fbpx
Suivez nous sur

Etudier et travailler

TRIBUNE : “Les cours par correspondance privés participent à la diffusion du savoir pour tous”

Des professionnels de l’enseignement à distance ont publié cette semaine un communiqué dénonçant la suppression de la liberté de faire l’école à la maison et demandant à être reçus à l’Elysée.

Français à l'étranger

Publié

le

TRIBUNE : "Les cours par correspondance privés participent à la diffusion du savoir pour tous"

Faisant suite aux annonces du président de la République vendredi 2 octobre 2020 de rendre obligatoire la présence à l’école dès 3 ans afin de lutter contre les séparatismes, et à la publication par le ministre de l’intérieur des premières dispositions du projet de loi le 6 octobre, les professionnels de l’enseignement à distance, anciennement cours par correspondance, demandent à être reçus à l’Elysée avant le passage du projet de loi en Conseil des ministres, le 9 décembre 2020.

Nous estimons le nombre d’élèves ayant eu recours à l’instruction à domicile à 250 000 au cours de ces 10 dernières années. Nous estimons que, chaque année, 1 élève sur 2 pratiquant l’école à domicile retourne dans le système présentiel.

Nous, Établissements privés d’enseignement à distance, tous déclarés auprès de l’État, sommes de longue date investis dans notre mission. Avec cœur et passion, nous accompagnons nos élèves dans leur construction citoyenne et leur réussite scolaire. Directeurs issus du monde de l’enseignement, responsables pédagogiques diplômés des plus hautes écoles, professeurs expérimentés formés à l’école de la République, nous éprouvons tous une grande fierté à concourir, aux côtés du Ministère de l’Éducation nationale et en lien permanent avec ses services décentralisés, à ce noble objectif.

Unis dans une même démarche de dialogue avec les pouvoirs publics, les Cours Pi, Hattemer Academy, les Cours Legendre à Distance, les Cours Sainte-Anne, l’Ecole Ker Lann, les Cours Valin et les Cours Griffon, 7 des plus gros acteurs privés de l’enseignement à distance en France soulignent que la plupart des questions posées à l’instruction en famille peuvent aussi interroger l’Institution scolaire et souhaitent fermement (ré)affirmer leur volonté de travailler en étroite collaboration avec leur Ministère de tutelle, l’Education nationale.

Qu’est-ce que l’enseignement à distance ?

La liberté pour chacun de pouvoir choisir un enseignement à distance pour ses enfants est légiférée en France avec la loi Ferry de mars 1882 rendant l’instruction – et non la scolarisation – obligatoire.

En vertu de la liberté d’enseignement, toute famille en France peut ainsi faire le choix d’instruire son enfant à domicile plutôt qu’au sein d’un établissement scolaire présentiel. C’est ce qu’on appelle “l’instruction en famille” (IEF), qui peut notamment prendre la forme d’une scolarisation au sein un Etablissement d’enseignement par correspondance.

Portés par des convictions qui font de l’instruction un idéal collectif et un remède à l’injustice sociale, les cours par correspondance privés naissent et participent à la diffusion du savoir pour tous.

CE QUE DIT LA LOI

La loi Ferry du 28 mars 1882, confirmée par l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et l’article 14.3 de la Charte des droits fondamentaux de l’UE et l’article 2 duprotocole additionnel de la Convention Européenne des Droits de l’Homme :• définissent une obligation d’instruction et non de scolarisation ;

• garantissent le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement.Les organismes d’enseignement à distance sont régis par la loi du 12 juillet 1971, insérée dans le Code de l’Education, articles L 444-1 et suivants.

Qu’il s’agisse d’un choix ou d’une solution de secours face à une situation personnelle difficile, l’instruction en famille est un droit.

Le premier cours par correspondance privé naît dès 1930, 19 ans avant le CNED (Centre national d’enseignement à distance, 1939). Sur la base de la méthode de Rose Hattemer éprouvée en école présentielle depuis 1885, le cours à distance Hattemer propose de suivre une instruction distancielle qui profitera par exemple àJean d’Ormesson, élève qui ne découvrira les bancs de l’école qu’à son entrée en Hypokhâgne.Suivront les Cours Legendre à distance, les Cours Valin, les Cours Pi, les Cours Sainte-Anne, l’ÉcoleKer Lann, les Cours Griffon, acteurs reconnus, depuis plusieurs dizaines d’années pour certains,du système éducatif français.

QUELS CONTRÔLES ?

Nous, Établissements privés d’enseignement à distance :• sommes déclarés auprès de notre Académie de référence ;

• sommes sous la tutelle d’un inspecteur de l’Education nationale dédié ;
• produisons des cours qui reposent sur les objectifs fixés par les Bulletins Officiels du Ministère de l’Education nationale ;
• recrutons nos professeurs et pédagogues sur la base de diplômes officiels, d’une expérience certaine de l’enseignement, d’une vision commune de la pédagogie et de la présentation d’un extrait de casier judiciaire.

A la différence d’écoles illégales, qui sont des structures clandestines par définition, nous sommes des Établissements à part entière, comme défini par le code de l’éducation. Nos équipessont dynamiques, professionnelles et passionnées par leur métier et leur mission. Nous proposons une méthodologie de travail structurée, en particulier sur les fondamentaux et sommes disponibles et à l’écoute des élèves et de leurs parents.Pour répondre au caractère unique de chaque enfant, de par sa personnalité, son rythme d’apprentissage, ses aspirations, nous proposons un accompagnement différent des autres structures. Nous construisons des programmes clairs et progressifs qui permettent aux parentsd’accompagner efficacement leurs enfants. Notre expérience et notre expertise de l’enseignement à distance nous permettent d’accompagner les élèves de la maternelle à la Terminale et de leur garantir des bases solides.

Notre métier consiste :

  • à structurer les programmes d’enseignement à distance pour que l’apprentissage desfondamentaux et des savoirs complexes se développe solidement
  • à donner aux élèves qui en éprouvent le besoin un cadre personnalisé qui n’existe nullepart ailleurs pour leurs apprentissages et leur épanouissement ;
  • à accompagner les élèves dans leur quotidien et à les structurer pour leur permettre des’épanouir et d’exprimer tout leur potentiel.

Secteur en réussite dans un contexte économique difficile et ne remettant nullement en causele système d’éducation national auquel les français sont attachés, nous représentons plusieurs centaines de professionnels de l’enseignement répartis dans toute la France, un corpsadministratif structuré, des cadres innovants dans le domaine des nouvelles technologies, etnous travaillons en étroite collaboration avec d’autres secteurs d’activité comme les imprimeurs par exemple.

Nous transmettons chaque jour à nos élèves, en plus de l’instruction, des valeurs fortes : celles de la République, de la citoyenneté, de la laïcité, du respect, de la tolérance et de la lutte contrel’exclusion. Au travers de nos outils pédagogiques et d’activités connexes, nous enjoignons nos élèves à participer avec nous à de nombreuses réflexions citoyennes : charte de l’environnement, droits de l’enfant avec l’UNICEF, préservation de la biodiversité avec Treedom et WWF…

Il existe de très nombreuses motivations différentes pour faire l’école à la maison. Nous les connaissons et en sommes l’oreille attentive depuis de nombreuses années :

  • questions de santé : maladie, situation de handicap, enfant hyperactif…
  • choix de vie : choix de l’excellence scolaire, volonté de respecter le rythme d’apprentissage de l’enfant, retour d’expatriation en cours d’année, choix d’une pédagogie alternative, familles itinérantes…
  •  souffrance : harcèlement ou violence scolaire, phobie scolaire, trouble autistique, enfant précoce, troubles de l’apprentissage, classes surchargées, éloignement géographique, échec scolaire sans perspective…

QUELQUES CHIFFRES

• avec 28 % des jeunes concernés au cours de leur scolarité, la phobie scolaire est un problème massif 

• en 2013, une enquête de l’Éducation nationale faisait état de 700 000 élèves victimes de harcèlement en France (Source enquête victimation 2015 – DEPP) 

• il y a un an jour pour jour le ministre de l’Éducation nationale comptabilisait 20 à 30 incidents graves par jour et prévoyait de publier les chiffres de la violence scolaire département par département

Ce choix pédagogique s’insère aussi dans un projet de vie plus large qui repense la place accordée à la famille. Pour de très nombreuses familles cette liberté constitue une avancée sociale majeure, moderne, en résonance totale avec les sujets de notre temps : agilité, mobilité, télétravail, vivre ensemble, écologie…

Lire la suite
Publicité
Cliquer pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Newsletter

En indiquant vos informations ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.

Tendance

Français à l'étranger

GRATUIT
VOIR