fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 27 au 31 mai

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 27 au 31 mai.

Publié

le

Afrique

> Mozambique

Le groupe terroriste islamiste al-Sunnah poursuit son expansion dans la province de Cabo Delgado, au nord-est du pays. Le 30 avril, le village côtier de Pengane a été pris d’assaut par les insurgés, puis le 15 mai au moins une personne a été tuée après une attaque sur l’île de Quifula, dans le canal du Mozambique. Ces offensives témoignent de l’impuissance de l’armée mozambicaine face à ces forfaits, en dépit de la volonté affirmée du président Filipe Nyusi de rétablir la sécurité dans cette région.

> Nigeria

La recrudescence des affrontements dans le sud-est du pays entre le groupe séparatiste de l’Eastern Security Network (ESN) – faction armée du groupe du Peuple indigène du Biafra (Ibop) –  et les forces de sécurité nationale a conduit le président Muhammadu Buhari à décréter l’opération «Restore Peace», censée pacifier cette partie du territoire nigérian. Pour autant, les affrontements pourraient gagner en intensité à l’approche des commémorations du «Biafra Day» prévues le 30 mai.

> République démocratique du Congo

Le bilan provisoire de l’éruption du volcan Nyiragongo et des secousses sismiques qui ont suivi  – à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Goma et du lac Kivu et à l’ouest de la frontière du Rwanda – fait état d’au moins quinze morts et de nombreux dégâts matériels dans les quartiers périphériques de Goma. À cette catastrophe naturelle viennent s’ajouter, dans les jours et semaines à venir, le risque d’une hausse de la petite délinquance et des actes de vandalisme dans ce climat d’insécurité global.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Israël/Territoires palestiniens

Les tensions demeurent dans le vieille ville à Jérusalem et en Cisjordanie malgré l’accord de cessez-le-feu signé le 21 mai entre Israël et le mouvement palestinien du Hamas. Deux jours après cet accord, des groupes nationalistes d’extrême droite israéliens ont pénétré et déclenché des violences dans la mosquée al-Aqsa, la plus grande de Jérusalem. Toujours au sein de la ville sainte, des affrontements nocturnes entre résidents palestiniens, groupes d’extrême droite et forces de sécurité israéliennes se poursuivent également dans les quartiers d’At-Tur, Issawiya et Silwan.

> Syrie

Le résultat de la présidentielle du 26 mai ne recelait guère de doute en raison du caractère factice de l’opposition politique lors de ce scrutin. Par ailleurs, la grande majorité de la communauté internationale a déclaré par avance ne pas reconnaître le résultat de cette élection. Ce contexte électoral pourrait cependant être propice à des troubles dans les territoires tenus par l’opposition (dont les gouvernorats du nord et du nord-est) ainsi que dans certains pays voisins, à l’instar des manifestations hostiles au président syrien qui ont eu lieu le 20 mai devant le consulat de Syrie dans la province d’Istanbul en Turquie. Le même jour, un autre rassemblement, cette fois pro-Assad, a été organisé dans la ville de Baabda (banlieue sud de Beyrouth au Liban), déclenchant des heurts qui ont fait sept blessés.

Amériques

> Mexique

La violence endémique qui a cours au Mexique est illustré par ce bilan, depuis septembre 2020, de 83 crimes en lien avec les élections de mi-mandat du 6 juin prochain. Cette vaste consultation électorale doit permettre de renouveler les 500 sièges de la chambre des députés et plus de 20.000 mandats locaux. Les États de Veracruz (est du pays, bordant le golfe du Mexique) Guerrero (sud-ouest, côté Pacifique) et Oaxaca (sud) sont les plus affectés par cette criminalité.

Asie-Pacifique

> Chine

Régulièrement touchée par des tremblements de terre, la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, a été frappée le 21 mai par un séisme de magnitude 6,4. Cette zone fait souvent l’objet de ce type de phénomène naturel compte tenu de la présence des plaques tectoniques indienne et eurasienne qui constituent la chaîne de l’Himalaya. Le même jour c’était la province du Qinghai, sur les hauteurs du plateau tibétain, qui était secouée par un autre séisme de magnitude 7,3 sans qu’aucune victime n’ait été à déplorer.

> Birmanie (Myanmar)

Le Gouvernement d’unité nationale (GUN), né de l’initiative de parlementaires birmans, compte ses soutiens avec de nombreux groupes locaux de défense qui s’organisent pour tenter de renverser le pouvoir militaire qui tient les rênes du pays depuis son coup d’État du 1er février dernier. De nouveaux rassemblements sont attendus dans les grandes villes du pays (Yangon, Mandalay et Naypidaw), mais aussi de nombreuses zones rurales (régions de Bago,  Sagaing, Tanintharyi) et dans les États de Kachin, Mon et Shan.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Arménie/Azerbaïdjan

Le cessez-le-feu du 10 novembre 2020 qui a mis fin à la guerre du Haut-Karabakh n’a pas pour autant clos la tension entre les deux pays. Ainsi l’Arménie accuse son voisin azerbaïdjanais d’avoir déployé des soldats dans ses provinces frontalières de Syunik et Gélarkounik, sur le territoire arménien. S’il est peu probable que ces événements augurent une reprise des affrontements, ils témoignent néanmoins d’une volonté d’intimidation, probablement à mettre en rapport avec les élections législatives anticipées arméniennes prévues le 20 juin.

> Biélorussie

Mis sur la sellette lors des manifestations de l’automne 2020 qui exigeaient son départ, le président Alexandre Loukachenko a franchi un nouveau pas dans la répression le 23 mai en déroutant un vol commercial par un avion de chasse biélorusse dans le dessein d’arrêter l’opposant Roman Protasevich. En conséquence, l’Union européenne entend instaurer des sanctions à dominante économique à l’endroit de Minsk et a appelé les compagnies aériennes européennes à boycotter l’espace aérien biélorusse.

> Espagne/Maroc

Un mois après l’arrivée en Espagne du chef militant indépendantiste sahraoui Brahim Ghali, fortement critiquée par Rabat, l’afflux massifs de migrants dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila depuis le 17 mai a ravivé la tension entre les deux pays, sous le regard préoccupé de l’Union européenne. Si la question du sort de Brahim Ghali semble une conditionnalité importante pour le Maroc, les deux pays ont toutefois récemment évoqué la tenue de pourparlers sur la question migratoire dans ces enclaves espagnoles du continent africain.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR