexité depuis l’étranger. «Nous tendons à simplifier constamment les démarches administratives pour rendre le quotidien des Français de l’étranger plus facile, insiste-t-il, comme notamment une décision très attendue qu’est le rétablissement du vote par Internet pour les Français de l’étranger concernant les élections consulaires et législatives.»

Député sans aile

Ce mandat a surtout été marqué une crise sanitaire sans précédent, qui a bouleversé la vie de tous, notamment les expatriés d’Amérique du Nord : «Entre mars 2020 et l’été 2021, du fait du Covid-19, j’ai été un député sans aile, dit-il. Il m’a été impossible de me déplacer aux États-Unis et au Canada. Nous avons tout de même maintenu un lien permanent avec les Français via des visioconférences et nos infolettres. Nous avons aussi apporté une réponse personnalisée aux plus des 6 000 courriels reçus.» Quant à briguer un nouveau mandat, le sujet n’est pas encore sur la table, assure M. Lescure, également président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée : «Je m’interdis, à ce stade, de me poser cette question. Je veux continuer mon action sans avoir en tête dès à présent un nouvel engagement qui changerait indéniablement ma manière d’agir jusqu’à la fin de mon mandat. Il y a des étapes préalables comme la candidature d’Emmanuel Macron, et j’espère sa réélection.» Roland Lescure a d’ailleurs été chargé par le chef de l’État de codiriger avec Anne de Bayser, ex-secrétaire générale adjointe de l’Élysée,  un pôle «société civile» regroupant une cinquantaine d’«ambassadeurs», des figures non engagées en politique, mais spécialistes d’un domaine précis, chargées de nourrir la boîte à idées dans laquelle le futur candidat pourra piocher.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR