fbpx
Suivez nous sur

Destinations au banc d'essai

Costa Rica vs Panama

Du Costa Rica au Panama, il n’y a qu’un pas ! Ces deux pays sont sans doute les plus stables d’Amérique centrale. Ils attirent les capitaux étrangers depuis longtemps, les touristes et les retraités étrangers depuis quelques années.

Français à l'étranger

Publié

le

Gouvernance

> Costa Rica

Le Costa Rica vient de connaître une évolution politique notable. En avril 2018, le résultat des élections présidentielles s’est traduit par une avancée considérable de la droite chrétienne évangéliste, très conservatrice. Pour autant, c’est le candidat de centre gauche Carlos Alvarado qui a remporté les élections. Ce petit pays est l’une des rares démocraties vieille de plus d’un demi-siècle en Amérique latine, et son nouveau président insiste sur la nécessité d’avoir un gouvernement d’union nationale, majoritairement composé de femmes ainsi que de représentants de l’opposition. Ce président de moins de 40 ans s’est fait élire en se posant en défenseur des institutions et de l’État de droit.
Ses défis à relever sont nombreux : même si l’économie du pays se porte plutôt bien, il est lui aussi touché par les narco-trafics, les inégalités croissantes, un déficit abyssal, un chômage élevé…

> Panama

Cette très vieille République parlementaire (depuis 1903) n’est pas réputée pour sa liberté d’expression ni le respect des libertés individuelles malgré le rétablissement d’un pouvoir démocratique depuis 1990. La corruption est souvent au cœur des affaires du personnel politique, et Transparency International classe le pays en 96e position (sur 180). Son ancien président, Ricardo Martinelli, a d’ailleurs été arrêté aux États-Unis puis extradé en juin dernier vers son pays pour être jugé pour détournements de fonds publics.
Le Panama est le siège de nombreuses compagnies offshore et se retrouve régulièrement mis en cause pour l’opacité de son système financier. Mais malgré les récents scandales qui ont impliqué le pays, comme les Panama Papers, le Panama a su rester attractif et garder un rythme de croissance soutenu, à plus de 4,5%.

Qualité de vie

> Costa Rica

Le pays, surnommé la « Suisse verte » d’Amérique centrale, compte plus d’un demi-million de ressortissants étrangers sur son territoire. Les Américains rêvent d’y passer leur retraite, sans doute parce que le Costa Rica offre un environnement particulièrement protégé dans la région, que le pays est très occidentalisé et que son coût de la vie y est bien plus faible qu’aux États-Unis.
Depuis l’abolition de son armée en 1949, le Costa Rica a réaffecté son budget de la défense au financement de l’éducation, de la santé et des retraites. Il offre à ses résidents un système de protection sociale efficient et un véritable bien-être durable. Ici, les gens bénéficient de l’espérance de vie la plus longue d’Amérique latine.
Classé en 45e position du palmarès des pays où il fait bon vivre établi par le magazine américain U.S. News & World Report, le pays est surtout bien noté pour son environnement naturel et son ouverture au monde des affaires.

> Panama

Le Panama arrive en 48e position des pays où il fait bon vivre selon le palmarès du magazine américain U.S. News & World Report. Les Français sont de plus en plus nombreux à s’installer au Panama (ils sont pour l’instant 2000), les inscriptions au registre consulaire enregistrant une hausse de plus de 5% en un an.
Panama City offre tous les services d’une capitale, à un coût moins élevé qu’en France (logement, restaurant, essence…). Dans la jungle ou sur les îles, la vie est beaucoup plus rustique, mais plus authentique.
Depuis plusieurs années le gouvernement a mis en place des mesures très favorables pour les étrangers qui souhaitent s’installer au Panama. Mais attention, dans la capitale, la criminalité est forte, le trafic de drogue important, la sécurité est donc incertaine dans certains quartiers.
Enfin, connu pour être un paradis fiscal, le pays a désormais renforcé son système bancaire afin de le rendre plus transparent et consolider la coopération avec les autorités judiciaires.

Facilités d’installation

> Costa Rica

Pour pouvoir travailler au Costa Rica votre employeur devra démontrer qu’il ne peut pas recruter de locaux au poste qu’il vous propose. Vous devrez bien sûr être en possession d’un visa et d’un permis de travail ou de résidence temporaire. Vous obtiendrez ensuite une carte renouvelable chaque année.
Ces démarches sont assez compliquées, raison pour laquelle de nombreux étrangers créent leur propre entreprise.

> Panama

Pour acquérir un visa permanent, il faut créer une entreprise, être embauché dans une société panaméenne, soit avoir un titre de propriété. Il faut également effectuer un dépôt d’un montant minimum de 5000$ sur un compte en banque panaméen. Il est assez facile d’obtenir un permis de travail au Panama une fois le visa de résident permanent acquis. Attention, la procédure peut mettre du temps, parfois jusqu’à huit mois.
Pour en savoir plus : www.migracion.gob

Le marché de l’emploi

> Costa Rica

Sa croissance en ferait rêver plus d’un : à 5,2% en 2018, le pays affiche une bonne santé économique. Pourtant, le taux de chômage reste élevé (plus de 8%), en particulier chez les jeunes. Ces derniers sont très qualifiés, la concurrence avec les travailleurs étrangers est donc rude.
Les Français sont très présents dans les métiers du tourisme (hôtellerie, restauration) ainsi que dans le tourisme médical. Ils sont aussi souvent présents sur le territoire en tant que stagiaire ou bénévoles dans les secteurs de l’éducation, l’environnement, la santé, le développement social, la protection des animaux.
Il est indispensable de parler espagnol, ou au moins anglais, surtout si l’on souhaite travailler dans le secteur du tourisme où l’on recherche beaucoup de personnels trilingues.
Pour trouver un emploi, la chambre de commerce franco-costaricienne pourra vous aider et vous pouvez aussi consulter les sites suivants :

> Panama

La loi autorise les entreprises à compter un quota d’étrangers dans leurs effectifs. Il est donc intéressant de contacter les plus importantes d’entre elles.
Les secteurs des services, de la finance, du commerce, du tourisme, du trafic de marchandise avec le Canal sont ceux qui contribuent le plus à l’économie de Panama.
Une politique de grands travaux attire les capitaux et fait vivre de nombreuses entreprises internationales : après l’élargissement du Canal, un nouveau projet pour réhabiliter la ville de Colón a ainsi été lancé pour un budget global de 500 millions de dollars US, ainsi qu’un projet d’infrastructures d’ampleur avec la construction d’une seconde ligne de métro dans la capitale.
Quelques sites pour trouver un emploi :

Les bons plans emploi

> Costa Rica

Le nouveau président souhaite développer un système de transport public plus vert digne « d’une matrice électrique déjà propre et durable à 99% ». Il souligne ainsi la spécificité du pays qui a misé sur le développement durable. Le secteur environnemental est donc particulièrement dynamique et recrute des profils très diplômés. Le secteur informatique, très porteur, recherche lui aussi des techniciens expérimentés, tout comme celui de la sécurité.

> Panama

Le pays attire de plus en plus d’étrangers qui cherchent à scolariser leurs enfants : ainsi, de nombreux postes d’enseignants sont proposés, en particulier dans l’enseignement de l’anglais. Attention, il y a de nombreux métiers que vous ne pourrez pas exercer au Panama : agent immobilier (sauf au bout de cinq ans de résidence), médecine, droit, commerce de détail…
De manière générale, le Panama connaît une pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Environnement des affaires

> Costa Rica

Le Costa Rica est le premier partenaire commercial de la France en Amérique centrale. Il attire des investisseurs étrangers dans les secteurs de la haute technologie et du bâtiment, des sciences de la vie ou encore de l’industrie avancée. Les services, comme les télécoms sont ouverts aux capitaux étrangers.
Ses principaux atouts sont la sécurité et la stabilité économique. Le Costa Rica accorde de nombreux privilèges juridiques et fiscaux aux investisseurs, a créé plus de dix zones franches (avec exonération de l’imposition sur les bénéfices, des crédits d’impôts…). L’Agence de promotion de l’investissement (la Coalición Costarricense de Iniciativas de Desarrollo – CINDE) est très efficace pour conseiller celles et ceux qui souhaitent investir dans le pays.
Pour obtenir un visa « investisseur » il faut faire un investissement direct au Costa Rica d’au moins 200000$. L’investissement peut être fait dans n’importe quel type d’entreprise, y compris l’immobilier.

> Panama

Le canal de Panama est la plaque tournante du commerce mondial et des transports qui relie les océans Atlantique et Pacifique à travers la mer des Caraïbes.
Ici, les entreprises étrangères continuent d’être le moteur de l’emploi et de l’investissement. Elles s’installent prioritairement dans la zone franche de Colón (un point central des investissements étrangers dans l’industrie manufacturière) dans les secteurs de la construction et de la logistique. Les étrangers s’installent aussi dans la Cité de la connaissance, un parc technologique et éducatif doté d’une infrastructure de communication de pointe. Les secteurs où investir sont prioritairement l’import-export, le tourisme, l’internet.
Le pays est classé en 79e position dans le classement Doing Business sur la facilité à réaliser des affaires établi par la Banque mondiale, qui met en avant sa capacité à faciliter l’accès au crédit.
Il existe une agence d’aide à l’investissement.

Les + Étudiants

> Costa Rica

Grâce à la richesse de sa biodiversité, à ses parcs nationaux, le pays attire de nombreux jeunes venus du monde entier. Le pays a massivement investi dans l’éducation (le Costa Rica possède l’un des taux d’alphabétisation les plus élevés d’Amérique latine, à 94,9%) et propose de nombreux cursus dans les universités publiques, en particulier des programmes bilingues anglais-espagnol. Vous devrez faire une demande de visa une fois obtenu l’accord de l’université.

> Panama

La plupart des universités se trouvent à Panama City. Les universités panaméennes sont le plus souvent publiques, mais l’on trouve beaucoup de campus d’universités américaines, payants, comme la Florida State University, University of Louisville, Columbus University.
Une fois votre université choisie, cette dernière vous enverra sa lettre d’admission, ce n’est qu’ensuite qu’un visa vous sera délivré, à valider en arrivant au sein de l’agence de l’immigration. Attention, les étudiants ne sont pas autorisés à travailler sur place.

Accès au logement

> Costa Rica

Les Américains fortunés ont investi l’immobilier au Costa Rica, faisant flamber les prix, en particulier dans les zones touristiques. En dehors des secteurs touristiques, les prix restent très raisonnables, autour de 250$ pour un studio et 1000€ pour une maison.
Les étrangers s’installent plus spécialement à Jacó, Rohrmoser, Esczú et Guanacaste.
Attention, la sous-location est interdite.
Pour accéder à des offres :

> Panama

Punta Pacifica et Punta Patilla sont les deux quartiers les plus modernes de la capitale, en bord de mer. Les quartiers où s’installent les expatriés offrent des immeubles avec piscine, gardien, salle de sports. Coco del Mar et Bella Vista proposent davantage de petites maisons. Certains quartiers comme San Felipe, très touristiques et très typiques, sont quasiment inabordables. Attention, il y a peu de studios ou de 2-pièces et il est difficile de trouver un bien en dessous de 1000$.
Quelques sites pour vous aider dans vos recherches :

Accès à la santé

> Costa Rica

L’inscription à la sécurité sociale costaricienne est obligatoire (Caja Costarricense de Seguro Social) pour obtenir sa carte de résident. Depuis plus de soixante ans, le pays a instauré une protection sociale obligatoire et les soins sont de bonne qualité, tant dans le privé que dans le public, et peu chers. Le pays développe un tourisme médical en matière de soins dentaires, oculaires ou pour la chirurgie esthétique.

> Panama

Les hôpitaux publics sont peu réputés, contrairement aux hôpitaux privés qui offrent d’excellents soins, dans tous les domaines et à des prix très abordables. D’ailleurs, le tourisme médical est une industrie en plein essor. Mais attention, en province il est plus difficile de trouver de bons établissements hospitaliers. De nombreux médecins sont formés aux États-Unis et parlent anglais. Il existe une sécurité sociale pour les travailleurs.

Fiscalité

> Costa Rica

Si vous travaillez au Costa Rica, vous aurez la bonne surprise de ne pas être imposé sur votre treizième mois. Pour le reste, les taux sont beaucoup plus bas qu’en France puisque de 714001 à 1071000 colónes, l’impôt ne s’élève qu’à 10% des revenus, et au-delà à 15%.
Il n’existe pas au Costa Rica d’impôt sur la fortune, ni sur les successions et les donations.

> Panama

Tous les revenus exclusivement générés à partir de sources extérieures, sont exonérés de taxes. Le seul revenu qui est imposé, est sur les gains générés à l’intérieur du Panama. Par ailleurs, la TVA (ou ITBMS) est de 7% sur la plupart des produits.
Les revenus provenant des salaires ou de la location ou de la vente d’un bien immobilier au Panama sont imposables, avec un taux maximum de 25%. Enfin, le taux d’imposition des sociétés est de 25%, quel que soit leur résultat.

Passer sa retraite

> Costa Rica

Pour s’installer au Costa Rica et y passer sa retraite, il faut pouvoir justifier de ressources suffisantes, au minimum 1000$/mois. Vous pouvez faire une demande de visa spécial depuis la France, cela vous coûtera moins cher que si vous la formulez depuis le Costa Rica. Une fois la demande approuvée, le résident se doit de vivre au moins un jour par an dans le pays.

> Panama

Les retraités choisissent cette destination, surtout les Américains, proches de leur pays d’origine, pour tous les avantages que le pays leur octroie : 20% de remise sur les soins hospitaliers, sur les médicaments, 25% sur les notes d’électricité et eau, 50% sur les cinémas, théâtres… et aucun impôt sur le revenu ! Il vous faudra faire une demande de visa spécial, (le Panama Pensionado Visa). Pour y avoir droit, il faut percevoir au moins 1000$/mois ou acheter un bien d’au moins 100000$ et percevoir 750$/mois.

Pour aller plus loin

Consultez notre fiche pays Costa Rica et découvrez plus en détail les solutions qui vous correspondent pour préparer au mieux votre expatriation.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE