fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Coronavirus: quels sont les foyers épidémiques dans le monde

Tous les jeudis, le Journal des Français à l’étranger, en partenariat avec la Caisse des Français de l’Etranger, fait un point sur la pandémie de coronavirus à travers le monde

Publié

le

foyers épidémiques dans le monde, clusters

Le coronavirus aujourd’hui dans le monde :

Environ 154 millions de personnes contaminées

Plus de 3,23 million de décès

Afrique

Malgré l’éclosion de plusieurs foyers épidémiques inquiétants ces derniers mois et la sous estimation reconnue des données liées à la Covid-19 sur le continent africain, cette région du monde paraît continuer de bien résister à la pandémie, du moins en termes de mortalité.

En Afrique du Sud, le taux d’incidence reste bas, bien qu’avec une nouvelle tendance timide à la hausse. La vaccination a pris beaucoup de retard. D’abord à cause de l’efficacité insuffisante sur le variant local des premiers vaccins reçus (AstraZeneca), puis de la suspension de l’utilisation du vaccin américain Johnson & Johnson pour cause de caillots sanguins constatés sur certaines personnes aux États-Unis. Finalement, des doses du vaccin Pfizer sont arrivées dimanche dernier dans le pays et entre-temps, l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson à de nouveau été validée, c’est donc avec les 2 produits venus des USA que la campagne de vaccination a repris. Le Botswana voisin pourrait être le premier pays africain à avoir vacciné l’ensemble de la population adulte. La situation sanitaire reste critique, des mesures ont été prises (couvre-feu, restrictions des déplacements, etc.). Dans d’autres pays de ce secteur : Namibie, Zambie ou Zimbabwe, très peu de cas ont été rapportés ces derniers jours…  Par ailleurs, la Tanzanie, malgré le virage radical sur la question du coronavirus opéré depuis l’arrivée au pouvoir de la nouvelle présidente, ne fournit  toujours pas de chiffres, le “compteur Covid“ reste bloqué sur les quelques 500 cas enregistrés  fin avril 2020.

Plus à l’est, L’île de la Réunion affronte deux épidémies, l’une de dengue et l’autre de Covid-19. Les voyants sont toujours dans le rouge et pourtant la date du 7 mai paraît maintenue  pour la fin des restrictions sanitaires… À Madagascar, depuis l’arrivée du variant sud-africain, les services de santé sont débordés, l’oxygène manque. La crédibilité des chiffres divulgués par les autorités sur la pandémie est largement controversée par la population malgache. Les premiers vaccins sont attendus en fin de semaine sur l’île.

En Angola, le fait que la courbe des contaminations soit plutôt à la hausse n’empêche pas le secteur de l’hôtellerie de développer son offre et d’espérer des visiteurs. Toujours en Angola, la vaccination se déroule de façon bien organisée et semble trouver preneurs  alors que le Congo-Kinshasa (voisin) va redistribuer plus d’un million de doses de vaccins (AstraZeneca) à d’autres pays africains. Ces produits, reçus dans le cadre du programme Covax expirent en juin prochain et ont été mis de coté dans l’attente des conclusions des études concernant les effets secondaires qu’ils produisent sur la coagulation sanguine. Le bruit court que la population congolaise serait extrêmement méfiante vis à vis du vaccin anti Covid-19 et remettrait même parfois en question l’existence de la pandémie. Au Kenya, la vie reprend après un mois de confinement. Les chiffres sont en baisse, la campagne de vaccination suit son cours, mais les livraisons à travers le dispositif Covax ont pris du retard et les autorités sanitaires ont annoncé une augmentation du délai entre la première et deuxième injection du vaccin AstraZeneca. Le Kenya a fermé ses frontières aériennes avec l’Inde depuis le 1er mai. En Egypte, la situation reste tendue dans les hôpitaux et les autorités appellent au renforcement de l’observation des mesures préventives en cette période de ramadan. Un vaccin va être fabriqué localement.

Au Cameroun, alors qu’une deuxième vague est toujours bien présente et les systèmes de santé plutôt encombrés, un débat fait rage sur des soupçons de détournement des fonds consacrés à lutter contre la pandémie. Le Nigéria vient de  fermer ses frontières aux voyageurs en provenance d’Inde, du Brésil et de la Turquie. Le Nigéria a été le pays le plus durement touché par la crise sanitaire en Afrique de l’Ouest et les cas de contaminations étant à la baisse depuis plusieurs mois, les autorités tentent d’éviter de nouvelles difficultés. À part au Bénin et en Mauritanie où les taux d’incidence augmentent légèrement, la situation paraît se stabiliser à l’Ouest du continent.

En Algérie, quelques cas du variant indien ont été détectés, suscitant une vive inquiétude et relançant le débat sur la fermeture des frontières. Un léger rebond des contaminations se fait sentir et les autorités appellent la population à un plus grand respect de gestes barrières. En Tunisie, après une 3e vague relativement sévère, les contaminations sont à la baisse. Depuis le 3 mai, la quarantaine à l’arrivée sur le territoire est prolongée de 5 à 7 jours, mais les voyageurs vaccinés peuvent désormais s’autoconfiner dans leur lieu de résidence au lieu de l’isolement obligatoire dans un hôtel. Couvre-feu et autres mesures restrictives sont toujours en vigueur. Le Maroc aussi a suspendu jusqu’à nouvel ordre ses liaisons aériennes avec l’Inde. La région de Casablanca est toujours la plus touchée par de nouveaux cas déclarés, mais la vaccination avance rapidement et les chiffres s’améliorent.

Amériques

Au Canada, le Québec allège les mesures dans certaines régions devant une diminution des cas de Covid-19. En Ontario, la progression du virus semble avoir atteint un plateau, mais le nombre de patients admis aux soins intensifs continue d’être trop important. Globalement, bien que la vitesse de propagation du coronavirus demeure élevée dans le pays et que la proportion des cas de variants plus contagieux soient toujours préoccupante, les restrictions renforcées commencent à influer sur la situation. Les autorités appellent à un maintien rigoureux des mesures de santé publique jusqu’à une amélioration plus notable. La campagne de vaccination se poursuit.

Aux États-Unis, on observe une baisse relative mais continue du nombre quotidien de contaminations et de décès liés à l’épidémie. Mais un autre ralentissement se fait sentir, celui de l’engouement pour la vaccination. Partout à travers les États-Unis, des moyens sont employés pour convaincre les réticents à accepter l’injection : dollars, boissons gratuites, sucreries sont offerts en échange de la piqure, mais de nombreuses doses ne trouvent pas preneurs… Pourtant, la vaccination est désormais ouverte à toutes les personnes de plus de 16 ans et le vaccin de Pfizer-BioNTech devrait même être autorisé pour les enfants à partir de 12 ans dés la semaine prochaine. La Floride a levé lundi dernier toutes les restrictions sanitaires liées à la pandémie. À New York la réouverture du métro 24 heures/24 est prévue pour le 17 mai et la levée des restrictions de capacité d’accueil du public imposées aux commerces et lieux culturels interviendra le 19 mai.

Au Brésil, la vaccination piétine toujours faute d’approvisionnement suffisant et une commission parlementaire enquête sur le gestion de la crise sanitaire par le président Bolsonaro. En Argentine, les unités de soins intensifs accueillent chaque jour davantage de patients, des restrictions supplémentaires vont sans doute être imposées à la population. Le CNRS en Amérique du sud met régulièrement à jour des informations détaillées sur la situation liée au Coronavirus dans la plupart des pays de cette région du monde où l’évolution de la pandémie diffère énormément d’un territoire à l’autre.

Asie

L’Inde est débordée par l’ampleur de la nouvelle vague de contaminations qu’elle subit. Chaque jour, les chiffres battent un nouveau record et les experts s’entendent à dire qu’ils sont largement sous estimés. Les hôpitaux sont submergés et manquent de tout : oxygène, médicaments, lits, soignants, etc. La campagne de vaccination en cours et l’aide internationale ne suffisent pas à endiguer la catastrophe sanitaire. Le Sri Lanka recense aussi un nombre record de contaminations ces dernières semaines et au Népal, les cas positifs sont de plus en plus nombreux. Les autorités népalaises ont pris de nouvelles mesures restrictives. Les vols internationaux sont suspendus à compter du jeudi 6 mai pour au moins une semaine. Les frontières terrestres restent fermées. En Thaïlande, un couvre-feu et d’autres restrictions ont été instaurés dans les régions les plus touchées (dont Bangkok). Au Cambodge, les autorités ont annoncé que le confinement total de 3 semaines imposé à Phnom Penh et dans la ville de Takhmau serait levé le 5 mai et que ce sont des mesures de confinement plus ciblées qui seront utilisées à l’avenir.

En Indonésie, d’après les chiffres communiqués, la courbe épidémiologique est décroissante et aux Philippines, la situation s’améliore quant au nombre d’infections répertoriées, mais pas encore dans les services de santé. Les restrictions sont maintenues et les autorités sont confrontées à des retards dans la livraison des vaccins. En Corée du Sud, les chiffres sont capricieux, mais la situation semble sous contrôle. Les autorités ont déclaré lundi qu’elles accéléreraient la campagne de vaccination en important davantage de vaccins avant juin. Au Japon, face à une recrudescence des cas, le gouvernement envisage de prolonger l’état d’urgence instauré à Tokyo et dans d’autres grandes zones urbaines. Le maintient des Jeux olympiques d’été est encore remis en question .

Le Pakistan, qui a du mal à contenir l’épidémie, va bientôt commencer à produire localement un vaccin chinois contre la Covid-19. Une grande procession religieuse s’est tenue en début de semaine dans l’Est du pays, bien que la gouvernement pakistanais ait interdit toute commémoration de masse. Le pays a fermé ses frontières terrestres avec l’Iran et l’Afghanistan. L’Afghanistan qui signale ces derniers jours, le plus grand nombre de nouveaux cas depuis janvier. En Iran, les variants sont certainement la cause d’une période difficile face à la pandémie. Le variant indien circule dans le pays et il n’y a plus de place dans les hôpitaux de Téhéran, le matériel médical manque cruellement. Les chiffres communiqués seraient largement sous-estimés. L’Irak aussi est frappé de plein fouet par une nouvelle vague de Covid-19. Le système de santé déjà mis à mal par des années de conflits est sous pression. Les mesures mises en place sont peu respectées et la campagne de vaccination progresse lentement. En Turquie, face à une recrudescence de cas positifs au coronavirus ces dernières semaines, un confinement total de tout le pays est en vigueur jusqu’au 17 mai.

Europe

En Russie les chiffres de contamination ont cessé de baisser depuis début avril, ils repartent même à la hausse à Moscou. Peu de mesures sont en vigueur et pourtant le virus circule encore. Afin de tenter d’enrayer la dégradation de la situation épidémiologique, les autorités ont décidé d’imposer 10 jours “fériés“, du 30 avril au 10 mai à toute la population. Le scepticisme face au vaccin est très important dans le pays.

Au Royaume-Uni, deux soirée test ont été organisées le week end dernier par le gouvernement britannique. 3000 personnes ont pu danser non masquées dans une discothèque de Liverpool ! Il fallait présenter un test négatif en arrivant et se faire tester après la soirée. Ces soirées serviront à évaluer les risques de contagion à la Covid-19.

En France la tendance à la baisse se confirme, mais la tension dans les hôpitaux est toujours importante. La possibilité d’un rebond de l’épidémie n’est pas écartée par les experts qui redoutent l’allègement des restrictions prévu le 19 mai. En Europe, les pays les plus dépendants du tourisme souhaitent une ouverture plus rapide des frontières, mais la Commission européenne tente de faire en sorte que la reprise du tourisme en provenance des pays tiers soit coordonnée entre les états membres.  Pour connaître plus en détail les mesures mises en place dans les pays d’Europe, le site touteleurope.eu  fait régulièrement un point sur chaque pays de l’Union.

Océanie

En Australie, où la pandémie n’est plus qu’un mauvais souvenir, et afin de se prémunir contre les nouveaux variants insidieux, le gouvernement refuse le retour de ses ressortissants qui se trouvent en Inde. Cette mesure est contraire au droit international et suscite une vaste polémique.

Après l’ouverture de la bulle avec l’Australie, les Îles Cook seront, elles aussi, bientôt accessibles aux voyageurs en provenance de Nouvelle-Zélande. Ces bulles de voyage permettent de ne pas effectuer de quarantaine en se déplaçant entre deux territoires, mais les passagers pourraient devoir répondre à certaines questions de contrôle à l’enregistrement. En Nouvelle Zélande où le virus est éradiqué, 9 douaniers ont été licenciés pour avoir refusé le vaccin anti-covid.

Une assurance santé unique pour les soins liés au virus !

En savoir plus

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR