fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde : gros plan sur les zones de vigilance du 11 au 16 mai

Tour d’horizon de l’actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 11 au 16 mai.

Publié

le

Tour d'horizon de l'actualité internationale avec notre partenaire International SOS, pour la période du 11 au 16 mai.

Afrique

Nigeria

Le nord-ouest du pays reste sous la menace des attaques récurrentes de groupes armés. Le 6 mai, au moins 48 personnes ont été tuées dans les villages de Damri, Sabon Gari et Kalahe, dans l’État de Zamfara. La fréquence et l’intensité de ces agressions vont crescendo dans cette région du Nord-Ouest, mais elle tendent aussi à gagner le centre du Nigeria, en dépit des opérations de sécurité en cours depuis fin 2020. Les abords de l’autoroute A2 (qui traverse le pays du sud au nord) sont aussi soumis à cette tension sécuritaire depuis l’assaut mené le 27 mars contre un train transportant des centaines de passagers à environ 25 km de la gare de Rigasa et reliant Abuja à Kaduna (au nord de la capitale). Au moins 10 personnes avaient perdu la vie lors de ces attaques à l’explosif, une trentaine d’autres avaient été blessées. Malgré les tentatives des autorités pour les sécuriser, plusieurs États du Nord et du Nord-Ouest du Nigeria demeurent des zones à risques.

Somalie

En proie à une instabilité chronique au gré des guerres civiles qui se sont succédé – à la fin des années 70, puis dès le début des années 90 – ce pays de la Corne de l’Afrique doit élire un nouveau président le 15 mai prochain. Depuis plus d’un an, l’actuel président Mohamed Abdullahi Mohamed (appelé également «Farmaajo»), dont le mandat a pris fin le 7 février 2021, n’est pas parvenu à faire organiser ce scrutin, arguant des tensions  avec le Premier ministre Hussein Roble et des attaques fréquentes du groupe terroriste islamiste al-Shabab. Si les incertitudes continuent de prévaloir sur la bonne tenue de cette élection le 15 mai en raison des tensions politiques et du risque d’une attaque terroriste de grande ampleur, le Fonds monétaire international (FMI) a pour sa part annoncé l’expiration  de son programme d’aide si aucune nouvelle administration n’est élue à la date prévue.

Afrique du Nord/Moyen-Orient

Irak

L’armée irakienne et les Unités de résistance du Sinjar (YBS) – milice armée affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – se sont violemment affrontées les 1er et 2 mai derniers pour le contrôle de postes de sécurité dans les zones de Snuny et Khanasur, dans le nord de l’Irak, non loin de la frontière syrienne. La tension dans cette région est particulièrement sensible et pourrait conduire à de nouveaux affrontements sporadiques, d’autant que le lancement de la dernière phase de l’opération militaire turque dans le nord du territoire irakien rend le contexte très volatile. À défaut de connaître le nombre exact de victimes de ces derniers affrontements, les estimations font état d’au moins 3000 civils qui auraient fui les combats pour rallier les gouvernorats voisins.

Tunisie

La gestion du pouvoir du président Kaïs Saïed, élu en octobre 2019, est vue comme une dérive autoritaire par une partie de la population et par ses adversaires politiques. Après avoir suspendu l’activité du Parlement en juillet 2021, le chef de l’État tunisien a progressivement renforcé sa mainmise sur l’ensemble des organes du pays. Le 22 avril dernier, il s’est arrogé le droit de nommer le leader de l’autorité électorale avant d’annoncer la tenue d’un dialogue national, mais en excluant la participation des partis politiques du pays. Le pays du Jasmin doit aussi faire face à une environnement socio-économique délétère, ce qui l’a conduit à de récents pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) pour solliciter un nouveau prêt. Malgré ce climat de tension, Kaïs Saïed peut néanmoins compter aussi sur ses partisans, à l’image des rassemblements organisés en sa faveur le 8 mai dernier à Tunis.

Amériques

États-Unis

Le projet de loi porté par la Cour suprême des États-Unis risque de remettre en cause l’arrêt historique (Roe v. Wade) qui protège le droit à l’interruption volontaire de grossesse depuis 1973. Ce texte, qui pourrait notamment permettre à chaque Etat fédéré d’adopter sa propre politique sur l’avortement, a suscité une levée de boucliers et de nombreux rassemblements dans les principaux centres urbains du pays depuis le 2 mai, certains émaillés de heurts avec les forces de l’ordre. Pour rappel, la Cour suprême, jusqu’alors équilibrée avec quatre juges conservateurs, quatre juges libéraux et un siège vacant, avait été largement remaniée durant le mandat de Donald Trump avec la nomination en septembre 2020 de trois nouveaux juges conservateurs. Tandis que ce nouveau texte très controversé sur la constitutionnalité de l’avortement devrait faire l’objet de négociations jusqu’au 30 juin, d’autres manifestations de protestation sont à anticiper dans les jours et semaines à venir.

Asie-Pacifique

Nouvelle-Calédonie

L’annonce de l’arrivée de quelque 300 ouvriers indiens pour travailler sur le chantier du projet Lucy – future unité de traitement et de stockage des résidus sur le grand site industriel de nickel de l’usine du Sud à Goro – suscite la colère des syndicats locaux. En conséquence, des rassemblements et des blocages sont à prévoir dans les prochaines semaines. L’exploitation du nickel occupe une part importante dans l’économie néocalédonienne. En 2020, la vente d’un site d’exploitation du nickel à un consortium composé en partie d’un négociant étranger (le groupe australien New Century Resources) avait engendré d’importantes manifestations, impulsées notamment par les partis indépendantistes, et avait provoqué une crise politique menant à la démission du gouvernement début 2021.

Europe/Communauté des États indépendants (CEI)

Moldavie

Après les explosions qui ont touché fin avril un bâtiment public de Tiraspol (capitale de la Transnistrie, république autoproclamée en territoire moldave et frontalière avec l’Ukraine) et des émetteurs radio aux abords de la ville de Mayak, un aérodrome situé près de la frontière ukrainienne aurait aussi connu des incidents sécuritaires similaires ce week-end dernier selon les autorités transnistriennes. Cette crainte d’un projet russe de désenclaver ce territoire de Transnistrie, habité par une population à majorité russophone et proche de Moscou, suscite des inquiétudes en Moldavie, par crainte d’un débordement du conflit ukrainien suer son sol. 

Suède

Depuis le mois dernier, plus d’une quarantaine de personnes manifestant contre les appels à la haine du militant d’extrême droite Rasmus Paludan ont été blessées dans des heurts avec les forces de l’ordre. Cet activiste dano-suédois, leader du groupuscule «Ligne dure», appelle à brûler le Coran dans le cadre de «tournées» organisées à cet effet dans plusieurs villes de Suède. De nombreuses villes du pays (Stockholm, Norrköping, Malmö, Örebro…) ont été le lieu de ces affrontements qui risquent de se reproduire le 14 mai prochain à Uppsala où le militant extrémiste doit organiser une rencontre dans la perspective des élections générales de septembre prochain.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR