Suivez nous sur

Portugal

Français à l'étranger

Publié

le

Etés secs et chauds, hiver doux, teintes ensoleillées sur un littoral accueillant et prix modérés des biens immobiliers font du Portugal une destination très à la mode depuis plusieurs années. D’abord très prisé par les retraités (certaines pensions de retraites des ressortissants européens ne sont plus taxées), le Portugal attire aujourd’hui une population active venue des quatre coins de l’Europe.

Malgré un endettement encore important, de sévères mesures prises par le gouvernement ont permis au Portugal de sortir de la récession et de faire reculer le taux de chômage.

L'essentiel

Capitale

Lisbonne

Dirigeant

Marcelo Rebelo de Sousa (Président)

Population

10, 28 millions hab.

Superficie

92 358 km²

Langues

portugais

Monnaie

euro

Croissance du PIB

1,4%

Chômage

8,5%

Français

17 500 inscrits (30 000 estimés)

Indicatif téléphonique

+351

 Contacts utiles

Chambre de commerce : www.ccilf.pt

Ambassade de France : www.ambafrance-pt.org

 Travailler

› Les conditions légales pour vivre et travailler

Le Portugal étant membre de l’Union européenne, les ressortissants français qui désirent y séjourner plus de trois mois et moins d’un an n’ont besoin que d’un titre de séjour provisoire ; pour demeurer plus d’une année, il faudra par contre demander une carte de séjour. La demande doit être faite dans les trois mois de son arrivée au Service des étrangers et des frontières de son lieu de résidence.

L’autre démarche à faire si l’on décide de vivre au Portugal, est d’obtenir un numéro fiscal portugais (Número de Contribuinte), vous en aurez besoin pour beaucoup de choses comme ouvrir un compte en banque.

Il faudra vous rendre à l’Autoridade Tributária e Aduaneira du lieu de votre domicile ou de votre lieu de travail et sur simple présentation d’une carte d’identité ou d’un passeport et d’un justificatif de domicile, il vous sera délivré par l’administration portugaise une carte et un número de contribuinte.

› Trouver un emploi

C’est Lisbonne qui en tant que capitale économique du pays, voit converger le plus d’expatriés en quête d’un travail car c’est la ville où la plupart des entreprises sont établies. Comme dans de nombreux pays, les journaux et les sites spécialisés sont les premiers endroits où chercher un emploi,  sans toutefois négliger les agences et les réseaux sociaux. Il faut savoir que les CDD sont très courants, car cela permet de maintenir un taux de chômage bas. Les heures de travail hebdomadaires s’étendent de 40 à 60h, selon l’accord passé entre employeur et employé.

Le Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle de Lisbonne a pour but d’aider les Français résidant au Portugal à trouver, sur place, un emploi grâce à la bourse-emploi gérée par la Chambre de commerce et d’industrie Luso-française (environ 1 000 emplois/an) mettant en relation les demandeurs d’emplois avec des entreprises françaises ou portugaises.

Par ailleurs, au Portugal, l’institut pour l’emploi et la formation professionnelle est l’outil le plus important au service de l’emploi et de lutte contre le chômage, l’inscription n’est pas obligatoire pour consulter les offres d’emploi.

 

› Les secteurs porteurs d'emploi

Le tourisme n’est pas le seul domaine porteur de croissance au Portugal, le pays dispose aussi de nombreuses ressources naturelles : cuivre, étain, marbre, liège, puis dans le secteur agricole : céréales, fruits, légumes et la vigne (10ème producteur de vin du monde, surtout avec le vin de Porto) mais ce secteur souffre encore d’un faible niveau de mécanisation. L’industrie manufacturière est quant à elle, plutôt moderne et le secteur tertiaire contribue à plus de 76% du PIB en employant les deux tiers de la population active.

› Créer son entreprise

Pour un investisseur, le Portugal présente certains avantages , le coût de la main-d’œuvre est accessible et il y a aussi l’importance de sa zone d’influence où la langue est le portugais (Brésil, Angola, Mozambique). Avec la reprise, les investissements directs à l’étranger (IDE) sont revenus, très recherchés par le gouvernement qui a cherché à renforcer l’attractivité du pays : une agence pour l’investissement et le commerce extérieur a d’ailleurs été mise en place : l’AICEP.

Les secteurs déclarés par le gouvernement comme étant prioritairement à développer sont les suivants: les biotechnologies, les centres de services partagés (call centers etc.), le secteur électrique et électronique, la chimie à forte valeur ajoutée, les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) et le tourisme de haut niveau (potentialités d’investissements touristiques dans la Vallée du Douro ou dans la Région d’Alentejo).

Le pays a récemment lancé le développement des énergies renouvelables comme l’énergie solaire ou l’énergie houlomotrice (obtenue par les vagues). Ces secteurs pourraient offrir de nouvelles opportunités aux investisseurs étrangers. Le Portugal a également créé des «zones franches» pour renforcer les investissements technologiques comme ceux cités ci-dessus.

Bénéficiant de son statut de membre de l’UE, le Portugal offre donc une économie diversifiée, sans oublier que parfois, les fardeaux bureaucratiques et judiciaires peuvent décourager les investisseurs.

 Etudier

› Scolariser ses enfants

Au Portugal, de la maternelle à l’enseignement supérieur, il est possible de choisir entre écoles publiques (souvent gratuites) et écoles privées. Si vous choisissez une école privée, il est possible de vérifier qu’elle est certifiée par le Ministère de l’éducation.

Après un certain niveau, Il faudra  solliciter l’équivalence du niveau scolaire de votre enfant  auprès de l’école secondaire portugaise de votre lieu de résidence. Cette dernière pourra exiger également l’authentification du niveau d’études, les relevés de notes.

Il existe aussi deux établissements français faisant partie du réseau mondial de l’AEFE, une à Lisbonne, l’autre à Porto.

La scolarité au Portugal est obligatoire et gratuite de 6 à 15 ans.

Jusqu’à la 9e année de scolarité, Les élèves du système public dont la langue maternelle n’est pas le portugais, peuvent bénéficier d’un soutien supplémentaire pour apprendre la langue, en plus des cours de portugais suivis avec les autres élèves.

› S’inscrire à la fac

Facteur indispensable pour étudier au Portugal : maîtriser le portugais. Les universités se trouvent à Lisbonne, Porto et Coimbra. Attention, il ne suffit pas d’avoir le bac pour être accepté. Il faut passer avec succès un concours qui porte sur au moins deux matières. Chaque établissement fixe la note minimale en-dessous de laquelle il n’acceptera pas les candidats. Un quota est réservé aux jeunes étrangers d’origine portugaise.

Il faut obtenir le Certificat d’enseignement de base pour poursuivre ses études. Les jeunes ont le choix entre trois filières principales de l’enseignement secondaire : un enseignement général ou technologique, un enseignement artistique spécialisé, et un enseignement professionnel. Il existe aussi un enseignement secondaire de rattrapage pour les personnes de plus de 18 ans.

 Stages, VIE, PVT

› Trouver un stage

Au Portugal, les secteur proposant des stages sont ceux du tourisme, de l’environnement et des énergies renouvelables ainsi que de l’automobile. Parfois, les entreprises portugaises recherchent des jeunes diplômés très qualifiés et le stage peut déboucher sur une embauche.

Dans les milieux des télécommunications, de la banque, de l’assurance ou de la grande distribution des stages peuvent être proposés plus particulièrement pour des professions intermédiaires, donc des profils de stagiaires diplômés d’établissements de type BTS ou IUT.

Il est conseillé, quelque soit le statut du stagiaire : étudiant, jeune diplômé ou demandeur d’emploi, de faire signer une convention préétablie par les différentes parties, même si le stage n’est pas rémunéré.

› V.I.E.

Définies comme des missions professionnelles à l’étranger, le volontariat international en entreprise (VIE) et administration (VIA)  peuvent s’étendre sur une durée de 6 à 24 mois et bénéficient d’un statut  public protecteur. Ces missions sont destinées aux jeunes diplômés de 18 à 28 ans et tous les métiers sont concernés. . Une disposition fiscale permet  aux entreprises de déduire les indemnités versées aux VIE, dans la limite du montant légal applicable à ces indemnités.

Il faudra pour postuler, avoir effectué sa journée d’appel à la Défense puis s’inscrire sur le site Civiweb en fournissant vos coordonnées, votre CV et joindre votre attestation de participation à la journée d’appel à la Défense.

Ces missions de volontariat se déroulent : en entreprise, au sein de structures françaises relevant du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et de Bercy, dans des structures publiques locales étrangères ou auprès d’organisations internationales et d’associations agréées.

 Coût de la vie

› Logement

Les coûts de l’immobilier au Portugal sont très variables selon que vous viviez à Lapa, le quartier le plus chic de Lisbonne, ou au fin fond de l’Alentejo, l’une des régions les plus pauvres du pays. Le prix moyen d’un appartement dans l’aire métropolitaine de Lisbonne s’élève à 3 500 €/m2 pour un logement neuf et autour de 1 500 €/m2 pour le marché de l’occasion. Dans la zone historique, les prix au mètre carré se situent entre 2 900 et 3 300 euros en moyenne. Du côté de Porto, moins prisé mais non moins agréable à vivre, les prix sont plus accessibles, autour de 2 500 €/m2 en moyenne. De nombreuses agences proposent des locations pour des appartements à des prix très abordables.

Des garanties sérieuses sont demandées aux potentiels locataires : preuves de capacité à payer le loyer, 3 mois d’avance, 1 mois de caution plus un garant. Un exemplaire du contrat de location doit être présenté à l’administration fiscale portugaise par le propriétaire pour être enregistré et valable.
Si vous voulez acheter un bien immobilier au Portugal, vous devez disposer du NIF (Número de Contribuinte).

› Transports

Le bus reste le transport en commun le plus utilisé au Portugal, le réseau relie les grandes villes et les petits villages.

Des ferries circulent entre les deux rives du Tage à Lisbonne. Le réseau ferré portugais est très dense et des forfaits vous permettent de circuler à moindre coût.

Il existe aussi des lignes aériennes, bien entendu, reliant les villes principales.

Les routes sont de bonnes qualités et en ville, si vous dépassez la vitesse de 50km, le prochain feu passera automatiquement au rouge.

Si un citoyen de l’UE/EEE s’installe dans un autre État membre, il peut y rouler en utilisant son permis de conduire tant que celui-ci reste valide. Toutefois, il incombe aux titulaires de vérifier qu’ils respectent les exigences éventuelles de leur nouveau pays concernant les permis de conduire, par exemple une durée de validité plus brève ou le fait qu’un examen médical est requis. Lorsque le permis existant vient à expiration, ou s’il est perdu ou volé, le titulaire doit en demander un nouveau dans le pays où il réside à ce moment-là.

 Santé

Au Portugal, les services de prestation des soins de santé à la population sont intégrés au sein du Service national de santé (SNS), qui dépend du ministère de la Santé et comprend des centres de santé et des hôpitaux publics.

Afin de bénéficier des soins de santé fournis par le SNS, il faut inscrire, dès que l’on a un emploi, au centre de santé le plus proche de son domicile, en présentant une pièce d’identité valide et une carte de bénéficiaire de la sécurité sociale ainsi qu’un document prouvant votre résidence. Il vous sera alors attribué un numéro d’utilisateur du SNS qui vous indique quel sera votre médecin de famille.

Les centres de santé proposent les services suivants: médecine générale et familiale, soins de santé publique, soins infirmiers, vaccinations et autres examens.

Les hôpitaux disposent de consultations externes (spécialisées), de services pour l’hospitalisation et de services d’urgence.

Pour chaque consultation ou soin de santé au SNS, le bénéficiaire paie un ticket modérateur. Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans, les personnes et les familles dont le revenu mensuel est inférieur à une certaine somme (environ 63O€), ainsi que les personnes atteintes de certaines maladies chroniques sont exemptés de ce paiement.

Il existe aussi des centres de santé privés.

Les médicaments prescrits sur ordonnance sont vendus exclusivement en pharmacie, les pharmacies sont identifiés par une croix verte sur fond blanc. Les bénéficiaires du SNS ne paient qu’une partie des médicaments prescrits par le médecin du SNS ou par leur médecin privé.

L’adhésion à une mutuelle ou assurance privée est recommandée car l’assurance sociale ne rembourse que les dépenses engagées dans le secteur public. Une assurance privée vous permettra d’avoir accès aux soins privés, plus rapides et parfois de meilleure qualité en ce qui concerne les spécialités (pour lesquelles les temps d’attente peuvent être très longs).

 Fiscalité

Au Portugal, les impôts sont prélevés à la source. Chaque mois, l’employeur retient un pourcentage du salaire du travailleur qui dépend de l’état civil et du nombre de personnes à charge. Pour les non-résidents, 25 % du salaire est retenu.

Le statut du résident non habituel (ne pas y avoir été résident dans les cinq années précédant la demande et y séjourner depuis 183 jours) permet d’être taxé au maximum à hauteur de 23,5 %. Les retraités étrangers sont quant à eux exonérés durant dix ans.

Les taux d’imposition des revenus varient en fonction de 5 tranches de revenus annuels prédéfinies, qui peuvent aller, de 14,5 %, pour les revenus inférieurs à 7 091 €, à 48,0 %, pour les revenus supérieurs à 80 640 €.

Afin d’éviter la double imposition sur le revenu, le Portugal a des accords bilatéraux avec d’autres États membres de l’UE/EEE. Ainsi, si vous disposez de revenus dans un autre État membre, vous ne devrez payer des impôts sur ce revenu que dans le pays en question.

Les revenus dits passifs (intérêts, dividendes, redevances, gains en capital, revenus immobiliers) de source étrangère perçus par les résidents non habituels sont exonérés d’impôt au Portugal.

Il n’y a pas d’ISF.

La TVA portugaise est particulièrement élevée : 23 % à taux normal, et 6 ou 13 % à taux réduit.

Si vous héritez ou faites l’objet d’une donation immobilière au Portugal, vous devrez vous acquitter d’un impôt sur le bien, mais il est extrêmement réduit si l’héritier est lui-même résident au Portugal, puisqu’il s’élève à 10% (droit de timbre).

Le Portugal a choisi de ne plus taxer les pensions des retraités européens, mais pour les français, uniquement dans le secteur privé, cet avantage ne touche pas les retraites des fonctionnaires.

 Retraite

Les pensions des retraités européens (des secteurs privés) n’étant plus taxées au Portugal pendant 10 ans (non renouvelables), ceux ci viennent très nombreux s’installer dans le pays. Les Français ne font pas exception et viennent principalement dans la région de l’Algarve pour son littoral parcouru de superbes plages. En plus des avantages fiscaux, ils y trouvent une proximité appréciable avec la France, une douceur de vivre et un coût de la vie intéressant.

Parmi les démarches à faire : demander un numéro d’identification fiscale, une attestation de résidence (à la mairie), enregistrer votre permis de conduire et immatriculer votre véhicule (vous avez 6 mois pour le faire).

Le régime de Sécurité sociale français permet aux retraités expatriés de transférer leurs droits à l’Assurance Maladie au Portugal : il faudra demander avant votre départ le document S1 et le remettre à la Caisse d’Assurance Vieillesse dont vous dépendez .

Le statut du résident non habituel créé en 2009 concerne l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRS) et a pour perspective d’attirer au Portugal des experts professionnels non résidents, dans des activités à haute valeur ajoutée ou de la propriété intellectuelle, industrielle, ainsi que des bénéficiaires de pensions perçues à l’étranger. Si vous obtenez ce statut vous ne payerez pas d’impôts sur le revenu pendant 10 ans, non renouvelables.

Ceux qui ne sont pas considérés résidents sur le territoire portugais dans les cinq années précédent la demande d’imposition comme résident habituel doivent, soit être retraités du privé soit travailler dans une de ces activités : Artistes plastiques, acteurs et musiciens, Auditeurs, Architectes, ingénieurs et techniciens similaires, , Médecins et dentistes, Professeurs, Psychologues, Travailleurs indépendants, techniques et similaires, Investigateurs, administrateurs et managers.

Lire la suite
Publicité
Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

FERMER
CLOSE