fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

La Réunion rouvre son tarmac aux Français de Madagascar…au compte-goutte

Suite à la grogne de nombreux Français de Madagascar ne pouvant se rendre à La Réunion, l’ambassade de France dans la Grande Ile a annoncé la mise en place d’un vol reliant la capitale malgache au département français d’outre-mer, le 14 août.

Leslie Fauvel

Publié

le

> Des Français soulagés ?

Un vol ATR de la compagnie malgache Tsaradia (filiale d’Air Madagascar) permettra donc à quelque 70 Français de rejoindre Saint-Denis de La Réunion le 14 août, moyennant la présentation à l’embarquement d’un test PCR négatif réalisé moins de 72 heures avant.

Par ailleurs, l’ambassade, toujours en collaboration avec Tsaradia ainsi qu’avec les agences de voyages MDA (Madagascar Discovery Agency) et Aventour Madagascar, organise des vols de retour depuis Diego Suarez et Toamasina (Tamatave) vers Antananarivo le dimanche 23 août afin que les passagers puissent ensuite prendre le vol Air France hebdomadaire pour Paris. L’aller pour Paris depuis Toamasina coûtera à chaque passager 1175 euros, tandis que celui depuis Diego Suarez montera à 1367 euros.

La suspension le 13 juillet des vols à destination de La Réunion avait provoqué un tollé auprès des Français de Madagascar. Jean-Daniel Chaoui, président de l’association Français du Monde (FDM) Madagascar et conseiller consulaire, avait saisi à ce sujet l’ambassade de France ainsi que plusieurs parlementaires des Français de l’étranger, jugeant cet empêchement d’autant plus absurde qu’“aujourd’hui, les Français en provenance de Madagascar peuvent se rendre à Paris avec la seule obligation d’effectuer un test à l’arrivée sans plus de protocole sanitaire. Ils peuvent d’ailleurs ensuite prendre un avion pour la Réunion sans difficulté”. Le sénateur Richard Yung avait demandé des explications au préfet de La Réunion tandis que le sénateur Jean-Yves Leconte avait pour sa part alerté le Premier ministre Jean Castex, jugeant “brutale” l’exigence pour les ressortissants français de présenter un test PCR négatif à l’embarquement.

> Des questions en suspens

Pourtant, malgré la mise en place de ce vol reliant Antananarivo à Saint-Denis, plusieurs points demeurent encore flous. Jean-Daniel Chaoui interroge ainsi Christophe Bouchard, l’ambassadeur de France à Madagascar, dans un nouveau courrier en date du 5 août: “Je me félicite de l’épilogue concernant l’ouverture prochaine d’un vol vers La Réunion. Je regrette cependant que les élus ne soient pas tenus informés autrement que par le site de l’ambassade (…) De ce fait, plusieurs questions se posent aujourd’hui: ce vol pour La Réunion sera-t-il suivi d’autres vols? Quid des populations en attente en province? Où peut-on faire un test PCR de moins de 72h?

Réponse de l’ambassade: “nous continuons à travailler aux moyens concrets de reprendre des vols vers la Réunion dans les prochaines semaines, ce qui requiert un travail complexe et sérieux avec l’ensemble des parties concernées (…) D’autres vols intérieurs spéciaux sont également en cours de préparation pour les semaines à venir pour les ressortissants présents en province et souhaitant rentrer en métropole”.

Le vol de moins de cent passagers prévu le 14 août depuis Antananarivo est loin de remplir les attentes des Français de la Grande Ile. Un collectif de Français désireux de se rendre à La Réunion s’est créé fin juillet et comptabilisait en quelques jours une liste de près de 500 personnes. Un ressortissant Français de Majunga déplorait le 8 août sur les réseaux sociaux: “nous attendons des vols de rapatriement depuis très longtemps, nous sommes 300 ou 400 ressortissants sur l’île à vouloir rejoindre la Réunion pour des raisons vitales. Pourquoi les français venant de Mayotte et de France ont plus de liberté de circulation? Nous sommes prêts depuis longtemps à appliquer les même précautions qu’eux, mais que se passe-t-il?

Outre l’organisation de vols entre la Grande Ile et le département français de l’océan Indien, la principale difficulté pour les Français de Madagascar réside dans la quasi impossibilité de réaliser des tests PCR en moins de 72 heures, y compris dans la capitale où les délais d’attente des résultats grimpent parfois jusqu’à plusieurs semaines. Pour Jean-Daniel Chaoui, la situation est loin d’être réglée: “ce test n’est disponible qu’à Antananarivo. De ce fait, les français résidant dans les autres villes comme Nosy Be, Diégo Suarez, Tamatave, Sainte-Marie, Tuléar, Majunga…. sont bloqués car ils n’ont pas la possibilité de faire des tests PCR dans leur localité. Donc aucun vol ne peut plus être organisé au départ d’une ville de province avec escale à Antananarivo et poursuite sur La Réunion comme auparavant. L’ambassade devrait d’abord rapatrier les personnes sur Antananarivo pour qu’elles fassent un test PCR afin qu’elles puissent ensuite embarquer sur un vol pour La Réunion. Une vraie “usine à gaz” qui va énormément compliquer ces départs“.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR