Suivez nous sur

Portrait de la semaine

Le Cambodge, l’autre pays de l’ovalie

Français à l'étranger

Publié

le

Parti il y a plus de vingt ans avec deux ballons dans ses valises, Jean-Claude Garen, médecin de campagne en quête de nouveaux horizons et passionné de rugby, en a fait un sport national dans le royaume khmer.

«Quand je suis arrivé au Cambodge en 1994, se souvient le Français, le rugby était inconnu ici. On a organisé quelques matches avec des militaires parachutistes stationnés ici». Ainsi est né le club des «Piliers d’Angkor». Aujourd’hui, le pays compte 300 licenciés et dispute depuis 1999 avec le Laos et le Vietnam la Coupe d’Indochine ! Jean-Claude Garen dirige aussi une clinique de 17 lits et 50 employés. «On pratique une médecine à deux vitesses, admet-il, avec humour, il y a un tarif plus élevé pour les étrangers et les Cambodgiens qui ont une assurance santé et un autre, bien moins cher, pour les locaux qui ne sont pas assurés.» Comme dans les autres pays d’Asie du Sud-Est, la classe moyenne explose au Cambodge. En quelques années, la clinique est passée de 25% à 75% de patients cambodgiens. L’homme partage son temps entre la semaine à sa clinique de Phnom Penh et les week-ends à Siem Reap, au pied des temples d’Angkor, où il a ouvert un hôtel et un cabinet médical.

Lui écrire  jcgaren@yahoo.fr

Par Emmanuel Langlois, France Info

Continue Reading
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

FERMER
CLOSE