Suivez nous sur

Hongrie

Français à l'étranger

Publié

le

Pays d’Europe centrale, la Hongrie, dont la capitale Budapest est traversée par le beau Danube a subit quelques remous politiques ces derniers temps…  En effet le Premier ministre du pays (qui vient d’être réélu pour un 3e mandat) mène une politique conservatrice et suffisamment  « anti-migrants » pour soulever certains mécontentements et créer des tensions avec la commission européenne de Bruxelles.

Malgré tout, la Hongrie connaît ces dernières année une croissance au-delà de la moyenne européenne et le chômage est en baisse.

L'essentiel

Capitale

Budapest

Dirigeant

Viktor Orbán (Premier ministre)

Population

9 817 958 hab.

Superficie

93 030 km²

Langues

hongrois

Monnaie

forint hongrois (HUF)

Croissance du PIB

4,4%

Chômage

4,3%

Français

2 644

Indicatif téléphonique

+ 36

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccifh.hu

Ambassade de France : www.ambafrance-hu.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Comme souvent, un Français décidant de venir vivre dans un autre pays de l’Union européenne pour une durée de moins de 3 mois ne rencontre pas de problème administratif particulier, la Hongrie ne fait pas exception à cette règle. Par contre un séjour dépassant ces 3 mois doit impérativement être déclaré à la mairie de son lieu de résidence ou auprès de la direction régionale de l’office de l’immigration au plus tard le 93e jour de présence sur le sol hongrois. Mais on ne peut accomplir cette démarche pour s’installer en Hongrie qu’en étant soit travailleur salarié ou travailleur indépendant, soit étudiant. Suite à cette déclaration, un certificat d’enregistrement à durée indéterminée est remis au requérant le jour de la demande.

Une assurance maladie couvrant tous les risques de santé est obligatoire pour s’expatrier en Hongrie (tant qu’on ne travaille pas). Pour un Français, le statut de résident permanent peut être acquis au bout de 5 années passées de façon continue sur le territoire.

› Trouver un emploi

Si le taux de chômage a baissé dans le pays c’est surtout grâce au choix qui a été fait de laisser se multiplier les embauches à temps partiel, peu pérennes et en forçant les demandeurs d’emploi à accepter à des postes sous-payés par rapport à leurs compétences. Donc, en effet, le chômage est en large baisse dans le pays, mais cette politique entraîne un exode des jeunes les plus qualifiés.

Afin de chercher un emploi en Hongrie, les armes sont toujours un peu les mêmes que dans la plupart des pays ! Savoir la langue est un avantage évident et par ailleurs votre recherche doit s’effectuer sur les sites Web, la presse (www.expressz.hu/, www.budapestsun.com, www.bbj.hu) et l’envoie de candidatures spontanées. Il est aussi possible de s’adresser aux bureaux de district chargés de l’emploi ou de consulter le site national du service pour l’emploi.

Vous pouvez aussi consulter les offres d’emplois auprès de la Chambre de commerce franco-hongroise qui met à votre disposition un site internet avec les listes d’entreprises, offres d’emploi pour francophones, et dépôt en ligne de CV (www.ccifh.hu).

Quelques sites pour vous aider dans votre recherche :

www.ec.europa.eu
www.cvonline.hu
www.profession.hu
www.workania.hu

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

On trouve plusieurs axes industriels compétitifs en Hongrie, les usines de grands constructeurs automobiles et d’équipements de véhicules installées dans le pays, le secteur des équipements électroniques et de télécommunications, celui des énergies renouvelables et la production de produits pharmaceutiques.

La Hongrie est d’ailleurs réputée pour le dynamisme de son secteur santé : cures thermales, tourisme médical, prestations de soins dentaires bon-marché et de haute qualité qui attirent une large clientèle européenne.

Il manque de main-d’oeuvre dans certains secteurs et même si le gouvernement n’est pas, comme précisé plus haut, dans une politique d’ouverture, il faut palier ce manquement et certaines entreprises sont dans l’obligation de faire appel à des salariés étrangers. Le manque de main-d’oeuvre se fait sentir par exemple parmi les soudeurs, les ouvriers à la chaîne, les machinistes CNC, les cuisiniers ou les serveurs.

› Créer son entreprise

Il semble que la Hongrie soit le premier pays d’Europe centrale à avoir proposé un cadre favorable aux investissements étrangers, mais désormais, la Hongrie est devenu un choix moins attractif, compte tenu des efforts réalisés par les autres pays de la zone et du fait de la hausse des mesures populistes visant à stigmatiser les investisseurs étrangers.

La part de l’investissement étranger dans le capital des sociétés hongroises n’est pas limitée et le rapatriement des bénéfices et le transfert d’investissements en capital sont libres. Les deux seules exceptions étant les industries de défense (peu développées) et la propriété foncière.

La Hongrie souhaite attirer les investissements étrangers dont l’impact est positif sur l’économie et les emplois en Hongrie (environnement, développement des technologies de l’information, etc.), avec des dispositions administratives telles qu’un guichet unique et un allègement des procédures, des exemptions fiscales et diverses formes de soutiens directs, notamment pour le développement des infrastructures. Un niveau de subvention maximum est fixé par secteur et par région d’implantation.

Le gouvernement a créé l’Agence de promotion des investissements hongrois : www.hipa.hu (HIPA) qui fourni une aide professionnelle aux entreprises étrangères qui ont l’intention d’investir en Hongrie.

Pour créer une entreprise de taille moyenne en Hongrie on bénéficiera d’une imposition réduite, sans retenue à la source en matière de dividendes, royalties et intérêt, qui peuvent donc être versés n’importe où dans le monde sans taxation. En plus de cela, la Hongrie, en tant que membre de l’Union européenne, a pleinement accès aux directives de libre échange.

Le taux de taxe sur les bénéfices est de 10% seulement pour les premiers 500 millions de forint (soit environ 2 M€) et 19% au-delà (un des taux les plus bas de l’Union européenne, pour des projets de moyenne ampleur). Le taux d’imposition personnelle est également raisonnable (taxe fixe de 16 %). La Hongrie jouit par ailleurs d’une image plutôt positive, et n’est pas assimilée à un paradis fiscal.

La main d’œuvre est instruite, qualifiée, compétente et bon marché.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

L’école est obligatoire et gratuite en Hongrie pour les enfants de 6 à 18 ans. Tous les enfants doivent suivre la dernière année de maternelle qui les prépare à l’école primaire.

Ensuite il existe plusieurs types d’enseignements secondaires : l’enseignement dit général,  le lycée technique, qui ajoute des programmes spécialisés comme la comptabilité et le lycée d’enseignement professionnel qui est consacré à l’apprentissage d’un métier.

Le système d’éducation hongrois accorde une grande importance aux sciences, dont certaines (chimie, physique..) sont enseignées dès le niveau élémentaire. Les élèves hongrois doivent obligatoirement parler une langue étrangère.

Les écoles privées et notamment religieuses ont réapparu depuis 1990.

Les écoles internationales à Budapest sont principalement en anglais avec des programmes américains ou britanniques. La plupart proposent le baccalauréat international.

Il y a aussi un lycée français à Budapest : le Lycée Gustave-Eiffel. L’établissement propose un enseignement de la petite section à la terminale (les frais de scolarité s’élève à environ 5 000 €).

› S’inscrire à la fac

En Hongrie, la quasi-totalité des 10 universités du pays propose des formations en anglais, allemand et français, notamment en droit international, en médecine et dans les technologies de l’information et de la communication.

Il n’est donc pas forcément nécessaire de maîtriser la langue hongroise. Ces formations conduisent aux diplômes hongrois de licence, Master et doctorat.

Toutefois, si vous choisissez un enseignement en langue hongroise, vous devrez en connaître les rudiments. L’examen d’entrée à l’université évaluera d’ailleurs votre niveau d’expression et de compréhension.

Bien que le coût de la vie soit assez bas, la Hongrie a beaucoup évolué ces dernières années concernant les frais d’inscription à ses établissements de l’enseignement supérieur. Les frais d’inscription sont relativement élevés pour une destination d’études en Europe de l’Est, mais les universités bénéficient d’un soutien financier important et d’infrastructures de qualité.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Les secteurs les plus ouverts aux stagiaires sont l’industrie, la maintenance, l’informatique, le bâtiment, le commerce, la santé et le social. Le ministère des Affaires étrangères, le secteur bancaire, les multinationales envisagent le stage comme une étape de pré-recrutement.

Un stage peut être effectué dans le cadre d’études professionnelles (gyakorlatiképzés) afin d’acquérir des compétences pratiques mais il s’intègre aussi aux études supérieures (szakmaigyakorlat) traduit en ECTS et parfois rémunéré. Dans certaines filières, il occupe une place importante à la fin du cursus (médecine, sciences vétérinaires, pharmacie, psychologie, droit et enseignement). Un stage après les études est possible dans le secteur public (banque nationale hongroise) ou privé (grands groupes et multinationales).

Quant aux formalités administratives, l’entreprise qui propose un contrat à un étudiant sous forme de convention de stage doit être inscrite à la chambre de commerce et d’industrie.

Une démarche qualité sur les stages a été instaurée (conditions du tutorat, modalités d’évaluation) et le nombre de stages Erasmus a doublé en dix ans.

La durée des stages en Hongrie varie suivant le niveau d’études.

Les stagiaires perçoivent 15% du salaire de base hebdomadaire pour 40h de travail par semaine (durée du travail légale) à raison de 8h/j, soit l’équivalent de 60% du salaire minimum par mois. Le salaire brut mensuel minimum  équivaut à 355€ (salaire moyen : 794 €).

› V.I.E.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires. Pour s’inscrire en V.I.E ou V.I.A en Hongrie  : www.civiweb.com

La durée d’un V.I.E. en Hongrie ne peut dépasser deux années. Il est impératif d’avoir participé à la journée d’appel à la Défense et d’avoir créé votre profil sur Civiweb (www.civiweb.com) en fournissant vos coordonnées, votre CV et d’avoir joint votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Pour obtenir le barème des indemnités : www.civiweb.com

 Coût de la vie

› Logement

Cela peut prendre un certain temps pour trouver un logement en Hongrie, on utilise comme toujours le bouche-à-oreille, les annonces dans les quotidiens et les agences immobilières. Bien sûr, faire appel à une agence entraîne un surcoût, mais certains agents parlent anglais, ce qui pourrait vous être utile. Les prix sont plutôt élevés (bien qu’en baisse) mais négociables et il y a très peu de logements pour les expatriés.

La durée du bail varie selon les propriétaires qui demandent en général 1 à 3 mois de loyer d’avance et une caution égale à 1 mois de loyer. Les charges sont élevées et comprennent l’eau, le gaz et l’électricité.

Quelques sites pour trouver un logement :

www.erasmusu.com
www.budapestdreams.com
www.alberlet.hu
www.srs-budapest.hu
www.budapestflatforyou.com
www.roommatesbudapest.com

› Transports

On peut conduire en Hongrie avec son passeport français pendant un an (Union européenne), les réseaux routiers sont de bonne qualité et les limitations de vitesse semblables à celle pratiquées en France. Rouler sur les autoroutes requiert d’acheter une vignette spéciale dans les stations service ou bureaux de poste.

Sur route, les feux de croisement doivent être allumés de jour comme de nuit.

Ce sont le train et les bus qui sont utilisés à l’intérieur du pays car il n’y a pas de lignes aériennes intérieures régulières en Hongrie.

Ces deux systèmes de circulation maillent bien le territoire, les trains sont confortables, les bus plus rapides mais plus onéreux.

 Santé

Si vous travaillez en Hongrie, vous bénéficiez automatiquement du régime hongrois de protection sociale pour vous et votre famille.

Financé par les cotisations des assurés, des employeurs et par les impôt, le régime hongrois de protection sociale comprend les assurances sociales (assurances maladie-maternité, invalidité, vieillesse, survivants, accidents du travail et maladies professionnelles), l’aide à la famille, l’assurance chômage et l’aide sociale.

Les soins sont de bonnes qualité, les patients règlent uniquement le prix du ticket modérateur.

Le médecin généraliste choisi l’est pour une année complète et c’est lui qui vous oriente vers les spécialistes.

Les soins dentaires sont réputés et à des prix bien plus abordables qu’en France, c’est d’ailleurs un secteur pour lequel le tourisme médical fonctionne bien.

 Fiscalité

Il y a un grand nombre de taxes en Hongrie, sur les sms, les appels depuis un mobile, etc. La TVA est de 27%  (taux réduits : 18% sur l’hôtellerie, 5%  sur les livres et journaux, les produits pharmaceutiques, exemption pour les soins dentaires et oeuvres sociales).

Les étrangers travaillant et vivant en Hongrie sont soumis au même taux d’imposition que les autres résidents fiscaux mais ils peuvent parfois déduire certains frais (voyages professionnels, etc.).

L’impôt sur le revenu qui est au taux de 16% est calculé individuellement.

 

 Retraite

Patrimoine architecturale, pays de musiciens, la Hongrie offre aussi un coût de la vie bien moins élevé qu’en France. Les maisons de retraites y sont beaucoup plus abordables et une convention permet aux Français souhaitant passer leur retraite en Hongrie de ne pas subir de double imposition. Ce taux d’imposition étant de 16% quelque soit vos revenus, est plus intéressant qu’en France. Malgré tout, il est préférable de parler la langue pour s’installer dans le pays, et savoir que la Hongrie n’est pas très favorable aux immigrés !

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE