fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 5 au 10 mai

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 5 au 10 mai.

Publié

le

Sécurité dans le monde

Afrique

> Burkina Faso

Trois ressortissants étrangers – deux journalistes espagnols et un irlandais – ont été assassinés le 26 avril dernier après leur enlèvement alors qu’ils suivaient une patrouille anti-braconnage dans la province de Gourma, à l’est du pays. Un militaire burkinabé est aussi porté disparu suite à cette embuscade. Si la nature terroriste de ces crimes ne fait guère de doute, la présence des groupes islamistes affiliés à Al Qaïda ou au groupe État islamique était initialement circonscrite au nord du Burkina Faso. Mais la menace s’est ensuite étendue aux provinces de l’est, depuis août 2018, et du centre du pays depuis début 2019 comme en témoignent les fréquentes offensives menées dans ces zones.

> Mozambique

Jusqu’alors concentrée dans la province de Cabo Delgado (nord-est) où sévit le groupe djihadiste Ansar al-Sunna, la criminalité tend à gagner du terrain sur l’ensemble du territoire mozambicain. Des enlèvements contre rançon ont ainsi été perpétrés récemment à Chimoio (province de Manica, à l’est du pays), Quelimane (province de Zambézie, à l’est également) et dans la capitale Maputo, à l’extrême sud-est du Mozambique. Si les entrepreneurs locaux sont essentiellement visés par ces forfaits, les ressortissants étrangers représentent aussi une cible potentielle. Ce climat d’insécurité est renforcé par les carences en moyens de sécurité – bon nombre étant déployés pour tenter de juguler l’insurrection islamiste du Cabo Delgado – mais aussi par la prolifération des armes à feu sur le territoire et la dégradation des conditions de vie de la population.

> Somalie

La tension politique est en voie d’apaisement depuis que le Parlement a annulé à l’unanimité la prolongation de deux ans du mandat du président Mohamed Farmajo, que cette chambre avait pourtant approuvée le mois dernier. Entre-temps, les combats qui ont opposé plusieurs groupes armés contestant cette décision de prorogation du mandat présidentiel ont fait craindre aux autorités somaliennes que le groupe terroriste Al Shabaab ne profite de ce nouveau chaos pour étendre son emprise sur le territoire somalien. Cette période d’accalmie devrait également permettre la reprise des négociations dans le cadre de l’accord électoral de septembre 2020, en vue de la mise en place d’élections législatives et d’un futur scrutin présidentiel.

> Tchad

Un gouvernement de transition a été nommé le 2 mai par la junte militaire qui tient les rênes du pouvoir depuis la mort du président Idriss Déby Itno le 20 avril dernier. Le Conseil militaire de transition (CMT) présidé par Mahamat Idriss Déby, fils du président défunt, s’est par ailleurs engagé à organiser des élections dans une échéance de dix-huit mois. Pour autant, l’opposition continue de contester ce pouvoir militaire et réclame le retour à un régime civil, contestant par ailleurs la présence française dans le pays. Des rassemblements spontanés en lien avec ces revendications ont été relevés dans la capitale N’Djaména et dans la deuxième ville du pays, Moundou, ainsi qu’à Abéché, Sarh et Doba. La répression de ces manifestations s’est soldée par la mort de cinq personnes. Pour sa part, le groupe rebelle du Fact (Front pour l’alternance et la concorde au Tchad) reste en repli dans ses zones traditionnelles, dont la région du Tibesti, tandis que des opérations militaires se poursuivent à leur encontre dans le nord du pays.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Irak

La pénurie de biens essentiels continue d’alimenter le mécontentement à Bagdad et dans les gouvernorats du sud du pays. Celle-ci risque d’être accentuée par la hausse des températures saisonnières et les capacités limitées des infrastructures publiques qui se traduisent notamment par des coupures d’électricité. L’Irak entre en effet dans sa saison chaude et sèche (qui court de mai à octobre) avec des températures qui peuvent atteindre les 50°C. Cette période  coïncide depuis plusieurs années avec une hausse des manifestations contre ces défaillances de l’État. Par ailleurs, la colère populaire a aussi été attisée récemment par l’incendie qui a fait rage les 24 et 25 avril derniers dans un hôpital de Bagdad, avec un lourd bilan d’au moins 82 morts et 110 blessés.

> Israël/Palestine

Les élections législatives palestiniennes prévues le 22 mai ont été repoussées sine die par le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas le 27 avril dernier, justifiant cette décision par le fait que le scrutin ne serait pas garanti par les autorités israéliennes dans la partie orientale de Jérusalem. Dans un climat sensible depuis la pose de barricades, finalement retirées, à la porte de Damas par les autorités israéliennes à Jérusalem – qui souhaitaient restreindre les rassemblements dans la vieille ville pendant le Ramadan –, le report de ces élections, les premières depuis quinze ans, risque de générer de nouvelles tensions dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

> Turquie

Plus de deux cents personnes ont été arrêtées lors des manifestations du 1er-Mai, notamment à Ankara, Istanbul et Izmir. Ces interpellations sont intervenues alors que la Turquie renouait depuis le 26 avril avec de nouvelles mesures de restrictions pour tenter d’endiguer une résurgence importante de la pandémie de Covid-19. L’occasion également pour ses pourfendeurs de remettre en cause la gestion sanitaire controversée de la crise par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Amériques

> Colombie

Les manifestations du 28 avril à Bogotá, Medellin et Cali, où des heurts très violents avec les forces de l’ordre ont causé la mort d’au moins six personnes, ont eu raison du très contesté projet de réforme fiscale. Le président Iván Duque a ainsi annoncé son retrait le 2 mai.

> États-Unis

En dépit de la reconnaissance de culpabilité du policier Derek Chauvin dans le meurtre de George Floyd  le 25 mai 2020 à Minneapolis, les manifestations en lien avec le mouvement Black Lives Matter («La vie des Noirs compte») se poursuivent. Celles-ci ont été réactivées par les récentes interventions armées de la police les États de l’Illinois, du Minnesota et de Caroline du Nord où des rassemblements ont lieu en réaction à la mort d’Andrew Brown le 21 avril dans la ville d’Elizabeth Ciry.

Asie-Pacifique

> Inde

Si l’actualité politique a révélé le 2 mai l’ample victoire du All India Trinamool Congress (TMC) face au Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi dans le cadre des élections régionales au Bengale-occidental, c’est bien la situation sanitaire qui suscite la plus grande attention, en interne comme à l’extérieur du pays. L’explosion des contaminations au Covid-19 ainsi que les pénuries en termes d’infrastructures médicales continuent de faire peser un risque important aux citoyens indiens comme aux ressortissants étrangers, y compris au plan sécuritaire, même si les incidents liés à l’accès aux fournitures médicales restent pour l’heure restés localisés. Autre conséquence de cette flambée des infections, les restrictions sanitaires se traduisent par une limitation accrue, sur court préavis, des déplacements à l’intérieur du pays, comme en provenance et à destination de l’Inde.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR