fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

Les Émirats arabes unis veulent attirer les expatriés haut de gamme

Lancement d’un « visa vert » dans le cadre du nouveau plan de développement économique du pays.

Publié

le

Les Émirats arabes unis veulent attirer les expatriés haut de gamme

L’initiative vise à attirer plus d’étrangers “hautement qualifiés” et à stimuler l’économie du pays frappée de plein fouet par la baisse des cours de l’or noir et la pandémie de Covid-19. Les autorités d’Abu Dhabi ont annoncé dimanche dernier (5 septembre 2021) à Dubaï le lancement d’un “visa vert”. Ses bénéficiaires pourront résider et travailler aux Émirats arabes unis sans pour autant être sponsorisés par leur employeur.

Ils représentent aujourd’hui 90% des 10 millions d’habitants du riche pays du Golfe. Pour résider aux Émirats, les travailleurs étrangers se voyaient jusqu’à présent octroyer des visas de court terme rattachés à leur employeur, qui devenait leur sponsor (autrement dit leur garant). Le “visa vert” permettra à certains d’entre eux de travailler aux Émirats arabes unis sans sponsor.

Ce nouveau sésame est en effet uniquement destiné à des personnes hautement qualifiées : investisseurs, hommes d’affaires, entrepreneurs, ainsi que des étudiants en master et doctorat. Ses détenteurs pourront aussi faire venir leurs parents ainsi que leurs enfants, à condition qu’ils soient âgés de moins de 25 ans.

Déjà en berne en raison de la chute des prix du pétrole, la pandémie de Covid-19 a frappé de plein fouet le tourisme et l’économie des Émirats, qui avaient déjà instauré en 2019 des “résidences en or” de 10 ans pour riches investisseurs et travailleurs hyper-qualifiés. Ce programme avait été élargi en novembre 2020 aux professionnels mobilisés contre la pandémie.

Comme les Émirats, d’autres pays du Golfe cherchent à diversifier leurs économies loin du pétrole et ont assoupli leurs droits de résidence. En juin 2019, l’Arabie saoudite avait ainsi annoncé la délivrance d’un statut de résident permanent pour 800.000 riyals (187.000 euros) et un permis d’un an renouvelable pour 100.000 riyals (23.400 euros), permettant aux expatriés de travailler et acheter des biens immobiliers sans sponsor. Le Qatar avait également ouvert la porte aux étrangers avec un programme offrant le statut de résident long terme ou permanent à ceux achetant des biens immobiliers ou des magasins.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l❜étranger

GRATUIT
VOIR