fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 31 août au 6 septembre 2021

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 31 août au 6 septembre.

Publié

le

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 31 août au 6 septembre 2021

Afrique

> Éthiopie

Prévues initialement le 6 septembre, les élections dans les régions de Somali (à l’est du pays, frontalière avec le pays homophone), de l’Harar (la plus petite des dix régions d’Éthiopie avec ses 311 km2) et des Nations, nationalités et peuples du Sud (SNNP) ont finalement été reportés au 30 septembre après décision de la Commission électorale nationale. Ceci illustre l’instabilité socio-politique qui prévaut dans le pays, en écho au conflit meurtrier qui demeure dans la région du Tigré, au nord du territoire. En effet, les tensions entre la région de Somali et de l’Afar voisin sont toujours palpables, tandis que la région SNNP est pour sa part menacée par des risques d’attaques de l’Armée de libération de Oromo (l’Oromia est la région la plus étendue et la plus peuplée de l’Éthiopie).

> Kenya

Les violences policières sont à la source des manifestations et émeutes qui ont cours depuis de longs mois au Kenya. Pour la seule année 2020, plusieurs ONG, dont Amnesty International, ont ainsi recensé plus de 160 décès imputables aux forces de l’ordre. Plus récemment, le 25 août dernier, deux personnes auraient été tuées par les forces de police alors qu’elles manifestaient contre la démolition d’habitations dans le quartier de Kahawa West, dans la capitale Nairobi. Peu de temps avant, deux jeunes Kenyans avaient perdu la vie en détention après avoir été interpellés pour suspicion de non-respect du couvre-feu dans le contexte de pandémie.

> Région

La période de mousson en Afrique de l’Ouest s’est traduite ces derniers jours par d’importantes perturbations dans plusieurs pays de la région. Les inondations au Niger ont entraîné quelque 35 décès – principalement dans les régions de Maradi (sud-est) et d’Agadez (nord) –, provoqué de nombreux dommages matériels et le déplacement de populations. Des évacuations à titre d’anticipation ont également été encouragées par les autorités du Ghana et du Burkina Faso. Au Bénin, la ville de Zagnanado a été inondée par le débordement de la rivière Oueme, tandis que la cité de Malanville, au nord-est, reste sous la menace du débordement du fleuve Niger. Le Sénégal n’est pas en reste où bon nombre de routes ont été bloquées, avec un impact conséquent sur les déplacements. Les fortes pluies, consécutives à cette saison de mousson qui s’étend généralement de juillet à septembre dans la région, sont appelées à perdurer dans les jours à venir.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Yémen

La plus grande base aérienne du pays, Al Anad, située dans le sud du pays à une cinquantaine de kilomètres du port d’Aden, a été attaquée le 29 août dernier, provoquant la mort de trente combattants pro-gouvernementaux et faisant plus d’une cinquantaine de blessés. Cette attaque, l’une des plus meurtrières en dehors des périodes de combats depuis décembre 2020, a été imputée par les autorités yéménites aux rebelles houtis. Pour rappel, ces derniers, soutenus par l’Iran, occupent une grande part du nord du pays, dont la capitale Sanaa.

Amériques

> États-Unis

Si l’ouragan Ida a finalement été ramené au stade de tempête tropicale, son passage sur les côtes de l’Alabama, du Mississippi et de la Louisiane a provoqué des dégâts considérables, considérés comme «catastrophiques» par John Bel Edwards, le gouverneur de la Louisiane. Plus de 5000 personnes ont été mobilisées pour venir en aide aux sinistrés, tandis que plus d’un million de foyers américains restaient privés d’électricité à l’heure où nous publions.

> Pérou

Intronisé président de la République péruvienne le 28 juillet dernier au terme du scrutin électoral du 6 juin longtemps contesté par sa rivale Keiko Fujimori, Pedro Castillo débute son mandat dans un climat de défiance. L’ancien instituteur rural et syndicaliste se voit reprocher des nominations de ministres suspectés d’être liés à des affaires de blanchiment d’argent. Celle de l’ingénieur Guido Bellido au titre de Premier ministre en dépit de son inexpérience politique, ou encore celle d’Hector Béjar, ex-guérillero au poste de ministre des Affaires étrangères, tous deux suspectés de sympathie à l’endroit de l’ancienne guérilla marxiste du Sentier lumineux, suscitent la fronde de manifestants qui se réunissent principalement dans la capitale Lima ainsi que dans la ville d’Arequipa, au sud du pays.

Asie-Pacifique

> Afghanistan

Après le départ des derniers soldats américains, les forces militaires talibanes ont pris possession de l’aéroport international Hamid-Karzaï ce mardi 31 août sous force communication, symbole de l’emprise totale du mouvement fondamentaliste sur Kaboul et sur la plus grande partie du pays. Depuis la prise de la capitale par les talibans le 15 août, l’aéroport aura été le lieu de toutes les tensions et détresses, décuplées par les explosions du 26 août, revendiquées par le groupe jihadiste État islamique-Khorasan (EI-K), au cours desquelles 13 soldats américains et au moins 85 Afghans ont été tués. Le 30 août, cinq roquettes avaient également été tirées en direction de l’aéroport, une attaque toujours revendiquée par cette faction de l’État islamique opposée au mouvement taliban.

> Thaïlande

Le mouvement de contestation né en octobre 2020 d’une demande de réforme de la monarchie reste mobilisé, avec actuellement pour mot d’ordre la démission du Premier ministre Prayut Chan-o-cha, vilipendé entre autres pour les restrictions mises en place dans le cadre de la pandémie. L’opposition thaïlandaise, qui pourrait voter prochainement une motion de «non-confiance», s’associe aux manifestants dans cette défiance du chef du gouvernement. Dans ce contexte, les manifestations violentes sont appelées à perdurer, à l’image de celle attendue le 2 septembre dans le prolongement du rassemblement du 29 août au cours duquel les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants ont blessé trois policiers et deux journalistes.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

> Région

La frontière de la Biélorussie fait l’objet d’une tension particulière avec la Pologne, la Lituanie et la Lettonie depuis que l’autoritaire président biélorusse Alexandre Loukachenko a annoncé ne plus vouloir contenir les flux migratoires en direction de ces pays. En conséquence, ces trois nations voisines ont déclaré leur intention de déployer des patrouilles militaires supplémentaires dans cette zone frontalière. De surcroît, la Lituanie accuse Minsk d’une incursion gardes-frontières biélorusses sur son territoire pour y conduire des migrants. Ces différents sont à resituer dans le contexte de la crise afghane et de la question des migrations qu’elle remet à l’ordre du jour. Dans ce cadre, des manifestations d’activistes ont également été relevées dans ces pays pour dénoncer des mesures d’asiles jugées trop restrictives.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR