Suivez nous sur

Grèce

Français à l'étranger

Publié

le

Berceau de la civilisation européenne, la Grèce a longtemps fait venir tous les Européens du Nord pour sa douceur de vivre et sa qualité de vie, peine désormais à attirer les investisseurs en raison des difficultés économiques auxquelles le pays a été confronté et dont il sort lentement.

Alors que le 3e programme d’aide européen est sur le point de s’achever (en juillet 2018), la situation des finances publiques grecque s’est sensiblement améliorée ces cinq dernières années. Encouragée par de bonnes saisons touristiques et par la reprise des investissements étrangers, la reprise de la croissance est aujourd’hui confirmée, bien que le taux de chômage et le taux de pauvreté (plus de 30%) y restent très élevés.

La Grèce est aussi confrontée à une crise des réfugiés qui pèse sur son économie. Ce sont un demi-million de migrants qui sont passés par la Grèce pour poursuivre leur chemin vers les Balkans. Mais depuis la fermeture de cette route, les réfugiés s’installent dans le pays qui recevra une aide humanitaire européenne pour pouvoir mieux les accueillir.

Autant d’éléments qui complexifient la situation et rendent difficile toute projection.

Si vous souhaitez partir vivre en Grèce, sachez que le pays tire ses principales richesses de l’agriculture, de l’industrie du tourisme et possède un potentiel intéressant dans son secteur minier (pétrole, or, bauxite, perlite, gaz).

Les Européens investissent dans l’immobilier qui a considérablement chuté ces dernières années, ainsi que dans les secteurs du tourisme, de l’énergie et de la logistique.

L'essentiel

Capitale

Athènes

Dirigeant

Alexis Tsipras (Premier ministre)

Population

10 710 000 hab.

Superficie

131 957 km²

Langues

grec

Monnaie

euro

Croissance du PIB

1,3 % (2017)

Chômage

21,7, % (2017)

Français

10 080

Indicatif téléphonique

+30

 Contacts utiles

Chambre de commerce :www.ccifhel.org.gr

Ambassade de France : www.ambafrance-gr.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Si vous êtes citoyens de l’UE vous n’aurez pas besoin de visa pour vous installer en Grèce. Vous n’aurez  pas non plus besoin d’un permis de travail. Vous êtes tenus néanmoins de signaler votre présence auprès du service des étrangers, rattaché au Commissariat de Police dont dépend votre lieu de résidence, au plus tard 3 mois après votre arrivée. Vous devez vous munir des documents suivants : passeport ou carte d’identité en cours de validité, justificatif de ressources et justificatif de couverture sociale.

Vous obtiendrez alors une attestation d’inscription, gratuite, d’une durée de validité de 5 ans. Au-delà de cinq années de résidence ininterrompue en Grèce, vous disposerez d’un titre de séjour permanent. Dès votre arrivée, procurez-vous un numéro fiscal (AFM/ΑΦΜ), indispensable pour ouvrir un compte bancaire ou acheter un téléphone portable. Vous pouvez l’obtenir auprès du bureau des impôts (AIO) de votre lieu de résidence.

Le droit du travail est assez contraignant en Grèce. La durée hebdomadaire légale et normale du travail est fixée à 40 heures. La durée quotidienne maximale du travail est de 8 heures, mais peut s’étendre à 10 heures pendant une période d’activité supplémentaire. Tout employé peut travailler cinq heures supplémentaires par semaine. La loi grecque stipule que les employés qui travaillent 5 jours par semaine ont droit à 20 jours ouvrés de congés payés par an.

Les emplois à plein temps et à durée indéterminée qui étaient la norme avant la crise laissent de plus en plus la place aux CDD et au temps partiel. Dans le même temps, l’économie informelle est toujours aussi importante, le travail non déclaré s’étant fort développé.

Le salaire minimal a baissé, passant à 683,76 €/mois, tout comme les salaires dans la fonction publique où il a baissé de 20 % dans le privé depuis le début de la crise, tandis que le nombre de fonctionnaires a diminué d’un tiers. Enfin, si vous souhaiter travailler en Grèce, sachez que la loi prévoit une prime de Noël égale à un mois de salaire, une prime de Pâques équivalente à un demi-mois de salaire, et une allocation pour vacances d’un demi mois, soit, au total, 14 mois de salaire. La retraite est fixée à 67 ans pour une retraite complète et à 62 ans pour une retraite minimale. La durée légale de cotisation est de 40 ans.

› Trouver un emploi

En raison de la crise, il est très difficile de trouver un emploi sur place. Avant de partir, mieux vaut mettre toutes ses chances de son côté en s’assurant depuis la France d’avoir un emploi en Grèce.

Là-bas, les petits jobs sont occupés par des locaux, voire de nouveaux migrants. Les profils recherchés sont plutôt des jeunes très qualifiés. Le Bureau Emploi-Formation de la section consulaire offre un service gratuit et s’adresse d’une part, aux ressortissants français majeurs résidant en Grèce et d’autre part, aux entreprises françaises et grecques qui recrutent (www.gr.ambafrance.org).

Les réseaux sociaux sont une des meilleures solutions pour trouver un emploi en Grèce. Il est aussi possible de contacter l’Agence pour l’emploi grecque, l’OAED (www.oaed.gr ou encore de consulter les journaux diffuseurs d’offres (Ta Nea, To Bhma, Chrissi Efkeria, Eleftherotypia).

Des études ont démontrées que seulement un tiers des employeurs publiaient leurs offres d’emploi en Grèce, le bouche-à-oreille étant largement privilégié.

› Les secteurs porteurs d'emploi

S’il n’est pas impératif de parler grec, en revanche, il faut parler anglais pour avoir une chance de trouver un emploi en Grèce. Avec un taux de chômage toujours au dessus de 20 % en 2017, beaucoup de petites et moyennes entreprises survivent grâce à des fonds européens, qui leur permettent de financer certains projets.

Le 1er secteur du pays est le secteur tertiaire (il représente 84,7% du PIB). Le tourisme (qui contribue à 7% du PIB et emploie 9% de la population) est un secteur dynamique, dans lequel vous aurez une chance de trouver un emploi. Le pays est également le 1er producteur européen de tabac et le 5e producteur de coton au monde.

Les autres secteurs toujours dynamiques sont ceux liés au raffinage, aux produits agricoles, aux produits miniers et chimiques et au BTP.

› Créer son entreprise

La France reste bien placée parmi les investisseurs étrangers en Grèce. 130 filiales d’entreprises françaises, groupes et PME étaient implantées dans tous les secteurs d’activité fin 2015.

10 % des investissements étrangers directs sont Français.

Tous les secteurs sont représentés : grande distribution, industrie, énergie, construction, agroalimentaire…

Après avoir reçu plus de 86 milliards d’euros de l’Europe (dans le cadre du plan d’aide à la Grèce), le pays a réussi à réduire le montant de ses arriérés et l’économie repart doucement.

Si de nouvelles aides devrait aider le pays a finaliser ses réformes économiques et sociales, les créations d’entreprises sont aujourd’hui bien moins encouragées par les aides européennes.

Pour créer son entreprise en Grèce, on trouve des sociétés à responsabilité limitée privative (Eteria Periorismenis Efthynis), des sociétés à responsabilité publique limitée (Anonymos Eteria), des partenariats généraux (Omorithmos Eteria) ou des partenariats limités (Eterorithmos Eteria). Le climat des affaires grec obtient la 67e position du classement Doeing Business de la banque mondiale : il y est assez facile de créer une entreprise, mais les délais pour l’enregistrer, trouver ses locaux ou encore forcer l’exécution des contrats peuvent êtres assez longs.

Pour établir une entreprise, il est nécessaire de la faire enregistrer auprès du bureau de la fiscalité et de fournir des livres de compte tamponnés par les autorités fiscales. Il faut également s’enregistrer auprès de la chambre de commerce locale.

La main-d’œuvre est bien formée et bon marché en raison de la crise passée et du fort taux de chômage. Mais outre la conjoncture économique que traverse le pays, le haut niveau de corruption et le manque de transparence sont les principaux freins à la croissance des investissements étrangers. Les entrepreneurs sont aussi freinés par la difficulté à obtenir des crédits.

Pour autant, le pays reste un lien stratégique avec les marchés émergents des Balkans, de la mer Noire, de l’Europe de l’Est et des régions de la Méditerranée orientale. Attention, choisissez bien votre région pour créer votre entreprise en Grèce, car dans le pays le montant des aides (subventions, prêts…) varie selon la région géographique.

Une formule d’exonération fiscale pour une période de trois ans est établie pour la création et l’opération de nouvelles entreprises créées par des personnes âgées jusqu’à 35 ans. Il existe également des incitations fiscales pour investir et conserver des emploi.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Pour scolariser vos enfants en Grèce, plusieurs établissements français existent :

  • Le lycée franco-hellénique Eugène Delacroix est un établissement conventionné par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger qui dispense des cours dans tous les niveaux scolaires de la maternelle à la terminale. Les frais de scolarité vont de 3 400€ à 4 071€ selon le niveau.
  • L’école française de Thessalonique : homologuée de la maternelle à l’élémentaire, elle propose aux élèves un enseignement par le CNED à partir du collège. Les frais de scolarité vont de 2 520€ à 3 250€ selon le niveau.

Il existent également plusieurs établissement scolaires francophones non conventionnés par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger ; vous trouverez cette liste sur le site du consulat de France à Athènes : https://gr.ambafrance.org/Enseignement-43

Vous pourrez également scolariser vos enfants dans des établissements grecs publics (gratuite, la scolarité est obligatoire dès 5 ans, jusqu’à 15 ans). Le système éducatif se compose de l’enseignement :

  • pré-élémentaire,
  • élémentaire : de 6 à 12 ans, la scolarité s’y achève par un titre attestant le niveau de l’élève,
  • secondaire appelé « Gymnasio », il couvre les 3 dernières années de l’enseignement obligatoire et les élèves y vont de leur 12 à leurs 15 ans. La dernière année d’étude est sanctionnée par un titre « Apolytirio Gymnasiou ». Il ouvre l’accès au 2e cycle de l’enseignement secondaire.
  • et supérieur : il dure 3 ans et à partir de la 2e année les élèves doivent choisir entre la filière théorique et la filière « sciences et technologie ». A la fin de l’enseignement supérieur, les élèves passent des examens en vue d’obtenir un diplôme, qui leur permettra d’entrer dans la vie active, d’intégrer un établissement d’enseignement supérieur ou d’intégrer un établissement de formation professionnel.

› S’inscrire à la fac

Pour être admis et étudier en Grèce, il faut au préalable faire une demande auprès du ministère de l’Education nationale grec (département des examens d’entrée), courant juillet. L’accès à l’enseignement supérieur est soumis à la réussite au concours panhellénique. Plus un département est demandé par les candidats, plus la note exigée est élevée.

Le baccalauréat français est reconnu par les universités grecques, mais le nombre de Français acceptés est assez limité, il faudra avoir un bon niveau en langue grecque.

En Grèce l’enseignement supérieur se divise en plusieurs secteurs : l’enseignement dispensé dans les universités (Anotera Ekpedeftika Idrymata), les écoles polytechniques (Polytehnia), les écoles supérieures des beaux-arts et l’université grecque d’enseignement à distance (EAP).

Il y a 23 universités, toutes publiques, qui assurent une formation théorique. L’année universitaire est divisée en deux semestres de treize semaines et trois semaines d’examens environ. Depuis 2005, ll’Université internationale Hellénique, à Thessalonique, propose des enseignements exclusivement en anglais. Elle propose des formations dans les secteurs économiques et commerciaux, en sciences humaines ainsi qu’en sciences et technologie.

L’enseignement technologique est dispensé dans les Instituts d’enseignement technologique (Technologika Ekpedeftika Idymata), il y en a 16, qui ont pour mission de dispenser une formation plus pratique qu’à l’université.

Les frais de scolarité en Grèce sont peu élevés voire inexistants à l’exception de certains programmes de 3e cycle et le télé-enseignement (EAP).

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Pour effectuer un stage en Grèce, il est nécessaire d’avoir des rudiments de grec et de maîtriser l’anglais. Il est possible de cibler en priorité les entreprises françaises implantées dans les secteurs de la distribution, des banques-assurances, de l’énergie ou encore du tourisme.

La pratique du stage dans le cursus universitaire n’est pas généralisée mais se développe toutefois.

Les conditions d’embauche y sont en constante évolution, mais un stagiaire ne doit en aucune façon venir perturber le marché du travail. Pour trouver un stage en Grèce, il est possible de consulter des annuaires d’entreprises  vous trouverez l’annuaire des entreprises européennes ici : www.europages.fr ) , d’aller sur le site du service économique auprès de l’ambassade de France en Grèce :  www.tresor.economie.gouv.fr

› V.I.E.

Il faut maîtriser le grec pour partir en V.I.E. en Grèce, sauf si vous travaillez dans le secteur du tourisme où là il faudra maîtriser l’anglais.

Le volontariat international (VI) en entreprise (VIE) et administration (VIA)  se définit comme une mission professionnelle à l’étranger, de 6 à 24 mois, bénéficiant d’un statut public protecteur. La mission VIE/A est aujourd’hui destinée aux jeunes diplômés, hommes et femmes, de 18 à 28 ans. Tous les métiers sont concernés.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires.

Il vous faudra avoir participé à la journée d’appel à la Défense puis créer votre profil sur Civiweb (https://www.civiweb.com/FR/index.aspx) en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire en Grèce, ainsi que pour consulter le barème des indemnités www.civiweb.com Elles s’élèvent à 1611,09€ en Grèce (723,99€ d’indemnités fixe et 887,10€ d’indemnité géographique).

Business France accompagne également les jeunes intéressés par un V.I.E. ou un V.I.A. en Grèce : les candidatures en V.I.A. seront traitées par la DGTPE Bureau Resinter 1, Sélection et gestion des VIA au ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi (139, Rue de Bercy, 75012 Paris) et les V.I.E. par Business France (77, boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris, www.export.businessfrance.fr).

Les profils les plus recherchés sont : les commerciaux, les ingénieurs et les financiers.

 Coût de la vie

› Logement

Beaucoup de ressortissants européens ont choisi d’acheter des biens pour habiter en Grèce, le marché étant très intéressant.

Tout citoyen communautaire peut acquérir sans restriction un bien immobilier en Grèce. Pour cela il vous faudra obtenir un numéro fiscal de non-résident et obtenir les codes d’accès au système « TAXIS », ils vous permettront de vous acquitter de vos obligation déclaratives (une taxe annuelle sur les biens immobiliers s’applique).

Il vous est conseillé de recourir à un avocat pour vous accompagner sur toute la procédure (pour la vérification des titres de propriété, de permis de construire…). Les honoraires des avocats sont fixés librement mais évoluent entre 1,5 et 5% du prix du bien.

Pour les locations, le marché est lui aussi florissant. Il y a beaucoup de chambres chez l’habitant et également de nombreuses maisons ou appartements. Près d’Athènes, une maison de 200 m2 peut coûter aux alentours de 2 000 €/mois quand un appartement au centre-ville avec 4 chambres coûte de 1 500 à 3 000 €/mois. Il faut savoir qu’en raison de la pollution, mais aussi en raison du manque de logements modernes, beaucoup préfèrent s’installer en dehors de la capitale (dans les quartiers de Glyfada, Voula, Vouliagmeni ausud-ouest, le long de la mer), Kareas, Papagou (très vert), Neo Psychico, Filothei, Holargos, Aghia Paraskevi, Vrilissia, Kifissia.

 

Les baux sont fixés pour une durée de trois ans. Il est néanmoins possuble de signer un bail pour une durée supérieure ou inférieure à trois ans. Il faudra alors signer un acte notarié après la signature du bail.

Le loyer est payable d’avance et on demande en général 1 mois de caution. Il n’y a pas d’état des lieux systématique, mais il est recommandé de le faire. Le prix du loyer ne comprend pas les charges, qui sont variables selon qu’il s’agit d’un appartement, d’une maison mitoyenne ou individuelle. Les taxes et impôts locaux (ramassage des poubelles, redevance TV…) sont perçus via votre facture d’électricité et sont calculés en fonction de la superficie de votre logement. En général, le chauffage est au fuel.

En cas de location par une agence, la commission représente 2 % sur les loyers de la durée du bail ou parfois un mois de loyer. Les agences publient leurs petites annonces dans les journaux. Le journal anglophone Athens News publie des petites annonces plus simples à consulter pour ceux qui ne maîtrisent pas le grec. Le plus facile, pour se loger en Grèce, est néanmoins de se promener dans les quartiers où l’on souhaite s’installer et de rechercher les panneaux « A louer » (Ενοικιάζεται).

› Transports

Pour se déplacer en Grèce, le plus rapide est de prendre l’avion, le pays ayant beaucoup d’aéroports locaux, en particulier sur les sites touristiques. Aegan Airlines contrôle la presque totalité du transport aérien intérieur grec. Comme dans beaucoup d’autres pays, le réseau de transports le plus dense est celui des bus qui desservent les grandes villes et tous les villages. Les bus longue distance sont gérés par des collectifs régionaux, les KTEL. Les tarifs sont fixés par le gouvernement. Les grandes villes ont plusieurs gares routières tandis que les villages n’ont en général qu’un arrêt. Les trains sont gérés par l’OSE, mais il n’y en a pas partout, et leurs horaires ne sont pas réguliers.

Les bateaux sont quant à eux indispensables dès lors que l’on quitte le continent, le pays possédant un réseau de ferries très développé, surtout l’été. Il existe plus d’une vingtaine de compagnies, qui proposent de se déplacer dans des bateaux aux niveaux de confort et aux vitesses différentes.

 Santé

La majorité des travailleurs salariés est affiliée à la principale institution d’assurance du régime général, l’IKA-Etam.

Si l’état sanitaire de la Grèce reste bon dans l’ensemble, son niveau s’est considérablement dégradé ces dernières années : le système hospitalier a été touché par les réductions budgétaires : manque de personnel, ruptures d’approvisionnement en médicaments, corruption des professionnels de santé…

Les ONG ont en partie pris le relais du système de santé grec, particulièrement en dehors des grands centres urbains. Seules Athènes et Thessalonique sont pourvues d’un équipement médical de haut niveau.

En termes de santé en Grèce, pour pouvoir bénéficier des prestations en nature, l’assuré doit justifier d’au moins 100 jours de cotisations (ou de périodes assimilées) au cours de l’année précédente ou des 12 premiers mois des 15 mois précédant immédiatement la maladie.

Toutefois en tant que citoyen européen vous pourrez demander votre carte européenne d’assurance maladie, en France. A demander 20 jours au moins avant votre départ, elle est valable 2 ans maximum et sa durée ne peut pas dépasser la durée de vos droits. Cette carte vous permettra d’accéder aux professionnels de santé et hôpitaux, dans les mêmes conditions et tarifs que les assurés du pays. Seul le ticket modérateur peut toutefois rester à payer. Vous pouvez la demander ici : www.service-public.fr

Si vous ne l’avez pas réglez la totalité des frais pour les soins reçus et conservez toutes les factures et justificatifs. Vous pourrez ensuite les présenter à votre organisme d’assurance maladie avec le formulaire cerfa n°12267*03 « soins reçus à l’étranger » et serez remboursés.

Pour trouver votre médecin en Grèce, une liste établie par les unités de santé de l’Organisation nationale vous permettra de connaître l’ensemble des services de soins de santé ou des médecins privés sous contrat avec l’Etat. Les consultations chez les médecins et dentistes publics et privés conventionnés par l’Organisation nationale pour le service de soins de santé sont gratuites. Les médicaments sont remboursés à 75 % le plus souvent.

En cas d’hospitalisation, l’assuré a le choix entre un hôpital public du système national de santé, et une clinique privée conventionnée. L’hospitalisation dans un hôpital public est gratuite. La participation du patient dans une clinique privée conventionnée est fonction du système de financement, de 10 à 30 %. Dans les cliniques privées non conventionnées, la totalité du coût reste à la charge du patient.

 Fiscalité

L’année fiscale grecque commence le 1er janvier de chaque année et se termine le 31 décembre. Les déclarations sont à effectuer chaque année, dès le mois de mars. Vous pourrez payer vos impôts en 3 mensualités.

Toute personne vivant en Grèce (plus de 183 jours de résidence dans le pays), de plus de 18 ans doivent faire une déclaration d’impôt, comportant tous les revenus, même ceux exonérés d’impôts. C’est l’administration qui verra si vos prélèvements sur votre salaire ont été suffisants ou pas durant l’année fiscale. Il n’existe plus de franchise d’impôt en Grèce, la loi prévoit les 3 tranches d’imposition suivantes :

  • Jusqu’à 25 000 €, le taux d’imposition est de 22%. Pour les revenus inférieurs à 21 000€, un abattement de 2100€ est prévu.
  • De 25 000€ à 42 000€, le taux d’imposition est de 32%.
  • Pour les revenus supérieurs à 42 000€, le taux d’imposition est de 42€%.

 Retraite

Une image de carte postale apparaît dès que l’on parle de vivre sa retraite en Grèce : plages magnifiques, eaux transparentes, témoignages archéologiques à chaque coin de rue…

Le soleil et le climat méditerranéen sont tout aussi attirants, sans oublier la cuisine réputée pour ses qualités diététiques. Le climat compte donc pour beaucoup dans les décisions des retraités de s’installer en Grèce, un pays qui propose aussi une situation sanitaire globalement bonne même si l’on note une dégradation de la situation depuis la crise.

La situation est en outre relativement sûre, même si le fort taux de chômage et l’arrivée massive de migrants dans les centres urbains et sur certaines îles peuvent contribuer à un climat social sous tension.

Le coût de la vie est intéressant si l’on vit comme les locaux, en évitant notamment les lieux trop touristiques et les produits importés. Enfin, la crise ayant entraîné une chute de l’immobilier, les retraités européens ont investi dans des biens à des prix très abordables.

Une convention permet aux Français de ne pas payer de double-imposition. Mais les retraités du privé relèveront du fisc grec, où les taux sont plus élevés en Grèce qu’en France qui dispose de davantage de tranches intermédiaires.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE