fbpx
Suivez nous sur

Actualités internationales

Sécurité dans le monde: gros plan sur les zones de vigilance du 16 au 21 septembre

Français à l’étranger couvre chaque semaine, en partenariat avec International SOS, plusieurs événements à travers le monde nécessitant une vigilance accrue.

Didier Bras

Publié

le

Afrique

> Côte d’Ivoire

Jours à venir. Après la publication, le 15 septembre, de la liste définitive des candidatures validées par le Conseil constitutionnel pour l’élection présidentielle du 31 octobre, d’importants rassemblements sont à prévoir à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. D’autres devraient également avoir lieu dans les villes des principaux candidats dont Daoukro (fief d’Henri Konan Bédié, dans le département éponyme, au centre-est du pays), ainsi que celles acquises à la cause de deux candidats exclus de ce scrutin (Gagnoa et Bonoua pour Laurent Gbagbo, Ferkessédougou pour Guillaume Soro).

> Kenya

Jours à venir. Les personnels soignants font entendre leur mécontentement. En cause, leurs retards de salaires et le manque de moyens alloués à la lutte contre la pandémie de Covid-19.

> Mali

Jours à venir. Les militaires du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP) qui ont pris le pouvoir en renversant le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août dernier ont proposé une « charte de la transition » de dix-huit mois, décrétée au terme de trois jours de concertation nationale. La communauté internationale – et particulièrement la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) – continue de faire pression pour que le pouvoir soit remis aux civils. De son côté, le mouvement de contestation du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) et plusieurs personnalités de la société civile s’opposent à cette charte, fustigeant la confiscation du pouvoir par le CNSP.

> Nigeria

Jours à venir. En écho aux mouvements déjà constatés dans la ville de Port Harcourt (au sud du pays, sur le delta du Niger) avec blocages de routes et fermeture d’une centrale énergétique, différents rassemblements sont attendus dans le pays, notamment le 16 septembre. Les manifestants entendent dénoncer la hausse des prix des carburants et de l’électricité sur fond de marasme économique consécutif à la pandémie de Covid-19

> Ouganda

Jours à venir. Les primaires organisées dans la perspective des élections générales prévues en 2021 sont susceptibles de générer des manifestations dans ce pays d’Afrique de l’Est présidé par Yoweri Museveni depuis plus de trente-quatre ans et désigné en juillet dernier comme candidat à sa réélection par son parti, le Mouvement national de résistance (NRM).

Afrique du Nord/Moyen-Orient

> Arabie Saoudite

Jours à venir. En dépit d’un système de défense généralement efficace, le risque demeure sur les sites gouvernementaux, militaires, raffineries, ports et aéroports saoudiens, mais aussi sur la capitale Riyad, toujours sous la menace des drones et missiles du mouvement houti, organisation politique et théologique présente au Nord-Yémen, au sud du royaume saoudien. Cette pression houtie fait figure de réponse aux affrontements qui l’opposent sur son territoire yéménite à la coalition emmenée par l’Arabie Saoudite dans les gouvernorats d’Al Jawf et de Marib. La fréquence des attaques perpétrées de part et d’autre confirme la continuité du danger dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de la frontière yéménite, ainsi que sur les sites stratégiques saoudiens.

> Égypte

20 septembre. Le Caire, Alexandrie et plusieurs grands centres urbains égyptiens devraient ce jour résonner des slogans de manifestants mobilisés pour protester contre la situation économique, la gestion de la pandémie de Covid-19 et la responsabilité du gouvernement et du président Fatah al-Sissi face à ces maux.

Amériques

> Colombie

Jours à venir. Le meurtre d’un avocat par la police colombienne le 8 septembre dernier à Bogotá a suscité un mouvement de colère qui s’est traduit par de nombreuses manifestations, l’incendie de 45 postes de police, le pillage de plusieurs banques, quelque150 blessés dont 90 policiers, et 7 personnes tuées dans l’ensemble du pays. La nature de cette protestation renvoie au mouvement qui avait suivi la mort de George Floyd le 25 mai à Minneapolis aux États-Unis, avec une fronde qui pourrait perdurer au-delà de la capitale, dans les grandes villes colombiennes telles que Cali ou Medellín.

> États-Unis

Jours à venir. Plusieurs États de l’Ouest américain sont sinistrés par les gigantesques incendies qui sévissent particulièrement en Californie, dans le Colorado et en Oregon, causant la mort de plus de vingt personnes à l’heure où nous publions. La prudence nécessite de se conformer strictement aux consignes des autorités, en particulier dans les zones soumises aux nécessités d’évacuation et il est conseillé de suivre les informations disponibles sur le National Wildfire Coordinating Group (https://www.nwcg.gov) et le CAL Fire (https://www.fire.ca.gov).

Au péril climatique vient également s’ajouter la tension sociale avec la reconduction de manifestations contre les violences policières dans plusieurs grands centres urbains américains. À l’image de précédents rassemblements qui ont donné lieu à des incidents isolés, le risque d’affrontement demeure compte tenu de la présence d’armes à feu et, au-delà des seuls manifestants, d’activistes violents, voire de groupe constitués en milices.

Asie-Pacifique

> Hong Kong et Thaïlande

Jours à venir. Si le contexte et les enjeux sont différents, la Région administrative spéciale de la République populaire de Chine et le royaume du Sud-Est asiatique s’inscrivent tous deux dans ce mouvement pro-démocratie amorcé au printemps 2019 à Hong Kong et depuis juillet dernier en Thaïlande. Dans les deux cas, de nouvelles manifestations sont attendues cette semaine dans les principales villes, au sein des sites universitaires ou encore des centres commerciaux, principalement de manière spontanée et malgré les restrictions de rassemblement édictées en raison de la pandémie.

> Pakistan

Jours à venir. Plusieurs facteurs concourent à la tension sociale au Pakistan. La nouvelle publication par l’hebdomadaire Charlie Hebdo des caricatures controversées alimente toujours un mécontentement qui pourraient donner lieu à des manifestations. Par ailleurs, des questions politiques et sociales sensibles débattues jusqu’au 1er octobre au sein de l’Assemblée nationale sont susceptibles de renforcer les oppositions au sein de la société pakistanaise. Le sujet des violences faites aux femmes, renforcé par l’agression récente de l’une d’elles dans la région du Punjab, devrait aussi donner lieu à des manifestations prochainement. Enfin, le 18 septembre sera surveillé avec attention, date de clôture du mois saint du mouharram, avec des risques d’affrontements entre fidèles sunnites et chiites.

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR