fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 24 au 29 mars

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 24 au 29 mars

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 24 au 29 mars

Afrique

>Guinée-Bissau

La répression fait rage dans ce petit pays situé au sud du Sénégal et dirigé par le président autoproclamé Umaro Sissoco Embaló (après une victoire sujette à caution, son investiture, le 27 février 2020, avait été contestée par la majorité des membres du Parlement). Marciano Indi, député proche de Domingos Simões Pereira (ancien président et rival de M. Embaló lors de cette dernière présidentielle) indique avoir été victime d’une tentative d’enlèvement peu après son retour d’exil le 12 mars dernier, et des violences envers des journalistes sont dénoncées par plusieurs groupes de la société civile.

>Mali/Niger/Burkina Faso

Plusieurs attaques attribuées à des groupes djihadistes ont eu lieu ces derniers jours dans la zone frontalière entre ces trois pays. Au moins 40 civils ont perdu la vie le 21 mars lors de plusieurs attaques contre des villages la région de Tahoua au Niger. Auparavant, des offensives simultanées avaient fait 58 victimes dans la région de Tillabéri (toujours au Niger, à la frontière avec le Burkina Faso), tandis que 33 soldats étaient tués lors d’une embuscade dans la région de Gao au Mali.

>Niger

Dans la continuité des résultats annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), la Cour constitutionnelle vient d’officialiser la victoire de Mohamed  Bazoum au second tour de la présidentielle du 21 février 2021. L’investiture du nouveau président est attendue le 2 avril prochain.

>République du Congo

Guy-Brice Parfait Kolélas, principal rival du président Denis Sassou Nguesso (en poste depuis 1997 mais qui cumule trente-cinq ans de pouvoir au titre de ses mandats antérieurs), est décédé du Covid quelques heures après la clôture du scrutin présidentiel du 21 mars. Si les résultats provisoires devraient être connus au cours de cette semaine, les premiers dépouillements ont été retardés dans plusieurs bureaux de vote en raison notamment des coupures d’Internet constatées le jour du vote. Aucun incident majeur n’a cependant été relevé autour de cette consultation électorale qui devrait probablement reconduire le président en exercice pour un nouveau mandat dès l’issue du premier tour.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

>Arabie Saoudite

Des drones ont été lancés contre une raffinerie de pétrole de la capitale Riyad le 19 mars, provoquant un incendie qui n’a pas fait de victime. Cet événement est à rapprocher avec la recrudescence des attaques transfrontalières menées depuis le mois de janvier par les rebelles houtis basés au Yémen, notamment en réponse au soutien des autorités saoudiennes à l’endroit du président yéménite Abdrabbo Mansour Hadi. Parallèlement, la reprise des hostilités entre les forces loyalistes et le mouvement houti dans la ville yéménite de Marib depuis le 8 mars est venu exacerber les tensions. Le cessez-le-feu proposé aux rebelles par l’Arabie Saoudite le 22 mars a été rejeté par le mouvement houti.

>Israël

Les électeurs ont encore rendez-vous aux urnes le 23 mars pour un scrutin législatif anticipé à la suite de la dissolution de la Knesset le 23 décembre, le Parlement n’étant pas parvenu à un accord sur le budget de l’État. Il s’agira du quatrième scrutin législatif en deux ans, nouvel épisode d’une crise politique illustrée notamment par les tensions latentes entre Benyamin Netanyahou et son principal rival Benny Gantz. Le 20 mars, des milliers de manifestants se sont rassemblés devant la résidence du chef du gouvernement à Jérusalem pour demander sa démission en raison des accusations de corruption dont il fait l’objet.

Amériques

>Bolivie

L’arrestation de Jeanine Aňez (ancienne présidente par intérim de novembre 2019 à novembre 2020) pour «sédition», «terrorisme» et «conspiration» a conduit des dizaines de milliers de personnes dans les rues des principales villes du pays (La Paz, Santa Cruz, Cochabamba, Sucre et Trinidad), pour protester contre son arrestation, celles de plusieurs de ses ministres et contre le Mouvement vers le socialisme (MAS) d’Evo Morales, à la tête de l’État bolivien entre 2006 et 2019. Jeanine Aňez est accusée d’avoir participé à l’éviction de son prédécesseur, poussé à la démission et à l’exil en Argentine après une élection contestée.

Asie-Pacifique

>Australie

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur le  littoral de la Nouvelle-Galles du Sud (sud-est du pays) provoquent des  inondations telles que l’Australie n’avaient pas connues depuis plusieurs décennies. Une partie des habitants de la ville de Sydney a reçu des ordres d’évacuation et les crues de ces derniers jours ont fait déborder le barrage de Warragamba qui fournit habituellement une bonne partie de la ville en eau potable. Après les incendies de 2019 qui ont surtout touché cette même région de Nouvelle-Galles du Sud et l’est et le nord-est de l’État de Victoria, l’Australie est de nouveau impactée par un phénomène météorologique de grande ampleur.

>Birmanie (Myanmar)

La répression militaire s’est encore accentuée le 14 mars après que des militants pro-démocratie ont pillé et incendié plusieurs dizaines d’entreprises chinoises du quartier de Hlair Tharyar à Rangoon, en guise de protestation contre le soutien de l’empire du Milieu à la junte. Le pays reste soumis à de fréquentes coupures d’Internet et des liaisons aériennes limitées, alors que le conflit a fait quelque 250 morts depuis le coup d’État du 1er février. Au regard de cette escalade des tensions, de prochains déplacements de population vers les pays frontaliers, dont la Thaïlande, ne sont pas à exclure.

>Inde

Le mouvement initié par les paysans indiens contre les nouvelles lois agraires, qui s’est notamment traduit par quatre mois de blocage partiel de la capitale New Delhi, est en passe de s’étendre à d’autres organisations (ouvriers, étudiants, mouvements féministes…) qui ont appelé à une grève générale à compter du 26 mars. Plusieurs marches conjointes devraient également se fédérer autour d’une arrivée dans la capitale fédérale le 23 mars pour un hommage au révolutionnaire et martyr de la cause indépendantiste Bhagat Singh (1907-1931).

>Thaïlande

Le nouveau rassemblement du 21 mars contre le gouvernement de l’ancien chef de l’armée Chan-o-cha, accusé d’étendre le pouvoir monarchique, a été accompagné de heurts qui ont fait une trentaine de blessés chez les civils et les forces de l’ordre.

Europe

>France

Les rassemblements du 20 mars contre la proposition de loi controversée sur la «sécurité globale», adoptée deux jours auparavant par le Sénat, n’ont été émaillé d’aucun incident notable. Ces manifestations de Paris, Lille, Lyon Rennes et Toulouse préfigurent néanmoins d’autres rassemblement à venir, en particulier contre l’article 24 qui stipule de possibles sanctions pénales en cas de partage d’images de policiers.

>Royaume-Uni

L’adoption par la Chambre des communes, le 15 mars, du projet de loi renforçant les pouvoirs de la police est à l’origine des manifestations quotidiennes qui ont eu lieu à Londres, Manchester, Brighton, Cambridge et Bristol. Celles-ci surviennent quelques jours après le kidnapping et l’assassinat d’une femme tuée par un policier le 13 mars. Globalement pacifiques, ces rassemblements ont néanmoins fait deux blessés le 21 mars à Bristol.

Lire la suite
Publicité
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 24 au 29 mars -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR