fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 17 au 22 février

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 17 au 22 février

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 17 au 22 février

Afrique

>Éthiopie

Jours à venir. La région d’Oromia, la plus peuplée et la plus étendue du pays, est à nouveau sous tension avec des manifestations d’opposition au Premier ministre Abiy Ahmed, particulièrement dans les localités de Yabelo, Nekemte, Waliso, Asebot, Shashamene, Gimbi et Gedo. En cause, la demande de libération de militants politiques de cette communauté oromo, emprisonnés depuis juillet 2020 et accusés par le pouvoir central de terrorisme et d’incitation à la haine. Avec les législatives de juin 2021 en ligne de mire, ces derniers événements augurent un possible regain des tensions communautaires dans le pays.

>Sénégal

Jours à venir. Ousmane Sonko, président du parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) et figure importante de l’opposition sénégalaise, fait l’objet d’une accusation de viol qui pourrait lui faire perdre son immunité parlementaire. Le jeune leader politique (46 ans) – arrivé en troisième position lors de la dernière présidentielle de 2019 – dénonce « une machination politique ». Ses partisans lui témoignent leur soutien en manifestant depuis le 2 février à Dakar, défiant ainsi le pouvoir du président Macky Sall à l’approche des élections locales de mars prochain.

>Tchad

Jours à venir. Les regards étant tournés vers le sommet de N’Djaména des 15 et 16 février entre le G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) et la France (via la visioconférence) l’opposition tchadienne a profité de l’événement pour faire entendre sa voix. Son objectif demeure inchangé, empêcher le président Idriss Déby de briguer un sixième mandat lors des élections du 11 avril prochain.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

>Bahreïn

Jours à venir. En février 2011, après la Tunisie, la Jordanie, l’Égypte et le Yémen, Bahreïn connaissait à son tour le soulèvement populaire du Printemps arabe, alors durement réprimé par les autorités de cette monarchie constitutionnelle. À l’occasion du dixième anniversaire de cet événement, des manifestations sporadiques ont eu lieu dans la capitale Manama. L’important déploiement sécuritaire et les restrictions inhérentes à la crise sanitaires ont néanmoins limité l’impact de ces rassemblements.

>Turquie/Irak

Jours à venir. Une nouvelle opération militaire a été menée par la Turquie le 10 février dernier contre les forces du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) près de la ville de Duhok, dans le nord de l’Irak. Quatre jours plus tard, Ankara accusait le PKK d’avoir tué 13 ressortissants turcs en représailles, essentiellement des militaires et policiers qui étaient détenus par le mouvement kurde. La Turquie en a également profité pour pointer du doigt les autorités irakiennes, incriminées pour leur manque de fermeté supposé envers la rébellion kurde sur ce territoire du nord de l’Irak. En interne, Ankara doit aussi faire face au mouvement de contestation étudiant, auquel est en passe de s’agréger le Parti démocratique des peuples (HDP) pro-kurde, accusé par le président Erdoğan de soutenir le PKK.

Amériques

>Chili

Jours à venir. La contestation sociale ne faiblit pas au Chili, exacerbée par l’assassinat d’un d’un artiste de rue, tué par un policier par balles le 5 février à Panguipulli (région des Fleuves, au centre du pays). Cette instabilité prévaut dans le pays depuis les manifestations d’ampleur qui ont débuté en octobre 2019.

>Equateur

Jours à venir. Des rassemblements sont attendus dans la capitale Quito et dans les villes de Cuenca, Guayaquil et Manta avant le deuxième tour des élections générales du 11 avril. Le recomptage des résultats du premier tour de ce scrutin est actuellement en cours.

Asie-Pacifique

>Inde

Jours à venir. La Commission électorale doit publier mi-février les dates exactes des législatives prévues en avril et mai prochains dans les États d’Assam (extrémité est du pays), du Kerala (pointe sud-ouest), du Tamil Nadu (sud-est), du Bengale-Occidental (est, entre l’Himalaya et le golfe du Bengale) et sur le territoire de Pondichéry (sud-est). La proximité de ces scrutins est de nature à attiser les tensions politiques et sociales, marquées notamment par le mouvement de révolte paysanne contre la libéralisation du marché des produits agricoles.

>Pakistan

Jours à venir. Le Premier ministre Imran Khan est toujours dans le viseur du Mouvement démocratique pakistanais (PDM), coalition d’une dizaine de partis politiques qui l’accuse de corruption et exige des élections anticipées dès cette année. Le mouvement a annoncé l’organisation de plusieurs rassemblements de contestation le 23 février à Sargodha (province du Pendjab, à l’est du Pakistan, frontalière avec l’Inde qui recouvre environ 40% de cette région), et le 27 février à Pishin et Khuzdar (province du Balouchistan, au sud-ouest, frontalière avec l’Afghanistan et l’Iran).

>Région

Jours à venir. Le mouvement de protestation contre la prise du pouvoir par les militaires en Birmanie (Myanmar) gagne en intensité, notamment à Yangon (anciennement Rangoun), Mandalay et dans la capitale Naypyidaw malgré la répression accrue de la junte qui a décrété la loi martiale avec un couvre-feu entre 20h et 4h applicable dans la plupart des villes du pays. Au-delà, un mouvement de solidarité s’exprime en dehors des frontières birmanes, notamment en Thaïlande voisine (à Bangkok), mais également au Japon (à Tokyo) et jusqu’en Australie (à Perth et Canberra).

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

>Espagne

Jours à venir. Les élections régionales du 14 février au sein de la communauté autonome de Catalogne ont rendu leur verdict. Les trois partis indépendantistes (ERC, JxC et CUP)
ont renforcé leur majorité absolue, un peu plus de trois ans après l’organisation avortée du référendum d’autodétermination d’octobre 2017. Ce plébiscite en faveur des listes indépendantistes se traduit par l’obtention de 74 sièges en leur faveur sur les 135 que compte le Parlement régional, soit une progression de trois sièges par rapport au précédent scrutin de 2017.

>Ukraine

Jours à venir. En novembre 2013, le pouvoir ukrainien alors dirigé par le pro-russe Viktor Ianoukovytch refusait un rapprochement avec l’Union européenne, privilégiant un accord avec la Russie. Cette décision allait donner naissance au mouvement Euromaïdan. S’ensuivit une vague de manifestations sévèrement réprimées et dont le point d’orgue allait donner lieu à la révolution de Février (ou révolution de Maïdan), provoquant le départ de Viktor Ianoukovytch, la libération de l’ancienne Première ministre (de 2007 à 2010) Ioulia Tymochenko, et l’instauration d’un nouveau gouvernement pro-européen. Comme tous les ans, cette date anniversaire est aussi l’occasion d’un certain nombre de rassemblements dans le pays, portés par des revendications politiques et socio-économiques.

 

 

 

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 17 au 22 février -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR