fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 10 au 15 mars

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 10 au 15 mars

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 10 au 15 mars

Afrique

>Éthiopie

Le parti du Congrès fédéraliste Oromo (OFC) a décidé de boycotter les élections générales prévues le 5 juin prochain, toujours vent debout contre le maintien en détention de ses leaders, dont Jawar Mohammed et Bekele Gerba, emprisonnés depuis l’été dernier au motif de «terrorisme et incitation à la haine». Les militants de l’ OFC exigent par ailleurs la réouverture de leurs bureaux dans cette région d’Oromia. Ce nouveau bras-de-fer avec le gouvernement fédéral dirigé par Abiy Ahmed pourrait engendrer une escalade des tensions dans cette zone, dans la continuité des épisodes de violences récents.

>République Centrafricaine

Après la validation de la réélection du président Faustin-Archange Touadéra le 18 janvier, le second tour des législatives du 14 mars risque de susciter de nouveaux affrontements dans la capitale Bangui, notamment entre les milices Sharks (soutenues par le gouvernement) et les rebelles de la Coalition des patriotes du changement (CPC). Cent dix-huit sièges seront à pourvoir dans le cadre de ce scrutin d’ores et déjà rejeté par l’opposition.

>Sénégal

L’opposant Ousmane Sonko a été libéré sous caution le 8 mars. La levée de son immunité parlementaire le 26 février, puis son arrestation le 3 mars au titre d’une accusation pour viol avait provoqué une vague de violences dans de nombreuses villes sénégalaises, accompagnées de pillages et incendies, notamment contre des enseignes européennes à Dakar et Saint-Louis. Au moins cinq personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements avec les forces de l’ordre, le pays étant pourtant considéré comme un pôle de stabilité en Afrique de l’Ouest. Malgré cette libération conditionnelle d’Ousmane Sonko, la coalition d’opposition du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) devrait néanmoins maintenir la pression envers le gouvernement du président Macky Sall (le poste de Premier ministre a été supprimé au Sénégal en mai 2019).

>Tchad

La tentative d’arrestation de Yaya Dillo Djerou – candidat d’opposition à la présidentielle du 11 avril – et l’attaque de son domicile par une unité de la garde présidentielle le 28 février viennent ajouter au trouble entourant ce scrutin que plusieurs partis ont décidé de boycotter. Accusé d’intimider ses concurrents par la force en perspective de cette élection, le président Idriss Déby, en place depuis 1991, briguera pour l’occasion un sixième mandat.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

>Algérie

Les marches hebdomadaires ont repris dans les principales villes d’Algérie (dont Alger, Béjaïa, Bouira, Oran, Tizi Ouzou, etc.) depuis le 22 février, en écho au deuxième anniversaire du mouvement de contestation populaire du Hirak qui avait conduit à la chute d’Abdelaziz Bouteflika (au pouvoir de 1999 à 2019). En dépit de l’annonce, le 18 février dernier, par le Président Abdelmadjid Tebboun de la libération de manifestants emprisonnés et de la dissolution du Parlement, le mouvement reste très déterminé, continuant de vilipender la corruption qui a cours dans le pays et la place de l’armée au cœur du pouvoir.

>Liban

La forte dévaluation de la livre libanaise qui n’en finit pas de se déprécier a relancé une nouvelle vague de manifestations depuis le 2 mars, avec des axes routiers bloqués à Beyrouth. Des affrontements violents ont également été constatés le 5 mars entre manifestants et partisans présumés du mouvement chiite Hezbollah dans la ville balnéaire de Jiyeh, à 23 km au sud de Beyrouth. Les restrictions liées la pandémie et cette situation socio-économique aux conséquences délétères maintiennent le pays du Cèdre sous tension constante.

Amériques

>États-Unis

D’importants dispositifs de sécurité sont déployés dans le Minnesota à Saint-Paul et Minneapolis, la ville où s’est ouvert le 8 mars le procès du policier Derek Chauvin, responsable de la mort de l’Afro-Américain George Floyd le 25 mai 2020. Le policier comparaît libre dans le cadre de ce procès qui devrait se dérouler sur plusieurs semaines. En marge de celui-ci, le mouvement Black Lives Matter a appelé à manifester pacifiquement pour rendre justice à Georges Floyd dont la mort avait provoqué un important mouvement de protestation contre le racisme et les brutalités policières.

>Paraguay

Une vingtaine de personnes ont été blessées le 5 mars dans la capitale Asuncion lors de rassemblements populaires. En cause, la dénonciation du gouvernement de Mario Abdo Benítez, accusé de corruption, et sa gestion critiquée de la crise sanitaire.

Asie-Pacifique

>Bangladesh

La loi sur la sécurité numérique adoptée en 2018 est toujours contestée, notamment dans la capitale Dacca. Les manifestations sont aussi devenues quotidiennes depuis le 26 février, en réaction à la mort de l’écrivain Mushtaq Ahmed lors d’une garde a vue. Celui-ci avait été arrêté après avoir critiqué, via les réseaux sociaux, la gestion de la pandémie par le pouvoir bangladais.

>Birmanie (Myanmar)

La répression ne cesse de s’intensifier depuis le coup d’État militaire du 1er février. Plus de cinquante personnes ont perdu la vie lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont recours aux tirs à balles réelles, et parfois face à des groupes favorables au pouvoir militaire. La police birmane procède également à des arrestations préventives contre des manifestants identifiés, notamment dans les quartiers résidentiels de Yangon, Mandalay et Naypydaw. Le procès de d’Aung San Suu Kyi, attendu le 15 mars, laisse augurer une exacerbation des tensions de part et d’autre.

>Thaïlande

Le rôle de la monarchie est toujours remis en cause par de nombreux manifestants qui se sont à nouveau rassemblés le 6 mars à Bangkok avec les même revendications : le départ du Premier ministre Prayut Chan-o-cha, leur opposition à la loi de lèse-majesté et la libération des militants pro-démocratie détenus.

>Papouasie-Nouvelle-Guinée

Après le décès de l’ancien Premier ministre Michael Somare le 26 février dernier, les autorités ont décrété deux semaines de deuil national. Néanmoins, les rassemblements de commémoration en mémoire de l’homme qui avait conduit le pays à l’indépendance en 1975 ont donné lieu à des pillages et à des émeutes sur fond de rivalités entre groupes ethniques dans la capitale Port Moresby. Des actes de pillages ont également été constatés à Lae, la deuxième ville du pays.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

>Arménie

Le gouvernement de Nikol Pachinian et l’opposition poursuivent les pourparlers à propos de possibles élections anticipées, option qui permettrait de sortir de la crise politique issue de l’accord de paix signé en novembre 2020 avec l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabagh. Si la menace d’un Coup d’État ne semble plus guère plausible, plusieurs hauts dirigeants de l’armée ont cependant publié le 25 février une déclaration demandant au Premier ministre de quitter le pouvoir. Dans ce contexte d’incertitude politique, des manifestations globalement pacifiques continuent de rassembler soutiens et opposants à Nikol Pachinian dans la capitale Erevan.

 

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 10 au 15 mars -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR