fbpx
Suivez nous sur

Nos partenaires

Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur, un tremplin vers la mobilité internationale

Pour favoriser le développement des compétences et l’accès à l’emploi, Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur est engagé dans des actions de coopération au cœur de la Méditerranée.

Publié

le

Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur, un tremplin vers la mobilité internationale

La coopération territoriale européenne est une réalité qui s’exprime avec force depuis 1990, lorsqu’est advenue la première génération de programmes (dits «Interreg») de coopération transfrontalière. L’accès à l’emploi de part et d’autre des territoires est une ambition essentielle de cette coopération et de nombreux programmes transfrontaliers sont à l’œuvre en ce sens.

Le projet MA.R.E. (Marché transfrontalier du travail et Réseau des services pour l’emploi), dans lequel Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur est partenaire, illustre cette volonté de mise en commun des ressources des nombreux acteurs au service de l’emploi via une plateforme en ligne qui permet les partages d’expériences.

Financé par le Programme de coopération territoriale Interreg Italie-France Maritime 2014-2020, ce dispositif MA.R.E. vise à construire des services conjoints pour favoriser la fluidité des échanges entre les offres et les demandes d’emploi dans cette zone de coopération qui implique les cinq régions du littoral méditerranéen franco-italien : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse, Toscane, Ligurie et Sardaigne.

Des outils d’évaluation des compétences

L’efficacité des échanges entre tous les acteurs de ce réseau nécessite de définir un modèle commun d’identification, de validation et de certification des compétences (IVC). L’objectif est de permettre une reconnaissance des qualifications professionnelles et de promouvoir l’accès aux professions les plus demandées sur le marché du travail dans les zones concernées. À cet effet, le projet MA.R.E. tend à expérimenter un modèle transfrontalier commun de validation des compétences.

Le dispositif s’appuie également sur d’autres instances d’évaluation telles que le Forum des opérateurs des pôles d’emploi et le Réseau transfrontalier des entités publiques-privées impliquées dans le monde du travail.

Le Forum des opérateurs est un groupe de travail qui veille à développer les apprentissages mutuels et les échanges d’expériences entre ses membres. Il élabore également des méthodes de détection des profils professionnels.

Le Réseau transfrontalier d’entités publiques-privées a pour mission de faire vivre les échanges entre ces entités publiques et privées. Il organise notamment des journées de présentation et d’animation qui impliquent les opérateurs des services de l’emploi de toutes les régions incluses dans l’espace de coopération. Il valide également les enquêtes et rapports produits par les composantes du projet MA.R.E.

In fine, le dispositif MA.R.E. vise aussi à partager ses résultats à travers des actions pilotes sur des territoires individuels. Globalement, il tend à définir de nouveaux profils professionnels communs entre les différents territoires concernés et à expérimenter des activités de formation dans les chaînes transfrontalières prioritaires, particulièrement dans les emplois dits « bleus » et « verts ».

Organisées par Pôle emploi, les conférences « Compétences, formations, mobilités » qui ont eu lieu le 25 mars et le 17 mai derniers ont d’ailleurs permis d’enrichir cette construction commune grâce aux interventions des nombreux acteurs de l’emploi, au plus près du terrain.

Des actions de formation

Conduit par Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur, le dispositif « Passeport transfrontalier » a offert la possibilité à des jeunes résidant dans la région de bénéficier d’un accompagnement vers une immersion professionnelle de quelques semaines dans des entreprises en Italie. Cette action de formation est aussi une précieuse opportunité pour les personnes les plus éloignées de l’emploi. En 2021, 4500 demandeurs d’emploi ont été informés dans ce cadre, 60 ont été formés et 22 demandeurs d’emploi ont pu réaliser un stage professionnel en Italie.

Au-delà des compétences purement professionnelles, une autre action ciblée a été menée par Pôle emploi Paca à travers le « Passeport soft skills transfrontalier ». Ces compétences personnelles, sociales, orientées vers l’humain, sont un autre critère d’employabilité auquel les employeurs sont particulièrement attentifs, car révélateur d’une capacité à vivre et travailler ensemble.

Des secteurs clés

Au titre des opportunités d’emplois, le projet MA.R.E. cible particulièrement les fonctions liées aux filières dites vertes et bleues. Dans ce cadre, Pôle emploi Paca a piloté le travail d’analyse des opportunités économiques conjointes – du côté français comme italien – auprès des chambres de commerce italiennes. Ce travail a ensuite permis de définir des profils de compétences et des parcours de formation au sein même de ces filières vertes et bleues dans cette zone de coopération.

L’économie verte regroupe deux types d’activités : les éco-activités, dont la finalité est la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles (assainissement de l’eau, recyclage et valorisation des déchets, énergies renouvelables…) et des activités classiques réalisées avec des procédés moins polluants ou moins consommateurs d’énergie (transport, agriculture, bâtiment…). Ces activités s’inscrivent dans un objectif de croissance verte : il s’agit de favoriser un développement durable et soutenable sur le long terme. Cette démarche engage la responsabilité sociétale des entreprises qui s’y réfèrent.

Au 1er janvier 2021, en région Paca, le secteur agriculture-agroalimentaire employait 28 700 salariés travaillant dans 4 000 établissements. Les cinq activités qui recrutent le plus dans cette filière verte sont l’arboriculture et la viticulture, la conduite d’équipements de production alimentaire, l’horticulture et le maraîchage, l’aide agricole de production fruitière ou viticole, la polyculture et l’élevage. Pour répondre aux besoins des recruteurs, 3 600 demandeurs d’emploi ont été formés dans ces métiers en 2021.

L’économie bleue se réfère quant à elle à l’activité maritime. Au 1er janvier 2021, en région Paca, celle-ci employait 29 400 salariés au sein de 1700 établissements. Les cinq activités qui recrutent le plus dans cette filière sont la mécanique de marine, la poissonnerie, l’installation et la maintenance en nautisme, l’exploitation des opérations portuaires et du transport maritime, et enfin l’équipage de la navigation maritime. Pour répondre aux besoins des recruteurs, 1 700 demandeurs d’emploi ont été formés dans ces métiers en 2021.

Dans une perspective de partage des sources d’emploi et de connaissances des potentialités de déploiement de la main-d’œuvre transfrontalière, un vadémécum « Profil de compétences et parcours de formation associés » est accessible pour toutes les parties prenantes du projet MA.R.E. Précieuse boîte à outils, il est structuré autour d’une sélection de profils de métiers clé́, de focus sectoriels qui peuvent servir de supports à une multitude d’acteurs de l’emploi (administrations régionales et territoriales, acteurs économiques, services publics de l’emploi, etc.).  Le vadémécum fournit des informations utiles aux demandeurs d’emploi, aux salariés engagés dans une démarche d’évolution ou de reconversion professionnelle, ou toute personne motivée par une mobilité professionnelle en France et en Italie.

La Méditerranée, espace de partages et d’opportunités

Par sa situation géographique, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur entretient une relation particulière avec la mer. À ce titre, Pôle emploi Paca a participé à la sixième édition de la Semaine de l’emploi maritime du 21 au 25 mars 2022 dernier, instaurée par l’agence pour l’emploi au niveau national. En région Paca, les zones d’emploi sont essentiellement concentrées autour de Marseille et Toulon, qui représentent les deux tiers des emplois et de la richesse de cette économie.

Durant ces cinq jours, les candidats ont pu participer à la découvertes de nombreux métiers (en atelier, sur les ports, à bord d’un bateau), mais aussi à des visites d’entreprises (chantier naval, culture marine, fermes aquacoles….).

De nombreux salons de recrutement, ouverts aux professionnels du secteur comme aux débutants, étaient également mis en place pour l’occasion. Il convient d’ailleurs de relever que l’activité maritime fait partie des douze filières économiques phares du programme « Expertises d’avenir » de Pôle emploi.

Élargir le champ des possibles avec les Expertises d’avenir

Plus largement, pour répondre à l’émergence de nouveaux métiers et aux difficultés de recrutement rencontrées par les employeurs, Pôle emploi a créé les « Expertises d’avenir », démarche structurée autour de douze filières économiques en tension. Ces activités sont les suivantes : agriculture et agroalimentaire, BTP, commerce, énergies, industrie, secteur maritime, métiers de bouche, numérique, santé et services à la personne, sécurité et défense, Hôtellerie-restauration et tourisme, transport et logistique. Chaque Expertise d’avenir est organisée en réseau d’experts Pôle emploi en lien étroit avec les acteurs du secteur (fédérations, pôles de compétitivité, entreprises influentes, Campus des métiers et des qualifications, etc.), du niveau régional au niveau local.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR