Suivez nous sur

Monaco

Français à l'étranger

Publié

le

Climat enviable, beauté des paysages du littoral méditerranéen, quasi plein emploi, fiscalité attrayante, le « Rocher », un des micro-Etats les plus riches du monde, fait souvent rêver, mais ce songe restera pour beaucoup un mirage  !

Si de nombreux frontaliers Français viennent quotidiennement y travailler (plus de 50 000 personnes), s’y installer reste l’apanage des plus nantis.

L'essentiel

Capitale

Monaco

Dirigeant

Albert II, Prince de Monaco

Population

38 499 hab.

Superficie

2,02 km²

Langues

français

Monnaie

euro

Croissance du PIB

3,2%

Chômage

2,2%

Français

9 300

Indicatif téléphonique

+ 377

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.meb.mc

Ambassade de France : www.ambafrance-mc.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Si vous décidez de demeurer à Monaco plus de 3 mois, il est obligatoire de faire l’acquisition d’une carte de résident, elle s’obtient facilement si vous venez d’un des pays membre de l’UE, mais il faut disposer d’un logement sur place, de revenus importants ou d’une grosse épargne et d’un casier judiciaire vierge. L’un des principaux points de la procédure consiste à pouvoir démontrer la possession d’un patrimoine d’au moins 500 000 € et de prouver que vous pouvez résider à Monaco sans avoir besoin d’y travailler, sachant par ailleurs que vous avez le droit d’y créer une société. C’est parce que tout le monde ne peut pas accéder à ces critères, que de nombreux citoyens français, ou européens, travaillent à Monaco sans y habiter. Un citoyen membre de l’UE circule librement, sans aucune formalité à remplir aux frontières.

Quant à travailler à Monaco sans y vivre, vous pourrez y trouver certains avantages : des salaires 15% plus élevés qu’en France`(à négocier), des charges moins lourdes pour le salarié : 12,5% (contre 22 % en France). Par contre les 35 heures n’y sont pas encore de mise et une flexibilité importante est demandé aux salariés dans leur organisation. Les autres inconvénient sont qu’à compétence égale sur un poste, on donnera l’avantage à un monégasque (discrimination positive). Même cette pratique ce n’est pas toujours appliquée.

Un autre atout est indispensable : la pratique des langues étrangères et pas uniquement du français et de l’anglais… Par ailleurs, les frontaliers sont soumis aux lois du pays qui les emploie en matière de droit du travail et ont les mêmes avantages sociaux et fiscaux que les locaux, notamment en matière de rémunération, licenciement, réintégration professionnelle ou réemploi.

› Trouver un emploi

La façon la plus courante pour chercher un emploi à Monaco est de consulter les offres d’emploi sur Internet ainsi que les sites des grandes entreprises. Il est aussi recommandé de passer par l’agence pour l’emploi : www.service-public-particuliers.gouv.mc

De nombreuses agences de recrutement existent, vous pouvez faire appel à leur service dans le cadre de votre recherche d’emploi à Monaco.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Le secteur le plus dynamique et porteur d’emplois à Monaco est celui du tourisme, grâce à sa situation mais aussi l’attrait pour les casinos, le yachting, le shopping dans les boutiques de luxe, etc. Chaque année, 300 000 touristes se rendent dans la Principauté.

Il y a aussi bien sûr, la puissance des services financiers, les activités maritimes, les cosmétiques et la biothermie qui sont encore d’autres secteurs de l’économie toujours en développement.

› Créer son entreprise

Monaco attire un grand nombre d’investissements étrangers via des incitations fiscales.  Néanmoins, l’économie monégasque dépend du secteur financier et reste vulnérable à la conjoncture internationale.

Ayant donc créé un environnement propice pour les investisseurs étrangers au travers de procédures simplifiées de création d’entreprises et de taux d’imposition extrêmement bas sur son territoire, Monaco est devenu un paradis fiscal. En juillet 2016, l’UE et Monaco ont signé un accord pour améliorer la lutte contre la fraude fiscale. Cependant, Monaco veut garder ses spécificités en matière industrielle et bancaire.
C’est encore le tourisme qui attire la plus grande partie de l’investissement étranger, mais cette branche est sur le déclin. L’immobilier est un autre secteur attractif. Le principal investisseur du pays est la France.

Pour les personnes désireuses de monter leur propre entreprise à Monaco, la Jeune Chambre de Économique de Monaco, assiste dans les étapes de la création d’entreprise et procure tous les renseignements nécessaires. La Chambre de développement économique monégasque, vous sert d’interlocuteur unique, pour toutes vos démarches administratives.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

On trouve à Monaco 9 établissements scolaires publics : 6 écoles maternelles et élémentaires, un collège, un lycée d’enseignement général et technologique et un lycée d’enseignement professionnel et hôtelier. Il existe aussi 2 établissements confessionnels privés sous contrat avec l’Etat et des établissements internationaux bilingues, comme l’International School of Monaco (établissement privé hors contrat) afin de suivre sa scolarité à Monaco.

Le système éducatif monégasque se base en partie sur les programmes de l’Education nationale française, mais on y trouve certaines spécificités : un enseignement renforcé de la langue anglaise de la maternelle à la terminale, l’enseignement du français langue étrangère, l’enseignement de la langue monégasque…

Les établissements de la Principauté sont homologués « établissement français à l’étranger » donc, les enfants scolarisés à Monaco bénéficient des mêmes horaires, programmes d’enseignement, diplômes que ceux définis par l’Education nationale française.

› S’inscrire à la fac

Les diplômes que l’on peut préparer à Monaco sont à peu près les mêmes que ceux proposés en France. Le lycée Albert 1er offre accès à deux BTS, le BTS Assistant Manager et le BTS Comptabilité et Gestion des Organisations.

Le lycée Technique et hôtelier de Monte Carlo propose aussi le BTS Hôtellerie-Restauration. L’International University of Monaco (IUM), est l’établissement privé (LMD)  pour le management, la finance et les produits et services de luxe. L’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) est intégré au centre hospitalier Princesse-Grace et délivre un diplôme français d’Etat d’infirmier. L’Ecole supérieure d’Arts plastiques (ESAP) prépare au diplôme national d’Arts plastiques (DNAP) à bac +3 et le diplôme national supérieur d’Expression plastique (DNSEP) à bac + 5.

Enfin, la direction du Travail et la Cellule Emploi-jeune en partenariat avec l’Association Monégasque des activités financière et l’Institut Bancaire de formation proposent aux étudiants un DEES banque option place bancaire monégasque.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Pour les stages d’étudiant,  le stagiaire n’est pas rémunéré afin qu’il puisse conserver son statut d’étudiant. Mais si le stagiaire est rémunéré (nécessaire en cas de stage non obligatoire), l’entreprise doit répondre aux conditions d’embauche et de permis de travail (et notamment de saisir les services compétents de la Direction du Travail) ainsi qu’aux dispositions légales ou conventionnelles concernant les salaires. Elle est tenue également d’immatriculer le stagiaire aux organismes sociaux, d’acquitter les cotisations et de souscrire une assurance « accidents du travail et maladies professionnelles ».

Pour trouver un stage à Monaco, il est bon de consulter les sites des entreprises, se tourner vers la chambre de commerce, ou solliciter le service d’aide à l’emploi monégasque (www.service-public-particuliers.gouv.mc).

› V.I.E.

Les missions de volontariat international (VIE et VIA) sont gérées via la plateforme www.civiweb.fr, sur laquelle Bercy et Business France valident les descriptions de postes des entreprises et administrations souhaitant bénéficier de la formule VI ainsi que les candidatures des aspirants volontaires. Pour s’inscrire en V.I.E ou V.I.A à Monaco  : www.civiweb.com

Pour obtenir le barème des indemnités : www.civiweb.com

Les profils les plus recherchés sont les commerciaux, les ingénieurs et les financiers.

 Coût de la vie

› Logement

L’espace habitable et constructible étant très limité, même si les architectes parviennent aujourd’hui à gagner quelques hectares sur la mer et, au vue des autres obligations requises afin d’habiter à Monaco, on comprend que se loger sur le “Rocher“ est loin d’être accessible à toutes les bourses. Un 3 pièces se loue environ 5000€, le prix des villas explose et même s’il existe un secteur protégé où les loyers sont largement inférieurs, ils sont très peu nombreux et la commission de logement monégasque attribue à peine 200 de ces logements par an.

A Monaco les baux sont d’un an minimum et la rupture de bail n’existe pas (il faudra donc payer le loyer pour toute la durée du bail).

Il est possible de trouver un logement à Monaco en passant par des sites spécialisés sur Internet. On peut aussi essayer de demander l’attribution d’un logement domanial auprès de la Direction de l’Habitat : www.service-public-particuliers.gouv.mc

Pour ce qui est de l’achat d’un bien immobilier, Monaco est tout simplement la ville la plus chère du monde, le prix moyen du m2 est de 41 000 € environ.

› Transports

La surface de la principauté étant très réduite, les moyens de s’y déplacer se limitent aux bus, voitures et deux-roues de toutes sortes.

Deux ports de plaisance accueillent les plaisanciers et les paquebots toute l’année, deux gares et un héliport relient la Principauté à l’extérieur.

Il est possible de conduire pendant un an avec son permis français, date limite pour l’échanger contre un permis monégasque.

 Santé

L’offre hospitalière compte 4 établissements dont l’excellence des soins est largement reconnue.

Pour une personne travaillant à Monaco mais résidant en France (seule ou avec sa famille) : vous cotisez au régime monégasque de sécurité sociale et bénéficiez des prestations de ce régime. En ce qui concerne les prestations d’assurance maladie et maternité, elles vous sont versées directement par la caisse monégasque selon sa législation pour tous les soins dispensés dans le département de résidence en France. Pour les soins dispensés en France, en dehors du département de résidence, la caisse monégasque prendra en charge uniquement les soins d’immédiate nécessité ou ceux pour lesquels elle aura donné une autorisation préalable.

L’assuré dûment immatriculé par son employeur peut bénéficier des prestations à condition de justifier d’une durée d’activité minimale à la date des soins. Il doit avoir accompli au moins 120 heures de travail au cours du mois civil ou des 30 jours précédant la date des soins ou 200 heures au cours des trois mois, du trimestre civil ou des 90 jours précédant la date des soins.

Vis-à-vis des organismes français de sécurité sociale (caisse d’assurance maladie, caisse d’Allocations Familiales, Pôle Emploi), il convient de signaler votre départ de France, afin d’éviter que des prestations continuent à être servies indûment, prestations qu’il faudrait rembourser.

Bien que le système de santé à Monaco soit plus avantageux que le système français, la souscription d’une complémentaire santé reste conseillée pour réduire le reste à charge.

 Fiscalité

« Seules les personnes de nationalité française demeurent soumises à l’impôt français », donc si vous êtes Français et désirez absolument bénéficiez des avantages fiscaux monégasques (absence totale d’imposition) il vous faudra renoncer à votre nationalité française. Vous devrez donc acquérir une autre nationalité afin d’initialiser la procédure de renonciation à la nationalité française. Sinon, en tant que Français vivant sur le rocher, vous paierez normalement vos impôts sur le revenu à l’Etat français.

Les sociétés établies à Monaco sont exonérées d’impôt dès lors que l’essentiel de leur activité est réalisée dans la principauté. Les entreprises réalisant plus de 25% de leur Chiffre d’Affaires en dehors de la Principauté et les sociétés dont l’activité à Monaco consiste à percevoir des revenus sur des brevets ou des droits de propriété littéraire ou artistique, sont assujetties à un impôt sur les bénéfices de 33,33 %.

 Retraite

Décider de passer sa retraite à Monaco si l’on est Français amène à s’exposer aux problèmes suivants : pas d’avantages fiscaux pour les personnes de nationalité française et un coût de l’immobilier hors norme.

Vous pouvez malgré tout y prendre votre retraite à partir de 60 ans, sans décote. Les salariés français ayant travaillé à Monaco pendant au moins 13 mois et avoir 10 années d’activité professionnelle entre Monaco et la France peuvent prétendre au versement d’une retraite Monégasque. Encore une fois, afin d’être autorisé à passer sa retraite à Monaco lorsqu’on est étranger, il faut pouvoir prouver que l’on dispose d’un sérieux capital.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE