Suivez nous sur

Cambodge

Français à l'étranger

Publié

le

Très marqué par son passé douloureux, le Cambodge entre lentement dans la modernité. Le pays à un besoin considérable d’investissements, essentiellement dans les infrastructures. Sa stabilité en fait une destination prisée des investisseurs étrangers, ce qui dope sa croissance, exceptionnelle dans le climat mondial actuel. C’est une destination de choix pour s’expatrier, mais attention au choc des cultures, pour ceux qui souhaitent partir vivre au Cambodge !

Connaître le contexte pour partir vivre au Cambodge

Le Cambodge est une monarchie parlementaire. Mais le pouvoir y est exercé par le premier ministre du pays Hun Sen. Membre du PPC, c’est un ancien Khmer rouge qui, pour la scène internationale, menace la démocratie du pays en le transformant peu à peu en Etat à parti unique.

La stabilité politique du pays est donc toute relative, malgré sa réussite économique (elle-même relative, avec un taux de pauvreté proche de 20 % et un IDH de 0,5) ; obtenue notamment grâce aux programmes d’aides de l’UE et des grands bailleurs de fonds (Banque mondiale, AFD…) qui permettent au pays une croissance proche des 7 %.

Si la balance commerciale du pays est déficitaire, le pays reste un grand exportateur. Principalement de textiles et de chaussures, à destination des Etats-Unis et de l’Union européenne ; mais également de denrées alimentaires (avec un riz de très bonne qualité). Ce dernier secteur est toutefois une source de revenus instable pour le pays, car trop soumis aux aléas climatiques.

Le tourisme est aussi une activité porteuse, essentiellement à Siem Reap (Angkor) et Phnom Penh.

Enfin le secteur de la construction contribue fortement à soutenir la croissance économique du pays, qui attire de nombreux investisseurs venus des pays voisins (Chine, Vietnam, Corée du Sud, Thaïlande…) qui entreprennent des projets industriels, immobiliers et bancaires investissent.

Si le pays offre de réelles opportunités, pour vivre au Cambodge il faut être prêt à s’adapter à un monde qui est aujourd’hui encore à la croisée des chemins, entre tradition et modernité, où la pauvreté, même si elle se réduit, est toujours très forte. (taux de pauvreté de 14 % – Données 2016 de la Banque Mondiale).

Le climat des affaires reste compliqué en raison de son fort taux de corruption, des problèmes liés à l’approvisionnement en énergie et aux transports peu développés.

L'essentiel

Capitale

Phnom Penh

Dirigeant

Hun Sen (Premier ministre)

Population

15 577 899 hab.

Superficie

181 035 km²

Langues

Khmer

Monnaie

Riel (KHR) et Dollar (USD)

Croissance du PIB

6,9 % (est 2018 – Banque mondiale)

Chômage

0,3 % (2017- Banque Mondiale)

Français

4 994 (MAE - 2017)

Indicatif téléphonique

+855

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccifcambodge.org/

Ambassade de France : www.ambafrance-kh.org/

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Pour travailler au Cambodge, il est nécessaire d’avoir un visa de travail ainsi qu’un permis de travail.

Le visa d’affaire (Visa E) peut s’obtenir par l’ambassade du Cambodge présente dans votre pays d’origine. Délivré aux hommes et femmes d’affaires, aux stagiaires ou aux travailleurs pour un séjour initial au Cambodge de 30 jours, il s’obtient sur présentation d’une convention de stage ou d’un justificatif de votre mission de travail.
Ce visa est prolongeable, sur place, pour une durée de 1, 3, 6 mois ou 1 an auprès du Département pour les Etrangers du Ministère de l’intérieur. Attention, si vous souhaitez prolonger votre visa il vous est conseillé de la faire une semaine avant l’expiration de votre visa d’origine.

Enfin vous devez savoir que le pays a mis en place un quota d’embauche pour les étrangers. Ce dernier ne doit pas excéder 10 % du nombre total d’employés.

Ces 10 % se répartissent de la manière suivante :

  • 3 % de personnel de bureau
  • 6 % d’experts
  • 1 % d’ouvriers

Les niveaux de salaires sont très variables selon le type d’emploi occupé et la ville dans laquelle vous exercez :

En moyenne :

  • Un employé peu qualifié gagne entre 140 à 300 USD par mois
  • Un technicien entre 500 et 700 USD
  • Un spécialiste (ingénieur, juriste, etc) à partir de 1000 USD
  • La durée légale du travail est de 48h par semaine, extensible à 60 heures sur 6 jours.

› Trouver un emploi

Pour trouver un emploi il est impératif de maîtriser l’anglais. La maîtrise de la langue Khmer étant évidemment un atout, elle n’est toutefois pas indispensable.
Vous trouverez de nombreuses offres d’emploi sur le site de la Cci France Cambodge :  www.ccifcambodge.org

Mais également sur les sites suivants :

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Les secteurs clés sont ceux du tourisme, de l’agriculture, du textile, du BTP de la santé, de l’enseignement ou encore de l’énergie.

Le pays a du mal à former ses cadres et recrute un grand nombre d’expatriés (bureaux d’études, tourisme, transport, enseignement des langues et étrangères, etc.).
Si vous travaillez dans l’énergie vous aurez toutes vos chances : le pays déploie actuellement de nombreux projets énergétiques afin de couvrir l’ensemble du pays. Le secteur de la banque est également porteur : de plus en plus d’institutions financières occidentales et françaises ouvrent leurs bureaux au Cambodge.

› Créer son entreprise

Le Cambodge est membre de l’ASEAN (Association of South East Asian Nations) aux côtés de l’Indonésie, du Brunei, de Singapour, de la Malaisie, des Philipines, du Vietnam, de la Thaïlande, du Myanmar et du Laos.

Si le climat des affaires y est compliqué, le Cambodge est toutefois un pays porteur pour les investisseurs et chefs d’entreprise, dans lequel il convient d’avancer avec prudence.

De nombreux secteurs restent à développer et le pays a besoin d’investisseurs pour dynamiser les transports ferroviers, routiers et aériens, pour construire de nouvelles institutions bancaires et financières ; pour dynamiser son industrie et développer ses exportations.

Il existe trois statuts juridiques : la SARL, la SA ou le travailleur indépendant. Seuls les bénéfices sont taxés, entre 10 et 20 % selon le type d’activité de votre société et son statut.

Les charges patronales quant à elles varient entre 5 et 20 % selon le revenu de l’employé.

Depuis le 1er janvier 2016, l’enregistrement d’une société se fait par une procédure en ligne sur le site du ministère du commerce : www.businessregistration.moc.

Les documents nécessaires pour l’enregistrement d’une société sont :

  • Des documents où figurent l’adresse de la société (facture d’électricité, d’eau, contrat de bail, document émis par une banque)
  • Les statuts de la société
  • Des photos 4×6
  • La carte d’identité ou le passeport des dirigeants et actionnaires de la société
  • Une déclaration sur l’honneur du dirigeant attestant qu’il n’a jamais fait l’objet de condamnation par une juridiction civile, commerciale ou pénale, et qu’il n’est pas, lors de l’exercice de ses fonctions de dirigeant, un fonctionnaire lié par les Statuts des fonctionnaires du Royaume du Cambodge.
  • Deux copies de la version originale des statuts de la société, et un relevé de compte bancaire, à fournir au Département du registre des sociétés, dans un délai de 30 jours dès la délivrance du certificat d’immatriculation. Soyez vigilant, le non-respect de cette procédure peut entraîner la suppression de la société du registre.

Enfin, si l’actionnaire est une personne morale :

  • Une copie certifiée du justificatif d’immatriculation de la société
  • Une copie de lettre écrite par le dirigeant de la personne morale et qui nomme la personne morale en tant que représentante.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Le système scolaire cambodgien est divisé en 6 années pour l’élémentaire (le cycle se termine par un brevet permettant l’accès au collège), 3 années pour le collège et 3 pour le lycée (qui se termine, comme en France, par le baccalauréat). La langue d’usage y est le khmer et l’uniforme y est obligatoire.

Si vous souhaitez scolariser vos enfants dans des établissements français, il existe une école française à Phnom Penh (Lycée Français René Descartes) qui accueille les enfants de la maternelle au lycée et une école française (maternelle et élémentaire) à Siem Reap.

Il est également possible d’inscrire ses enfants dans l’une des nombreuses écoles internationales du pays, de très bon niveau et pour la plupart, anglo-saxonnes.

› S’inscrire à la fac

L’enseignement supérieur cambodgien est structuré en 3 cycles, s’étalant sur 9 années : 4 pour la licence, 2 pour le master et 3 pour un doctorat.

Il est possible de réaliser ses études au Cambodge en parlant l’anglais (un test de langue est requis avant l’inscription). Il existe une centaine d’établissement d’enseignement supérieurs (les deux tiers sont privés). Les matières enseignées sont l’agriculture, la médecine, la technologie, la science, l’art, la culture, l’économie, l’industrie ou encore la formation des enseignants.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Pour réaliser un stage au Cambodge il faut être en possession d’un visa d’affaire (valable un mois et renouvelable de 3 à 12 mois) coutant 35 dollars américains.

Vous trouverez de nombreuses offres de stages dans la capitale et quelques-unes dans des villes moins importantes ou en zone rurale si le stage que vous cherchez est dans le secteur de l’éducation ou de la santé.

Les secteurs les plus porteurs pour trouver un stage sont l’éducation, les droits de l’homme, la médecine, le développement de la jeunesse, mais aussi l’hôtellerie-restauration, le web-développement /web design et enfin le tourisme.

Vous trouverez des offres de stages sur le site de la CCI France-Cambodge : www.ccifcambodge.org

Mais aussi sur le site de l’étudiant : www.jobs-stages.letudiant.fr

Enfin n’hésitez pas à consulter les groupes d’expatriés présents sur les réseaux sociaux.

› V.I.E.

Le volontariat international (VI) en entreprise (VIE) et administration (VIA) est une mission professionnelle à l’étranger, de 6 à 24 mois, bénéficiant d’un statut public protecteur. La mission VIE/VIA est aujourd’hui destinée aux jeunes diplômés, hommes et femmes, de 18 à 28 ans. Tous les métiers sont concernés.

Les missions de volontariat se déroulent :

  • En entreprise,
  • Au sein de structures françaises relevant du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et de Bercy,
  • Au sein de structures publiques locales étrangères,
  • Auprès d’organisations internationales et d’associations agréées.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire au Cambodge, ainsi que le barème des indemnités, www.civiweb.com (723,99€ d’indemnité fixe pour le Cambodge et 1463,05€ d’indemnité géographique).

 Coût de la vie

› Logement

Il est très facile de trouver un logement au Cambodge. Le coût d’un appartement varie en fonction du niveau de confort de l’appartement. Vous pourrez louer des appartements à long ou à court terme, généralement meublés, A Phnom Penh il vous en coutera entre 250 et 500 euros pour un 2-pièces d’environ 50 m2. Pour les appartements plus spacieux, comptez entre 500 et 1.200euros dans le centre de Phnom Penh. Les prix sont en USD.

Dans la capitale vous aurez le choix entre plusieurs types de logements :

  • Un appartement loué meublé, décoré, connecté au cable et à internet, avec cuisine équipée et conciergerie. Ce type d’appartement se trouve dans des résidences proposant un service de blanchisserie, le ménage, etc. compris dans la location.
  • Un appartement meublé sans service
  • Un appartement non meublé situé dans un immeuble ou une villa divisée en plusieurs appartements.

Pour les autres villes, il vous sera plus difficile de trouver des logements meublés avec service (entretien et service de blanchisserie). Comptez en moyenne 280 € pour un studio dans le centre de Sihanoukville, de Siem Reap ou de Kampot . La ville de Battambang est moins chère : comptez 150 € pour un studio.

› Transports

Le pays ne compte que 3 aéroports : un à Phnom Penh, un à Siem Reap, ville des temples d’Angkor et un dernier à Sihanoukville, baptisée ainsi en l’honneur du roi Sihanouk. Il n’existe qu’une compagnie aérienne au Cambodge : Cambodia Angkor Air, qui propose des vols reliant Phnom Penh à Siem Reap et à Sihanoukville. Il vous sera également possible de rejoindre les grandes villes des pays voisins (Hô Chi Minh, Bangkok…).

Le réseau ferroviaire du pays n’est pas en très bon état. Un programme de rénovation du réseau est en cours, mais les trains sont encore longs et permettent seulement de rejoindre les villes principales.

Une ligne vous permet de traverser le Sud au Nord Ouest du pays, partant de Sihanoukville jusqu’à Poipet, située à la frontière avec la Thailande, en passant par Kampot, Phnom Penh, Pursat, Battambang et Sisophon.

Un des moyens les plus pratiques pour se déplacer est le bus. C’est le transport avec le meilleur rapport qualité-prix. De nombreuses compagnies existent et vous permettent de relier la plupart des villes du pays. Le confort des bus varie selon la « catégorie » de bus que vous choisirez. Mais la plupart sont climatisés et confortables. Les compagnies les plus réputées sont Mekong Express et Sorya.

Les nombreux TukTuk présents dans les centres villes vous permettrons d’effectuer de courtes distances pour un prix raisonnable et négociable !

Enfin si vous disposez d’un permis international vous aurez la possibilité de louer une moto ou une voiture pour vous déplacer.

Attention toutefois, si dans les villes les routes sont globalement en bon état la conduite des cambodgiens est assez dangereuse : les feux rouges sont rarement respectés, des véhicules circulent parfois en contresens, etc.

Enfin il arrive que des Occidentaux se fassent arrêter sans raison par la police qui tente alors de soutirer quelques dollars.

 Santé

La situation sanitaire du pays est assez déplorable : la population connaît les ravages du paludisme, de la malnutrition et de la tuberculose. Le pays est également l’un des plus touché par la rage (plus grande cause de mortalité). Il est conseillé de vous faire vacciner contre la rage avant de partir. Les vaccins contre l’hépatite A et la typhoïde sont également conseillés.

Les structures hospitalières de santé publiques au Cambodge sont de niveau inégal. Les hopitaux sont assez mal équipés. Il est très fortement recommandé de souscrire un contrat d’assurance santé permettant le remboursement de vos frais médicaux (pouvant êtres très élevés) et votre rapatriement. La liste des médecins français au Cambodge, établie par l’ambassade de France est disponible à l’adresse suivante : kh.ambafrance.org

 Fiscalité

Le régime fiscal cambodgien distingue les étrangers résidents et les non-résidents. Les résidents sont domiciliés dans le royaume en tant que salariés, entrepreneurs ou retraités, y ont leur logement principal et y habitent plus de 182 jours par année calendaire.

Si vous êtes résidents tous vos revenus seront imposables (même ceux provenant d’autres pays). Le pays n’a pas de convention fiscale avec la France. Il se peut donc que vous soyez imposable dans les deux pays.

Si vous n’êtes pas résidents seuls les revenus réalisés dans le pays seront soumis à imposition. Ces derniers sont retenus à la sources et taxés à hauteur de 20 %.

 Retraite

De nombreux retraités se laissent séduire par le pays pour y passer leur retraite. Le pays dispose en effet de nombreux atouts : coût et qualité de vie attractifs, peu de formalités administratives pour s’y installer, etc.

En effet il n’existe aucun visa spécifique aux retraités. Il vous faudra donc obtenir un visa d’affaire coutant 35 dollars, délivré pour une période initiale d’un mois mais prolongeable jusqu’à 12 mois. Il vous faudra ensuite sortir du pays pour en obtenir un nouveau dès que le terme de ce dernier sera échu.

Attention toutefois les structures hospitalières de santé publique sont de niveau inégal et ne correspondent pas toujours aux standards internationaux. Les frais d’hospitalisation peuvent aussi y êtres très élevés. Il est très fortement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance spéciale permettant de couvrir tous vos frais médicaux et de rapatriement.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE