fbpx
Suivez nous sur

Actualités économiques

B. Delomenie: «Le Brexit crée davantage de pression pour recruter de jeunes européens»

Chaque semaine, le site Français à l’étranger, en partenariat avec le Cercle d’outre-Manche, discute du Brexit avec un dirigeant français actif au Royaume-Uni. Cette semaine, Bernard Delomenie, directeur pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient de Crowe Global, explique les conséquences du Brexit pour le secteur de l’audit.

Français à l'étranger

Publié

le

Sans Titre 53

Pouvez-vous vous présenter? 

Bernard Delomenie : Je suis Français et je vis à Londres depuis 20 ans. En tant que directeur exécutif de Crowe Global pour l’EMEA, je passe une grande partie de mon temps en voyage. Crowe Global est le huitième plus important réseau d’expert-comptables dans le monde, avec un chiffre d’affaires de plus de $4,4 milliards. Crowe UK est notre cabinet membre au Royaume-Uni.

Quel impact a eu, jusqu’à présent, l’annonce du Brexit sur votre entreprise ? 

B.D.: Le Brexit n’a pas eu un impact très important pour Crowe Global. Cependant, certains de nos membres, en particulier celui implanté au Royaume-Uni, et la plupart de nos membres européens, ont suivi activement ce sujet depuis trois ans, afin de pouvoir conseiller au mieux leurs clients respectifs. Pour ma part, j’ai remarqué, comme beaucoup de mes collègues, que le Brexit était avant tout un souci au Royaume-Uni, plus que pour nos representants dans la plupart des pays d’Europe continentale où l’impact reste pour l’instant assez limité. Au sein de Crowe UK, qui emploie un certain nombre de citoyens européens, le Brexit a créé surtout davantage de pression et de difficultés pour le recrutement de jeunes talents européens, en raison des incertitudes liées à leur futur statut.

Du point de vue de la profession de l’audit, Crowe UK est principalement régulé par le Royaume-Uni et non par l’Union européenne (UE). Or, les récentes mesures prises dans la profession de l’audit vont probablement rendre, en général, ces règlementations au Royaume-Uni plus strictes qu’en Europe. Du point de vue de l’audit, le Royaume-Uni a toujours été reconnu comme un leader du secteur, et cela devrait continuer dans le futur. 

Concernant les affaires, le Brexit a ouvert de nouvelles opportunités pour Crowe UK, en créant de nouveaux besoins pour les clients en matière de conseil. Ces derniers veulent être informés sur les conséquences du Brexit en terme de recrutement, d’impôt, de droit de douane par exemple. Notre secteur d’activité lié aux impôts et à la mobilité globale ont ainsi évidemment bénéficié de ces nouveaux besoins. L’impact le plus négatif a été ressenti par le département Corporate Finance. Beaucoup d’investisseurs ont en effet mis en suspend pendant cette période leurs acquisitions, leurs investissements et leurs accords potentiels. Mais ce phénomène a étépartiellement contrebalancé par le fait que le Royaume Uni a attiré davantage d’investisseurs non-européens en raison de la baisse de la livre sterling.

En tant que membre actif de la Chambre de Commerce Française de Grande Bretagne (CCFGB), Crowe Global et Crowe UK ont par ailleurs tous deux suivi de près les évènements dédiés au Brexit organisés par la chambre.

Quelles mesures avez-vous prises suite à l’annonce de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne? 

B.D.: Crowe UK a d’abord expliqué la situation et rassuré ses équipes sur le fait que le Brexit n’aurait pas de conséquences dramatiques pour elles et qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Le cabinet a recruté et continue de recruter des personnes avec des savoir-faire qui sont et vont être essentiels dans le futur. Crowe UK envisage par ailleurs de sceller des alliances avec des entreprises au savoir-faire complémentaire, par exemple des spécialistes en droit douanier.

Bien sûr, Crowe UK a mis en place et a fait la promotion d’une « équipe Brexit » pour conseiller ses clients en la matière. En octobre dernier, cette équipe a d’ailleurs piloté dans des entreprises des formations pratiques, pour le compte du gouvernement britannique. A cette l’époque, on envisageait la possibilité d’un « hard Brexit » (un Brexit dur) le 1er novembre. 

Dorénavant, nous entrons dans une période de transition durant laquelle une nouvelle relation commerciale va être négociée avec l’UE, en particulier au regard des règles sur la TVA et des tarifs douaniers. Cette année, ces règles ne changeront pas, mais la suite reste très incertaine. Selon les termes de l’accord de retrait, le Royaume-Uni restera dans le marché unique, soumis à la TVA et aux droits de douanes européens jusqu’au 31 décembre 2020. Le Royaume-Uni et l’UE vont ainsi négocier la mise en place d’un accord commercial qui prendra effet le 1er janvier 2021. Mais beaucoup d’observateurs s’interrogent sur la possibilité d’arriver à un accord dans ces délais. Il n’est pas encore très clair s’il est possible de se mettre d’accord sur une prolongation de cette période de transition. Auparavant il y avait une clause spécifique dans l’accord qui permettait une prolongation, désormais il faudra voir si une prolongation sera souhaitable politiquement. Si un accord commercial ne devait pas être conclu le 31 décembre 2020, et si les négociateurs ne s’étaient pas mis d’accord sur une prolongation, le Royaume-Uni sortirait alors de l’UE sur la base d’un « no deal ».

Quelles sont vos craintes liées au Brexit ? 

B.D.: La plus importante inquiétude à court-terme, comme je l’ai mentionné précédemment, concerne le recrutement de jeunes spécialistes, en particulier européens. Mise à part cela, ni moi, ni nos membres, ne sommes particulièrement inquiets sur les conséquences du Brexit à moyen ou long terme. Le Brexit est l’un des nombreux évènements perturbateurs qui se déroulent dans le monde, comme la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine par exemple, ou l’impact du Coronavirus plus recemment. Le Brexit va probablement conduire à de nombreuses opportunités que personne n’est capable de prédire actuellement. Le Royaume-Uni va, à terme, signer des accords commerciaux avec des pays non-européens qui vont changer la nature de son économie. En tant que citoyen européen, je suis, bien sûr, attristé du départ du Royaume-Uni, mais je vois aussi ce départ comme une grande opportunité pour l’UE de reformer sa structure et de se rapprocher dans le futur de ses propres membres.

Comment percevez-vous la stratégie actuelle de Boris Johnson ?

B.D.: Boris Johnson est arrivé au pouvoir pour finaliser le Brexit. Sans émettre de jugement, il a jusqu’à présent rempli ses promesses, de ce point de vue. Cela a permis de faire disparaitre trois années incertitudes. Du point de vue des affaires, et probablement de mon point de vu personnel, nous devons lui être reconnaissant pour cela.

Le Royaume-Uni a voté pour le Brexit et Boris Johnson a exécuté le résultat de ce vote.

Quels sont vos conseils pour les entreprises face au Brexit? 

B.D.: Il y a une vie après le Brexit. Nous sommes désormais entrés dans une période de transition, et une période relativement calme, alors que le Royaume-Uni et l’UE se préparent à négocier leur futures relations commerciales. A mesure que les discussions progresseront, il y aura certainement une période de très forte couverture médiatique concernant ces négociations,  pendant laquelle le monde des affaires va vouloir rassurer ses clients, ses prestataires et ses équipes. 

Pour les rassurer, les cabinets comme le notre sont a la disposition du monde des affaires pour les aider a prendre les mesures nécessaires faces aux incertitudes perçues. Les affaires vont continuer, il y aura sans doute des changements, peut-être des retards, mais toutes les entreprises vont travailler pour s’adapter à ces changements. Pour les aider à prendre les bonnes décisions à chaque étape, il peut être bénéfique de se faire conseiller sur ses opérations. Les consultants specialisés sont à leur disposition pour cela.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR