fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde: gros plan sur les zones de vigilance du 7 au 12 octobre

Français à l’étranger couvre chaque semaine, en partenariat avec International SOS, plusieurs événements à travers le monde nécessitant une vigilance accrue.

Didier Bras

Publié

le

Sécurité dans le monde: gros plan sur les zones de vigilance du 7 au 12 octobre

Afrique

> Côte d’Ivoire

Jours à venir. À l’approche des élections présidentielles du 31 octobre, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), représenté par l’ancien président Henri Konan Bédié (en poste de 1993 à 1999), continue d’appeler à la « désobéissance civile » lors de marches pacifiques dans le pays. Le PDCI encourage également une mobilisation massive de ses militants le 10 octobre, ce qui pourrait donner lieu à d’importantes manifestations, notamment dans la capitale économique Abidjan.

> Guinée

Jours à venir. Chez le voisin du nord-ouest de la Côte d’Ivoire, la présidentielle du 18 octobre est aussi source de tensions, d’autant que la fermeture des frontières du pays a été décrétée sans aucune explication le 4 octobre dernier. Cette décision pourrait empêcher la venue d’observateurs internationaux délégués au bon déroulement des votes, et rendre impossible la participation à ce scrutin de milliers de Guinées vivant en Guinée-Bissau voisine. Plusieurs ONG, dont Amnesty International et Human Rights Watch, interpellent la communauté internationale sur le climat délétère autour de cette élection, à l’image des affrontements récents qui ont conduit les forces de sécurité à ouvrir le feu contre des militants politiques rivaux dans les régions de Mamou (à 250 km au nord-est de Conakry) et Faranah (plus à l’est, sur les rives du fleuve Niger). 

> Mali

Jours à venir. La junte militaire qui a perpétré le coup d’État du 18 août a accédé aux exigences de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à propos des prérogatives du colonel Assimi Goïta, nouveau vice-président du gouvernement de transition, initialement appelé à remplacer le président Bah Ndaw en cas de force majeure. Mais sous le poids de l’embargo économique et de la pression de la Cédéao, la charte qui pose le cadre de cette transition politique mentionne dans sa publication du 1er octobre que « le vice-président est en charge des questions de défense et de sécurité », sans évoquer cette possibilité de remplacement. Les attentes de la Cédéao à l’endroit du nouveau pouvoir malien ayant été satisfaites, les sanctions économiques contre Bamako pourraient être prochainement levées.

> Soudan

Jours à venir. Les rassemblements antigouvernementaux prévus jusqu’au 9 octobre à Port-Soudan (sur les rives de la mer Rouge, à l’est du pays) risquent d’entraîner d’autres manifestations de ce type dans le pays. En cause notamment, la pénurie de produits tels que la farine et le carburant sur fond d’état d’urgence économique, avec une dépréciation de la livre soudanaise et une inflation annuelle qui frôle les 150%.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Irak

Jours à venir. La tension sécuritaire ne faiblit pas, avec de nouveaux tirs de roquette tombés sur la capitale Bagdad et dans le Kurdistan irakien (au nord du pays, région frontalière avec l’Iran à l’est, la Turquie au nord et la Syrie à l’ouest). Le 1er octobre, plusieurs roquettes ont ainsi frappé le village de Gazna, à une dizaine de kilomètres au nord de l’aéroport d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, et à proximité d’une base de la coalition. L’incapacité du pouvoir irakien à protéger les bâtiments diplomatiques et militaires américains avaient conduit Washington à menacer de fermer son ambassade à Bagdad et de retirer ses 3 000 soldats du pays, ce qui pourrait aussi avoir pour effet d’accentuer la fréquence de ces tirs contre la présence américaine en Irak.

> Région

Jours à venir. La fête religieuse de l’Arbaïn des 7 et 8 octobre conduit des dizaines de milliers de pèlerins chiites à rallier la ville irakienne de Kerbala, avec un contexte sécuritaire très renforcé dans les lieux saints et les axes stratégiques du pays compte tenu des risques d’attentat émanant de groupes jihadistes, notamment de l’organisation État islamique. Cette fête importante pour l’islam chiite (qui marque, après quarante jours, la fin du deuil de l’assassinat dans cette même ville de Kerbala de l’imam Hussein ben Ali, petit-fils du prophète Mahomet) devrait aussi donner lieu à d’importants rassemblements en Iran, haut lieu du chiisme, à Bahreïn, au Liban, en Afghanistan ou encore en Arabie saoudite.

Amériques

> Région

Jours à venir. La tempête tropicale Gamma qui s’abat sur le golfe du Mexique a touché plusieurs États du Sud-Est mexicain et devrait poursuivre sa route en provoquant de fortes pluies plus au sud, en direction du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua et du Salvador. Sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, ce sont les feux de forêt qui continuent, et ce pour au moins plusieurs semaines encore. Quelque 250.000 personnes ont ainsi été évacuées en Californie. Dans l’Oregon, où les sols sont fragilisés et soumis à des risques de glissements de terrain, les autorités locales évoquent même une durée de plusieurs mois avant de pouvoir venir complètement à bout de ces incendies.

Asie-Pacifique

> Corée du Sud

Jours à venir. Des manifestations antigouvernementales sont attendues les 9 et 10 octobre à l’initiative de plusieurs groupuscules conservateurs. Malgré les directives sanitaires qui interdisent les rassemblements de plus de dix personnes en raison de la lutte contre la pandémie, au moins 4.000 personnes, selon les organisateurs, devraient participer à la manifestation du 9 octobre.

> Indonésie

Jours à venir. La révision du code du travail, que le Parlement indonésien doit entériner le 8 octobre, est à l’origine du mouvement de grève nationale lancé par plus d’une dizaine de syndicats. Dans ce cadre, de nombreux rassemblements étaient attendus entre le 6 et le 8 octobre dans la capitale Jakarta, avec des risques de heurts avec les forces de l’ordre, particulièrement aux abords des bâtiments officiels.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Arménie/Azerbaïdjan

Jours à venir. La situation dans le Haut-Karabakh ne cesse d’empirer depuis le début des hostilités, le 27 septembre dernier, entre l’armée azerbaïdjanaise et les forces séparatistes arméniennes. Alors que le bilan humain s’alourdit de jour en jour, la ville de Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, fait l’objet de bombardements constants. De nombreux tirs d’artillerie frappent également la deuxième ville d’Azerbaïdjan, Gandja, ainsi que celles de Terter et Beylagan. Par ailleurs, plusieurs villages iraniens ont été touchés par des tirs de mortier le long de la frontière entre les deux pays, ce qui a conduit Téhéran à mettre en garde contre toute intrusion à l’intérieur de son territoire. Ce risque d’une internalisation du conflit du Haut-Karabakh a également été accentué avec la suspicion d’envois de combattants syriens aux côtés des forces  azerbaïdjanaises à l’initiative de la Turquie. Alors qu’un hypothétique cessez-le-feu a été conditionné par le président azerbaïdjanais à un retrait des forces arméniennes, les prochains jours devraient confirmer la poursuite des combats entre les belligérants.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR