Suivez nous sur

Irlande

Français à l'étranger

Publié

le

Cette économie très ouverte a été sévèrement touchée par la crise mais a su rebondir. Le Tigre celtique connaît de nouveau la croissance et crée des emplois, en particulier dans les secteurs des services, des nouvelles technologies. Les Français sont des milliers à s’y rendre chaque année, pour améliorer leur anglais, diversifier leur CV. Le Brexit pose un problème de frontière entre les deux Irlande, problème qui n’a, à ce jour, toujours pas été réglé.  L’Europe avait proposé l’abolition des frontières entre l’Irlande et l’Irlande du Nord (qui de fait n’existent plus depuis les accords de paix de Belfast) et l’instauration d’une barrière douanière entre le Royaume-Uni et les Irlande unies, ce que Theresa May a refusé (cela remettant en cause le marché commun britannique), sans proposer de solution alternative. De fait, la question irlandaise pourrait faire annuler le Brexit.

L'essentiel

Capitale

Dublin

Dirigeant

Leo Varadkar (Premier ministre)

Population

4,76 millions hab.

Superficie

70 280 km²

Langues

anglais, gaélique

Monnaie

euro

Croissance du PIB

5,8 %

Chômage

6,3 %

Français

10 723

Indicatif téléphonique

+353

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.irelandfrance.com

Ambassade de France :www.ambafrance-ie.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Les citoyens européens n’ont pas besoin de visa pour s’installer en Irlande, ni de permis de travail. Il faut néanmoins posséder un numéro personnel pour le service public (PPS) qui vous servira dans l’ensemble des démarches à suivre (par exemple pour vous inscrire au FAS (Foras Aiseanna Saothair), l’Agence nationale pour l’emploi irlandaise). Pour cela, vous devrez vous rendre dans un bureau local de l’aide sociale (Social Welfare) où vous remplirez une fiche REG 1 en joignant les documents qui attestent de votre identité. Ce n’est qu’ensuite que vous recevrez votre numéro PPS à une adresse que vous aurez communiqué au préalable.

Au-delà de 3 mois, pour rester en Irlande, vous devrez avoir un emploi ou pouvoir prouver que vous avez des ressources suffisantes pour vivre.

› Trouver un emploi

Internet est le moyen le plus courant de trouver un emploi (www.irishjobs.ie, www.toplanguagejobs.ie). Les agences intérim sont une bonne solution (www.approachpeople.com, www.myfuturerole.ie, www.fr.movetodublin.com, www.recruitireland.com). Vous pouvez aussi consulter les sites des entreprises internationales comme Google, Salesforce, Microsoft, Facebook, Twitter… Des carrefours de l’emploi sont organisés pour aider les nouveaux arrivants qui n’ont pas encore de réseau en Irlande. Pour les plus expérimentés, passez par une agence de recrutement comme www.approachpeople.com. Et n’oubliez pas Eures (www.ec.europa.eu), le portail de la mobilité européenne.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Les opportunités de travail sont nombreuses pour les expatriés, plus spécialement dans les agglomérations comme Dublin, Cork, Limerick et Galway. Certaines niches comme la fabrication de dispositifs médicaux recrutent des techniciens spécialisés (dispositifs injectables pour diabétiques, des lentilles de contact…). Mais les plus gros recruteurs sont les entreprises internationales qui ont installé leurs sièges européens en Irlande, comme Yahoo, Google, Facebook, Twitter, venues pour la fiscalité avantageuse que leur propose l’Irlande. Ils cherchent des ingénieurs, es commerciaux, qui doivent maîtriser l’anglais.

Les services financiers ont connu une forte évolution, faisant de Dublin un centre financier international. Les Français travaillent aussi dans le tourisme, qui reste un secteur important de l’économie irlandaise.

Enfin, des secteurs nouveaux développent leurs activités : celui de la valorisation des déchets, de l’agri-agro (agriculture et agro-alimentaire) ou encore des jeux vidéo.

› Créer son entreprise

L’Irlande est le 17e pays au monde pour la qualité de son climat des affaires selon le classement annuel « Doing Business » de la Banque mondiale.

Les startups sont une niche intéressante ; ici, elles se voient proposer des formules simplifiées lors de leur création, le statut d’autoentrepreneur est attractif, l’impôt sur les sociétés est seulement à 12,5%… Un cadre fiscal pour la propriété intellectuelle, la Knowledge Development Box, propose un taux d’imposition de 6,25 %.

Les entreprises françaises ne s’y sont d’ailleurs pas trompé puisqu’elles sont près de 300 à avoir ouvert une filiale en Irlande. Elles ont investi les secteurs de l’assurance, l’industrie pharmaceutique, l’agroalimentaire, la finance et les infrastructures.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Une grande partie des écoles publiques sont catholiques. Dans ce cas, vos enfants devront être baptisés. Pour y inscrire vos enfants, vous devez en faire la demande directement auprès des établissements. Le lycée français d’Irlande de Dublin propose des cours de la maternelle jusqu’au lycée.

› S’inscrire à la fac

Le « Leaving certificate » ou le bac sont indispensables pour poursuivre ses études en Irlande. Il faut envoyer votre demande d’inscription au AO (Centrale Applications Office), www.cao.ie. Il vous faudra passer obligatoirement au choix le test du TOEFL ou celui de l’IELTS pour étudier en Irlande.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Comme dans bien d’autres pays, le stage n’a pas de cadre légal en Irlande. C’est pourquoi il est préférable de signer une convention avant de commencer, mais sachez que l’employeur n’a pas d’obligation de vous rémunérer. Les secteurs qui recrutent des stagiaires sont l’agroalimentaire, la santé, le tourisme, les nouvelles technologies, le commerce international, la banque, l’ingénierie… Il est possible de trouver des propositions de stage sur les sites suivants : www.idaireland.com, www.enterprise-ireland.com

› V.I.E.

La maîtrise de l’anglais est nécessaire pour partir en V.I.E. En Irlande. Il faut être âgé de 18 à 28 ans, être étudiant ou diplômé (y compris à bac +2) et le V.I.E. dure au maximum deux ans. Il vous faudra avoir participé à la journée d’appel à la Défense puis créer votre profil sur Civiweb (www.civiweb.com) en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Sur Civiweb, vous trouverez des offres pour être volontaire en Irlande, ainsi que le barème des indemnités, www.civiweb.com

Business France accompagne également les jeunes intéressés par un V.I.E. ou un V.I.A. en Irlande : les candidatures en V.I.A. seront traitées par la DGTPE Bureau Resinter 1, Sélection et gestion des VIA au ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi (139, Rue de Bercy, 75012 Paris) et les V.I.E. par Business France (77, boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris, www.export.businessfrance.fr).

Les profils les plus recherchés sont les commerciaux, les ingénieurs et les financiers.

 Coût de la vie

› Logement

Il est assez facile de se loger en Irlande, sauf à Dublin où les prix des logements flambent en raison du manque de logements vacants. En général, les appartements sont loués meublés. Les colocations sont fréquentes, à Dublin il faut compter 600 €/mois pour une chambre dans un appartement commun, le double pour un studio. Vous trouverez des logements plus abordables en périphérie de Dublin, à Rialto, Portobello, Rathmines, Harold Cross… Pour louer, il vous faudra fournir une fiche de paie, une caution d’un mois, un contrat de travail.

Pour trouver des logements, vous pouvez passer par les annonces des journaux, les sites (www.daft.ie, www.rent.ie).

› Transports

Les infrastructures sont vieillissantes en Irlande, le réseau ferré est insuffisamment développé et reste cher. Un train à grande vitesse relie Dublin Connolly et Belfast en deux heures. Bus Eireann est la seule compagnie publique et relie de nombreux petits villages. Les routes secondaires ne sont pas en bon état et sont parfois très étroites, ce qui rend le croisement des véhicules difficile. Attention, les panneaux sont parfois uniquement écrits en gaélique.

 Santé

Les cliniques privées offrent des soins de qualité, mais elles sont chères, contrairement au public gratuit, mais souvent débordé. Pour avoir accès au secteur privé il faut souscrire à des assurances privées. Si vous travaillez en Irlande vous cotiserez à une assurance santé qui prendra en charge les frais d’hospitalisation du public, avec une participation forfaitaire du patient, les soins dentaires pour quelques actes. Vous pouvez choisir votre mutuelle privée ou cotiser auprès de l’organisme officiel Voluntary Health Insurance Board (www.vhi.ie).

 Fiscalité

L’impôt sur le revenu est en général prélevé à la source. La tranche la plus élevée de l’impôt sur le revenu a un taux de 40%, la moins élevée a un taux de 20 %. Il existe de nombreuses autres taxes comme celle de l’USC (la charge sociale universelle) ou sur la retraite. En revanche, c’est pour les entreprises que la fiscalité de l’Irlande est particulièrement attractive.

Sous certaines conditions, les expatriés pourront  payer moins d’impôt pendant 5 ans (exonération de 30% sur les revenus dépassant 75 000 €). Ils peuvent aussi bénéficier de frais de scolarité payés par leur employeur (5 000 €/enfant) sans être imposés.

 Retraite

Pour pouvoir passer votre retraite en Irlande il faut prouver que vous avez des revenus suffisants et une assurance maladie. La vie en Irlande n’est pas bon marché, particulièrement à Dublin. Les retraités payent un impôt sur leurs pensions, suivant les mêmes barèmes que les salariés. La France a conclu une convention de double imposition avec l’Irlande.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE